Wayne Rooney

footballeur et entraîneur anglais

Wayne Rooney
Image illustrative de l’article Wayne Rooney
Rooney avec Manchester United en 2016.
Biographie
Nom Wayne Mark Rooney
Nationalité Britannique
Nat. sportive Anglais
Naissance (38 ans)
Liverpool (Angleterre)
Taille 1,76 m (5 9)
Période pro. 2002-2021
Poste Attaquant puis entraîneur
Pied fort Droit
Parcours junior
Années Club
1996-2002 Everton FC
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
2002-2004 Everton FC 077 0(17)
2004-2017 Manchester United 559 (253)
2017-2018 Everton FC 040 0(11)
2018-2020 DC United 052 0(25)
2020-2021 Derby County 035 00(7)
2002-2021 Total 763 (313)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2001-2002 Angleterre -17 ans 012 00(7)
2002 Angleterre -19 ans 001 00(0)
2003-2018 Angleterre 120 0(53)
Parcours entraîneur
AnnéesÉquipe Stats
2020-2022 Derby County 25v 21n 38d
2022-2023 DC United 14v 13n 26d
2023 Birmingham City 2v 4n 9d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour :

Wayne Rooney, né le à Liverpool au Royaume-Uni, est un footballeur international anglais qui joue au poste d'attaquant ou de milieu de terrain entre 2002 et 2021. Il est actuellement entraîneur.

Considéré comme l’un des plus grands joueurs que l’Angleterre ait jamais connus, il est le meilleur buteur de l'histoire de Manchester United et deuxième meilleur buteur de la sélection d'Angleterre derrière Harry Kane.

Biographie modifier

Enfance et jeunesse modifier

Wayne Rooney passe son enfance à Croxteth, un quartier excentré de l'est de Liverpool, en compagnie de ses deux frères cadets[1]. Il est le fils de Jeanette Marie (née Morrey) et Thomas Wayne Rooney[2]. Il est d'origine irlandaise par ses grands-parents paternels[3],[1]. Scolarisé à l'école catholique locale, la De La Salle Catholic School, il grandit en supporter du club anglais d'Everton, son idole étant Duncan Ferguson[4]. Après avoir évolué sous le maillot des Liverpool Schoolboys et des Dynamo Brownwings, Rooney signe à Everton peu avant son onzième anniversaire[1].

Débuts à Everton modifier

Wayne Rooney dispute son premier match en professionnel sous le maillot d'Everton, le , lors d'un match nul 2-2 à domicile face à Tottenham Hotspur, au cours duquel il effectue une passe décisive sur le but inscrit par Mark Pembridge[5],[6]. Il est alors le deuxième plus jeune joueur à jouer pour l'équipe première de l'histoire d'Everton derrière Joe Royle[6]. Il inscrit ses premiers buts en professionnel le suivant, lors de la victoire 3-0 contre Wrexham FC au deuxième tour de la Coupe de la Ligue, ce qui fait alors de lui le plus jeune buteur d'Everton[7].

Le Wayne Rooney devient le plus jeune buteur de l'histoire de la Premier League à 16 ans et 360 jours[Note 1], à l'occasion d'un match contre le club d'Arsenal en permettant à son équipe de finalement remporter la partie sur le score de 2-1[1],[4],[8]. À l'issue de la rencontre, Arsène Wenger dira ceci à propos de Rooney :

« Depuis mon arrivée en Angleterre, je n'ai jamais vu de joueur de moins de vingt ans aussi doué que lui. Il est plus qu'un buteur. C'est un joueur intelligent, et ce qu'il accomplit est exceptionnel. »

— Arsène Wenger, le [4],[9].

Quinze jours plus tard, il permet à nouveau à Everton de remporter la rencontre, cette fois-ci 0-1 en déplacement sur la pelouse de Leeds United[10].

À la fin de l'année 2002, il reçoit le BBC Sports Young Personality of the Year (en), récompense attribuée au sportif de moins de 17 ans ayant apporté la plus grande contribution au sport pendant l'année[11].

En janvier 2003, Wayne Rooney signe son tout premier contrat professionnel, ce qui fait de lui un des jeunes footballeurs les mieux payés[12].

Lors de la deuxième moitié du championnat, le joueur continue encore à inscrire des buts pour son équipe, comme lors de la défaite d'Everton 2-1 face à Arsenal[13], ou lors de la victoire des toffees 2-1 face à Newcastle United[14], et en permettant à nouveau à sa formation de remporter la rencontre dans les dernières seconde aux dépens d'Aston Villa[15]. Pour sa première saison en professionnel, le joueur aura disputé un total de 37 matchs et inscrit 8 buts toutes compétitions confondues[16].

Rooney inscrit son premier but de la saison 2003-2004 lors d'un match nul 2-2 à l'extérieur contre Charlton Athletic le [17]. Il ne retrouve le chemin des filets qu'en décembre, lorsqu'il marque lors d'une victoire 2-1 à l'extérieur contre Portsmouth[18], ou encore lors de la victoire 3-2 à domicile contre Leicester City[19].

Le , Rooney effectue sa 50e apparition en Premier League face à Birmingham City et qui voit les blues remporter le match sur le score de 1-0[20].

Le , le joueur inscrit son premier doublé en Premier League lors du match nul 3-3 de sa formation face à Southampton[21]. Par la suite, il est l'auteur du seul but du match lors de la victoire 1-0 d'Everton contre Portsmouth le [22], avant de marquer lors d'un match nul 1-1 à l'extérieur contre Leicester City une semaine plus tard[23]. Il inscrit enfin son dernier but de la saison lors d'un match nul 1-1 à l'extérieur contre Leeds United le [24].

À la suite des bonnes performances de son joueur lors de l'Euro 2004, le club d'Everton clame qu'il ne met pas fin au contrat de son joueur pour moins de 50 000 000 de livres[25]. Everton se dépêche aussi de faire signer un nouveau contrat à Rooney pour 12 000 livres par semaine pendant trois ans. Mais les espoirs d'Everton sont réduits à néant par le refus de l'agent de Wayne Rooney, laissant Newcastle United et Manchester United se disputer la signature. Il est alors l'un des talents les plus prometteurs du football moderne. Le journal The Times indique même que Newcastle est proche de faire signer la jeune star pour 20 000 000 de livres, ce qui est confirmé par l'agent de Rooney[26].

Manchester United modifier

Débuts convaincants modifier

 
Rooney avec Manchester United en 2006.

Wayne Rooney signe un contrat de six ans en faveur de Manchester United le , la transaction est estimée à environ 31 millions d'euros[27].

Il fait ses débuts sous ses nouvelles couleurs le , lors de la rencontre de ligue des champions face à Fenerbahçe. Les Red Devils remportent le match sur le score de 6-2 et Rooney est l'auteur d'un triplé et d'une passe décisive[28].

Pour sa première saison avec Manchester United, Rooney ne remporte pas de trophée. En effet, le club ne termine qu'à la troisième place en championnat et ne réussit pas à se qualifier pour les quarts de finale de la ligue des champions. United a néanmoins eu plus de succès au niveau des coupes domestiques, mais a toutefois été éliminé en League Cup au stade des demi-finales par une équipe de Chelsea qui a également remporté le titre de Premier League cette saison-là[29]. En FA Cup, les Red Devils s'inclinent en finale face à Arsenal à l'issue des tirs au but[30]. Rooney finit meilleur buteur de United cette saison-là avec 11 buts, et est élu PFA Young Player of the Year (en)[réf. nécessaire].

En septembre 2005, Rooney est expulsé lors du match de Ligue des champions face à Villarreal, après que ce dernier ait applaudi l'arbitre de manière sarcastique, alors que l'arbitre l'avait sanctionné pour une faute involontaire sur un adversaire quelques secondes auparavant[31].

Rooney remporte son tout premier trophée avec United, le en remportant la League Cup face à Wigan Athletic[32]. Manchester United s'adjuge la partie sur le score de 4-0 et Rooney est également élu homme du match au cours de cette finale[33].

Dès son arrivée, Rooney s'affirme comme l'un des meilleurs espoirs du football britannique. Marquant plus de dix buts en championnat par saison dès ses premières années dans le club mancunien, il reçoit en 2005 et 2006 la récompense de meilleur espoir de Premier League.

Période faste modifier

Rooney se fait remarquer dès la première journée de la saison 2006-2007 de Premier League, le contre le Fulham FC, en réalisant un doublé et délivrant une passe décisive, permettant à son équipe de s'imposer par cinq buts à un[34].

Le , Rooney inscrit un triplé lors de la victoire des mancuniens sur le score de 4-0 face aux Bolton Wandrers[35].

Son rendement en attaque fait de lui l'un des principaux artisans des deux titres de champion d'Angleterre acquis par Manchester United en 2007 et 2008[36],[37]. Il participe aussi au triomphe mancunien en Ligue des champions, inscrivant 6 buts et 8 passes décisives[38].

 
Rooney avec Manchester United en 2009.

Lors du match de championnat face à Manchester City le , il inscrit le centième but de sa carrière professionnelle, toutes compétitions confondues[39]. Il remporte sa deuxième Coupe de la Ligue avec Manchester en 2009 face à Tottenham, trois ans après celle acquise en 2006[40].

Le , Rooney inscrit un triplé lors de la victoire 4-1 de Manchester United sur la pelouse de Portsmouth[41].

Le face à Hull City à Old Trafford, Rooney inscrit les quatre buts de la victoire de son équipe, qui voit Manchester United remporter la partie sur le score final de 4-0[42]. Le suivant, face à Arsenal FC à l'Emirates Stadium, Rooney inscrit son centième but en Premier League. Manchester United remporte la partie sur le score de 3-1[43]. Le , il est élu joueur de l'année en Angleterre[44]. Dans le même temps, son équipe conserve la Coupe de la Ligue anglaise en 2010 en inscrivant notamment le but de la victoire en finale face à Aston Villa[45].

Le , il refuse officiellement de prolonger son contrat du fait de son inquiétude quant à « la faculté du club à attirer des joueurs de classe mondiale »[46]. Le , deux jours après son annonce de départ, Wayne Rooney signe un nouveau contrat de cinq ans avec le club mancunien[47] et déclare : « Je signe un nouveau contrat en étant absolument convaincu que l'encadrement, les entraîneurs, la direction et les propriétaires s'engagent à faire en sorte que le club poursuive son histoire victorieuse. ». Après cette réévaluation de contrat, il devient un des joueurs les mieux payés au monde (hors contrats publicitaires) avec un salaire annuel de près de 14 millions d'euros. Après un début de saison 2010-2011 miné par les blessures, Rooney connaît une période de huit mois sans le moindre but inscrit. Il marque une bicyclette qui permet à son équipe de s'imposer sur le score de 2-1 face à Manchester City le [48], ce qui lui vaut, une année plus tard, le prix du « plus beau but de Premier League » depuis sa création en 1992[49],[50]. Le suivant, il permet à son équipe de remonter un retard de deux buts en inscrivant son premier triplé de la saison lors d'une victoire 4-2 à l'extérieur face à West Ham[51]. Le deuxième but inscrit durant ce même match constitue son 100e but en Premier League pour le club, devenant le troisième joueur de Manchester United à marquer 100 buts en Premier League, tout comme Ryan Giggs et Paul Scholes[52]. Le , Rooney inscrit un but sur penalty qui permet à Manchester United de revenir à 1 partout lors du match de championnat contre Blackburn en déplacement à Ewood Park, qui sera le score final de cette même rencontre, lors de l'avant-dernier match de la saison de Premier League. Ce match nul permet à United de remporter un 19e titre de champion d'Angleterre de première division, ce qui constitue alors un record, et à Rooney de remporter son quatrième titre de champion[53]. Le , lors de la finale de la Ligue des champions contre le FC Barcelone, Rooney égalise pour Manchester United mais son équipe s'incline finalement 3-1[54].

Le , il contribue à la victoire historique des Red Devils face à Arsenal (8-2) en inscrivant un triplé lors de la troisième journée de Premier League[55]. À cette occasion, il inscrit ses 150e, 151e et 152e buts toutes compétitions confondues sous les couleurs de Manchester United, dépassant ainsi Ruud van Nistelrooy (150 buts) et se classant neuvième au classement des meilleurs buteurs de l'histoire de Manchester United[56]. Le suivant, il est à nouveau auteur d'un triplé, lors de la victoire des Red Devils 0-5 en déplacement face à Bolton[57]. Lors de la troisième journée des matches de poule de la Ligue des champions opposant les mancuniens au FC Oțelul Galați, qui voit United s'imposer en déplacement 0-2, Rooney marque à deux reprises sur pénalty[58]. Ces deux réalisations font de lui le joueur anglais le plus prolifique de l'histoire de la C1. Il dépasse ainsi le record détenu jusque-là par Paul Scholes (24 buts)[59].

Le suivant, Rooney met fin à une disette de huit matches sans parvenir à inscrire le moindre but. En effet, au cours de cette rencontre il inscrit un doublé contre Wolverhampton Wanderers, qui voit United remporter la partie sur le score de 4-1 à Old Trafford[60].

Le , alors que Manchester United est mené 3-0, Rooney inscrit deux buts sur penalty, ce qui permet à United de remonter un déficit de 3 buts de retard et d'obtenir le point du match nul 3-3, lors de la rencontre de Premier League contre Chelsea à Stamford Bridge[61]. Le suivant, à l'occasion de son 500e match en carrière, Rooney inscrit deux buts lors de la victoire de Manchester United 2-1 aux dépens de Liverpool à Old Trafford[62].

Wayne Rooney a un début de saison 2012-2013 difficile, à la suite d'une blessure à la cuisse face à Fulham[63]. Après son retour de blessure, il enchaîne les performances de hautes volées. Notamment face à Stoke City, où il marque contre son camp le but du 0-1, avant d'inscrire un doublé et de délivrer une passe décisive à destination de Danny Welbeck, le , Manchester United remporte le match sur le score final de 4-2[64]. Lors du derby mancunien, le comptant pour la seizième journée de championnat, victoire de Manchester United 3 buts à 2, il inscrit un doublé et devient par la même occasion le plus jeune joueur à inscrire 150 buts en Premier League[65]. Malgré l'arrivée de Robin van Persie, Rooney modifie son style de jeu. Il marque moins mais participe davantage au jeu des Mancuniens cette année-là.

Capitaine de Manchester United modifier

 
Rooney avec Manchester United en 2008.

Le , Rooney inscrit ses 199 et 200e but lors du match face au Bayer Leverkusen, match remporté par Manchester United sur le score de 4 à 2, il devient le quatrième meilleur buteur de l'histoire de son équipe[66]. Le suivant, une nouvelle fois face au Bayer Leverkusen, Wayne Rooney délivre trois passes décisives et permet à son équipe de s'imposer 5-0 sur le terrain du Bayer[67]. Rooney inscrit son 150e but en championnat pour Manchester United via une volée contre Hull City le suivant, alors que United était mené 2-0, ce qui permet à sa formation de gagner le match 3-2. Au cours de ce même match, il est l'auteur des passes décisives sur les deux autres buts inscrits par son équipe[68]. Le , Rooney signe un nouveau contrat de six ans et devient le joueur le mieux payé du monde (hors publicité), avec un salaire de 18,5 millions d'euros[69]. Le , Rooney inscrit un doublé pour United face à West Ham, lors de la victoire 0-2 de sa formation, ce qui lui permet de se hisser à la troisième place au classement des meilleurs buteurs de l'histoire du club, avec 212 buts en carrière[70].

À la suite des départs de Ryan Giggs, Nemanja Vidić, Rio Ferdinand et de Patrice Évra, le nouvel entraîneur de Manchester United, Louis van Gaal lui confie le brassard de capitaine à l'aube de la saison 2014-2015[71]. Le , il devient le troisième meilleur buteur du championnat anglais avec 175 buts, égalant Thierry Henry[72].

 
Rooney avec Manchester United en 2015.

Dans les différents systèmes de jeu de Louis van Gaal, Rooney est reculé sur le terrain à un poste inédit de milieu de terrain dans le 4-4-2[73], voire de milieu défensif dans le 3-5-2, aux côtés de Michael Carrick et de Juan Mata. Sa qualité de passes, son impact physique et ses frappes en font un élément précieux pour l’entraîneur néerlandais, qui le titularise souvent en soutien d'un attaquant voire au milieu de terrain.

Le , il inscrit un doublé face à Sunderland qui permet aux Mancuniens de prendre la troisième place du championnat. Il n'avait plus inscrit de but en championnat depuis [74]. Le , il marque le troisième but de son équipe contre Tottenham et célèbre son but en feignant de se mettre KO[75], clin d'œil à la vidéo postée sur internet où l'attaquant est mis à terre par un défenseur de Sunderland, Phil Bardsley, au cours d'un combat de boxe amical[76]. Le de la même année, il inscrit un magnifique but dans la surface en reprenant le ballon en demi-volée[77].

Au début de la saison 2015-2016, Rooney est repositionné dans un poste d'attaquant centre à la suite du départ de Robin van Persie[78],[79]. Le , il inscrit un triplé en barrage retour de Ligue des champions contre le Club Bruges (4-0)[80]. Sa performance vient démentir les doutes sur la capacité du joueur à retrouver son niveau[81].

Le , Rooney fut le capitaine de Manchester United lors de la finale de FA Cup face à Crystal Palace. Il dispute les 120 minutes en tant que milieu de terrain central et remporte la compétition pour la première fois de sa carrière, après une victoire sur le score de 2-1 à l'issue des prolongations[82].

Le , lors d'une rencontre contre Stoke City pour le compte de la 22e journée de Premier League, Wayne Rooney inscrit son 250e but sous les couleurs de Manchester United, permettant à son équipe de revenir à un partout et à cette dernière d'obtenir le point du match nul ; devenant ainsi le meilleur buteur de l'histoire du club devant Bobby Charlton, avec 249 buts[83].

Pour son dernier match sous les couleurs de Manchester United, le , Rooney remporte l'Europa League à l'occasion de la victoire de Manchester United sur le score de 2-0 face à l'Ajax Amsterdam[84].

Au cours de son passage à Manchester United, Wayne Rooney devient meilleur buteur de l'histoire du club avec 253 buts, remportant dans le même temps cinq titres de Premier League, quatre Coupe de la Ligue anglaise ainsi que la Ligue des champions, l'Europa League et la FA Cup.

Retour à Everton modifier

Treize ans après son départ, Rooney signe un contrat de deux ans avec Everton le [85]. Le suivant, il inscrit l'unique but des Toffees lors de la première journée de Premier League face à Stoke City. Il est alors impliqué dans 300 buts en Premier League (199 buts, 101 passes décisives). Le , Rooney devient le second joueur à atteindre les 200 buts en Premier League à la suite de son but face à Manchester City (1-1)[86].

Rooney inscrit onze buts en quarante matchs toutes compétitions confondues lors de la saison 2017-2018 sous le maillot d'Everton.

D.C. United modifier

Le , Everton annonce un accord trouvé avec D.C. United, qui évolue en Major League Soccer, sur la base d'un contrat de trois ans et demi. Le transfert prend effet le , date d'ouverture du marché des transferts en MLS[87]. Le suivant, il participe à son premier match avec le club basé à Washington en entrant à l'heure de jeu lors d'une rencontre de Major League Soccer contre les Whitecaps de Vancouver. Il délivre une passe décisive sur le troisième but des siens qui l'emportent 3-1[88].

Le , Rooney inscrit son premier but en MLS face aux Rapids du Colorado (victoire 2-1)[89].

Wayne Rooney inscrit douze buts et délivre six passes décisives en vingt matchs de MLS en l'espace de trois mois et demi et contribue à la qualification de son club pour les séries éliminatoires, alors que D.C. United pointait à la dernière place du classement au moment de sa signature[90]. Le club basé à Washington s'incline cependant dès le premier tour de ces séries quelques jours plus tard[91]. Les bonnes performances de Rooney lui permettent d'être nommé dans l'équipe-type de MLS de l'année.

Le , Rooney se fait remarquer en réalisant son premier et unique triplé pour D.C. United, lors d'un match de MLS contre le Real Salt Lake. Il contribue ainsi à la victoire de son équipe par cinq buts à zéro[92],[93].

Fin de carrière à Derby County modifier

Le , Wayne Rooney s'engage pour un an et demi avec Derby County en qualité de joueur-entraîneur, le contrat débutant le [94] et disposant d'une option de prolongation d'une année supplémentaire[95]. Membre du staff technique de Phillip Cocu, Rooney commence à prendre part aux entraînements de Derby County à partir de fin , et son transfert est officialisé le [96].

Rooney joue son premier match avec Derby County dès le lendemain en étant titularisé contre Barnsley en championnat. Capitaine pour ses débuts, il délivre une passe décisive et son équipe l'emporte 2-1[97].

Le , Rooney inscrit son premier but avec Derby County lors d'un match de championnat face à Luton Town (défaite 3-2)[98].

En novembre 2020, Rooney met sa carrière de joueur entre parenthèses puisqu'il est nommé co-entraîneur intérimaire de Derby County après le limogeage de Phillip Cocu[99].

Entraineur modifier

Le , Wayne Rooney est officiellement nommé entraîneur principal de Derby County. Il annonce par la même occasion qu'il met un terme à sa carrière de joueur[100]. Après un passage à DC United en Major League Soccer, le 11 octobre 2023, le club de Birmingham City annonce son arrivée en tant que coach de l'équipe première en Championship[101]. Il est limogé de Birmingham City début à la suite de mauvais résultats[102].

Sélection nationale modifier

Le , Wayne Rooney devient le plus jeune joueur à être appelé sous le maillot des Three Lions en honorant sa première sélection contre l'Australie en match amical, après avoir été appelé en équipes jeunes[Note 2],[103],[104].

Le , il inscrit son premier but en sélection nationale face à la Macédoine (victoire 1-2) et devient le plus jeune buteur de l'histoire de la sélection anglaise, à 17 ans et 317 jours[105]. Ce record est toujours d'actualité en 2019.

Rooney est ensuite sélectionné par Sven-Göran Eriksson pour disputer l'Euro 2004[106]. Il devient le plus jeune buteur de la compétition en marquant contre la Suisse en phase de poule[107], mais son record est battu quelques jours plus tard par le Suisse Johan Vonlanthen[108]. Il marque trois autres buts durant la compétition avant de terminer le tournoi par une entorse de la cheville à la 27e minute du quart de finale contre le Portugal durant lequel les Anglais sont éliminés aux tirs au but[109].

 
Rooney avec la sélection anglaise en 2006.

Wayne Rooney se blesse gravement avant la Coupe du monde 2006[110], mais est tout de même sélectionné dans l'équipe anglaise, bien que sa blessure ne soit pas totalement guérie[111]. Il est aligné à partir du match contre Trinité-et-Tobago le [112]. Le , il reçoit son second carton rouge sous les couleurs anglaises en quarts de finale face au Portugal. Pour la seconde fois consécutive, l'Angleterre est éliminée d'une grande compétition par les Portugais lors des tirs au but[113], [114].

Pendant la Coupe du monde 2010, les joueurs anglais sont hués par leurs fans après le match nul (0-0) face à l'Algérie. Filmé par la caméra de la chaîne Live TV, Rooney est visiblement énervé et déclare : « C'est bien de se faire siffler par ses propres supporters. »[115]. Il s'en excuse quelques jours plus tard : « J'ai dit des choses qui me sont venues car j'étais frustré du résultat et de notre performance. Par conséquent, je m'excuse de toute offense suite à mes paroles après ce match. »[116]. L'Angleterre est finalement sortie en huitièmes de finale par l'Allemagne (4-1)[117].

Le , il fait partie des vingt-trois joueurs convoqués par Roy Hodgson pour participer à l'Euro 2012[118]. L'Angleterre termine en tête de son groupe avant d'être éliminée par l'Italie en quarts de finale, lors d'une séance de tirs au but[119].

Le suivant, Rooney est désigné capitaine pour disputer la rencontre comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 face à Saint-Marin le lendemain à la suite de la suspension de Steven Gerrard et au forfait de Frank Lampard[120]. Il se distingue en marquant un doublé durant ce match qui voit les joueurs anglais l'emporter 5-0[121].

Le , lors du second match de la Coupe du monde 2014 de l'Angleterre contre l'Uruguay au Corinthiens Arena, Wayne Rooney marque son premier but dans une phase finale de Coupe du monde[122].

Lors du match comptant pour les éliminatoires de l'Euro 2016 face à Saint-Marin, le , il égale le record du nombre de buts marqués en sélection précédemment détenu par Bobby Charlton et permet aux Anglais d'être la première équipe qualifiée pour l'Euro (6-0)[123]. Il bat ce record trois jours plus tard lors de la réception de la Suisse pour ces mêmes éliminatoires, en marquant un penalty à la 84e minute[124],[125]. Rentré au vestiaire, il est applaudi par ses coéquipiers, le félicitant pour son record[126].

Le , il est convoqué en équipe d'Angleterre par le sélectionneur Roy Hodgson pour faire partie de l'effectif prévisionnel de l'Euro 2016. Rooney prend part à quatre rencontres lors de la compétition et inscrit l'unique but des siens en huitièmes de finale face à l'Islande, qui s'impose 1-2.

Le , Wayne Rooney, meilleur buteur de l'histoire de la sélection anglaise, annonce qu'il met un terme à sa carrière internationale[127]. Son dernier match avec les Three Lions remonte alors au .

La Fédération anglaise de football annonce cependant que Rooney est rappelé pour participer à un match amical contre les États-Unis le , des collectes de dons ayant lieu lors de cette rencontre pour la Fondation Wayne Rooney, qui aide les enfants défavorisés[128],[129]. Il participe comme convenu à sa 120e et dernière sélection en entrant à l'heure de jeu lors de cette rencontre que l'Angleterre remportera 3-0[130].

Style de jeu modifier

 
Rooney, photographié en 2016 sous les couleurs de Manchester United. Son engagement, son sens du but, son travail d'équipe et sa technique étaient très appréciés.

Wayne Rooney, reconnu comme un des meilleurs joueurs de sa génération[131],[132], se distingue par sa polyvalence offensive tout au long de sa carrière. En dépit de sa taille relativement petite (1,76 m), il a une présence remarquée dans les airs[133],[134].

Habitué à occuper toutes les positions offensives sur le front de l'attaque[135], [136], Rooney préfère évoluer au poste d'avant-centre[137]. Il est également utilisé comme un second attaquant, un ailier, un meneur de jeu reculé et même un milieu de terrain central ou encore comme milieu « box-to-box » durant sa carrière[138],[73],[139].

Avec l'âge et la diminution de sa vitesse, Rooney est utilisé dans des rôles plus créatifs et profonds, excellant en tant que distributeur de jeu grâce à sa vision, son jeu de passes, ses courses depuis le milieu de terrain et son esprit d'équipe[140]. Il évolue également en tant que « faux 9 » au cours de sa carrière[141].

En étant un buteur prolifique à son apogée à Manchester United, Rooney est un attaquant puissant et un finisseur précis, capable de marquer à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de la surface de réparation, ainsi que sur des reprises de volée[142],[143]. Sa capacité à frapper de très loin le voit marquer depuis sa propre moitié de terrain pour Manchester United, Everton et D.C. United. Il est salué pour son travail sur le terrain et son endurance par les joueurs, les entraîneurs et les médias, et est également très apprécié pour son dévouement et sa volonté de presser les adversaires lors de pertes de balles, afin de récupérer le ballon et de démarrer les attaques pour son équipe[142],[131]. Bien qu'il ne soit pas particulièrement prolifique sur les coups francs, il tire néanmoins souvent des coups de pied arrêtés[144],[145],[146] et des penalties tout au long de sa carrière[147],[148], bien que son taux de réussite sur penalty soit quelque peu irrégulier[149].

En raison de ses prestations précoces dès son adolescence, Wayne Rooney se voit être affublé des surnoms de « Wazza » (en référence à l'ancien international anglais Paul Gascoigne, qui était également un joueur doué, ayant aussi des problèmes en-dehors du terrain)[150], « The Wonder Boy », « le nouveau Pelé »[151], et « le Pelé blanc »[152]. Rooney est un joueur rapide et agile durant sa jeunesse[153] ; cependant, plusieurs blessures tout au long de sa carrière, en plus des problèmes de poids, ont affecté sa vitesse et sa mobilité au fur et à mesure des années, ce qui conduit certains acteurs à l'accuser de ne pas avoir été à la hauteur de son plein potentiel[154],[155],[156]. Son entraîneur Sir Alex Ferguson l'a mis en garde à plusieurs reprises à propos de sa condition physique, déclarant à propos de Rooney, « Il est très trapu, il va devoir s'entraîner correctement tout le temps »[157]. L'ancien préparateur physique de Manchester United, Mick Clegg, a déclaré : « Wayne ne voyait pas vraiment l'importance de la salle de sport. Il disait "Je suis ici pour jouer au football" »[158]. Rooney est aussi critiqué pour son comportement et son agressivité sur le terrain, ce qui le conduit à recevoir des cartons inutiles[142],[150].

Ancien meilleur buteur de l'histoire de l'équipe d'Angleterre et meilleur buteur de tous les temps de Manchester United[159], Rooney est considéré par certains acteurs comme l'un des meilleurs attaquants anglais et l'un des meilleurs attaquants de sa génération[160]. Cependant, il a également été critiqué dans les médias pour certaines de ses performances en phase finale des grands tournois avec l'Angleterre[161],[162]. Il est aussi critiqué par certains pour ne pas avoir brillé lors des grands matchs[163], malgré son nombre de buts inscrits dans les derbies de Manchester[164]. En dépit de ces critiques, Rooney est largement considéré comme un joueur influent et un leader sur le terrain[165], et est loué pour son travail pour l'équipe, son courage et son désir de toujours vouloir gagner[166].

Statistiques modifier

Carrière modifier

Statistiques de Wayne Rooney au 20 janvier 2021
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Supercoupe de l'UEFA Coupe du monde des clubs Séries Total
Division M. B. P.d. M. B. P.d. M. B. P.d. M. B. P.d. Comp. M. B. P.d. M. B. P.d. M. B. P.d. M. B. P.d. M. B. P.d.
2002-2003   Everton FC Premier League 33 6 4 1 0 0 3 2 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 37 8 4
2003-2004   Everton FC Premier League 34 9 4 3 0 0 3 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 40 9 4
Sous-total 67 15 8 4 0 0 6 2 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 77 17 8
2004-2005   Manchester United Premier League 29 11 2 6 3 0 2 0 0 - - - C1 6 3 0 - - - - - - - - - 43 17 2
2005-2006   Manchester United Premier League 36 16 9 3 0 2 4 2 2 - - - C1 5 1 0 - - - - - - - - - 48 19 13
2006-2007   Manchester United Premier League 35 14 11 7 5 3 1 0 0 - - - C1 12 4 0 - - - - - - - - - 55 23 14
2007-2008   Manchester United Premier League 27 12 11 7 5 1 - - - 1 0 1 C1 13 6 8 - - - - - - - - - 48 23 21
2008-2009   Manchester United Premier League 30 12 7 2 1 2 1 0 0 - - - C1 13 4 3 1 0 0 2 3 0 - - - 49 20 12
2009-2010   Manchester United Premier League 32 26 3 1 0 0 3 2 1 1 1 0 C1 7 5 2 - - - - - - - - - 44 34 6
2010-2011   Manchester United Premier League 28 11 11 2 1 0 - - - 1 0 0 C1 9 4 2 - - - - - - - - - 40 16 13
2011-2012   Manchester United Premier League 34 27 4 1 2 0 - - - 1 0 0 C1+C3 4+3 2+3 0+1 - - - - - - - - - 43 34 5
2012-2013   Manchester United Premier League 27 12 10 3 3 0 1 0 0 - - - C1 6 1 3 - - - - - - - - - 37 16 13
2013-2014   Manchester United Premier League 29 17 10 - - - 2 0 2 - - - C1 9 2 8 - - - - - - - - - 40 19 20
2014-2015   Manchester United Premier League 33 12 5 4 2 1 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 37 14 6
2015-2016   Manchester United Premier League 28 8 6 5 2 0 2 1 0 - - - C1+C3 6+0 4+0 0+0 - - - - - - - - - 41 15 6
2016-2017   Manchester United Premier League 25 5 5 2 1 1 4 0 0 1 0 1 C3 7 2 3 - - - - - - - - - 39 8 10
Sous-total 393 183 93 41 22 8 19 5 5 5 1 1 - 98 39 23 1 0 0 2 3 0 - - - 559 253 130
2017-2018   Everton FC Premier League 31 10 2 1 0 0 1 0 0 - - - C3 7 1 1 - - - - - - - - - 40 11 3
2018   D.C. United MLS 21 12 6 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 21 12 6
2019   D.C. United MLS 28 11 7 2 2 1 - - - - - - - - - - - - - - - - 1 0 0 31 13 8
Sous-total 49 23 13 2 2 1 - - - - - - - - - - - - - - - - 1 0 0 52 25 14
2019-2020   Derby County FC Championship 20 5 3 4 1 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 24 6 3
2020-2021   Derby County FC Championship 10 1 0 - - - 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 11 1 0
Sous-total 30 6 3 4 1 0 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 35 7 3
Total sur la carrière 570 237 119 52 25 9 27 7 5 5 1 1 - 105 40 24 1 0 0 2 3 0 1 0 0 763 313 158

Buts en sélection modifier

 
Wayne Rooney taclé par Daniele De Rossi lors du match Angleterre-Italie.

Palmarès modifier

En club modifier

Distinctions personnelles modifier

Records modifier

Vie privée modifier

Le , il se marie avec Coleen McLoughlin (en) à Santa Margherita Ligure, dans le nord-ouest de l'Italie. Le , son épouse donne naissance à leur premier enfant[170]. Le couple accueille trois autres garçons en 2013, 2016 puis 2018.

Son frère John (en), de cinq ans son cadet, est également footballeur et évolue au poste de milieu de terrain dans l'équipe de Barrow en National League anglaise.

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Record battu par deux fois depuis, d'abord par James Milner puis par James Vaughan.
  2. Ce record est par la suite battu le par Theo Walcott.

Références modifier

  1. a b c et d (en) Thomas Hüetlin, « Wayne Rooney: Britain's Backstreet Boy », sur spiegel.de, (consulté le )
  2. (en) « Wayne Rooney » (version du sur Internet Archive)
  3. (en) Paul Hirst, « Wayne Rooney: I never even considered playing for Ireland », sur independent.ie, (consulté le )
  4. a b et c ROMAIN DUCHÂTEAU, AVEC PAUL PIQUARD, « RAPPELEZ-VOUS DE CE NOM : WAYNE ROONEY », sur sofoot.com, (consulté le )
  5. (en) « Radzinski rescues Everton », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  6. a et b (en) « August 17, 2002: Wayne Rooney makes Everton debut in draw vs. Tottenham », sur espn.co.uk, (consulté le )
  7. (en) « Wrexham 0-3 Everton », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  8. (en) « Rooney ends Arsenal's run », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  9. (en) « Rooney wins Wenger praise », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  10. (en) « Rooney sinks Leeds », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  11. (en) « Rooney voted top youngster », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  12. (en) Sam Wallace, « Rooney quietly joins the big time », sur telegraph.co.uk, (consulté le )
  13. (en) « Arsenal back on top », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  14. (en) « Everton dent Newcastle dream », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  15. (en) « Rooney strike stuns Villa », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  16. (en) « Games played by Wayne Rooney in 2002/2003 »
  17. « Feuille du match Charlton Athletic - Everton », sur transfermarkt.fr, (consulté le )
  18. (en) « Rooney sees off Portsmouth », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  19. (en) « Rooney inspires Everton win », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  20. (en) « Everton 1-0 Birmingham », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  21. (en) « Southampton 3-3 Everton », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  22. (en) « Everton 1-0 Portsmouth », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  23. (en) « Leicester 1-1 Everton », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  24. « Feuille du match Leeds United - Everton », sur transfermarkt.fr, (consulté le )
  25. (en) Dominic Fifield, « Rooney may reject £50k a week », sur theguardian.com, (consulté le )
  26. (en) Dominic Fifield et Michael Walker, « Everton reject £20m bid for Rooney », sur theguardian.com, (consulté le )
  27. (en) « Rooney signe à Manchester United », sur newsbbc.co.uk, (consulté le )
  28. (en) Daniel Taylor, « Rooney hat-trick fires United », sur theguardian.com, (consulté le )
  29. (en) Kevin McCarra, « Duff steers Chelsea to Cardiff », sur theguardian.com, (consulté le )
  30. (en) « Arsenal 0-0 Man Utd (aet) », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  31. (en) « Rooney clapped out, Fergie left fuming », sur theage.co.au, (consulté le )
  32. « MANCHESTER SE CONSOLE », sur eurosport.fr, (consulté le )
  33. (en) « Man Utd ease to Carling Cup glory », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  34. « Feuille du match Manchester United - Fulham FC », sur transfermarkt.fr
  35. (en) Paul Wilson, « Rooney gives three reasons why the big man really is back », sur theguardian.com, (consulté le )
  36. Julien Pedebos, « Arsenal sacre Manchester », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  37. « Manchester United conserve son titre », sur france24.com,
  38. « Manchester United, tsar de l'Europe », sur lavenir.net, (consulté le )
  39. « À Manchester, United l'emporte sur City », sur france24.com, (consulté le )
  40. (en) « UNITED WIN ON PENALTIES », sur eurosport.com, (consulté le )
  41. (en) Duncan White, « Portsmouth 1 Manchester United 4: match report », sur telegraph.co.uk, (consulté le )
  42. (en) « ROONEY HITS FOUR », sur eurosport.com, (consulté le )
  43. (en) « Rooney landmark in Man United victory », sur cnn.com, (consulté le )
  44. « ROONEY, ÉVIDEMMENT », sur eurosport.fr, (consulté le )
  45. « MANCHESTER GARDE SA COUPE », sur eurosport.fr, (consulté le )
  46. « Wayne Rooney refuse officiellement de prolonger », sur footmercato.fr,
  47. « Rooney prolonge 5 ans ! », sur lequipe.fr,
  48. « Rooney était show... », sur dhnet.be, (consulté le )
  49. « Rooney élu plus beau but de l’Histoire de la Premier League ! », sur toutlemondesenfoot.fr,
  50. « Rooney rentre dans l'Histoire de la Premier League », sur sport.fr,
  51. (en-GB) Mandeep Sanghera, « West Ham 2 - 4 Man Utd », sur news.bbc.co.uk, (consulté le )
  52. (en) Paul Carr, « Dramatic day across Europe », sur espn.com, (consulté le )
  53. (en-GB) Howard Nurse, « Blackburn 1 - 1 Man Utd », sur news.bbc.co.uk, (consulté le )
  54. M. Weynants, « Le Barça sur le toit de l'Europe », sur rtbf.be, (consulté le )
  55. « Manchester United démembre Arsenal (8-2) ! », sur dhnet.be,
  56. « Rooney un plus dans l'histoire des reds », sur lequipe.fr,
  57. Sébastien DENIS, « PL : MU pulverise Bolton, Rooney s'offre un triplé », sur footmercato.net, (consulté le )
  58. (en) Arindam Rej, « SC Otelul Galati 0 - 2 Man Utd », sur news.bbc.co.uk, (consulté le )
  59. « Rooney bat un record », sur eurosport.fr,
  60. (en) Paul Wilson, « Wayne Rooney and Nani score twice as Manchester United beat Wolves », sur theguardian.com, (consulté le )
  61. (en) Daniel Taylor, « Manchester United earn point at Chelsea after thrilling comeback », sur theguardian.com, (consulté le )
  62. (en) Phil McNulty, « Manchester United 2-1 Liverpool », sur bbc.com, (consulté le )
  63. (en-GB) « Wayne Rooney out for four weeks with thigh injury », sur bbc.com, (consulté le )
  64. (en) Alistair Magowan, « Manchester United 4-2 Stoke », sur bbc.com, (consulté le )
  65. « VAN PERSIE OFFRE LE DERBY À MANCHESTER UNITED (2-3) », sur eurosport.fr, (consulté le )
  66. (en-GB) Phil McNulty, « Man Utd 4-2 Bayer Leverkusen », sur bbc.com, (consulté le )
  67. (en-GB) Alistair Magowan, « Bayer Leverkusen 0-5 Manchester United », sur bbc.com, (consulté le )
  68. « HULL CITY - MANCHESTER UNITED (2-3) : MENÉS 2-0, LES RED DEVILS S'IMPOSENT 3-2 À HULL », sur eurosport.fr, (consulté le )
  69. Jules Froment, « Rooney, le footballeur le mieux payé au monde », sur europer1.fr, (consulté le )
  70. (en-GB) Neil Johnston, « West Ham United 0-2 Manchester United », sur bbc.com, (consulté le )
  71. « Rooney, nouveau capitaine des reds », sur goal.com,
  72. « Wayne Rooney rejoint Thierry Henry dans la hiérarchie des meilleurs buteurs de Premier League », sur eurosport.fr,
  73. a et b (en-GB) Jamie Jackson, « Louis van Gaal: Wayne Rooney to play in midfield for Manchester United », sur www.theguardian.com, The Guardian, (consulté le )
  74. « Rooney se réveille enfin. », sur bluewin.ch.fr, (consulté le ).
  75. « Rooney célèbre son but de façon caucasse. », sur lequipe.fr, (consulté le )
  76. « Rooney improvise un combat de boxe dans sa cuisine et finit KO ! », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  77. « Manchester United régale », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté le )
  78. Nicolas Lagavardan, « Manchester United : son capitanat, son retour à la pointe de l'attaque... Van Gaal mise beaucoup sur Rooney », sur maxifoot.fr,
  79. « Manchester United: Louis van Gaal assure que «Wayne Rooney jouera avant-centre» », sur lequipe.fr,
  80. « Football : Manchester United retrouve Rooney et l'Europe », sur lemonde.fr,
  81. « Ligue des champions - Après Bruges - MU (0-4) : attaqué, Wayne Rooney a répondu par un hat-trick », sur eurosport.fr,
  82. « Coupe d'Angleterre: Manchester United et van Gaal sauvent leur saison », sur lepoint.fr, (consulté le )
  83. MAXIME DUPUIS, « WAYNE ROONEY ARRACHE LE NUL À STOKE (1-1) ET DEVIENT LE MEILLEUR BUTEUR DE L'HISTOIRE DE MANCHESTER », sur eurosport.fr, (consulté le )
  84. « Manchester United remporte l'Europa League pour le symbole et l'histoire (0-2) », sur dhnet.be, 24mai 2017 (consulté le )
  85. (en) « Rooney Rejoins Everton », sur evertonfc.com, (consulté le )
  86. Wayne Rooney inscrit son 200e but en Premier League contre Manchester City, lequipe.fr, 21 août 2017.
  87. (en) United Sign English Premier League Legend Wayne Rooney, dcunited.com, 28 juin 2018.
  88. « Feuille du match D.C. United - Whitecaps de Vancouver », sur transfermarkt.fr
  89. Premier but en MLS pour Wayne Rooney (DC United), les New York Red Bulls battus, lequipe.fr, 29 juillet 2018.
  90. Wayne Rooney et DC United joueront les play-offs de la MLS, lequipe.fr, 21 octobre 2018.
  91. MLS : DC United et le Los Angeles FC s'inclinent dès le premier tour des play-offs, lequipe.fr, 2 novembre 2018.
  92. « Feuille du match D.C. United - Real Salt Lake », sur transfermarkt.fr
  93. (en) « MLS: Wayne Rooney hits hat-trick as DC United thrash Real Salt Lake », sur www.skysports.com,
  94. « Wayne Rooney à Derby County comme entraîneur-joueur (officiel) », sur lequipe.fr, .
  95. (en) « Wayne Rooney to join Derby County » [« Wayne Rooney va rejoindre le comté de Derby »], sur dcfc.co.uk, 6 août 2019.
  96. (en) « Rooney's a Ram », sur dcfc.co.uk, .
  97. « Angleterre : Wayne Rooney délivre une passe décisive et réussit ses débuts avec Derby County en Championship », sur lequipe.fr, .
  98. « Feuille du match Luton Town - Derby County », sur transfermarkt.fr
  99. « Wayne Rooney veut être nommé entraîneur principal de Derby County », sur lequipe.fr, .
  100. « Nommé entraîneur de Derby County, Wayne Rooney met un terme à son immense carrière de joueur », sur francefootball.fr, .
  101. « Wayne Rooney nommé entraîneur de Birmingham City », sur L'Équipe (consulté le )
  102. « Wayne Rooney licencié par Birmingham City », sur L'Équipe,
  103. « Fiche de Wayne Rooney », sur UEFA.com
  104. (en) « Australia catch England out », sur uefa.com, (consulté le )
  105. (en) Rooney sparks England win, bbc.co.uk, 6 septembre 2003.
  106. (en-GB) « England squad confirmed », sur news.bbc.co.uk, (consulté le )
  107. (de) « Wayne Rooney: "König von England" », sur spiegel.de, (consulté le ).
  108. Pierre Salinas, « « Je ne suis pas un mec difficile » », La Liberté,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  109. « Ricardo élimine l'Angleterre », sur lalibre.be, (consulté le )
  110. Marc Roche, « La blessure de Wayne Rooney fait douter l'Angleterre », sur lemonde.fr, (consulté le )
  111. « Un joueur de 17 ans, principale surprise de la liste des 23 Britanniques retenus pour le Mondial 2006 », sur lemonde.fr, (consulté le )
  112. « L'ANGLETERRE A SOUFFERT », sur eurosport.fr, (consulté le )
  113. Vincent Fagot, « Face au Portugal, les Anglais rattrapés par la malédiction des tirs au but », sur lemonde.fr, (consulté le )
  114. Maxime Brigand, « Le jour où Cristiano Ronaldo a fait expulser Rooney », sur sofoot.com, (consulté le )
  115. (en-GB) « England v Algeria: Wayne Rooney blasts 'loyal supporters' for booing team », sur telegraph.co.uk, (consulté le )
  116. « Rooney s'excuse auprès des Anglais », sur sport.gentside.com, (consulté le )
  117. « Feuille du match Allemagne - Angleterre », sur transfermarkt.fr
  118. « L'Euro 2012 : avec Terry, sans Ferdinand », sur francefootball.fr,
  119. « Feuille du match Angleterre - Italie », sur transfermarkt.fr
  120. « Rooney capitaine des Three Lions », sur francefootball.fr,
  121. « L'angleterre dévore Saint-Marin (5-0) », sur lequipe.fr, 12 octobre 2012.
  122. Wayne Rooney scores first ever World Cup goal (GIF)
  123. « L'Angleterre première qualifiée pour l'Euro 2016 grâce à sa victoire à Saint-Marin », sur lequipe.fr,
  124. « Wayne Rooney efface le légendaire Bobby Charlton des tablettes », sur rtl.fr,
  125. « Wayne Rooney, héros dans son pays », sur goal.com,
  126. « Record : Wayne Rooney applaudi par ses partenaires anglais dans le vestiaire », sur lequipe.fr,
  127. « Angleterre : Wayne Rooney (31 ans) prend sa retraite internationale », sur lequipe.fr, .
  128. « Angleterre : Wayne Rooney va rejouer pour les Three Lions », sur lequipe.fr, .
  129. (en) « Wayne Rooney to make final England appearance against USA », sur thefa.com, .
  130. « Amical : l'Angleterre s'impose facilement face aux États-Unis », sur lequipe.fr, .
  131. a et b (it) FEDERICO GAMBARO, « Capello: "Rooney, il migliore insieme a C.Ronaldo e Messi" », sur www.milannews.it, (consulté le )
  132. (it) TOMMASO MASCHIO, « Man. United, Berbatov : "Rooney il migliore di tutti" », sur www.tuttomercatoweb.com, (consulté le )
  133. (en-GB) Rob Bagchi, « Wayne Rooney is crowned king of the kopf », sur www.theguardian.com, The Guardian, (consulté le )
  134. (it) Enrico Sisti, « Rooney, gioiello Ferguson Coraggio e tecnica pura », sur www.repubblica.it, La Repubblica, (consulté le )
  135. (en-GB) Henry Winter, « Sir Alex Ferguson dazzled by the prospect of Wayne Rooney's prime years at Man Utd »  , sur www.telegraph.co.uk, The Daily Telegraph, (consulté le )
  136. (en) « Rooney : I'm happy to play annywhere », sur www.fourfourtwo.com, (version du sur Internet Archive)
  137. (en-GB) « Manchester United striker Wayne Rooney chasing 20 goals next season », sur www.skysports.com, Sky Sports, (consulté le )
  138. (en-GB) « Paul Scholes: England need Wayne Rooney in midfield against Switzerland », sur www.theguardian.com, The Guardian, (consulté le )
  139. (en-GB) Luke Edwards, « Man Utd news: Radamel Falcao could start with Wayne Rooney expected to drop into midfield against Chelsea »  , sur www.telegraph.co.uk, The Daily Telegraph, (consulté le )
  140. (en-GB) Jonathan Wilson, « The football tactical trends of 2011 », sur www.theguardian.com, The Guardian, (consulté le )
  141. (en) Sam Tighe, « Complete Guide to the False 9 and Who Plays It Best », sur bleacherreport.com, Bleacher Report, (consulté le )
  142. a b et c (en) « Wayne Rooney », sur www.espnfc.com, ESPN (consulté le )
  143. (en-gb) « Rooney stunner wins 20 Seasons Best Goal », sur www.premierleague.com, (version du sur Internet Archive)
  144. (en-GB) Jonathan Liew, « Diminished Wayne Rooney still able to serve up flashes of his glorious past », sur www.theguardian.com, The Guardian , (consulté le )
  145. (en-US) Charles Boehm, « Wayne Rooney taking over as MLS's new free-kick king », sur www.mlsoccer.com, (consulté le )
  146. (en) « Who are the greatest PL free-kick takers of all time? », sur Besoccer.com, (consulté le )
  147. (en) Ishan Chowdhury, « EPL: Rooney, Aguero and 8 Other Potential Golden Boot Candidates », sur bleacherreport.com, Bleacher Report, (consulté le )
  148. (en-GB) Adam Marshall, « THE STORY OF UNITED'S 100 PREMIER LEAGUE PENALTIES », sur www.manutd.com, Manchester United , (consulté le )
  149. (en) Joseph Zucker, « Wayne Rooney at Bottom of List for Penalty Shots, Says Louis Van Gaal », sur bleacherreport.com, Bleacher Report, (consulté le )
  150. a et b (en) ERIC BOAKYE ANTWI, « Is Wayne Rooney the New Paul Gascoigne? », sur bleacherreport.com, Bleacher Report, (consulté le )
  151. (en-GB) Liverpool Echo, « Rooney hailed as the new Pele », sur www.liverpoolecho.co.uk, Liverpool Echo, (consulté le )
  152. (en-GB) Stuart Mathieson, « Manchester United striker Wayne Rooney hailed as the 'white Pele' by Sir Alex Ferguson », sur www.manchestereveningnews.co.uk, Manchester Evening News, (consulté le )
  153. (en-GB) Jay Shon, « Declining Rooney an asset to realise », sur www.unitedrant.co.uk, (consulté le )
  154. (en-GB) MATTHEW DUNN, « EXCLUSIVE: Michael Johnson could give Wayne Rooney his electric pace back », sur www.express.co.uk, Daily Express, (consulté le )
  155. (en-GB) Jamie Jackson, « Wayne Rooney: are his best days behind him? », sur www.theguardian.com, The Guardian, (consulté le )
  156. (en-GB) JIM WHITE, « THE REAL REASON WAYNE ROONEY NEVER FULFILLED HIS TRUE POTENTIAL », sur www.eurosport.com, Eurosport, (consulté le )
  157. (en-GB) Samuel Luckhurst, « Manchester United player Wayne Rooney has ignored Sir Alex Ferguson warnings », sur www.manchestereveningnews.co.uk, Manchester Evening News, (consulté le )
  158. (en-GB) ROBERT HICKS, « You wouldn't think it, but CR7 is actually older », sur www.menshealth.com, (consulté le )
  159. (en) Phil McNulty, « Wayne Rooney: England's greatest ever striker? », sur www.bbc.co.uk, BBC, (consulté le )
  160. (en-GB) Joshua Jones, « Man Utd legend Wayne Rooney is best centre forward I’ve seen at club, says Neville after Hall of Fame induction », sur www.thesun.co.uk, The Sun, (consulté le )
  161. « MONDIAL 2014 - ANGLETERRE : ROONEY, CAUSE NATIONALE OU ENNEMI PUBLIC NUMÉRO UN ? », sur www.eurosport.fr, Eurosport, (consulté le )
  162. Dave Appadoo, « Rooney, casse-tête anglais », sur www.sofoot.com, So Foot, (consulté le )
  163. (en-GB) Jamie Jackson, « Wayne Rooney: ‘I’ve had one bad game and everyone’s all over it’ », sur www.theguardian.com, The Guardian, (consulté le )
  164. Sébastien Buron, « Angleterre : l'histoire du derby de Manchester en 10 stats », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le )
  165. (en) « WAYNE ROONEY: I'M HAPPY BE A LEADER AT MANCHESTER UNITED », sur www.eurosport.com, Eurosport, (consulté le )
  166. Romain Duchâteau, « Rooney, si loin du Ballon d’or », sur www.sofoot.com, So Foot, (consulté le )
  167. (en) Rooney wins November Carling Goal of the Month, premierleague.com, 15 décembre 2017.
  168. « Wayne Rooney et Patrick Vieira intronisés au Hall of Fame de la Premier League », sur https://www.lequipe.fr/,
  169. Rooney joueur anglais le plus prolifique en C1
  170. Rooney papa, eurosport.fr, 2 novembre 2009

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :