Ouvrir le menu principal

Coupe du monde de rugby à XV

compétition internationale de rugby à XV
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ». Wikipédia:Bons thèmes Il fait partie d'un « bon thème ».
Cet article concerne la coupe du monde masculine. Pour la coupe féminine, voir Coupe du monde de rugby à XV féminin.
Coupe du monde de rugby à XV
Description de l'image RUGBY WORLD CUP - 2019 (Neutre).png.
Généralités
Sport Rugby à XVVoir et modifier les données sur Wikidata
Création 1987
Organisateur(s) World Rugby
Type / Format Coupe du monde
Périodicité 4 ans
Nations 20 qualifiées[note 1]
Statut des participants professionnel ou amateur
Site web officiel www.rugbyworldcup.com

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Plus titré(s) Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (3)
Meilleur(s) marqueur(s)

Drapeau : Afrique du Sud Bryan Habana (15)

Drapeau : Nouvelle-Zélande Jonah Lomu (15)
Meilleur réalisateur Drapeau : Angleterre Jonny Wilkinson (277)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition à venir voir :
Coupe du monde 2019

La Coupe du monde de rugby à XV est une compétition internationale de rugby à XV qui se déroule tous les quatre ans depuis 1987. Elle est ouverte à toutes les fédérations reconnues par World Rugby[note 2]. La première édition se déroule en 1987 en Nouvelle-Zélande et en Australie. Elle est remportée par la Nouvelle-Zélande.

Seules quatre nations figurent au palmarès de la Coupe du monde. La Nouvelle-Zélande, gagne trois fois en 1987, 2011, 2015. L'Australie en 1991 et 1999 et l'Afrique du Sud en 1995 et 2007 ont chacune remporté la compétition deux fois. L'Angleterre a gagné l'épreuve en 2003, seul pays de l'hémisphère Nord à s'emparer du trophée planétaire. La France a été présente trois fois en finale (1987, 1999, 2011), sans jamais gagner. Aucune autre nation n'a accédé à la finale.

Le trophée récompensant le vainqueur de cette compétition est appelé William Webb Ellis Trophy, en hommage à l'étudiant qui, selon la légende, aurait inventé le rugby en 1823.

Le pays organisateur de la Coupe du monde est désigné par World Rugby. La huitième édition s'est déroulée en Angleterre du 18 septembre au 31 octobre 2015. Le Japon organisera l'édition 2019. Pour 2023, le pays hôte sera la France.

Sommaire

HistoriqueModifier

Origine de la compétitionModifier

Dès 1947, Alfred Eluère, alors président de la Fédération française de rugby (FFR), émet l'idée d'une grande compétition regroupant les équipes des hémisphères Nord et Sud. Cette idée est rejetée par l’IRB qui la juge « farfelue »[1]. Elle est reprise à la fin des années 1970 par un autre président de la FFR, Albert Ferrasse, toujours sans succès.

Le Tournoi des cinq nations est alors la seule compétition de rugby à XV qui oppose plus de deux grandes nations du rugby à XV, elle est disputée uniquement par les meilleures équipes européennes : les trois nations de Grande-Bretagne avec l'Irlande et la France. Si l'on excepte les tournois de rugby disputés pendant les Jeux olympiques d'été de 1900 à 1924, il n'existe pas de grande compétition internationale mettant aux prises les nations des hémisphères Nord et Sud. Le Tri-nations, devenu par la suite The Rugby Championship, qui voit le jour en 1996, est disputé par les trois nations majeures de l'hémisphère Sud, Afrique du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande, rejointes à partir de 2012 par l'Argentine.

L’IRB repousse l’idée d’organiser une Coupe du monde en 1983, essentiellement pour éviter que cette compétition devienne une opération commerciale et mette fin à l'amateurisme. L'Australie fait une proposition d'organisation en juin 1983, suivie quelques mois plus tard par la Nouvelle-Zélande en mars 1984. À la suite de ces deux propositions, l'IRB demande qu'une étude de faisabilité soit faite. Cette étude débute le 1er décembre 1984[2].

L’opposition à la création de la Coupe du monde venait des fédérations de rugby britanniques qui craignaient qu’elle mette un terme à l'amateurisme[2]. L'organisation d'une Coupe du monde peut conduire en effet à une plus grande popularité du rugby, à plus d'échanges avec les nations de l'hémisphère Sud, à l'attraction de nombreux commanditaires et donc des moyens financiers beaucoup plus importants. Les craintes des fédérations britanniques se sont avérées puisque le rugby à XV est devenu professionnel en 1995[3].

Avant la réunion de à Paris, les votes sont partagés, les quatre Home Unions, Angleterre, Écosse, pays de Galles et Irlande étant contre, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la France, soutenus par l'Afrique du Sud, également membre malgré l'embargo lié à l'apartheid soutenant la création. Lors de cette réunion, où le vote est secret, les représentants de l'Anleterre, John Kendall-Carpenter, et du pays de Galles, Keith Rowlands (en) changent d'avis[note 3], donnant finalement un avantage en faveur de la création de la coupe du monde. Lors de cette réunion, le rôle de chaiman de cette première édition est confié à John Kendall-Carpenter[4].

L'IRB décide que le premier tournoi sera organisé conjointement par l’Australie et la Nouvelle-Zélande, durant les mois de mai et de juin 1987. L'organisation est partagée entre les deux pays car, d'une part, la Nouvelle-Zélande n'a pas les infrastructures suffisantes pour organiser seule la compétition et d'autre part, cette alliance est nécessaire pour que le projet soit approuvé.

La première Coupe du monde (1987)Modifier

Article détaillé : Coupe du monde de rugby à XV 1987.

Lors de la première édition de la Coupe du monde de rugby à XV, la compétition se déroule conjointement en Nouvelle-Zélande et en Australie en 1987. Seules seize équipes sont invitées. Le premier match de l'histoire de la coupe du monde se dispute à l'Eden Park d'Auckland entre la Nouvelle-Zélande et l'Italie, rencontre remportée par le All Blacks sur le score de 70 à 6[5]. L'Australie et l'Angleterre se qualifient dans la poule A, comme le pays de Galles et l'Irlande, dans la poule B, la Nouvelle-Zélande et les Fidji dans la poule C. La France et l'Écosse se qualifient dans la dernière poule.

Le premier quart de finale voit la Nouvelle-Zélande s'imposer 30 à 3 face aux Écossais[6]. Le lendemain, les Français s'imposent face aux Fidjiens sur le score de 31 à 16[7]. À Sydney, l'Australie s'impose face aux Irlandais sur le score de 33 à 15[7]. Le dernier test, disputé à Brisbane entre les Anglais et les Gallois voit ces derniers s'imposer 16 à 3[7].

La première demi-finale disputée le à Sydney voit la France défier l'Australie[8]. Michael Lynagh donne un avantage deneuf points à son équipe avant que la France ne réduise le score peu avant la mi-temps sur un essai d'Alain Lorieux transformé par Didier Camberabero[8]. Un essai de Philippe Sella, de nouveau transformé par Camberabero, fait passer la France en tête[8]. Un essai de David Campese, transformé par Lynagh, redonne l'avantage à son équipe, avant qu'un essai de Patrice Lagisquet transformé par Camberabero porte le score à 21 à 15[8]. Un essai de David Codey transformé par Lynagh permet aux Australiens d'égaliser, avant que ce dernier ne semble donner un avantage définitif sur une pénalité à la 76e minute[8]. Camberabero égalise dans les arrêts de jeu. Avant qu'une prolongation ne commence, les Français récupèrent un coup de pied à suivre dans les 35 mètres adverses, puis après plusieurs passes, la ballon et transmis à Serge Blanco ui va inscrire un essai en coin pour qualifier son équipe[8].

Dans la seconde demi-finale, disputée le lendemain à Brisbane, les Gallois s'inclinent 49 à 6 face aux All Blacks, qui marquent rapidement deux essais, par Wayne Shelford et John Drake, John Kirwan ajoutant deux essais aux 22 et 25e minute. La mi-temps et atteinte sur un score de 27 à 0. Le Gallois John Devereux réussit un essai transformé par Paul Thorburn avant que les All Blacks ne rajoutent quatre essais, par Alan Whetton, Joe Stanley, Mark Brook-Cowden (en) et Wayne Shelford[9].

La finale a lieu le à l'Eden Park[10]. La Nouvelle-Zélande atteint la mi-temps sur un avantage de 9 à 0, un drop de Grant Fox et un essai de Michael Jones, transformé par Fox[11]. L'espoir apporté par une pénalité de Camberabero est rapidement comblé par un essai de David Kirk, suivit par un autre essai de John Kirwan. Grant Fox ajoute deux pénalités pour porter le score à 29 à 3[11]. Pierre Berbizier inscrit un essai dans les arrêts de jeu, transformé par Camberabero, le score final devenant 29 à 9[11],[12]. David Kirk, capitaine des All Blacks, est le premier joueur à recevoir le trophée William Webb Ellis[13].

La première Coupe du monde en Europe (1991)Modifier

Article détaillé : Coupe du monde de rugby à XV 1991.

La deuxième Coupe du monde se déroule au Royaume-Uni (Angleterre, Écosse, pays de Galles), en Irlande et en France.

Comme lors de l'édition précédente, la première phase voit seize équipes s'affronter dans quatre poules de quatre, dont s'extraient la Nouvelle-Zélande et l'Angleterre dans la poule A, l'Écosse et l'Irlande dans la poule B, l'Australie et les Samoa dans la poule C et la France et le Canada dans lapoule D. L'Écosse remporte à Édimbourg son quart de finale contre les Samoa sur le score de 28 à 6. L'Angleterre va s'imposer à Paris face aux Français sur le score de 19 à 10 : deux pénalités de Jonathan Webb et un essai de Rory Underwood avant qule les Français reviennent à 10 à 6 à la mi-temps avec deux pénalités de Thierry Lacroix, puis n'égalisent avec un essai de Jean-Baptiste Lafond[14]. Une pénalité de Webb redonne l'avantage aux Anglais avant que Will Carling n'inscrive un essai à la dernière minute, transformé par Webb qui scelle le score finale[14]. Le lendemain, l'Australie s'impose 19 à 18 contre l'Irlande à Lansdowne Road : les Irlandais pensent tenir la victoire avec un essai de Gordon Hamilton à cinq minutes de la fin, transformé par Ralph Keyes, qui porte le score à 15 à 12[15]. Mais sur une dernière action, David Campese est repris à deux mètres de la ligne adverse, la balle étant reprise par Michael Lynagh qui plonge dans l'en-but[16] donnant la victoire à son équipe. Le dernier quart, opposant le Canada aux All Blacks, voit ces derniers s'imposer sur le score de 29 à 13.

La première demi-finale oppose Écossais et Anglais à Murrayfield. Les Anglais mènent 9 à 6, Jonathan Webb répondant par deux pénalités àeux pénalités au capitaine écossais de Gavin Hastings, Rob Andrew inscrivant un drop. Hastings, encore perturbé par placage d'an anglais et deux échecs dans des coups de pied, échoue dans une tentative en face des poteaux qui aurait permis à son équipe à revenir au score[17],[18].

La deuxième demi-finale oppose à Lansdowne Road les deux nations majeures de l'Océanie, Australie et Nouvelle-Zélande. David Campese s'avère décisif en inscrivant un premier essai dès la septième minute, puis après une échappée, il transmet une passe aveugle par-dessus son épaule à son demi d'ouverure Tim Horan pour le deuxième essai australien[19]. Les AllBlacks, incapables d'inscrire le moindre essai, s'inclinent sur le score de 16 à 6.

Lors de la finale disputée au stade de Twickenham, le avants anglais dominent leurs homologues australiens en conquête, mais c'est l'Australie qui ouvre le score sur une pénalité de Michael Lynagh, avant que Tony Daly n'inscrive un essai, transformé par Lynagh, permettant aux Wallabies d'atteindre la mi-temps sur le score de 9 à 0[20]. Une pénalité de Webb, suivie d'une de Lynagh porte le score à 12 à 3, avant que Webb ajoute une pénalité pour permettre à son équipe d'être en mesure d'agaliser à neuf minutes du terme[20]. Mais cela s'avère insuffisant et l'Australie remporte cette édition en s'imposant sur le score de 12 à 6[20],[21].

La domination de l'hémisphère Sud (1995 et 1999)Modifier

Article détaillé : Coupe du monde de rugby à XV 1995.

L'Afrique du Sud, de nouveau autorisée à revenir sur la scène internationale, organise la troisième édition de la coupe du monde, la première Coupe du monde en Afrique. Les Springoks ouvre le tournoi le tournoi en 'imposant face à l'Australie sur le score de 27 à 18. Les deux équipes se qualifient dans ce groupe, tout comme l'Australie sur le score de 27 à 18[22]. Les deux équipes se qualifient dans ce groupe, tout comme l'Angleterre et les Samoa dans la poule B, la Nouvelle-Zélande et l'Irlande dans le groupe C et la France et Écosse dans la poule D.

La France domine l'Irlande dans le premier quart de finale, disputé à Durban, sur le score de 36 à 12. À l'Ellis Park de Johannesbourg, l'Afrique du Sud s'impose 42 à 14 sace aux Samoa. Le quart de finale du lendemain voit les adversaires de la finale de 1991, Australiens et Anglais, s'affronter au Newlands Stadium du Cap, la victoire revenant aux Anglais sur le score de 25 à 22. Le dernier quart voit la Nouvelle-Zélande s'imposer 48 à 30 face aux Écossais.

La première demi-finale se dispute au Kings Park de Durban sous une pluie battante, qui s'avère décisive dans la détermination du vainqueur, le Springboks se donnant la possibilité d'obtenir le titre mondial dès sa première participation en s'imposant 19 à 15[23]. Le lendemain, les Anglais subissent les assauts de Jonah Lomu qui inscrit quatre des six essais des All Blacks qui s'imposent 45 à 29[24].

La finale, diputée à Ellis Park de Johannesbourg, voit la mi-temps atteinte sur un core de 9 à 6 en faveur des Springboks, deux pénalités et un drop de Joel Stransky contre deux pénalités d'Andrew Mehrtens[25]. Celui-ci égalise grâce à un drop, les deux équipes terminant sur un score nul de 9 partout à la fin du match[25]. Mehrtens puis Stransky inscrivent une pénalité en prolongation, avant que ce dernier ne donne la victoire à on équipe sur un drop à la 92e minute[25]. L'Afrique du Sud devient, après la Nouvelle-Zélande, la deuxième nation à organiser et remporter la coupe du monde. Cette victoire est également symbolique avec la remise du trophée par Nelson Mandela, président de la république depuis mai 1994, au capitaine Francois Pienaar avec le maillot des Springboks, longtemps considéré comme un symbole de l'apartheid, et le no 6 de celui-ci dans le dos[25],[26].


Article détaillé : Coupe du monde de rugby à XV 1999.

L'édition de 1999 organisée par le pays de Galles mais seulement huit matchs sur 46 y sont disputés. Le reste des rencontres est disputé dans les autres nations du Tournoi (Angleterre, Écosse, Irlande et France). En particulier, les deux demi-finales ont eu lieu en Angleterre, au Stade de Twickenham, la finale étant tout de même disputée au Millennium Stadium de Cardiff.

La compétition accueille pour la première fois vingt équipes, réparties en cinq poules. Les équipes d'Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande, la France, le pays de Galles et Australie sont directement qualifiées pour les quarts de finale grâce à leur première place. Trois matchs de barrages qualifient l'Angleterre, vainqueur des Fidji, l'Écosse, vainqueur des Samoa et l'Argentine face à l'Irlande. Le premier quart oppose l'Australie au pays de Galles au Millennium Stadium de Cardiff, pour une victoire 24 à 9 des Wallabies. Au Stade de France, l'Afrique du Sud s'impose face à l'Angleterre. L'Écosse accueille la Nouvelle-Zélande à Murrayfield pour une victoire des All Blacks 30 à 18. La France obtient sa qualification en s'imposant 47 à 26 face à l'Argentine.

Wallabies et Sprinboks, les deux dernières équipes championne du monde, s'affrontent à Twickenham[27]. Cette rencontre est aussi une confrontation entre Matt Burke, l'arrière australien auteur de six pénalités dans le temps réglementaire, et l'ouvreur sud-africain Jannie de Beer, qui réussit cinq pénalités et un drop pour permettre à son équipe de disputer une prolongation[28]. De Beer donne l'avantage à son équipe avant que deux pénalités de Burke et un drop de Stephen Larkham ne permettent aux Australiens de s'imposer 27 à 21[27],[28]. Les All Blacks sont les grands favoris de la demi-finale du lendemain contre la France, également disputée à Twickenham. Christophe Lamaison ouvre le score, Andrew Mehrtens répliquant par deux pénalités avant que Lamaison, n'inscrive un essai qu'il transforme. Une pénalité de Mehrtens, un essai de Jonah Lomu et une nouvelle pénalité de Mehrtens placent les All Blacks en tête à la mi-temps, sur le score de 17 à 10[29]. Le huitième essai de la compétition de Lomu, transformé par Mehrtens, donne un avantage de 14 points aux Néo-Zélandais à la 44e minute[29]. Deux drops et deux pénalités de Lamaison, ramènent les Français à deux points. Trois essais, par Christophe Dominici à la 56e, Richard Dourthe à la 60e et Philippe Bernat-Salles à la 74e, permettent d'infliger aux All Blacks un 33 à 0, avant que ces derniers ne réussissent un essai à la dernière minute par Jeff Wilson[29]. La France obtient sa place en finale grâce à cette victoire 43 à 31[29].

Les Français et Australiens s’affrontent au Millenium Stadium pour la finale[30]. Burke réplique deux fois à Lamaison pour un score de 6 partout à la 15e minute avant d’ajouter deux autres pénalités qui donnent un score de 12 à 6 en faveur des Wallabies à la mi-temps[30]. Le score de 18 à 12 est atteint à la 60e minute avec des pénalités de Lamaison et Burke, avant que celui-ci n'ajoute une pénalité et que Ben Tune n'inscrive un essai que Burke transforme[30]. Un essai d'Owen Finegan transformé par Burke scelle le score final à 35 à 12. L’Australie devient la première nation à obtenir un deuxième titre mondial[30].

La première victoire d'une équipe de l'hémisphère Nord (2003)Modifier

Article détaillé : Coupe du monde de rugby à XV 2003.
 
L'Équipe anglaise parade à Londres en exhibant la coupe, après la victoire de la Coupe du monde 2003.

Organisée par l'Australie, l'édition 2003 accueille de nouveau vingt équipes, mais réparties en quatre poules. L'Australie et l'Irlande dans la poule A, la France et l'Écosse dans la poule B, l'Angleterre et l'Afrique du Sud dans la poule poule C et la Nouvelle-Zélande et le pays de Galles s'extraient de cette première phase. La Nouvelle-Zélande remporte son quart face aux Springboks sur le score de 29 à 9[31], l'Australie se qualifiant sur le score de 33 à 16 face aux Écossais dans l'autre quart de la journée[32]. La France, qui mène 37 à 0 après 47e minute dans son quart face à l'Irlande avant de concéder trois essais, s'impose finalement sur le score de 43 à 21 [33]. Son adversaire des demi-finales est l'Angleterre qui élimine les Gallois en s'(imposant sur le score de 28 à 17[34].

Les Wallabies dominent les All Blacks dans la première demi-finale sur le score de 22 à 10[33]. Ils prennent rapidement l'avantage avec un essai de Stirling Mortlock la 10e minute après une interception de Tim Horan[35]. Elton Flatley ajoute 17 points, les Néo-Zélandais inscrivant un essai par Reuben Thorne convertit par Leon MacDonald qui inscrit également une pénalité[35]. Jonny Wilkinson, cinq pénalités et trois drops, inscrit les 24 points de la victoire de son équipe face aux Français de la deuxième demi-finale disputée sous une pluie torrentielle, les Bleus ne parquant que 7 points, un essai de Serge Betsen transformé par Frédéric Michalak[36],[37].

L'équipe d'Angleterre la remporte la finale au bout des prolongations sur un drop de Jonny Wilkinson (meilleur réalisateur du tournoi) qui scelle une victoire de 20 à 17 face à l'équipe d’Australie[38]. La finale s'est jouée au Telstra Stadium de Sydney devant 82 957 spectateurs, ce qui est le record d'affluence pour une finale de Coupe du monde de rugby. L'Angleterre devient la première équipe de l'hémisphère Nord à remporter la coupe du monde. Les joueurs du XV de la Rose prennent leur revanche sur les Wallabies qui les avaient battus en finale de leur coupe du monde en 1991.

Le retour des Springboks (2007)Modifier

Article détaillé : Coupe du monde de rugby à XV 2007.

La France accueille sa première Coupe du monde de rugby à XV, avec des délocalisations en Écosse (deux matchs) et au pays de Galles (quatre matchs).

Le match d'ouverture oppose l'Argentine à la France au Stade de France, match remporté par les Pumas[39]. Les deux équipes se qualifient dans cette poule où l'Irlande est éliminé. Dans la poule A, les deux favoris, l'Afrique du Sud et l'Angleterre se qualifient. Dans la poule B, l'Australie termine en tête devant les Fidji qui prennent la deuxième place au détriment du pays de Galles[40]. La Nouvelle-Zélande et l'Écosse se qualifient logiquement la poule C.

Au Stade Vélodrome de Marseille, l'Angleterre élimine l'Australie sur le score de 12 à 12, malgré un essai de Lote Tuqiri, grâce à quatre pénalités de Jonny Wilkinson qui devient alors le meilleur marqueur de l'histoire de la coupe du monde[41]. Les Français, deuxième de leur poule, affrontent les All Blacks au Millennium Stadium de Cardiff. Ces derniers mènent 13 à 3 à la mi-temps, avec un essai de Luke McAlister, Dan Carter assurant la transformation et réalisant une pénalité, les Bleus marquant une pénalité par Lionel Beauxis[42]. Une pénalité de Beauxis, puis un essai transformé de Thierry Dusautoir remet les deux équipes à égalité[42]. La France prend l'avantage après un essai de Yannick Jauzion transformé par Jean-Baptiste Élissalde qui répond à un non transformé de Rodney So'oialo. Le score n'évolue plus et la France élimine la Nouvelle-Zélande[42] qui pour la première fois n'atteint pas les demi-finales. Le lendemain, malgré une bonne résistance des Fidjiens, les Springboks se qualifient en s'imposant 37 à 20, avec cinq essais de Jaque Fourie, John Smit, JP Pietersen, Juan Smith et Butch James contre deux essais des Fidjiens par Vilimoni Delasau et Seremaia Baï. En battant 19 à 13 l'Écosse, l'Argentine obtient la première qualification de son histoire pour les demi-finales, Gonzalo Longo inscrivant un essai transformé par Felipe Contepomi qui réussit également trois pénalités et Juan Martín Hernández un drop pour les Pumas, les Écossais inscrivant un essai par Chris Cusiter transformé par Chris Paterson qui réussit aussi une pénalité tout comme Dan Parks.

Anglais et Français se retrouvent comme quatre ans auparavant en demi-finale. Les Bleus sont menés dès la 2e minute, un essai de Josh Lewsey, mais atteignent la mi-temps en tête avec un score de 6 à 5 grâce à deux pénalités de Beauxis. Celui-ci accentue l'avantage par une pénalité mais Wilkinson, deux pénalités et un drop, porte le score à 14 à 9 en faveur des Anglais[43]. Dans l'opposition entre Springboks et Pumas, Fourie du Preez marque un essai dès la 17e minute pour les Springboks[43], transformé par Percy Montgomery avant que Felipe Contepomi ne réduise le score, Montgomery redonnant un avantage de sept points avant que Contepomi ne réussisse une deuxième pénalité. Bryan Habana inscrit alors un premier essai, imité par Danie Rossouw qui donne un score de 24 à 6 à la mi-temps. Manuel Contepomi inscrit un essai que transforme son frère, mais une pénalité de Montgomery et un essai d'Habana établissent un score final de 37 à 13.

L'Afrique du Sud s'impose en finale face à l'Angleterre, par 15 à 6 au Stade de France[44]. Dans une rencontre sans essai, l'Afrique du Sud mène à la mi-temps sur le score de 9 à 3, trois pénalités de Percy Montgomery contre une de Jonny Wilkinson. Celui-ci réduit le score par une nouvelle pénalité à la 44e minute avant une nouvelle réussite de Montgomery sur pénalité, François Steyn ajoutant ensuite trois points sur une autre pénalité[45].

Doublé des All Blacks (2011 et 2015)Modifier

La Nouvelle-Zélande obtient l'organisation de cette édition 2011. Les phases de poule ne révèlent pas de grosses surprises sur les nations qualifiées, Nouvelle-Zélande et France dans la poule A, Angleterre dans la poule B, Irlande et d'Australie dans la poule C et Afrique du Sud et pays de Galles dans la poule D.

En quarts de finale, le pays de Galles sort de la compétition l'Irlande sur le score de 22-10 en inscrivant trois essais contre un à son adversaire, Shane Williams, Michael Phillips et Jonathan Davies pour les Gallois et Keith Earls pour les Irlandais[46]. À l'Eden Park, la France s'impose 19 à 12 face au XV de la rose après une mi-temps atteinte sur le score de 16 à 0 en faveur des Bleus, deux essais de Vincent Clerc et Maxime Médard et deux pénalités de Dimitri Yachvili. Un essai de Ben Foden permet aux Anglais de réduire le score, avant que François Trinh-Duc n'assure une pénalité. Les Anglais inscrivent un deuxième essai par Mark Cueto pour clôturer le score[47],[48]. Le lendemain, les Wallabies prennent l'avantage sur les Sprinboks grâce à un essai de James Horwill, James O'Connor inscrivant également deux pénalités, les Sud-Africains inscrivant 9 points par Morné Steyn, deux pénalités et un drop[49]. Lors du dernier quart de finales, les All Blacks prennent l'avantage par deux pénalités de Piri Weepu avant que les Pumas ne prennent l'avantage par un essai de Julio Farías Cabello transformé par Felipe Contepomi. Six pénalités de Weepu, contre une de Marcelo Bosch porte le score à 18 à 10 avant que les All Blacks n'aggravent le score par des essais de Kieran Read et Brad Thorn et une septième pénalité de Weepu pour s'imposer 33 à 10[50].

Dans la première demi-finale, le pays de Galles prend l'avantage par James Hook avant d'être rapidement réduit à quatorze par le carton rouge de son capitaine Sam Warburton. Trois pénalités de Morgan Parra place les Bleus en tête, les Gallois réduisant le score par un essai de Michael Phillips, la France gardant son avantage pour s'imposer 9 à 8[51],[52]. Dans la rencontre opposant les deux voisins de l'Océanie, les All Blacks ouvrent le score par un essai de Ma'a Nonu suivi par une pénalité de Weepu, O'Connor réduisant le score avant la mi-temps atteint sur le score de 14 à 6, un drop de Aaron Cruden et une pénalité de Weepu. Celui-ci inscrit deux nouvelles pénalités pour clore la rencontre sur le score de 20 à 6[53].

Vingt-quatre ans après la première coupe du monde, la Nouvelle-Zélande rencontre donc à nouveau la France en finale, après l'avoir déjà affronté victorieusement en phase de poule. Ils mènent par 5 à 0 par un essai de Tony Woodcock à la 15e minute[54]. Peu après la mi-temps, Stephen Donald, quatrième choix au poste de demi d'ouverture après les blessures de Daniel Carter, Colin Slade et Aaron Cruden, donne huit points d'avance à son équipe[54]. Une minute plus tard, le capitaine français Thierry Dusautoir plonge au pied des poteaux pour inscrire un essai transformé par Trinh-Duc[54]. Dimitri Yachvili puis Trinh Duc manquent deux pénalités et les All Blacks s'imposent sur le score de 8 à 7[54],[55]. LA Nouvelle-Zélande rejoint l'Australie et l'Afrique du Sud, les deux autres nations à détenir deux coupes du monde.

Article détaillé : Coupe du monde de rugby à XV 2015.

En 2015, l'Angleterre organise la huitième édition de la coupe du monde, seules huit rencontres, dont deux quarts de finale, étant disputées au Millennium Stadium de Cardiff. La première phase présente des surprises, l'Angleterre devenant le premier pays organisateur à ne pas dépasser la phase de poules, éliminée par l'Australie et le pays de Galles. Dans la poule B, les deux favoris se qualifient, l'Afrique du Sud et l'Écosse, le Japon, malgré sa victoire face aux Springboks, devenant la première équipe de l'histoire à ne pas se qualifier malgré trois victoires. La Nouvelle-Zélande et l'Argentine se qualifient logiquement dans la poule C, et l'Irlande devance la France dans la poule D.

Dans la phase à élimination directe, l'Afrique du Sud élimine le pays de Galles sur le score de 23 à 19. Les Gallois sont en tête à la mi-temps, 13 à 12, puis 19 à 18 à la 74e minute perdent la rencontre sur un essai de Fourie du Preez donne la victoire à son équipe[56]. Les deux finalistes de l'édition précédente se disputent une place en demi-finale lors du deuxième quart. Cette rencontre tourne à « l'humiliation » pour les Bleus avec une défaite 62 à 13[57], les All Blacks inscrivant huit essais compétés de sept transformations et d'une pénalité, les Français inscrivant un essai par Louis Picamoles, deux pénalités et une transformation[58]. L'Irlande, privée de joueurs cadres dont sont capitaine Paul O'Connell et son demi d'ouverture Jonathan Sexton est rapidement dépassée par les Argentins, qui mènent 17 à 0 après 13 minutes[59]. La mi-temps est atteinte sur le score de 20 à 10, mais après être revienu deux fois à trois points, l'Irlande s'incline 43 à 20 face aux Pumas qui inscrivent deux nouveaux essais en fin de rencontre[59]. Le quatrième quart voit comme les trois autres s'affronter une équipe de l'hémisphère Nord à une du Sud. L'Écosse est proche de la victoire dans une victoire où les Wallabies inscrivent cin essais contre trois des Écossais, mais une pénalité controversée à la dernière minute permet à Bernard Foley ne donne la victoire sur le score de 35 à 34 à son équipe[60]. Cette décision est reconnue plus tard comme une erreur par World Rugby[61].

Ce sont donc quatre équipes de l'hémisphère Sud qui se retrouvent face à face, une première dans une Coupe du monde de rugby à XV. L'Afrique du Sud s'incline de justesse face aux All Blacks sur le score de 18 à 20. Handré Pollard, qui ouvre le score, place son équipe en tête à la mi-temps, 12 à 7, les Néo-Zélandais inscrivant un essai par Jerome Kaino[62]. Un drop de Dan Carter, suivi par un essai de Beauden Barrett, transformé par Carter, permettent aux All Blacks de prendre l'avantage[62]. les Springboks reviennent à trois points sur une pénalité de Pollard, rapidement par une pénalité de Carter. Patrick Lambie replace son équipe à deux points de la Nouvelle-Zélande qui conserve son avantage jusqu'à la fin[63]. Dans la deuxième demi-finale, l'Australie marque dès la deuxième minute par un esai sur interception de Rob Simmons. Une pénalité de l'ouvreur argentin Sánchez est rapidement suivie d'un deuxième essai des Wallabies par Adam Ashley-Cooper[64]. La mi-temps est atteint e sur le score de 19 à 9, Ashley-Cooper inscrivant un nouvel essai contre deux pénalités de ánchez. Celui-ci ajoute deux pénalités contre une de Bernard Foley, avant que les Australiens ne s'assurent de la victoire par deux essais de Adam Ashley-Cooper[65].

La finale, disputée pour la deuxième fois à Twickenham voit pour la première fois Australie et Nouvelle-Zélande s'affronter à ce stade. Qualifiée de « plus belle depuis la création[66] » par les journalistes, elle voit les All Blacks l'emporter sur le score de 34 à 17[66]. Les All Blacks atteignent la mi-temps avec un avantage de treize points, 14 à 3, trois pénalités de Carter et un essai de Nehe Milner-Skudder contre une de Foley[66]. Ma'a Nonu ajoute un essai juste après la pause, avant la réduction du score par deux essais transformés, par David Pocock et Tevita Kuridrani[66]. Un drop et une pénalité de Carter, un essai de Barrett transformé par Carter, clôturent le score[66]. La Nouvelle-Zélande est la première nation à conserver son titre, et la première à obtenir titres mondiaux[66].


Choix du ou des pays hôtesModifier

La Coupe du monde de rugby à XV est organisée tous les quatre ans depuis 1987. Le choix d'une année impaire permet de n'être en concurrence ni avec la Coupe du monde de football ni avec les Jeux olympiques qui se déroulent en alternance les années paires. La Rugby World Cup Limited (RWC Ltd.)[67] supervise l'organisation de la Coupe du monde sous tous ses aspects : sportif, réglementaire, commercial et financier. Elle est dirigée par cinq directeurs, élus par le Conseil de l'IRB.

Le choix du pays organisateur est fait au moins quatre ans avant le déroulement du tournoi final. La première édition est attribuée lors de la décision de la création de la coupe du monde, lors de la réunion de à Paris[4]. C’est la Nouvelle-Zélande et l’Australie qui se voient confier cette première édition disputée en 1987.

L'édition suivante, en 1991, est confiée aux nations du Tournoi des Cinq Nations, l'Angleterre, l’Écosse, l'Irlande, le pays de Galles et la France, l'Angleterre étant l'organisateur officiel. L'Afrique du Sud, absente des deux premières éditions en raison de l'apartheid, se voit confier la coupe du monde 1995. Quatre ans plus tard, en 1999, le pays de Galles est l’organisateur officiel, avec des matchs en France et en Irlande.

En , l’IRB approuve un accord qui attribue l'organisation de la 2003 à l’Australie et la Nouvelle-Zélande, les deux nations se voyant attribuées deux poules, deux quarts et une demi-finale, la finale devant se dérouler en Australie. Finalement, après de multiples négociations, c’est l'Australie seule qui est en charge de l'organisation de cette édition[68].

Deux candidats s’opposent pour l'organisation de la (coupe du monde 2007. L’Angleterre désire changer de format, avec seulement seize équipes, une Nations Cup pour les nations émergente devant être crées. La France, qui conserve un format existant, s’assure de la victoire lors du vote en octroyant aux trois autres nations originelles du tournoi des Cinq Nations, l’Écosse, l’Irlande et le pays de Galles l’organisation d’une poule lors du premier tour[69].

La Nouvelle-Zélande est retenue pour organiser l'édition de 2011, de préférence à l'Afrique du Sud, éliminée au premier tour de vote, et au Japon, éliminé au deuxième[70]. La fédération argentine donne le vote décisif qui permet à la Nouvelle-Zélande d'être organisatrice. Le manque de transparence de la procédure de vote a été critiqué à cette occasion mais la fédération néo-zélandaise nie que des arrangements aient eu lieu afin d'obtenir le soutien de l'Argentine[71].

En , le conseil de la fédération internationale (IRB) attribue pour la première fois deux éditions lors de la même réunion. L'Angleterre obtient l'édition 2015 pour sa capacité à organiser un mondial à « fort au niveau commercial » et le Japon devient le premier pays d'Asie à organiser cet événement avec celle de 2019, pour « une opportunité pour le développement futur du jeu en Asie »[72] aux détriments de l’Afrique du Sud et de l’Italie, les autres prétendants pour l’édition 2015[73]. . Malgré la recommandation de World Rugby de choisir l'Afrique du Sud pour organiser la coupe du monde 2023, face à l’Irlande et la France, les deux autres prétendants[74], c'est finalement cette dernière qui est choisie en [75]. C’est la deuxième fois que la France est choisie comme nation hôte d’une l'édition.

Déroulement de la compétitionModifier

Depuis l’édition de 1991, cette compétition se déroule en deux phases : une phase de qualification et un tournoi final. Lors de l’édition 1987, neuf équipes avaient été invitées par l’IRB à se joindre aux sept membres de la fédération internationale de l'époque pour disputer le premier tournoi mondial de rugby à XV.

Phase de qualificationModifier

 
Pays participants à la coupe 2019.

Le nombre de places disputées pendant l'épreuve préliminaire de qualification est égal à huit pour l'édition 1991, sept en 1995, seize en 1999, douze en 2003 et 2007, enfin huit depuis 2011. Cette variation est liée d'une part à l'augmentation du nombre de sélections présentes au tournoi final à partir de 1999, qui passe de seize à vingt équipes.

D'autre part, le nombre de qualifiés d'office a aussi varié. Les huit quart-de-finalistes de la première édition sont qualifiés pour l’édition 1991, tout comme en 1995 où l'Afrique du Sud, pays organisateur, est également qualifié. Le mode de qualification change pour 1999 où les trois premières équipes de l'édition précédente sont qualifiées d'office, en plus du pays de Galles, le pays organisateur[76]. Malgré cette restriction, les huit équipes présentes en quart de finale en 1995 disputent l’édition 1999. Pour l'édition suivante, ce sont de nouveau les huit équipes des quarts de finale qui ne passent pas par les qualifications[77]. C'est également le cas pour l'édtion 2007 disputée en France[78]. Douze équipes sont qualifiées pour l'édition de 2011 en Nouvelle-Zélande, les trois premiers de chacune des quatre poules du premier tour de 2007[79]. C'est également le cas pour les éditions 2015 en Angleterre[80] et 2019 au Japon[81].

Tournoi finalModifier

Premier tourModifier

Points accordés dans la phase de poules
(à partir de 2003)[82]
Victoire 4
Match nul 2
Bonus offensif :
quatre essais marqués
1
Bonus défensif :
défaite de 7 points ou moins
1
Essais
(4 ou +)
1

Pendant le tournoi final, les sélections nationales sont regroupées en poules. De quatre (1987 à 1995) puis cinq (1999) poules de quatre équipes, le premier tour est depuis 2003 organisé en quatre poules de cinq. Chaque équipe affronte une fois chacun des adversaires de sa poule, les deux équipes les mieux classées sont qualifiées pour disputer les quarts de finale[note 4].

Les règles précises dans le classement du premier tour (phase de poules) varient selon les éditions : on attribue un certain nombre de points aux victoires, aux matchs nuls, aux défaites serrées ainsi qu'un bonus à une équipe inscrivant un certain nombre d'essais ou perdant de peu. Le système de bonus offensif et défensif est introduit pour la première fois par l'IRB lors de l'édition 2003 disputée en Australie[83]. En cas d'égalité de plusieurs équipes, plusieurs critères peuvent être utilisés : le vainqueur des matchs joués entre équipes ex æquo, l'équipe possédant la plus grande différence de points et/ou d'essais, le plus grand nombre de points et/ou d'essais inscrits[82].

Second tourModifier

Détermination du vainqueur d'un match en cas d'égalité
à la fin du temps réglementaire
[82],[84],[85],[86]
Critères 1987 1991 1995 1999 2003 2007 2011 2015 2019
Comparaison
(essais, cartons)
                 
Prolongations
(2 × 10 minutes)
                 
Mort subite
(sur dix minutes)
                 
Tirs au but
(drops)
                 

La suite de la compétition se déroule entre les huit meilleures équipes issues des poules et comporte trois tours à élimination directe : quarts de finale, demi-finales et finale. Celle-ci met aux prises les vainqueurs des demi-finales, les perdants disputant la « petite finale » pour la troisième place de la compétition. Les perdants des quarts de finale ne sont pas classés.

La détermination du vainqueur des matchs en cas d'égalité à la fin du temps réglementaire a varié au cours des différents tournois. Elle a toujours comporté des prolongations; la différence concerne le départage des équipes si les deux fois dix minutes de temps supplémentaire conduisent à un match nul. Depuis 2003, une prolongation supplémentaire à « mort subite » puis une séance de tirs au but en drops en cas d'égalité persistante[82]. Si la mort subite et les tirs au but n'ont jamais été employés en Coupe du monde pour départager deux équipes, deux des huit finales ont été remportées au terme des vingt minutes de prolongations, en 1995[87] et en 2003[88]. Il ne s'en est fallu de peu — un drop de Jonny Wilkinson à la centième minute — pour que la rencontre Angleterre - Australie lors de la finale de 2003 ne débouche sur la mort subite[88]. Jusqu'en 1999, des critères de comparaison comme le nombre d'exclusions et le nombre d'essais servait à désigner le vainqueur en cas de match nul après prolongation, et le tirage au sort en cas d'égalité parfaite était prévu, sauf en finale où les ex æquo devaient partager le trophée[82],[86]. Ces dispositions n'ont toutefois jamais servi, tous les matchs s'étant terminés sur une différence de points[89],[90],[91],[92].

ParticipationModifier

Participations à la Coupe du monde
Édition 1987 1991 1995 1999 2003 2007 2011 2015 2019
Total 16 33 52 65 89 86 81 87 88
Phase finale 16 16 16 20 20 20 20 20 20
Qualifiés d'office 16* 8 9 4 8 8 12 12 12
Qualifiés 8 7 16 12 12 8 8 8
Qualifiés différents 16 17 19 22 23 24 25 25
Note : * sur invitation de l'IRB

Pour la première édition, en 1987, seize sélections nationales participent à la compétition. Elles représentent les sept des huit pays membres de l’IRB de l'époque, l'Afrique du Sud, membre depuis 1949, étant exclue de compétition en raison de l'apartheid. Celle-ci invite neuf nations supplémentaires pour compléter le plateau. Ce nombre est lié à l'insistance du président de la Fédération française de rugby, Albert Ferrasse, pour que les autres nations européennes, Italie, Roumanie et URSS, soient invitées[93].

Par la suite, le nombre de participants augmente rapidement pour atteindre le nombre de 88 pour l’édition 2019 de sorte qu'un système de phase qualificative par zone géographique se met en place dès 1991. Depuis 1999, un système de repêchage (barrages) est introduit lors de la phase qualificative qui oppose les premiers non qualifiés des différents continents ; le système revient à donner une seconde chance aux meilleurs non qualifiés, donc un nombre variable de places à chaque zone géographique en fonction de leur performance.

Durant les trois premières éditions, seize équipes participent à la phase finale du tournoi ; ce nombre passe à vingt à partir de 1999. Sont qualifiées d'office les huit équipes ayant atteint les quarts de finale lors de la compétition précédente, à l'exception de l'édition de 1995 qui accorde aussi ce droit à la nation hôte principal et celle de 1999 qui ne l'accorde qu'aux trois premiers de 1995 et à l'hôte. À compter de l'édition 2011, l'IRB étend la qualification d’office aux trois premiers de chacune des quatre poules de l'édition précédente, soit douze sélections. Ainsi le nombre de places offertes à la qualification a-t-il varié de huit et sept en 1991 et 1995, pour 31 et 45 sélections[94] nationales candidates respectivement, à seize en 1999 pour 65 nations[95], puis à douze places en 2003 pour 81 sélections[96] et en 2007 pour 86 équipes. Par la suite, ce processus sert à remplir huit places de qualifiés et concerne 81 sélections pour 2011, 87 pour 2015 et 88 pour 2019.

PalmarèsModifier

Par éditionModifier

Malgré une ouverture aux différents continents et aux nouveaux venus par qualification, le bilan fait apparaître que la compétition est jusqu'ici dominée par cinq nations, trois de l'hémisphère Sud et deux européennes : l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud pour le Sud ; l'Angleterre et la France pour l'Europe. Seules ces cinq sélections nationales sont parvenues à se hisser en finale.

Édition Pays hôte(s) Finales Finales de bronze
no  Année   Champions Scores   Finalistes   Troisièmes Scores Quatrièmes
1re 1987    
Australie et
Nouvelle-Zélande
 
Nouvelle-Zélande
29 − 9  
France
 
Pays de Galles
22 − 21  
Australie
2e 1991  
Angleterre [note 5]
 
Australie
12 − 6  
Angleterre
 
Nouvelle-Zélande
13 − 6  
Écosse
3e 1995  
Afrique du Sud
 
Afrique du Sud
15 − 12
ap
 
Nouvelle-Zélande
 
France
19 − 9  
Angleterre
4e 1999  
Pays de Galles [note 6]
 
Australie
35 − 12  
France
 
Afrique du Sud
22 − 18  
Nouvelle-Zélande
5e 2003  
Australie
 
Angleterre
20 − 17
ap
 
Australie
 
Nouvelle-Zélande
40 − 13  
France
6e 2007  
France [note 7]
 
Afrique du Sud
15 − 6  
Angleterre
 
Argentine
34 − 10  
France
7e 2011  
Nouvelle-Zélande
 
Nouvelle-Zélande
8 − 7  
France
 
Australie
21 − 18  
Pays de Galles
8e 2015  
Angleterre [note 8]
 
Nouvelle-Zélande
34 – 17  
Australie
 
Afrique du Sud
24 – 13  
Argentine
9e 2019  
Japon
Édition future Édition future
10e 2023  
France
Édition future Édition future
  • Trois autres nations ont atteint le stade des demi-finales : le pays de Galles en 1987 et 2011, l'Écosse en 1991 et l'Argentine en 2007 et 2015.

La Nouvelle-Zélande est l'équipe comptant le plus de demi-finales, sept en huit éditions (elle a été éliminée en quarts de finale lors de l'édition 2007). La France et l'Australie sont parvenues six fois en demi-finale, l'Angleterre et l'Afrique du Sud quatre fois.

  • Enfin quatre nations, soit douze au total, ont disputé un quart de finale : l'Irlande et les îles Fidji en 1987 ; les îles Samoa (dites occidentales à l'époque) et le Canada en 1991.

Classement selon le tour atteintModifier

Depuis les seize nations invitées au premier tournoi de 1987, neuf autres sont parvenues à se qualifier pour le tournoi final. Les résultats de ces vingt-cinq sélections sont synthétisés ci-après :

Rang Nations Éditions remportées Deuxièmes places Troisièmes places Quatrièmes places Éliminations en quarts Éliminations
au premier tour
/ en barrages (b)
Participations
(et note)
1   Nouvelle-Zélande   1987
  2011
  2015
  1995   1991
  2003
1999 2007 8
2   Australie   1991
  1999
  2003
  2015
  2011 1987 1995
2007
8
3   Afrique du Sud   1995
  2007
  1999
 2015
2003
2011
6
(depuis 1995)
4   Angleterre   2003   1991
  2007
1995 1987, 1999
2011
2015 8
5   France   1987
  1999
  2011
  1995 2003, 2007 1991, 2015 8
6   Galles   1987 2011 1999, 2003
2015
1991, 1995
2007
8
7   Argentine   2007 2015 1999, 2011 1987, 1991
1995, 2003
8
8   Écosse 1991 1987, 1995
1999, 2003
2007, 2015
2011 8
9   Irlande 1987, 1991
1995, 2003
2011, 2015
1999 (b), 2007 8
10   Samoa 1991, 1995 1999 (b), 2003,
2007, 2011, 2015
7
(sauf 1987)
  Fidji 1987, 2007 1991, 1999 (b),
2003, 2011, 2015
7
(sauf 1995)
12   Canada 1991 1987, 1995, 1999,
2003, 2007, 2011, 2015
8
13   Italie Éliminée en phase de groupe
à toutes les éditions
8
  Roumanie Éliminée en phase de groupe
à toutes les éditions
8
  Japon Éliminé en phase de groupe
à toutes les éditions
8
16   Tonga 1987, 1995, 1999,
2003, 2007, 2011, 2015
7
(sauf 1991)
  États-Unis 1987, 1991, 1999,
2003, 2007, 2011, 2015
7
(sauf 1995)
18   Namibie 1999, 2003, 2007,
2011, 2015
5
(depuis 1999)
19   Géorgie 2003, 2007,
2011, 2015
4
(depuis 2003)
20   Uruguay 1999, 2003
2015
3 (sauf
2007, 2011)
21   Zimbabwe 1987, 1991 2
22   Côte d’Ivoire 1995 1
  Espagne 1999 1
  Portugal 2007 1
  Russie 2011 1

Par nationModifier

Bilan des sélections nationales par édition

Année  
NZL
 
AUS
 
RSA
 
ENG
 
FRA
 
WAL
 
ARG
 
SCO
 
IRE
 
FIJ
 
SAM
 
CAN
 
ITA
 
JPN
 
ROU
 
USA
 
TGA
 
NAM
 
GEO
 
URU
 
ZIM
 
RUS
 
CIV
 
ESP
 
POR
Année
1987[89] 1re 4e [note 9] Q 2e 3e é Q Q Q é é é é é é é 1987
1991[90] 3e 1re [note 9] 2e Q é é 4e Q é Q Q é é é é é 1991
1995[91] 2e Q 1re 4e 3e é é Q Q Q é é é é é é 1995
1999[92] 4e 1re 3e Qb 2e Q Qb Qb b b b é é é é é é é é é 1999
2003[97] 3e 2e Q 1re 4e Q é Q Q é é é é é é é é é é é 2003
2007[98] Q Q 1re 2e 4e é 3e Q é Q é é é é é é é é é é 2007
2011[99] 1re 3e Q Q 2e 4e Q é Q é é é é é é é é é é é 2011
2015[100] 1re 2e 3e é Q Q 4e Q Q é é é é é é é é é é é 2015
2019 q q q q q q q q q q q q q q q q q q q q 2019
Légende

Classement de gauche à droite par ordre décroissant de performance.
Les équipes sont comparées sur leur meilleure performance toutes éditions confondues ;
en cas d'égalité, selon leur seconde meilleure, etc.

1re, 2e, 3e, 4e : classement des demi-finalistes
• Q : quart de finaliste
• Qb : barragiste (1999) • b : barragiste éliminé (1999)
• é : éliminé en phase de poules

Qualification pour l'édition 2019
• q : qualifié • ... : processus en cours

Répartition par continent dans le tournoi finalModifier

 
Meilleur résultat par pays en Coupe du monde de rugby à XV.
Participation par continent
1987 1991 1995 1999 2003 2007 2011 2015 2019
Afrique 1 1 2 2 2 2 2 2 2(+)
Amérique 3 3 2 4 4 3 3 4 3(+)
Asie 1 1 1 1 1 1 1 1 1(+)
Europe 7 7 7 8 8 9 9 8 8(+)
Océanie 4 4 4 5 5 5 5 5 4(+)
Total 16 16 16 20 20 20 20 20 18++
Les + indiquent que des places sont attribuées aux vainqueurs de différents tournois, barrages et un repêchage (en cours jusqu'en juin 2018).

Le règlement de qualification de la Coupe du monde assure que tous les continents sont représentés dans le tournoi final en raison de la phase de qualification par zone géographique.

Après une première édition où les seize équipes sont les sept équipes alors membres de l'IRB, l'Afrique du Sud, également membre ne pouvant pas être présente en raison de l'apartheid, et neuf équipes invitées, quinze de ces équipes sont présentes en 1991, les Samoa prenant la place des Tonga. Pour l'édition de 1995, deux nouvelles équipes sont présentes : l'équipe du pays organisateur, l'Afrique du Sud, qui a renoué avec le rugby international en 1992, et la Côte d'Ivoire. Ces deux équipes et les Tonga remplacent les Fidji, les États-Unis et le Zimbabwe. Le passage à vingt équipes en 1999 permet à trois nations de participer pour la première fois à la coupe du monde, la Namibie, l'Espagne, l'Uruguay, les États-Unis et les Fidji retrouvant également la phase finale, la Côte d'Ivoire étant la seule équipe de 1995 à ne pas figurer dans cette édition. En 2003, 19 équipes sont de nouveau présentes, seule l'Espagne est absente au profit de la Géorgie. En 2007, c'est le Portugal qui participe pour la première fois à une édition, à la place de l'Uruguay. Lors de l'édition de 2011, le Portugal laisse sa place à la Russie, vingt-cinquième nation à disputer au moins une coupe du monde[101]. Aucune nouvelle nation n'est présente lors de l'édition de 2015, l'Uruguay prenant toutefois la place de la Russie. Cette dernière retrouve une place pour l'édition 2019 où la Roumanie est absente pour la remière d'une phase finale.

Au total, vingt-cinq équipes sont parvenues au moins une fois dans le tournoi final d'une des huit éditions[101].

Records et statistiquesModifier

Distinctions individuellesModifier

Les statistiques personnelles données par le site officiel concernent principalement le nombre de points inscrits et la manière de les marquer (essais, transformations, drops et pénalités)[102]. Elles reflètent à la fois le talent individuel d'un certain type de joueurs (par exemple les buteurs) et le travail collectif conduisant aux occasions de marquer.

Le Néo-Zélandais Jonah Lomu est le meilleur marqueur d'essais de la Coupe du monde avec quinze réalisations. Il est aussi un des meilleurs joueurs des éditions 1995 et 1999. Malgré d'excellentes performances, il n'est pas champion du monde[103]. Lors de l'édition 2015, le Sud-Africain Bryan Habana le rejoint au palmarès des meilleurs marqueurs d'essai en coupe du monde. Jonah Lomu, détient le record d'essai sur une édition, avec huit essais réussis en 1999, avant d'être rejoint en 2007 par Habana, puis en 2015 ar Julian Savea. Parmi les sept meilleurs marqueurs d'essais au cours d'une édition (avec sept ou huit essais inscrits), on distingue cinq Néo-Zélandais[104];,[105].

A contrario, le classement individuel en termes de points marqués au cours d'une édition montre un panel plus ouvert avec six nationalités différentes (Nouvelle-Zélande, Angleterre, France, Écosse, Argentine, Australie)[104], avec des joueurs aux profils similaires : des buteurs dont cinq des sept jouant au poste de demi d'ouverture[106]. Jonny Wilkinson est le joueur ayant marqué le plus de points en Coupe du monde avec 277 points inscrits lors de quatre Coupes (1999, 2003, 2007 et 2011) devant Gavin Hastings, 227 points et Michael Lynagh, 195 points[107].

Les sept meilleurs marqueurs de points[106] et d'essais[105] au cours de l'ensemble des matches d'un tournoi final de Coupe du monde[104]
Essais Joueur Équipe Année   Points Joueur Équipe Année
8 Jonah Lomu   Nouvelle-Zélande 1999 126 Grant Fox   Nouvelle-Zélande 1987
Bryan Habana   Afrique du Sud 2007 113 Jonny Wilkinson   Angleterre 2003
Julian Savea   Nouvelle-Zélande 2015 112 Thierry Lacroix   France 1995
7 Marc Ellis   Nouvelle-Zélande 1995 105 Percy Montgomery   Afrique du Sud 2007
Jonah Lomu   Nouvelle-Zélande 1995 104 Gavin Hastings   Écosse 1995
Doug Howlett   Nouvelle-Zélande 2003 103 Frédéric Michalak   France 2003
Mils Muliaina   Nouvelle-Zélande 2003 102 Gonzalo Quesada   Argentine 1999
Drew Mitchell   Australie 2007

Les statistiques individuelles suivantes sont ramenées au nombre d'essais ou de points par match pour compenser le nombre de rencontres disputées, qui varie de trois à sept, en fonction du format de l'édition et du niveau de la compétition atteint. On remarque que, si le classement est modifié, ce sont les mêmes joueurs qui apparaissent parmi les cinq premiers[note 10].

Les cinq meilleurs marqueurs de points et d'essais par match au cours d'un tournoi final de Coupe du monde[note 10]
Essais Joueur Équipe Année   Points Joueur Équipe Année
1,4 Jonah Lomu   Nouvelle-Zélande 1995 26,0 Gavin Hastings   Écosse 1995
1,3 Jonah Lomu   Nouvelle-Zélande 1999 21,0 Grant Fox   Nouvelle-Zélande 1987
1,3 Julian Savea   Nouvelle-Zélande 2015 20,4 Gonzalo Quesada   Argentine 1999
1,2 Marc Ellis   Nouvelle-Zélande 1999 18,8 Jonny Wilkinson   Angleterre 2003
1,1 Bryan Habana   Afrique du Sud 2007 18,7 Thierry Lacroix   France 1995

Statistiques collectivesModifier

La performance d'une équipe est indiquée par le nombre de points marqués (ainsi que la méthode) comme indiqué par le site officiel[102], la différence entre points marqués en encaissés et le nombre de matches remportés. Ces statistiques se concentrent sur le résultat et non sur ses causes, multiples (touches, mêlées, passes, récupérations de balle, jeu au pied).

En termes de points ou d'essais marqués au cours d'une édition, les Néo-Zélandais dominent le haut du classement, avec trois des cinq premières places. Figurent aussi dans les cinq premiers deux autres vainqueurs de la Coupe, l'Angleterre et l'Australie. (La comparaison dans le haut du classement fait intervenir des équipes ayant joué un nombre voisin de matches — six ou sept selon les éditions —, car elles sont parvenues en finale ou en petite finale.)

Les cinq meilleures équipes en termes de points [108] et d'essais[109] inscrits au cours de l'ensemble des matchs d'une des éditions du tournoi final de Coupe du monde[102]
Nombre d'essais Équipe Année Nombre de points Équipe Année
52   Nouvelle-Zélande 2003 361   Nouvelle-Zélande 2003
48   Nouvelle-Zélande 2007 345   Australie 2003
43   Nouvelle-Zélande 1987 327   Nouvelle-Zélande 1987
43   Australie 2003 327   Angleterre 2003
41   Nouvelle-Zélande 1995 327   Nouvelle-Zélande 2007

Plus grand nombre de spectateursModifier

Spectateurs par rencontre[110]
Affluence Lieu Date Match
89 267 [111]   Stade de Wembley, Wembley 27 septembre 2015 Irlande   44-10   Roumanie poule D
89 019 [112]   Stade de Wembley, Wembley 20 septembre 2015 Nouvelle-Zélande   26-16   Argentine poule C
82 957   Telstra Stadium, Sydney 22 novembre 2003 Australie   17-20 a. p.   Angleterre finale
82 346   Telstra Stadium, Sydney 16 novembre 2003 France   7-24   Angleterre demi-finale
82 244   Telstra Stadium, Sydney 15 novembre 2003 Nouvelle-Zélande   10-22   Australie demi-finale
81 350   Telstra Stadium, Sydney 10 octobre 2003 Australie   24-8   Argentine poule A, ouverture
80 430   Stade de France, Saint-Denis 20 octobre 2007 Angleterre   6-15   Afrique du Sud finale
80 267   Stade de France, Saint-Denis 21 septembre 2007 France   25-3   Irlande poule D
80 283   Stade de France, Saint-Denis 13 octobre 2007 Angleterre   14-9   France demi-finale
80 012   Telstra Stadium, Sydney 2 novembre 2003 Nouvelle-Zélande   53-37   Galles poule D
80 000   Stade de France, Saint-Denis 14 octobre 2007 Afrique du Sud   37-13   Argentine demi-finale
79 700   Stade de France, Saint-Denis 14 septembre 2007 Angleterre   0-36   Afrique du Sud poule A
79 312   Stade de France, Saint-Denis 7 septembre 2007 France   12-17   Argentine poule D, ouverture
78 974   Telstra Stadium, Sydney 25 octobre 2003 France   51-9   Écosse poule B
76 866   Stade de France, Saint-Denis 7 octobre 2007 Argentine   19-13   Écosse quart de finale
72 500   Millennium Stadium, Cardiff 6 novembre 1999 Australie   35-12   France finale
72 000   Millennium Stadium, Cardiff 4 novembre 1999 Afrique du Sud   22-18   Nouvelle-Zélande 3e place
71 699   Millenium Stadium, Cardiff 6 octobre 2007 Nouvelle-Zélande   18-20   France quart de finale
71 022   Millenium Stadium, Cardiff 23 septembre 2007 Galles   20-32   Australie poule B

Différents recordsModifier

L'équipe de Nouvelle-Zélande domine un grand nombre de statistiques de l'histoire de la coupe du monde. En plus de ses trois titres, seule nation dans ce cas, elle est la nation qui compte le plus grand nombre de victoires, 44 après l'édition de 2015, devant l'Australie, 39, la France, 33, l'Angleterre, 31 et l'Afrique du Sud, 30[113]. Elle a également le plus grand pourcentage de victoires, 88 %, contre 83 % à l'Afrique du Sud, 81 %, l'Australie et 70 % pour l'Angleterre[113]. Avec 2 302 points, la Nouvelle-Zélande est en tête de la statistique des points marqués, devant les 1 645 de l'Australie, les 1 487 de la France, les 1 379 de l'Angleterre, 1 250 de l'Afrique du Sud, l'Écosse et le pays de Galles, avec respectivement 1 142 et 1 049 points à dépasser les 1 000 Unités[113]. La France et la Nouvelle-Zélande sont les deux équipes totalisant le plus grand de rencontres disputées avec 52, contre 51 pour l'Australie et 48 pour l'Angleterre[113].

Bien qu'elle possède le record du nombre de points marqués lors d'une rencontre, avec 145 points contre le Japon lors de l'édition de 1995, c'est l'Australie qui détient le plus grand écart, réalisé avec un score de 142 à 0 contre la Namibie. Elle possède le plus grand d'essais marqués, 311, de transformations, 226, la France occupant la tête pour les pénalités réussies avec 135 et l'Angleterre pour les drops, 21[114].

Pour les performances individuelles, l'Anglais Jason Leonard et le Néo-Zélandais Richie McCaw sont les deux joueurs disputant le plus de rencontres avec 22, le Sud-Africain Schalk Burger, l'Australien George Gregan et le Néo-Zélandais Keven Mealamu comptant 22 matchs. Richie McCaw, avec 20 victoires, devance son compatriote Mealamu qui avec 19 victoires pour une défaite est le joueur avec le grand pourcentage[115].

L'Italien Mauro Bergamasco et le joueur de l'équipe des îles Samoa Brian Lima sont les seuls joueurs à participer à cinq éditions. Le plus jeune joueur de l'histoire est le Géorgien Vasil Lobzhanidze avec 18 ans et 340 jours et le plus vieux le joueur de l'Uruguay Diego Ormaechea, 40 ans et 26 jours.

Vingt joueurs sont doubles champions du monde : quatorze Néo-Zélandais, Richie McCaw, Keven Mealamu, Tony Woodcock, Daniel Carter, Ma'a Nonu, Conrad Smith, Kieran Read, Owen Franks, Sam Whitelock, Jerome Kaino, Ben Franks, Victor Vito, Sonny Bill Williams et Colin Slade, tous lors des éditions 2011 et 2015, cinq Australiens, Phil Kearns, Tim Horan, Jason Little, Dan Crowley et John Eales en 1991 et 1999 et un Sud-Africain, Os du Randt, en 1995 et 2007[116].

Couverture par les médias et spectateursModifier

Selon un rapport établi par le cabinet d' d'audit financier EY<[117], la coupe du monde 2015 est le troisième événement sportif en termes de spectateurs pour un sport - Jeux olympiques non compris car regroupant plusieurs sports - après les éditions 2014 et 2010 de la coupe du monde de football[118].

Spectateurs cumulés lors de la Coupe du monde de rugby[119],[120].
Édition Télévision
(millions)
Stades
(millions)
1987 230 0,6
1991 1 400 1,0
1995 2 300 1,1
1999 3 100 1,7
2003 3 400 1,8
2007 4 200 2,2
2011 3 900 1,5

Couverture télévisuelleModifier

Selon un rapport de EY, la première édition, en 1987 de la coupe du monde de rugby à XV est vue par 200 millions de téléspectateurs, dans 17 pays[117].

La finale de l’édition 2003 a été retransmise dans 205 pays. Le nombre cumulé de téléspectateurs progresse d’une édition à l’autre, avec une très forte croissance sur les quatre premières éditions de 200 millions en 1987 à 2,67 milliards en 1995. Le rythme de croissance diminue jusqu'en 2003, qui attire 3,4 milliards de téléspectateurs.

L'audience de la Coupe du monde de rugby depuis 1995 est certes très élevée mais reste un ordre de grandeur inférieure à celle des Jeux olympiques d'été de 2000 avec 30 milliards de téléspectateurs cumulés et de la Coupe du monde de football de 2002 avec 28,8 milliards[121].

Lors de l'édition 2011, l'audience hlobal est 3,9 milliards[122]. En Nouvelle-Zélande, la finale de cette édition est suivie par 98 % de la population[123]. Le nombre d'heures vues est en progression de 60 % par rapport à l'édition précédente[123]. Cette même finale, malgré une diffusion matinale, attire une moyenne de 13,4 millions de téléspectateurs, avec un pic de 18 millions en fin de rencontre, pour une part d'audience de 82,3 %[124]. C'est la meilleure audience en France pour cette année[125].

La coupe du monde 2015 organisée par l'Angleterre bat tous les records d'audiences en télévision. Ainsi l'audience en direct est de 479 millions de téléspectateurs, en progression de 48%, et l'andience globale atteint le milliard de téléspectateurs avec les vues des meilleurs moments, les replay et les extraits[126]. Ainsi, les matchs de cette coupe du monde sont les programmes les plus regardés de l'année au Royaume-Uni et en France. En Asie, l'audience en direct augmente de 221% avec notamment 59 millions de téléspectateurs en plus au Japon, chiffre qui bénéficie de la victoire historique de l'équipe du Japon face aux Springboks[126].

Présence dans les stadesModifier

Spectateurs cumulés lors de la Coupe du monde de rugby[119],[120].
Édition Spectateurs Nbre de matchs Moyenne Capacité totale Taux de remplissage
1987 604 500 32 20 156 1 006 350 60 %
1991 1 007 760 32 31 493 1 212 800 79 %
1995 1 100 000 32 34 375 1 423 850 77 %
1999 1 750 000 41 42 683 2 104 500 83 %
2003 1 837 547 48 38 282 2 208 529 83 %
2007 2 263 223 48 47 150 2 470 660 92 %
2011 1 480 000 48 30 777 1 732 000 85 %
2015 2 477 805 48 51 621 2 600 741 95 %

Après une première édition qui cumule 604 500 spectateurs pour les 32 matchs, la moyenne de spectateurs par rencontre est en croissance jusqu'en 2003, inférieure aux chiffres de l'édition précédente avec toutefois un taux de remplissage identique. L'édition de 2007 disputée en France établit avec 92% un record de ce taux avec une moyenne de 47 150 personnes par matchs.

Lors de l'édition 2011, le total du nombre de spectateurs, 1 480 000[127], dépasse les prévisions qui tablaient sur un nombre de 1,3 à 1,4 millions, pour attendre les 268 millions de dollars néo-zélandais de recenus sur la vente de billets[128]

L'édition 2015 établit un nouveau record de spectateurs avec 2 477 805, avec un taux de remplissage supérieur au précédent record établi en 2007[129].

Le nombre record de spectateurs pour une finale de Coupe du monde de rugby est obtenu en 2003. La rencontre disputée au Telstra Stadium de Sydney (Australie), opposant l'Australie et l'Angleterre, attira 82 957 spectateurs[130].

Visiteurs étrangersModifier

Une étude faite à la demande du gouvernement australien montre que la Coupe du monde de rugby 2003 a attiré 65 000 visiteurs en Australie, contre 110 000 pour les Jeux olympiques d'été de 2000, disputés à Sydney[121].

L'édition 2011 voit 133 000 visiteurs se déplacer en Nouvelle-Zélande[131]. Le bilan de la coupe du monde 2015 annonce la compétition a attirée 406 000 visuteurs étrangers, issus de 151 nations[132].

Aspect économiqueModifier

Finances de la Coupe du monde rugby en millions de livres sterling[note 11],[133]
Édition Budget (M£) Bénéfice (M£)
1987 3,3 1,0
1991 23,6 4,1
1995 30,3 17,6
1999 70,0 47,3
2003 81,8 64,3
2007 122
2011 92
2015 150

Le tableau ci-contre montre que le budget et les profits générés par la Coupe du monde de rugby ont augmenté à chaque édition[119]. Les montants sont indiqués en livres sterling; en 2003, le budget commercial de 81,8 millions de livres correspond à environ 118 millions d'euros.

L'édition de 1999 fut surtout marquée par la construction du Millennium Stadium de Cardiff d'une capacité de 74 500 places[134] et d'un coût de 126 millions de livres[135] (environ 190 millions d'euros). Le financement étant fourni par des prêts, des investisseurs privés, des fonds publics (46 millions de livres) et la prévente de billets d'entrée[136]. La construction du stade a généré 1 200 emplois pendant deux ans et le fonctionnement du complexe sportif a créé 1 600 emplois permanents dans la région[135].

La popularité de la Coupe du monde ayant sans cesse augmenté depuis sa création, son influence sur l'économie du pays organisateur fut davantage marquée lors de la dernière édition disputée en Australie en 2003 : elle rapporte 97,4 millions à l'IRB : les droits de diffusion télévisée 56,5 et ceux de marketing 40,9. La fédération australienne enregistre un bénéfice net de l’ordre de 22 millions d’euros[137]. Les organisateurs ont en fait réalisé un bénéfice de 150 millions de dollars australiens. Selon une étude du gouvernement australien, le tournoi a généré pour 494 millions de dollars australiens de ventes en Australie pour une valeur ajoutée de 251 millions[121],[note 12] et a créé 4 476 emplois à temps plein partiel[121].

Le budget des futures éditions mise sur une popularité croissante. Pour la Coupe du monde 2007, la Fédération Française de Rugby (FFR) prévoit une vente de 2,5 millions de billets qui devraient rapporter environ 180 millions d’euros, soit 70 millions d’euros de droits pour la Rugby World Cup Ltd. et 5,5 millions de bénéfice à la FFR, la Rugby World Cup Ltd recueillant en sus les droits de diffusion télévisée et de marketing[138],[139],[140]. Le gouvernement néo-zélandais prévoit que l'organisation de l'édition 2011 devrait générer pour 408 millions de dollars néo-zélandais (environ 200 millions d'euros) à l'économie et 90 millions de taxes (environ 45 millions d'euros)[141],[142].

Aspect politiqueModifier

La Coupe du monde de rugby a eu aussi une influence dans des domaines extra sportifs, par exemple sur les plans sociologique et politique. L'édition de 1995 fut la première grande manifestation sportive internationale organisée par l'Afrique du Sud dans la période post-apartheid. Elle s’est déroulée un an après les premières élections multiraciales au suffrage universel organisées dans ce pays et un an après l’élection de Nelson Mandela comme Président. Il est reconnu que l’organisation réussie de la Coupe du monde en Afrique du Sud a contribué au processus de réconciliation qui a débuté dans ce pays en 1995, année de la mise en place de la Commission de Vérité et de Réconciliation[143],[144]. En Afrique du Sud, le rugby à XV était traditionnellement le sport par excellence des blancs, depuis la Coupe du monde 1995, il est davantage pratiqué par la population noire[143].

Retombées dans le monde du rugbyModifier

L’organisation de la Coupe du monde a permis de populariser davantage le rugby à XV dans le monde[note 13] et a eu des retombées économiques positives pour les organisateurs et les fédérations concernées[note 14]. Elle a permis d’accroître les confrontations entre les meilleures équipes des hémisphères nord et sud : dans les 20 saisons précédant la première édition, l'Australie et la Nouvelle-Zélande totalisent 44 matchs contre l'Angleterre ou la France; dans les vingt suivantes, ce total se monte à 75[145],[note 15]. Le tournoi a aussi donné l’occasion aux équipes moins renommées de rencontrer des équipes plus fortes dans le cadre de rencontres de Coupe du monde ou lors de matchs de préparation : par exemple, de 1967 à 1986, l'Italie rencontre quatre fois l'Angleterre, la France, la Nouvelle-Zélande ou l'Australie, ce nombre passe à 37 de 1987 à 2006[146]; pour l'Argentine le nombre de parties disputées contre ces équipes croît de 20 à 51[147]. Cela a ainsi contribué à hausser le niveau des équipes plus faibles.

Sur le plan des infrastructures, l'organisation de la Coupe du monde de rugby donne l'occasion à un pays de créer de nouveaux stades et d'améliorer les stades existants. À titre d'exemple, le Millennium Stadium de Cardiff fut créé à l'occasion de la Coupe du monde 1999 et, avec sa capacité de 74 500 places, il devint alors le plus grand stade du Royaume-Uni[148].

Le trophéeModifier

 
Coupe Webb Ellis.
Article détaillé : Coupe Webb Ellis.

Le trophée mesure 38 centimètres de hauteur[149]. Il est en argent, plaqué d'or, et doté de deux poignées[150]. Sur l'une d'elles se trouve la tête d'un satyre, sur l'autre la tête d'une nymphe[149]. Enfin sur l’avant de la coupe sont gravés les mots International Rugby Board suivi de The Webb Ellis Cup.

La coupe a été faite sur la base d'un modèle de 1906 de Carrington & Co of London, version victorienne d'une coupe créée à l'origine par Paul de Lamerie en 1740. La copie a été réalisée par l'atelier londonien Garrard en 1906, connu pour avoir produit la coupe de l'America au XIXe siècle[151]. Elle a été choisie peu avant la première édition en 1987 dans la collection de cet atelier par l'avant anglais John Kendall-Carpenter et le secrétaire de l'IRB, Bob Weighill, chargé de l'organisation de la Coupe du monde[149].

La coupe est surnommée Bill depuis 1991[150]. Elle n'est pas définitivement acquise : un pays ne la conserve que durant les quatre années de son titre de champion. Il a été suggéré qu'un triple vainqueur puisse garder le trophée, mais cette idée n'a jamais été officiellement discutée[150].

Faits et anecdotesModifier

 
Célébrations à Trafalgar Square lors de la victoire anglaise lors de la Coupe du monde 2003, une première pour l'hémisphère Nord.
  • Le même sifflet et la même pièce pour le toss sont utilisés par l'arbitre du premier match de chaque édition de la Coupe du monde. Ce sifflet a une longue histoire puisqu'il fut utilisé pour le premier test match entre la Nouvelle-Zélande et l'Angleterre en 1905 ainsi que pour la finale de la compétition de rugby lors des Jeux olympiques d'été de 1924 (le dernier match de rugby organisé dans le cadre des Jeux olympiques)[119]. Ces objets sont exposés au musée du Rugby de Palmerston North en Nouvelle-Zélande et sont sortis du musée à chaque Coupe du Monde.
  • 2003 : la victoire de l'équipe d'Angleterre fut célébrée par 75 000 supporters dans les rues de Londres[152].
  • 2007 : l'équipe d'Argentine dispute le match d'ouverture de trois éditions successives de la Coupe du monde, en 1999, en 2003 et en 2007.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Depuis l'édition 1999, la phase finale est disputée par vingt équipes.
  2. L'organisme World Rugby est connu jusqu'en 1998 sous le nom International Rugby Football Board, puis de 1998 à 2014 sous le nom International Rugby Board.
  3. Plusieurs versions sont reportés sur l'organisation de ce vote. L'une donne une voix pour chacun des huit membres, pour un résultat de 6 à 2 en faveur de la création. Une autre version donne deux votes par pays, pour un résultat de 10 à 6. Une troisième version donne un résultat de 8 à 6, l'Afrique du Sud n'ayant pas voté. (en) We take the Rugby World Cup for granted but it nearly didn't exist., Steven Pye, theguardian.com, 11 septembre 2015.
  4. L'édition 1999 a une organisation particulière avec cinq poules de quatre équipes : les cinq équipes classées en tête de leur poule sont directement qualifiées pour disputer les quarts de finale. Les trois places restantes sont disputées lors de matchs de barrage par les six équipes suivantes ayant obtenu les meilleurs résultats.
  5. avec 6 matchs de poules et 2 matchs de phase finale en France, 6 et 1 au pays de Galles, 3 et 2 en Écosse, et 3 et 2 en Irlande.
  6. avec 6 matchs de poules et 2 matchs de phase finale en France, 6 en Irlande, 6 et 3 en Angleterre, et 6 en Écosse.
  7. avec 3 matchs de poules et 1 match de phase finale au pays de Galles et 2 en Écosse.
  8. avec 6 matchs de poules et 2 matchs de phase finale au pays de Galles.
  9. a et b L'Afrique du Sud est exclue du tournoi, à cause de sa politique d'apartheid
  10. a et b Chiffres totaux divisés par le nombre de matchs joués. Le nombre de rencontres disputées par chaque joueur est indiqué dans les articles connexes du joueur et/ou de son équipe.
  11. En 2006, 1 livre vaut environ 1,5 euros, soit 2 dollars.
  12. Les tableaux indiquent des « $m » sans précision de type de dollar, américain ou australien. En d'autres endroits de l'étude, « A$ billion » fait clairement référence à des dollars australiens ; là où le A est omis, on peut supposer qu'il s'agit de dollars américains.
  13. Voir Couverture par les médias et spectateurs
  14. Voir Aspects économiques
  15. L'Afrique du Sud n'est pas prise en compte en raison de son exclusion des matchs internationaux jusqu'en 1995.

RéférencesModifier

  1. Histoire de la coupe du monde sur http://www.rugby-nomades.qc.ca
  2. a et b (en) The History of RWC sur le site http://www.worldcupweb.com
  3. Jean Bernard Moles, « La professionnalisation du rugby français. Pouvoir économique et lien social », Corps & Culture, no 3,‎ (lire en ligne).
  4. a et b (en) Brendan Gallagher, The Rugby World Cup : The Definitive Photographic History, Bloomsbury Publishing, (ISBN 9781472912633), « Origins of Rugby World Cup ».
  5. Garcia 2011, Le premier mondial, p. 721-722.
  6. Garcia 2011, Gare aux Blacks, p. 727.
  7. a b et c Garcia 2011, Four tricolore, p. 728-730.
  8. a b c d e et f Garcia 2011, Le match, p. 731-735.
  9. Garcia 2011, Pauvres Gallois, p. 735.
  10. Garcia 2011, Fraicheur perdue, p. 736-737.
  11. a b et c Garcia 2011, Les Black au pouvoir, p. 737-738.
  12. Finale CM 1987: Nouvelle-Zélande France Vidéo des archives de l'INA
  13. « 1987 - Les Blacks pour l'Histoire », sur L'Équipe.
  14. a et b Garcia 2011, Le parc désenchanté, p. 808-810.
  15. (en) « 1991: Australia 19-18 Ireland : reland have often proved a handful at Lansdowne Road but no-one genuinely believed they would push Australia for the full 80 minutes. », sur bbc.co.uk, .
  16. (en) « This deathly silence...' An oral history of Ireland and Australia's World Cup 91 quarter final », sur the42.ie, .
  17. (en) Mike Dickson, « World Cup semi-final 1991: The match that changed rugby forever... », sur dailymail.co.uk, Daily Mail, .
  18. (en) Phil Goodlad, « Scotland's Gavin Hastings reveals 1991 World Cup regret », sur bbc.com, .
  19. (en) Patrick Madden, « Australia v New Zealand: a Rugby World Cup history », sur irishtimes.com, .
  20. a b et c Garcia 2011, Le rugby-roi, p. 814-817.
  21. (en) « Rugby World Cup history : Wallabies upset England in 1991 », sur skysports.com, .
  22. Garcia 2011, Rugby du IIIe millénaire, p. 849-850.
  23. Garcia 2011, Que d'eau ! Que d'eau !, p. 852-853.
  24. Garcia 2011, Que d'eau ! Que d'eau !, p. 853-854.
  25. a b c et d Garcia 2011, Mandela-Pienaar, même maillot, p. 854-855.
  26. (en) John Carlin, « How Nelson Mandela won the rugby World Cup », sur telegraph.co.uk, .
  27. a et b Garcia 2011, Le puma fatigué, p. 884-885.
  28. a et b (en) « 1999: Australia 27-21 S Africa », sur bbc.co.uk, .
  29. a b c et d Garcia 2011, Conquérants de l'impossible, p. 886-887.
  30. a b c et d Garcia 2011, Comme en 1987, p. 887-888.
  31. (en) « New Zealand overpower Boks : New Zealand 29-9 South Africa », sur bbc.co.uk, .
  32. (en) « Australia cruise past Scots : Australia 33-16 Scotland », sur bbc.co.uk, .
  33. a et b Garcia 2011, Le meilleur rugby du mondial, p. 922-923.
  34. (en) « England edge Wales in thriller : England 28-17 Wales », sur bbc.co.uk, .
  35. a et b (en) « Australia shock New Zealand : Australia 22-10 New Zealand », sur bbc.co.uk, .
  36. (en) « England into World Cup final : England 24-7 France », sur bbc.co.uk, .
  37. Garcia 2011, Déchanter sous la pluie, p. 923-924.
  38. Garcia 2011, Merci Wilko !, p. 924-925.
  39. Garcia 2011, La griffe des pumas, p. 973-974.
  40. Garcia 2011, Irish coffee, p. 977.
  41. (en) Phil Harlow, « England v Australia as it happened : Result: England 12-10 Australia », sur bbc.co.uk, .
  42. a b et c Garcia 2011, Le dark destroyer, p. 977-979.
  43. a et b Garcia 2011, le drop de Wilko, p. 979-982.
  44. Garcia 2011, Finale congelée, p. 982-983.
  45. (en) Kevin Mitchell, « England lose the kicking game as dream dies », sur theguardian.com, .
  46. (en) Gareth Roberts, « Rugby World Cup 2011: Wales 22-10 Ireland », .
  47. « Coupe du monde de rugby : le XV de France renverse l'Angleterre pour s'offrir une demi-finale », sur lemonde.fr, .
  48. (en) Eddie Butler, « England exit Rugby World Cup as France advance to Wales semi-final », sur theguardian.com, .
  49. (en) Styli Charalambous, « Australia break South African hearts », sur dailymaverick.co.za, .
  50. (en) Tom Fordyce, « Rugby World Cup 2011: New Zealand 33-10 Argentina », sur bbc.com, .
  51. « La France passe au rouge », sur rugbyrama.fr, .
  52. (en) Eddie Butler, « Rugby World Cup 2011: Wales fall to France as red card colours game », sur theguardian.com, .
  53. (en) Eddie Butler, « Rugby World Cup 2011: New Zealand beat Australia to take final place », sur theguardian.com, .
  54. a b c et d « Rugby : les All Blacks remportent la Coupe du monde », sur lemonde.fr, .
  55. (en) Tom Fordyce, « 2011 Rugby World Cup final: New Zealand 8-7 France », sur bbc.com, .
  56. Marion Lot, « Afrique du Sud-pays de Galles: Les Springboks passent en force contre des Gallois héroïques (23-19) », sur rugbyrama.fr, .
  57. Clément Mazella, « Coupe du monde - Nouvelle-Zélande/France (62-13), humiliation - Circulez, y a plus rien à voir... », sur rugbyrama.fr, .
  58. (en) Ben Dirs, « Rugby World Cup: New Zealand beat France 62-13 to reach semis », sur bbc.com, .
  59. a et b (en) Mike Averis, « Argentina run away from Ireland to reach Rugby World Cup semi-final », sur theguardian.com, .
  60. Mick Cleary, « Australia 35 Scotland 34, match report: Agony for Scots as last-minute Bernard Foley penalty snatches late victory », sur telegraph.co.uk, .
  61. « Coupe du monde de rugby : l’Australie s’est bien qualifiée grâce à une erreur d’arbitrage », sur lemonde.fr, .
  62. a et b Clément Mazella, « Afrique du Sud-Nouvelle-Zélande (18-20) - Cette fois, les All Blacks ont dû s’employer... », sur rugbyrama.fr, .
  63. (en) Luke Brown, « Rugby World Cup 2015: New Zealand progress to final after seeing off spirited South Africa », sur telegraph.co.uk, .
  64. Adrien Pécout, « Coupe du monde de rugby : une finale Australie - Nouvelle-Zélande », sur lemonde.fr, .
  65. (en) Tom Fordyce, « Rugby World Cup: Australia beat Argentina to reach final », sur bbc.com, .
  66. a b c d e et f Clément Mazella, « Finale Coupe du monde 2015: Nouvelle-Zélande-Australie (34-17) - Ces All Blacks sont géants ! », sur rugbyrama.fr, .
  67. (en) Rugby World Cup Limited sur http://www.irb.com
  68. (en) « The Rugby World Cup: How it all slipped from our grasp », sur nzherald.co.nz, .
  69. (en) « France to host 2007 World Cup », sur bbc.co.uk, .
  70. (en) « New Zealand handed 2011 World Cup », sur bbc.co.uk, .
  71. (en) Argentina spills the beans on 2011, article en ligne du 10 janvier 2006 sur http://www.planetrugby.com.
  72. « Rugby: le Mondial 2015 en Angleterre, au Japon en 2019 », sur liberation.fr, .
  73. (en) Alasdair Reid, « England the safe bet for Rugby World Cup 2015 », sur telegraph.co.uk, .
  74. (en) Jack de Menezes, « World Rugby recommends South Africa to host 2023 Rugby World Cup over Ireland and France », sur independent.co.uk, .
  75. « Coupe du monde 2023 - La France organisera le Mondial ! », =15 novembre 2017 (consulté le 15 novembre 2017).
  76. John Nauright et Charles Parrish, Sports Around the World: History, Culture, and Practice, ABC-CLIO, , 1848 p. (ISBN 9781598843002), « Rugby world Cup of 1999 (Wales) », p. 189
  77. (en) « Rugby World Cup 2003 », sur wru.co.uk.
  78. Bertrand d'Armagnac, « Le rugby français se prépare à accueillir son Mondial », sur lemonde.fr, .
  79. (en) « Rugby Wold Cup 2011 : Module 2: RWC2011 » [PDF], sur sportnz.org.nz.
  80. (en) « Rugby World Cup: how it works, who's going to win », sur espn.com, .
  81. Thibault Perrin, « Toutes les nouveautés du processus de qualification pour la Coupe du monde de rugby 2019 », sur lerugbynistere.fr, .
  82. a b c d et e Julien Absalon, « Rugby : poules, qualification, élimination directe... Comment se déroule la Coupe du monde 2015 », sur rtl.fr, .
  83. (en) Cesar R. Torres, Peter F. Hager, « Competitive Sport, Evaluation Systems, and Just Results: The Case of Rugby Union's Bonus-Point System » [PDF], sur semanticscholar.org, The College at Brockport: State University of New York.
  84. (en) Tournament Rules sur le site officiel de la Coupe du monde
  85. Pour l'existence des prolongations avant 1999 : demi-finale Écosse-Angleterre (1991), finale Afrique du Sud-Nouvelle-Zélande (1995) et l'article 1987: France 30-24 Australia de la BBC évoquant un tel risque en 1987
  86. a et b Pour l'absence de mort subite avant 2003, voir l'article « Prolongations et drops au menu » sur sport.fr
  87. (en) 1995: Party time for SA sur le site de la BBC
  88. a et b (en) England wins World Cup sur le site d'ABC
  89. a et b (en) « RWC 1987 », sur rugbyfootballhistory.com.
  90. a et b (en) « RWC 1991 », sur rugbyfootballhistory.com.
  91. a et b (en) « RWC 1995 », sur rugbyfootballhistory.com.
  92. a et b (en) « RWC 1999 », sur rugbyfootballhistory.com.
  93. (en) Steven Pye, « We take the Rugby World Cup for granted but it nearly didn't exist », sur theguardian.com, .
  94. Qualifications à la CM 1995 answers.com (en)
  95. 65 nations participantes en 1999 worldcupweb.com (en)
  96. Qualifications à la CM 2003 rwc2003.ib.com
  97. (en) « RWC 2003 », sur rugbyfootballhistory.com.
  98. (en) « RWC 2007 », sur rugbyfootballhistory.com.
  99. (en) « RWC 2011 », sur rugbyfootballhistory.com.
  100. (en) « RWC 2015 », sur rugbyfootballhistory.com.
  101. a et b Carole Gomez, « Les nouveaux acteurs du rugby mondial » [PDF], sur iris-france.org, .
  102. a b et c Statistiques sur le site officiel de la Coupe du monde
  103. Portrait de Jonah Lomu en 1999 Vidéo des archives de ina.fr
  104. a b et c (en) Records sur le site http://www.worldcupweb.com
  105. a et b (en) « Player records : tournament/tour totals - total tries scored », sur espnscrum.com.
  106. a et b (en) « Player records : tournament/tour totals - total points scored », sur espnscrum.com.
  107. (en) « Player records : overall figures - total points scored », sur espnscrum.com.
  108. (en) « Team records : tournament/tour totals - total points scored », sur espnscrum.com.
  109. (en) « Team records : tournament/tour totals - total tries scored », sur espnscrum.com.
  110. (en) « Highest attendance », sur espnscrum.
  111. « Poule D : Nouveau record d’affluence pour Irlande-Roumanie », sur rugby365.fr, .
  112. « 89019 spectateurs pour Nouvelle-Zélande/Argentine: un record », sur lavenir.net, .
  113. a b c et d (en) « IRB Rugby World Cup : Team records - Result summary », sur espnscrum.com.
  114. (en) « IRB Rugby World Cup : Team records- overall figures », sur stats.espnscrum.com.
  115. (en) « IRB Rugby World Cup : Player records Most matches », sur stats.espnscrum.com.
  116. Jack de Menezes, « RWC 2015: 14 All Blacks including Richie McCaw and Dan Carter join exclusive two-time World Cup winners' club », sur independent.co.uk, .
  117. a et b (en) « The economic impact of Rugby World Cup 2015 » [PDF], sur ey.com.
  118. (en) Niall McCarthy, « The Rugby World Cup: Second Only To The Soccer World Cup In Attendance [Infographic] », sur forbes.com.
  119. a b c et d (en) « Rugby World Cup History », sur www.rugbyfootballhistory.com (consulté le 27 septembre 2015).
  120. a et b (en) « Four billion tuned into World Cup », .
  121. a b c et d (en) Economic Impact of the Rugby World Cup 2003 on the Australian Economy — Post Analysis, p. 2-4 (téléspectateurs comparés aux autres compétitions), 4-6 (ventes), 4-7 (valeur ajoutée), 4-8 (emplois), 4-11 (visiteurs), sur le site du ministère australien de l'industrie
  122. (en) « Rugby: Lower than expected loss for World Cup », sur nzherald.co.nz, .
  123. a et b (en) « Record viewings numbers for 2011 », sur allblacks.com, .
  124. « France-All Blacks, finale rugby 2011: Audience historique pour TF1 », sur sportune.fr, .
  125. Enguérand Renault, « Audiences : le record du XV de France », sur lefigaro.fr, .
  126. a et b « Coupe du Monde de Rugby 2015 : toutes les audiences dans le monde », sur rugbyworldcup.com, .
  127. (en) « The Stadium of Four Million : Rugby World Cup 2011: The New Zealand Experience » [PDF], sur mbie.govt.nz.
  128. (en) « Rugby World Cup: Visitor numbers on target », sur nzherald.co.nz, .
  129. (en) « RWC 2015 declared biggest and best tournament to date », sur rugbyworldcup.com.
  130. (en) RWC 2003 sur http://www.rugbyfootballhistory.com
  131. (en) « 011 World Cup a financial success despite poor economy, boasts IRB », sur dailymail.co.uk, .
  132. (en) « 2015 Rugby World Cup the most financially successful to date », sur skysports.com, .
  133. « Rapport annuel 2015 », sur worldrugby.org.
  134. (en) Stadium Construction sur le site officiel du stade
  135. a et b (en) The Millenium Stadium Cardiff sur bconstructive.co.uk
  136. (en) Background to the Millennium Stadium Project sur le site officiel du stade
  137. Coupe du monde 2007 : Une organisation qui doit être bénéficiaire, article en ligne de La Tribune du 26 juin 2004
  138. La Coupe du monde de rugby 2007 table sur un budget de 180 millions d'euros, Newsletter en ligne de http://www.stratégie.fr du 8 mars 2005, section « marques »
  139. Le rugby attire de plus en plus téléspectateurs et sponsors , lemonde.fr en ligne de https://www.lemonde.fr du 14 février 2007
  140. Rugby: la Coupe du monde, une bonne affaire pour la France , boursier.com en ligne de http://www.boursier.com du 27 avril 2007
  141. (en) New Zealand proud to host Rugby World Cup 2011, article en ligne du 18 novembre 2005 sur http://www.sparc.org.nz. Le site néo-zélandais ne précisant pas la nature du dollar, on peut supposer qu'il s'agit de la monnaie nationale.
  142. Une coupe qu commence à se remplir, sur lequipe.fr
  143. a et b (en) The changing face of South African rugby sur http://www.southafrica.info
  144. (en) South Africa : On The Tortured Road to Reconciliation Antjie Krog sur http://www.bard.edu
  145. Données de http://www.rugbydata.com : FRA-NZL, FRA-AUS, ENG-NZL, ENG-AUS.
  146. Données de http://www.rugbydata.com : ITA-AUS, ITA-NZL, ITA-FRA, ITA-ENG
  147. Données de http://www.rugbydata.com : ARG-AUS, ARG-NZL, ARG-FRA, ARG-ENG
  148. (en) Stadiums and dragons: the economics of Rugby World Cup 1999, article en ligne du 12 mai 2003 sur le site gouvernemental Australian Trade Commission
  149. a b et c (en) The History of the Webb Ellis Cup sur http://wesclark.com citant www. planet-rugby.com
  150. a b et c (en) Webb Ellis Cup sur http://www.rugby.com.au
  151. (en) Rugby Trophys sur http://www.rugbyfootballhistory.com
  152. (en) England's victory parade in photos, diaporama en ligne sur le site de la BBC

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Denis Lalanne, Le fabuleux roman de la coupe du monde de rugby, Calmann-Lévy, , 109 p. (ISBN 2702116213)
  • Roger Brunel, Jean-Claude Morchoisne et Michel Rodrigue, Le rugby en coupe (du monde), Presses de la Cité, (ISBN 2-258-05103-7)
  • Jean-Pierre Bodis, Le rugby : de l'esprit de clocher à la coupe du monde, Privat, (ISBN 2-7089-5414-8)
  • (en) Nick Farr-Jones, Story of the Rugby World Cup, Australian Post Corporation, (ISBN 0-642-36811-2)
  • (en) Gerald Davis et John Eales, History of the Rugby World Cup, Faber and Faber Ltd., (ISBN 1-860-74445-1)
  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, La Martinière, , 1165 p. (ISBN 9782732445281).

FilmographieModifier

  • Coupe du monde de rugby : anthologie, éditeur : Sony music vidéo, 2004 (3 DVD)

Lien externeModifier

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 2 janvier 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 2 janvier 2007 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.
 
6 articles
             Coupe du monde de rugby à XV : les finalistes