Pelé

footballeur brésilien (1940-2022)

Pelé
Image illustrative de l’article Pelé
Pelé sous les couleurs du Brésil (1970).
Biographie
Nom Edson Arantes do Nascimento
Nationalité Brésilien
Naissance
Três Corações (Brésil)
Décès (à 82 ans)
São Paulo (Brésil)
Taille 1,73 m (5 8)[1]
Période pro. 19561977
Poste Attaquant / Meneur de jeu
Pied fort Ambidextre
Parcours junior
Années Club
1953-1955 Bauru AC
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1956-1974 Santos FC659 (643)
1975-1977 New York Cosmos064 0(37)
Total723 (680)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1957-1971 Brésil092 (77)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 30 décembre 2022

Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé, né le à Três Corações (Brésil) et mort le à São Paulo (Brésil), est un footballeur international brésilien évoluant au poste d'attaquant et de meneur de jeu du milieu des années 1950 jusqu'en 1977.

Figure majeure du football, Pelé est considéré comme le plus grand joueur de tous les temps. Surnommé O Rei (« le roi »), Pelé est l'unique joueur à avoir remporté trois fois la Coupe du monde de football, en 1958, 1962 et 1970. Désigné athlète du siècle par le Comité international olympique (CIO), joueur du XXe siècle par la Fédération internationale de football association (FIFA), lauréat d'un Ballon d'Or d'honneur, membre de l'équipe mondiale du XXe siècle, l’attaquant brésilien est célèbre pour avoir marqué plus de mille buts dans sa carrière, une partie d'entre eux lors de matchs amicaux.

Attaquant intérieur gauche emblématique du Santos FC, il remporte à onze reprises le championnat de São Paulo dans les années 1950 et 1960 avec le club ainsi que deux doublés avec la Coupe intercontinentale et la Copa Libertadores en 1962 et 1963. Sortant d'une retraite sportive annoncée pour rejoindre le championnat des États-Unis en 1975, l'attaquant brésilien marque l'histoire du New York Cosmos en remportant le championnat 1977 mais aussi dans un rôle d'ambassadeur pour le développement du football dans le pays.

Bénéficiant d'une notoriété mondiale, icône sportive, Pelé prête son image à diverses entreprises et causes après sa retraite sportive. Il devient ambassadeur pour l'Organisation des Nations unies (ONU) et l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) à l'Éducation, l'Écologie et l'Environnement. Ministre extraordinaire des Sports du Brésil entre 1995 et 1998, il troque sa carrière politique pour celle d'ambassadeur lors d'événements organisés au Brésil comme les Jeux mondiaux militaires d'été de 2011 ou la Coupe du monde de football 2014. Parmi ses autres activités, Pelé fut également acteur, scénariste et producteur.

Biographie

Enfance et premières années

Edson Arantes do Nascimento naît à Três Corações (en français : « Trois Cœurs »), dans l'État du Minas Gerais, au nord de Rio de Janeiro, le [2]. Fils de Dondinho (João Ramos do Nascimento), ex-footballeur amateur, et de Celeste Arantes née en 1922[3], il a un frère Jair « Zoca » et une sœur Maria Lucia. Pour sa date de naissance et son nom de famille, les registres de l'état civil de l'époque indiqueraient le et ceux de la paroisse où il a été baptisé mentionnent le . Son prénom est répertorié de manière différente selon les deux actes : le premier fait état de « Edison » (en hommage à Thomas Edison en raison de l'arrivée de l'électricité dans le village) tandis que le second mentionne « Edson ». Le prénom « Edson » et la date du seront les informations qui resteront finalement[4]. Il est tout d'abord surnommé « Dico » par sa famille. À l'âge de trois ans, sa famille quitte Três Corações pour la municipalité de Bauru, dans l'État de São Paulo, où son père décroche un emploi de fonctionnaire et une place dans l'équipe de football de la ville.

Enfant très actif, sa mère le laisse quelquefois accompagner son père lors de ses entraînements de football. Ce serait lors d'un de ces entraînements qu'il aurait acquis le surnom de Pelé. Le petit Edson, qui n'avait que trois ans, s'amusait avec le gardien du Vasco de São Lourenço, le club de son père. C'est alors que son père remarque qu'il crie « Pilé » en essayant de prononcer le nom du gardien, un certain Bilé. « Pilé » deviendra « Pelé » et le surnom de l'enfant (même si sa famille et ses proches continueront à l'appeler Edson)[5]. Pelé n'a pas apprécié ce surnom et s'est battu avec le camarade de classe qui lui avait donné ce surnom[6],[7]. Dans son autobiographie, Pelé a déclaré qu'il n'avait aucune idée de la signification de ce nom, pas plus que ses anciens amis. En dehors de l'affirmation selon laquelle le nom est dérivé de Bilé, et qu'il signifie « miracle » en hébreu, le mot n'a aucune signification en portugais[note 1],[8].

« Mon vrai nom est Edson. Je n'ai pas inventé Pelé. Je ne voulais pas de ce nom. Pelé a un son enfantin en portugais. Edson est plutôt comme Thomas Edison, l'homme qui a inventé l'ampoule électrique. »
— Pelé, sur son refus initial du surnom.

La première équipe de Pelé fut le Sete de Setembro, une équipe qui jouait sur un terrain en terre, nommée d'après la rue qui était le coin de la maison de Pelé[9]. De Sete de Setembro, Pelé est ensuite allé à Ameriquinha, où il a porté des chaussures de football pour la première fois. Il fut champion du championnat local, le Torneio Início[10]. À l'âge de 13 ans, Pelé commence à jouer pour « Baquinho », une équipe de jeunes du Bauru Atlético Clube, qui a remporté deux championnats de jeunes[11]. Pelé fut le plus jeune membre de l'équipe. L'équipe du Bauru Atlético Clube présente alors une grande supériorité sur ses adversaires : dans l'un des matchs, elle s'est même imposée sur le score de 21-0, Pelé étant l'un des meilleurs buteurs de la rencontre avec sept buts inscrits. Au cours de sa première année d'existence, l'équipe fut championne avec six tours d'avance. Pelé attirait déjà l'attention à l'époque, et de nombreux spectateurs venaient aux matchs dans le but d'observer le garçon[12]. Le « Baquinho » a été invité en 1954 à se produire dans les préliminaires d'un match de la deuxième division du championnat de l'État de São Paulo, face au champion des enfants de São Paulo. L'équipe du Bauru Atlético Clube a remporté le match par 12 buts à 1, avec cinq buts de Pelé, ce qui fut souligné dans le journal local de la ville.

L'équipe de « Baquinho » se dissout en 1955, et les garçons décident alors de créer une nouvelle équipe, cette fois pour jouer au football en salle. Ils nomment l'équipe « Radium », d'après le Radium Futebol Clube, un club de la ville de Mococa[9],[10]. Le football en salle venait de devenir populaire à Bauru lorsque Pelé commence à jouer. Il participe à la première compétition de football en salle de la région. Pelé et son équipe remporte le premier championnat et plusieurs autres[13]. Pelé se distingue alors dans ces championnats ; sa supériorité technique sur les autres est si grande que la Liga de Futebol Amador décide que Pelé ne pouvait jouer que dans les buts ou en défense. S'il passait le milieu du terrain avec le ballon, cela serait considéré une faute pour l'adversaire[11],[12]. Selon Pelé, le football en salle présentait des défis difficiles à relever. Il disait que ce dernier était beaucoup plus rapide que le football sur gazon et que les joueurs devaient réfléchir plus vite car tout le monde est entouré de tout le monde sur le terrain. Pelé attribue au football en salle le mérite de l'avoir aidé à penser mieux et plus vite. En outre, le football en salle lui a permis de jouer avec des adultes lorsqu'il avait environ 14 ans. Lors d'un des tournois auxquels il a participé, il a d'abord été considéré comme trop jeune pour jouer, mais il est finalement devenu le meilleur buteur de la compétition avec quatorze ou quinze buts ; « cela m'a donné beaucoup de confiance », a-t-il déclaré plus tard[13].

En 1956, Pelé reçoit une offre du Bangu Atlético Clube, qui est refusée par Celeste, la mère de Pelé, qui ne voulait pas qu'il aille « dans une grande ville », selon ses propres mots. Pelé est également invité à jouer pour l'EC Noroeste, un club de la municipalité de Bauru. Waldemar de Brito, son entraîneur au Bauru Atlético Clube, s'oppose à cette idée, craignant que Pelé ne se blesse en jouant pour l'EC Noroeste. Waldemar de Brito lui suggère alors d'aller au Santos FC. La mère de Pelé, initialement contre l'idée car elle ne voulait pas que son fils devienne un joueur de football, est finalement convaincue par l'entraîneur de Pelé.

1956 : arrivée au Santos FC

Pelé quitte sa famille en 1956 à l'âge de quinze ans pour s'installer à Santos et jouer au club du Santos FC en devenant professionnel[14],[15]. Il s'entraîne directement avec l'équipe professionnelle mais joue avec les juniors. Il dispute son premier match avec les professionnels à l'occasion d'une rencontre amicale le contre les Corinthians de San André et y marque son premier but officiel. Après la blessure d'un titulaire, il prend une place dans l'équipe type très rapidement au début de l'année 1957.

Auteur de bonnes prestations, il est convoqué en équipe du Brésil et joue le lors de la Copa Roca contre l'Argentine au Maracanã, match au cours duquel il inscrit un but (défaite 1-2). Trois jours plus tard, il est titularisé pour la première fois en équipe du Brésil et, grâce à un nouveau but, permet de battre l'Argentine 2-0. Cette convocation prématurée lui permet de croire en ses chances pour participer à la Coupe du monde 1958 qui se déroule en Suède. Il termine meilleur buteur du championnat de l'État de Sao Paulo avec dix-sept buts qui lui permettent d'être sélectionné dans l'équipe en partance pour la Suède.

1958 : premier titre de champion du monde

 
Pelé avec le gardien suédois Kalle Svensson pendant la Coupe du monde 1958 en Suède.
 
Pelé contre la Suède lors de la Coupe du monde 1958.

Appelé à jouer sa première Coupe du monde en 1958, Pelé se blesse quelques jours avant le début de la compétition lors d'un match amical contre le SC Corinthians Paulista[16]. Le jeune attaquant ne participe ni aux matchs amicaux de préparation ni aux deux premiers matchs de la sélection brésilienne au Mondial, une victoire (trois buts à zéro face à l'Autriche) et le premier match nul sans but de l'histoire de la Coupe du monde contre l'Angleterre[16]. Son remplaçant Dida déçoit[16]. Lors du troisième match décisif contre l'URSS, Pelé fait ses débuts dans la compétition. Âgé de dix-sept ans seulement, il devient alors le plus jeune participant au tournoi[16]. Le Brésil s'impose grâce à un doublé de Vavá et se qualifie pour les quarts de finale.

Titularisé pour le reste du tournoi, le jeune attaquant du Santos FC impressionne en marquant un somptueux but qui scelle la victoire un but à zéro contre le pays de Galles en quart de finale. Il devient, à 17 ans et 239 jours, le plus jeune joueur à marquer un but en Coupe du monde. Lors de la demi-finale contre la France, Pelé signe un triplé aux 53e, 64e et 76e minutes dans la victoire 5 buts à 2, au cœur d'une défense tricolore désorganisée[17].

Le , Pelé et ses coéquipiers affrontent la Suède, pays hôte, lors de la première finale de Coupe du monde diffusée à la télévision en direct dans plusieurs pays. Les Brésiliens prennent le contrôle du match avec deux buts de Vavá avant la mi-temps. Puis, en seconde période Pelé se distingue en marquant un but qui est toujours classé parmi les plus beaux de l'histoire de la Coupe du monde : dix minutes après le début de la seconde période, le jeune Brésilien envoie le ballon au-dessus d'un défenseur avant de l'expédier dans les filets d'une volée parfaite. Le Brésil devient pour la première fois champion du monde grâce à une large victoire 5-2 qui marque l'arrivée de Pelé sur la scène internationale. Le numéro 10 de 17 ans quitte la pelouse en pleurs, épaulé par ses coéquipiers[16]. Buteur à six reprises en l'espace de trois rencontres, Pelé termine deuxième meilleur buteur de la compétition derrière Just Fontaine et ses treize buts et devient, à dix-sept ans, le plus jeune vainqueur de la Coupe Jules Rimet.

Après cette victoire, Pelé et ses coéquipiers connaissent une véritable médiatisation à leur retour au pays (couvertures de magazines et entretiens notamment). Il s'agit du premier titre mondial du Brésil, huit ans après la terrible désillusion de 1950 où le Brésil avait perdu la finale chez lui, au Maracanã, face à son voisin l'Uruguay, effaçant ainsi le traumatisme national de cette défaite[16].

1962 : deuxième titre de champion du monde et épopée du Santos FC

 
Pelé arrivant à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol (1962).
 
Pelé à Mar del Plata sous les couleurs du Santos FC (1965).

Malgré ce titre à 17 ans, Pelé poursuit sa carrière au Santos FC sans être le joueur le mieux payé. En raison de la superficie du Brésil et des difficultés de transport ne permettant pas la mise en place d'un championnat national régulier, le Santos FC dispute le championnat de São Paulo qui est, avec le championnat de Rio de Janeiro, l'un des deux championnats régionaux les plus relevés. Les meilleurs clubs de ces deux championnats disputent ensuite le tournoi Rio-São Paulo qui désigne de fait le champion du Brésil. Le Santos FC remporte le titre du championnat pauliste où Pelé termine meilleur buteur avec 58 buts (en 33 matchs) puis, pour la première fois de l'histoire du club, le tournoi Rio-São Paulo en 1959, puis deux nouveaux titres du championnat de São Paulo (1960, 1961). Par ailleurs, le club effectue de nombreuses tournées à travers le monde, notamment en Europe pour y rencontrer les meilleurs clubs du vieux continent qui n'hésitent pas à proposer des offres pour attirer Pelé. Pour la seule année 1960, Pelé joue 116 matchs. Cependant, le Congrès national du Brésil décide de mettre un terme à ces spéculations en le déclarant « Trésor national non exportable ».

Titulaire indiscutable en équipe du Brésil, Pelé participe en 1962 au Chili à sa seconde Coupe du monde. Le , le Brésil affronte le Mexique qu'il bat sur le score de 2-0 grâce à des buts de Mário Zagallo et Pelé. Le , contre la Tchécoslovaquie, Pelé se blesse tout seul musculairement à la 25e minute (claquage) mais reste sur le terrain jusqu'à la fin du match car les remplacements ne sont pas autorisés. Le match se termine sur un score nul et vierge de 0-0. Pelé rend hommage aux défenseurs tchécoslovaques pour leur fair-play, ces derniers ayant retenu leurs gestes afin de ne pas aggraver sa blessure. Malgré tout, Pelé ne parvient pas à se remettre sur pied et ne prend donc part à aucun autre match dans le tournoi. Mais la Seleção, menée à nouveau par un Garrincha insaisissable et irréprochable, triomphe une seconde fois. Durant ce Mondial 1962, ayant démontré l'étendue de ses talents lors des entraînements, il était convenu que Pelé prendrait la place de gardien de but, si celui-ci se blessait et devait quitter le terrain en cours de rencontre[18]. De même, en 1964, il sera amené à remplacer Gilmar dans les buts de son club, le Santos FC[19].

De retour au Brésil, il se rétablit et rejoint son club qui s'est qualifié pour la finale de la Copa Libertadores[note 2]. Il ne joue que le match d'appui, le dernier, contre le CA Peñarol. Les deux équipes ayant reporté chacune un match, le Santos FC force enfin la décision en gagnant la rencontre décisive sur le score de 3-0 (doublé de Pelé). Ce titre permet au club brésilien de rencontrer le vainqueur de la Coupe d'Europe des clubs champions, le Benfica Lisbonne d'Eusébio en Coupe intercontinentale. Au match aller, le Santos FC s'impose 3-2 (doublé de Pelé) au Maracanã. Au match retour à Lisbonne, le Santos FC s'impose à nouveau contre le Benfica Lisbonne, 5-2 avec un triplé de Pelé (et après avoir mené 5 à 0) et remporte son premier titre intercontinental.

L'année suivante, le Santos FC parvient une nouvelle fois en finale de la Copa Libertadores, cette fois-ci contre le Boca Juniors, et remporte pour la deuxième fois le titre après une victoire au Maracanã à l'aller sur le score de 3-2, puis une autre au retour à la Bombonera sur le score de 2-1 dont le but victorieux inscrit par Pelé à la 82e minute. Ce succès permet donc au Santos FC de disputer également la Coupe intercontinentale contre l'AC Milan. Au match aller, l'AC Milan gagne 4-2 à San Siro malgré le doublé de Pelé, mais le Santos FC remporte le match retour 4-2 (blessé, Pelé ne joue pas). Un match d'appui est nécessaire et le Santos FC s'impose 1-0, remportant pour la deuxième fois le trophée intercontinental.

1966 : déception de la Coupe du monde

 
Pelé sous les couleurs de la Seleção lors de la Coupe du monde 1966 en Angleterre.

La célébrité de Pelé ne lui attire pas seulement les faveurs du public et des médias. L'attaquant de 25 ans du Santos FC devient la cible de tous les défenseurs. Son club tire le maximum du phénomène et accepte un nombre important de matchs amicaux à travers le monde, exposant ainsi son joueur vedette. Souvent blessé, Pelé récupère habituellement rapidement mais les blessures à répétition, qu'elles soient consécutives à sa surexposition ou aux agressions, finissent par lui poser des problèmes.

Double tenante du titre, l'équipe du Brésil est encore favorite de la Coupe du monde 1966 organisée en Angleterre et arrive donc confiante. Le , au Goodison Park, le défenseur de la Bulgarie Dobromir Zhechev serre le marquage sur Pelé après qu'il a marqué un but sur un coup franc qu'il a provoqué. Le Bulgare multiplie les agressions, toujours en retard[20]. Un hématome derrière le genou droit empêche la vedette de jouer le match suivant contre la Hongrie. Le Brésil s'incline trois buts à un et se retrouve au pied du mur[20]. Titularisé pour la dernière rencontre, décisive, contre le Portugal, Pelé observe Eusébio faire la différence pour le Portugal avant d'être blessé par João Morais qui l'agresse d'un tacle des deux pieds à la demi-heure de jeu[20]. Victime d'un grand nombre de fautes tout au long du match, Pelé, peu aidé par l'arbitrage, est impuissant et termine le match en boitant, genou bandé[20]. Le Portugal s'impose trois buts à un et élimine le Brésil, qui quitte le tournoi dès le premier tour. Dobromir Zhechev, le défenseur bulgare, dira plus tard : « J'ai commencé le travail. Morais l'a terminé »[21]. La Coupe du monde sera finalement gagnée par l'Angleterre.

1970 : troisième titre de champion du monde

 
Pelé avec la sélection du Brésil (1970).

Déçu du laxisme du corps arbitral et du traitement des défenseurs adverses, Pelé se concentre sur sa carrière en club mais ne parvient pas à remporter le championnat pauliste en 1966 avant de le reconquérir l'année suivante. Alors que la Coupe du monde 1970 au Mexique se profile, Pelé revient en sélection en 1968 après une pause de deux ans, née de la déception de l'édition 1966. En 1968, il réalise le doublé championnat pauliste-Coupe du Brésil avec le Santos FC. L'attaquant brésilien multiplie les tournées avec son club et la sélection brésilienne à travers le monde.

À l'automne 1969, tous les médias sportifs brésiliens attendent le millième but de sa carrière (matchs amicaux inclus). Plus il s'approche de cet accomplissement, plus l'attaquant brésilien rencontre des problèmes d'efficacité. Aucune défense adverse ne souhaite être retenue dans l'histoire comme étant celle ayant encaissé ce fameux but. Le , devant 65 000 spectateurs au stade Maracanã, Pelé inscrit ce millième but sur penalty face au Vasco de Gama FC. Immortalisé par les caméras en noir et blanc, ce but historique entraîne une explosion de joie dans le stade et l'envahissement du terrain par des journalistes et des supporteurs[22]. L'attaquant brésilien effectue un tour d'honneur et après vingt-cinq minutes d'interruption, le match reprend pour terminer par une victoire sur le score de deux buts à un du Santos FC[23].

Entraînée par Mário Zagallo, la sélection brésilienne se pose comme l'une des favorites de la Coupe du monde 1970 (qui est pour la première fois retransmise en couleur par des télévisions du monde entier). Titulaire, Pelé joue aux côtés des Jairzinho, Tostão, Rivelino et Carlos Alberto. Lors de la première journée, contre la Tchécoslovaquie, alors que le score est de 1-1, Pelé tente un lob de cinquante mètres sur le gardien Ivo Viktor et manque le cadre pour quelques centimètres. Il se reprend cependant plus tard en marquant le deuxième but de la victoire 4 buts à 1 du Brésil. Au match suivant contre le tenant du titre, Pelé met en lumière le gardien anglais Gordon Banks qui repousse son tir (une tête piquée à bout portant) de façon parfaite[24]. Cet arrêt est considéré alors comme l'un des plus beaux arrêts de gardien de l'histoire[25]. Pelé dira d'ailleurs après le match : « J'ai marqué un but, mais Banks l'a arrêté »[26]. Malgré l'exploit de Gordon Banks, le Brésil s'impose 1 but à 0. Enfin, Pelé inscrit un doublé contre la Roumanie pour une courte victoire 3 buts à 2 permettant au Brésil de remporter son groupe en faisant le plein de points.

Le Brésil bat ensuite le Pérou 4-2 en quart de finale, sans but de Pelé, puis retrouve un vieux rival, l'Uruguay, en demi-finale. Pour Pelé, il s'agit de l'occasion d'effacer le mauvais souvenir de 1950 pour toute une nation. Mené 0-1, le Brésil s'impose finalement 3-1 ; durant ce match Pelé effectue un grand pont sans toucher la balle devant le gardien de la Celeste, Ladislao Mazurkiewicz, mais il ne réussit pas cependant à cadrer sa frappe après cette feinte prodigieuse. Pelé et la Seleção sont aux portes d'un troisième titre, tout comme l'Italie qu'ils rencontrent en finale. Pelé ouvre le score de la finale d'un but au second poteau sur un centre de Rivelino et offre en fin de match, par une passe aveugle, le quatrième but à Carlos Alberto, celui qui scelle le triomphe brésilien (4-1). Ce troisième titre mondial permet au Brésil de conquérir définitivement la Coupe Jules Rimet[note 3]. Le défenseur italien Tarcisio Burgnich, adversaire de Pelé lors de la finale déclare : « Avant le match, je me disais : il est en chair et en os, comme moi. J'ai ensuite compris que je m'étais trompé ». Pelé a terminé sa carrière en Coupe du monde avec un record de 10 passes décisives, dont trois en finale[4].

1974 : départ du Brésil et première retraite sportive

 
Pelé signant un ballon de football pour le président des États-Unis Richard Nixon (1973).
 
Pelé dans un hôtel à Amsterdam (1981).

Un an après ce titre, Pelé prend sa retraite internationale lors d'un match entre la Seleçao et la Yougoslavie au Maracanã le (score final : 2-2) sous l'ovation du public qui demande à Pelé de rester, en vain. Il poursuit cependant sa carrière en club, toujours au Santos FC, à travers les différentes compétitions et les tournées amicales dans le monde. C'est lors d'une de ces tournées en Amérique du Nord que Pelé reçoit des offres des États-Unis dès 1971 mais les décline.

En 1973, il signe un contrat avec Pepsi-Cola et à son projet d'ateliers de football pour enfants, en club il continue à réaliser de bonnes performances comme le titre du championnat pauliste remporté, ce qui incite de nombreuses personnes, dont le pouvoir politique, à réclamer le retour de Pelé en sélection pour la Coupe du monde 1974 organisée en Allemagne de l'Ouest, mais celui-ci reste sur sa position de 1971. Fin 1974 à 34 ans, il décide alors de prendre sa retraite définitive contre Ponte Preta après dix-huit années passées au Santos FC.

1975 : arrivée au Cosmos de New York et retraite définitive

Quelques mois après ce retrait du monde du football, Pelé s'aperçoit que ses affaires en dehors du football ne se portent pas bien. Voyant ses dettes s'accumuler, le joueur brésilien est poussé à jouer un match amical avec le club libanais du Nejmeh Sporting Club pour les liquider. Après avoir reconsidéré les offres des clubs européens où le rythme des matchs est aussi élevé qu'en Amérique du Sud, il décide de s'engager dans le championnat nord-américain : la North American Soccer League (NASL).

Le , Pelé signe un contrat de trois ans pour plus de 4,7 millions de dollars avec le Cosmos de New York[27]. L'accord implique également Warner Communications qui obtient les droits d'image de la vedette brésilienne[27]. Pelé s'installe à New York et participe alors à l'essor du football aux États-Unis dans un pays où ce sport reste confidentiel. Après son recrutement, les dirigeants du club new-yorkais décident de changer le maillot du club et reproduit une copie des couleurs du Santos FC[28].

Lors de sa première saison, qu'il rejoint en cours, il ne permet pas à son club de se qualifier pour la phase finale, toutefois sur le plan économique c'est un véritable succès avec des stades remplis et où de nombreuses personnalités assistent aux matchs de « soccer ». L'année suivante, en 1976, le Cosmos de New York recrute alors de nouveaux joueurs professionnels dont l'international italien Giorgio Chinaglia, l'équipe joue mieux et se qualifie pour les séries éliminatoires mais est battue en quart de finale par les Rowdies de Tampa Bay (1-3). Il décide alors de prolonger sa carrière d'une année. Les matchs à domicile se déroulent depuis peu au Giants Stadium et de nouveau un effort avait été fait sur le recrutement des joueurs : Franz Beckenbauer, Carlos Alberto ou Jomo Sono. Le , l'équipe parvient en Soccer Bowl (finale du championnat) et Pelé remporte son premier titre de la NASL contre les Seattle Sounders. Avec treize buts et un record de dix-huit passes décisives dans la saison, Pelé est désigné meilleur joueur de la saison par ses pairs[29].

Après ce titre, Pelé décide d'annoncer sa retraite définitive du football. Pour cela, il organise un match d'adieu entre le Cosmos de New York et le Santos FC le au Giants Stadium, devant environ 75 000 spectateurs. Il revêt les couleurs du Cosmos de New York en première mi-temps puis celles du Santos FC en deuxième période[30]. À la fin du match, il est soulevé par ses coéquipiers et effectue un tour d'honneur, Pelé n'arrivant pas à retenir ses larmes. Il est âgé alors de 37 ans. Il joue par la suite d'autres matchs, mais seulement amicaux à l'occasion d'autres jubilés ou de rencontres organisées par la Fédération internationale de football association (FIFA).

Activités hors du football

Action humanitaire

En 1977, il arrête définitivement le football. J.B. Pinheiro, ambassadeur du Brésil à l'Organisation des Nations unies (ONU), déclare que « Pelé a joué 22 ans au football et durant cette période, il a fait plus pour l'amitié et la fraternité que n'importe quel autre ambassadeur ». Le de cette même année, l'ONU lui décerne le titre de « Citoyen du monde ». Il décide alors de s'engager dans des actions liées au football ou humanitaires, il travaille tout d'abord à la commission du fair-play à la Fédération internationale de football association (FIFA) puis devient ambassadeur de bonne volonté pour le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), notamment dans l'éducation et la santé des enfants, où il n'hésite pas à participer à des manifestations de collecte de fonds. Il a appuyé le téléthon télévisé pour les enfants en difficulté et le gala qu'Ute-Henriette Ohoven, ambassadrice de bonne volonté de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), organise tous les ans afin de collecter des fonds pour l'éducation des enfants qui sont dans le besoin. Il utilise sa renommée pour promouvoir les activités de l'organisation. Il a participé au « parti du cœur 2000 » qui s'est tenu à Rome, en Italie, pour appuyer le processus de paix israélo-palestinien, en montrant une fois de plus son engagement, et pour tenter d'unir les parties ennemies grâce au langage du football.

Entre l'action humaniste culturelle et l'action politique, Pelé a clairement exprimé son soutien à la langue internationale espéranto en déclarant : « L'espéranto sera très utile en général pour les sportifs, pour les rapprocher et leur faciliter des relations amicales et sportives »[31],[32].

Carrière politique

Pelé
 
Pelé lors d'une visite à Baltimore (1995).
Fonctions
Ministre extraordinaire des Sports (en)

(4 ans)
Président Fernando Henrique Cardoso
Gouvernement Cardoso (pt)
Successeur Rafael Greca (en)
Biographie
Nom de naissance Edson Arantes do Nascimento
Date de naissance
Lieu de naissance Três Corações (Brésil)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès São Paulo (Brésil)
Nature du décès Cancer du côlon
Sépulture Santos (Brésil)
Nationalité   Brésilien
Parti politique Indépendant

Après la dictature dans son pays, de nombreux gouvernements souhaitent que Pelé prenne en main le ministère des Sports au Brésil. Après deux refus à Tancredo Neves en 1985 puis à José Sarney en 1989, Pelé accepte le poste proposé par Fernando Henrique Cardoso[33]. Cette nomination intervient un an après les accusations de corruption de Pelé envers Ricardo Teixeira, le président de la Confédération brésilienne de football, qui lui a valu une plainte de ce dernier et d'être banni du tirage au sort par João Havelange de la Coupe du monde 1994 organisée aux États-Unis[34].

Il décide de refondre structurellement l'organisation du football au Brésil mais se heurte à certains présidents de clubs, car il souhaite que les clubs publient les bilans annuels. Il se heurte également à la Confédération brésilienne de football dont João Havelange dans sa tentative de doter le championnat du Brésil d'une ligue indépendante sur l'exemple du championnat d'Angleterre[35]. Finalement, en fin d'exercice en 1998, il parvient à faire aboutir son projet de loi appelé la « loi Pelé » qui est une adaptation à l'arrêt Bosman en Europe pour permettre aux footballeurs de s'engager où ils le désirent[36].

Vie privée

Relations et enfants

Le , Pelé épouse Rosemeri dos Reis Cholbi, dont il a deux filles, Kelly Cristina, née le et Jennifer, née en 1978, ainsi qu'un fils, Edinho, né le . Le couple se sépare en 1980 et divorce en 1982. Entre 1981 et 1986, il fréquente la présentatrice de télévision, Xuxa, qui était mannequin à l'époque. En 1990, Pelé commence à fréquenter la psychologue et chanteuse de gospel Assíria Seixas Lemos. Ils se marient en et le couple donne naissance le aux jumeaux Joshua et Celeste. Ils se séparent ensuite. En , il épouse la femme d'affaires d'origine japonaise de 24 ans sa cadette, Marcia Cibele Aoki[37].

Pelé a eu au moins deux enfants avec d'anciennes compagnes. Sandra Regina Machado née le , est la fille d'une femme de chambre, Anisia Machado ; elle s'est battue des années pour être reconnue par Pelé, qui a refusé de se soumettre aux tests ADN. Cependant, elle a été reconnue par les tribunaux comme étant sa fille. Pelé ne l'a jamais reconnue, même après son décès d'un cancer en 2006[38]. Pelé a eu une autre fille, Já Flávia Kurtz, issue d'une relation extra-conjugale et née en 1970, avec la journaliste Lenita Kurtz. Il a reconnu Flavia comme sa fille[39].

Problèmes de santé

En 1977, après une chute lors d'un match, il se retrouve avec la côte cassée et cette dernière endommage son rein droit qui lui est finalement retiré[40]. Il apparait depuis 2017, lors de plusieurs évènements, notamment lors du tirage au sort de la Coupe du monde 2018, en fauteuil roulant car ayant du mal à se déplacer, selon son fils Edinho, Pelé souffrirait de ce manque de mobilité et serait en « dépression »[41].

Mort

Opéré d'une tumeur « suspecte » au niveau du côlon en , Pelé quitte l'hôpital à la fin du mois et poursuit une chimiothérapie pour traiter son cancer[42],[43]. Admis à nouveau à l'hôpital Albert Einstein de São Paulo le , son état est jugé comme « préoccupant »[44]. Le , l'hôpital indique que son état de santé s'aggrave et qu'une insuffisance « rénale et cardiaque » nécessite des soins « plus importants »[45],[46]. Le , il meurt à l'âge de 82 ans, des suites de son cancer[47],[48] . L'hôpital évoque un décès lié à « une défaillance de multiples organes »[49],[50].

Les réactions sont nombreuses, Luiz Inácio Lula da Silva, le président de la république fédérative du Brésil élu estime que « peu de Brésiliens ont porté le nom de notre pays aussi loin que lui » et qu'« il n'y a jamais eu de numéro 10 comme lui »[51]. Michel Platini ajoute que Pelé « était tout le football », Kylian Mbappé que « son héritage ne sera jamais oublié » et Neymar que « Pelé a tout changé. Il a transformé le football en art, en divertissement »[52],[53],[54].

Le gouvernement brésilien décrète un deuil national de trois jours à la suite de son décès[55],[56],[57]. O Rei (en français : « le roi ») est enterré à Santos, dans l'intimité familiale, après une veillée funèbre ouverte au public au stade Urbano-Caldeira du Santos FC[58].

Buts mémorables

 
Pelé et le président de la république fédérative du Brésil, Lula, lors du 50e anniversaire de la Coupe du monde 1958 en 2008.

En 1958, il marque deux buts en finale de la Coupe du monde contre la Suède : pour le premier, il réceptionne un centre de Nílton Santos avec un contrôle orienté de la poitrine qui lui permet d'éliminer Sigge Parling, puis lobe Bengt Gustavsson avec un coup du sombrero avant de reprendre de volée. Pour le second, il coupe de la tête un centre de Mário Zagallo après avoir gagné son duel aérien avec Sven Axbom. Sigge Parling, également présent sur cette action, confiera plus tard avoir eu « envie de l'applaudir » à ce moment-là.

Selon lui, son plus beau but a été réalisé au stade Rua Javari lors d'une rencontre du championnat de São Paulo contre la Juventude le . L'animation est incluse dans Pelé Eterno, un documentaire sur sa carrière. Il partit de l'angle de la surface de réparation, loba successivement quatre adversaires dont le gardien, sans permettre au ballon de toucher le sol, et termina cette action par une tête.

Le , il marque le « plus beau but de l'histoire du Maracanã » (selon l'inscription d'une plaque commémorative au pied de la tribune d'honneur du stade), lors d'un match entre le Fluminense FC et le Santos FC et devant 120 000 spectateurs. Pelé remonte seul le ballon sur 70 mètres et élimine sept joueurs. Il marque le but en prenant le gardien du Fluminense FC à contrepied avec une frappe liftée. Même les spectateurs du Fluminense FC, battu 3 buts à 1, viendront embrasser Pelé, à la fin du match[59].

En 1970, il marque en finale, à Mexico, le 100e but du Brésil en Coupe du monde, ouvrant le score face à l'Italie. Une tête piquée reprise très haut. « J'ai ressenti quelque chose de spécial après ce but, parce que j'ai marqué de la tête. Mon père, qui était joueur lui aussi, a marqué une fois cinq buts de la tête dans le même match. C'est un record que je n'ai jamais pu battre », expliqua-t-il plus tard[60]. Ce même jour, il effectue une passe en aveugle mémorable dans le dos de la défense italienne pour le compte de son capitaine, Carlos Alberto qui marque le but du 4-1, score final. Lors de cette même compétition, trois actions de Pelé vont rester dans les mémoires, même si elles ne donnent pas de buts : il tente un lob de 50 mètres au-dessus du gardien tchécoslovaque Ivo Viktor, la balle passe à quelques centimètres du poteau, et il effectue un grand pont sans toucher le ballon sur le gardien uruguayen Ladislao Mazurkiewicz en demi-finale, mais une fois passé derrière le gardien, il ne parvient pas à cadrer sa frappe. Face à l'Angleterre au premier tour, Pelé frappe une tête piquée à bout portant au premier poteau, Gordon Banks effectue une parade réflexe qui sera qualifiée d'« arrêt du siècle »[61]. « Aujourd'hui, j'ai marqué un but mais Gordon Banks l'a arrêté », dit le Brésilien à chaud[61].

Style de jeu

S'il a un physique commun, — il mesure 1,70 m et pèse 67 kg en 1958 —, Pelé possède des qualités techniques et athlétiques hors-normes[16]. Joueur complet, il impressionne très tôt par sa classe. Pour Jean Snella, le sélectionneur de l'équipe de France à la Coupe du monde 1958, il n'a « aucun défaut, car il est solide, rapide et possède une technique parfaite, une frappe de balle remarquable. Il joue de la tête et fait preuve d’une rare intelligence »[16].

Rapide, doué d'une incroyable détente verticale (comme sur le but inscrit de la tête en finale de la Coupe du monde 1970), le Brésilien jouissait d'une aisance technique sur le terrain qui le faisait passer pour le meilleur de son époque. Il était capable de réaliser les gestes les plus techniques avec une très grande facilité. Il était aussi capable d'en réaliser beaucoup et régulièrement. En 1958 comme en 1970, il tenta et réussit des gestes d'anthologie.

Palmarès

Si Pelé est considéré par beaucoup comme le meilleur joueur de tous les temps[62],[63],[64], c'est surtout grâce à son impact sur le football toutes époques confondues avec des performances et de nombreux records restés inégalés jusqu'à ce jour. De ses débuts professionnels à 16 ans à sa retraite internationale, Pelé a pratiquement éclipsé tous les autres joueurs de son époque, même au niveau de la précocité (plus jeune vainqueur en Coupe du monde, gagnée à 17 ans, et plus jeune buteur de l'histoire de cette compétition).

Titres

Pelé est à ce jour le seul joueur à avoir gagné trois Coupes du monde (1958, 1962 et 1970). Blessé lors du match de premier tour contre l'Espagne en 1962, Pelé ne dispute toutefois pas les trois matches à élimination directe (quart de finale, demi-finale et finale) lors de l'édition chilienne. Il a néanmoins marqué lors de quatre Coupes du monde différentes, totalisant 12 buts.

L'équipe du Brésil n'a jamais perdu un seul match lorsque le tandem Pelé et Garrincha était sur le terrain.

« Pelé a dépassé les limites de la logique. »

— Johan Cruyff

Palmarès de Pelé[65]
Santos FC (23) NY Cosmos (1) Brésil (3)

Distinctions

Records

 
Timbre en l'honneur du 1000e but de Pelé.

Pelé cumule les records. Le , contre le Vasco da Gama FC, il avait inscrit son 1000e but dans un délire indescriptible au Maracanã. Il marquera six fois cinq buts dans le même match au cours de sa carrière, 30 fois quatre buts et 92 fois trois buts. Son record de buts en un seul match est de huit, contre le Botafogo FR en 1964. Au total, on compte 1303 buts en 1392 matches et 77 buts (47 passes décisives[72]) en 92 sélections internationales[73],[74]. Pelé figure parmi les seuls joueurs ayant à la fois remporté une Coupe du monde et étant détenteurs du record de buts avec leur équipe nationale au même titre que Miroslav Klose (71 buts), David Villa (59 buts) et Olivier Giroud (53 buts). Il totalise 1 281 buts en 1 363 matchs[75].

Statistiques

Statistiques officielles de Pelé[74]

Club/Sélection Matchs Buts
Santos FC 659 643
New York Cosmos 64 37
Brésil 92 77
Sélection militaire 4 4
Sélection de São Paulo 15 12
Autres sélections 5 2
Total 839 775


Statistiques en clubs[74]
Club Saison Compétitions nationales Championnat (Total) Coupe(s) nationale(s) Compétitions internationales Matchs officiels[note 4] Amicaux Total
(avec amicaux)
Champ. Pauliste Rio-São Paulo T. de Prata Champ. Brésil Copa Libertadores Coupe intercontinentale
M B M B M B M B M B M B M B M B M B M B M B
Santos FC 1956 0 0 0 0 0 0 2 2 2 2
1957 29 36 9 5 38 41 38 41 29 16 67 57
1958 38 58 8 8 46 66 46 66 14 14 60 80
1959 32 44 7 6 39 50 4 2 43 54 40 47 83 100
1960 30 33 3 0 33 33 - - - 33 33 34 26 67 59
1961 26 47 7 8 33 55 5 7 - - 38 62 36 48 74 110
1962 26 37 - 26 37 5 2 4 4 2 5 37 48 13 14 50 62
1963 19 22 8 14 27 36 4 8 4 5 1 2 36 51 16 16 52 67
1964 21 34 4 3 25 37 6 7 - - 31 44 16 13 47 57
1965 28 49 7 5 35 54 4 2 7 8 - 46 64 20 33 66 97
1966 14 13 - 14 13 5 2 - - 19 15 19 16 38 31
1967 18 16 14 9 32 25 - - - 32 25 33 30 65 55
1968 21 17 17 11 38 28 - - - 38 28 35 26 73 56
1969 25 26 12 12 37 38 - - 37 38 24 19 61 57
1970 15 7 13 4 28 11 - - 28 11 26 36 54 47
1971 19 6 21 1 40 7 - - 40 7 32 23 72 30
1972 20 9 16 5 36 14 - - 36 14 38 36 74 50
1973 19 11 30 19 49 30 - - 49 30 17 22 66 52
1974 10 2 17 9 27 11 - - 27 11 18 9 45 20
Total 410 467 53 49 56 36 84 34 605 589 33 30 15 17 3 7 656 642 462 446 1118 1088
Club Saison NASL Play-offs Matchs officiels Autres Total
M B M B M B M B M B
NY Cosmos 1975 9 5 - 9 5 14 12 23 17
1976 22 13 2 2 24 15 18 11 42 26
1977 25 13 6 4 31 17 11 6 42 23
Total 56 31 8 6 64 37 43 29 107 66
Statistiques individuelles en sélection[76]
Saison   Brésil
M B
1957 2 2
1958 7 9
1959 9 11
1960 6 4
1961 0 0
1962 8 8
1963 7 7
1964 3 2
1965 8 9
1966 9 5
1967 0 0
1968 7 4
1969 9 7
1970 15 8
1971 2 1
Total 92 77

Filmographie

Notoriété

Icône mondiale, Pelé est le symbole d'un nouvel optimisme brésilien au début des années 1990. Vedette sportive, sa notoriété dépasse le cadre du football et le joueur reçoit des audiences avec plusieurs papes, rois, et plusieurs dizaines de présidents[77]. La Coupe du monde de football 1962 terminée, des clubs européens huppés ont proposé des sommes importantes pour engager le jeune joueur. Le gouvernement brésilien déclara cependant Pelé « trésor national non exportable », ce qui empêcha son transfert[78].

En 1970, les deux factions impliquées dans la guerre civile au Nigéria se sont entendues sur un cessez-le-feu de quarante-huit heures pour regarder Pelé donner un match d'exhibition à Lagos[79],[80],[81]. Il a fait la promotion du médicament commercial Viagra pour le compte des laboratoires Pfizer[82],[83]. Le slogan en français était : « Parce que je suis un homme ».

Pelé dans la culture populaire

Pelé a été l'un des premiers Noirs à faire la couverture du magazine Life.

Dans la ville de Santos, le est consacré « jour Pelé ». C'est l'anniversaire de son 1000e but, inscrit au Maracanã[84],[85].

Pelé a été la première personnalité sportive représentée dans un jeu vidéo avec le jeu Pelé's Soccer sur Atari 2600.

En Formule 1, lors des Grands Prix automobile du Brésil, il a remis à plusieurs reprises les trophées. Toutefois, en 2002, chargé d'agiter le drapeau à damier pour signifier la fin de course, il manqua le franchissement de ligne du premier : Michael Schumacher.

Pelé a publié plusieurs autobiographies, tenu la vedette dans des documentaires et composé divers morceaux de musique, dont la musique du film Pelé en 1977. Il peut aussi se targuer d'un caméo en compagnie de nombreux autres footballeurs bien connus des années 1960 et 1970, dans le film À nous la victoire. Ce dernier relate une tentative d'évasion d'un camp de prisonniers nazi.

Le , des investisseurs brésiliens, ayant comme ambassadeur Pelé, ont signé à Genève un partenariat unique en son genre avec le club de football suisse FC Lausanne-Sport. Le projet intitulé « Campus Pelé » permettra au FC Lausanne-Sport de bénéficier de joueurs formés dans une académie de São Paulo, ainsi que d'obtenir un important soutien financier. En contrepartie, cet accord permettra aux investisseurs brésiliens d'ouvrir une vitrine en Europe aux joueurs issus de l'académie de São Paulo.

Publications

  • Pelé, Ma vie et ce jeu merveilleux, Robert Laffont, .
  • Pelé, Alex Bellos et Orlando Duarte, Ma Vie, Flammarion, , 368 p. (ISBN 978-2080689122).
  • Pelé, Ma vie de footballeur, Globe, , 320 p. (ISBN 978-2211218344).

Notes et références

Notes

  1. Pelé a supposé que c'était une insulte, car le mot n'avait aucune signification en portugais. Il a découvert dans les années 2000 que ce mot signifiait « miracle » en hébreu.
  2. La Copa Libertadores est la plus grande compétition de clubs en Amérique du Sud, à l'instar de la Ligue des champions de l'UEFA pour l'Europe.
  3. La Coupe Jules Rimet récompensait le champion du monde, la première nation à remporter le titre à trois reprises obtenait le droit de conserver le trophée définitivement.
  4. Les matchs amicaux ne sont pas comptabilisés comme des matchs officiels.

Références

  1. https://www.lequipe.fr/Football/FootballFicheJoueur10289.html
  2. Acte de naissance n.º 7095, feuille 123, libre 21-A de l'état civil de Três Corações
  3. J.L., « Mort de Pelé : "Elle est dans son propre monde..." La mère de la légende brésilienne ne sait pas que son fils est décédé », sur La Dépêche, (consulté le )
  4. a et b (en) « Academies - Santos: Pele, the incomparable boy from the Vila », sur FIFA (consulté le )
  5. L'Équipe Légendes, hors série no 3, février 2008, p. 12.
  6. (pt) « Pelé odiava apelido e bateu em colega de classe que o inventou », sur UOL, (consulté le )
  7. (es) Denise Winterman, « Cuando Pelé odia llamarse Pelé », sur BBC Mundo, (consulté le )
  8. (en) Denise Winterman, « Taking the Pele », sur BBC News, (consulté le )
  9. a et b (pt) Rafael Valente, « Antes de ser Pelé, Edson fez golaço da Copa de 58 na várzea, foi campeão de salão e estreou em SP com 13 anos e 5 gols », sur ESPN, (consulté le )
  10. a et b (pt-BR) « Amigo relembra times de Pelé em Bauru e primeiro jogo do Rei na Rua Javari », sur Federação Paulista Futebol, (consulté le )
  11. a et b (pt-BR) Alex Sabino, « Pelé faz 80 anos; conheça 8 cidades que marcaram a vida do Rei », sur Folha de S.Paulo, (consulté le )
  12. a et b (pt-BR) « Bauru proibiu Pelé de jogar no ataque », sur Folha de S.Paulo Esporte, (consulté le )
  13. a et b (en) « Pele Speaks of Benefits of Futebol de Salão », sur BSS Leeds, (consulté le )
  14. (en) Louis Massarella, « Exclusive interview: Pele on his Santos years », sur Four Four Two, (consulté le )
  15. Nicolas Bamba et Jean-Damien Lesay, « Pelé, le «Roi» du football, est mort », sur RFI, (consulté le )
  16. a b c d e f g et h Régis Dupont, « Coupe du monde 1958, naissance de la légende Pelé », sur L'Équipe, (consulté le )
  17. Philippe Mayen, « 24 juin 1958 : l'épopée se heurte à Pelé », sur FFF, (consulté le )
  18. Louis Naville, « Pelé est (aussi) le meilleur gardien du Brésil », Football Magazine,‎ , p. 53
  19. Collectif, « Un gardien unique au monde », Football Magazine,‎ , p. 24.
  20. a b c et d Régis Dupont, « Exécution en deux actes : Frustré par sa blessure quatre ans auparavant, Pelé espère briller en Angleterre. Mais les défenseurs bulgares et portugais brisent son rêve », L'Équipe, no 24975,‎ , p. 11.
  21. L'Équipe Légendes, hors-série no 3, février 2008, p. 66.
  22. (en-US) Joseph Novitski, « Pele's 1,000th Soccer Goal Gives Brazilians Something to Cheer », sur The New York Times, (consulté le )
  23. « 19 novembre 1969 : Pelé tape dans le mille », sur FIFA, (consulté le )
  24. Christophe Zemmour et Richard Coudrais, « Banks 1970, l'arrêt du siècle - Les Cahiers du football || magazine de foot et d'eau fraîche », sur Les Cahiers du football, (consulté le )
  25. Alexandre Pedro, « Gordon Banks, le gardien anglais auteur de « l’arrêt du siècle », est mort », sur Le Monde, (consulté le )
  26. Nicolas Bamba, « Football: Banks face à Pelé, l'histoire d’une parade historique »  , RFI, (consulté le ).
  27. a et b (en-US) Paul L. Montgomery, « Pele Signs With Cosmos: ‘Soccer Has Arrived’ Here », sur The New York Times, (consulté le )
  28. Éric Maggiori, « Pelé au Cosmos : le transfert du siècle », sur SOFOOT.com, (consulté le )
  29. (en-US) « Pele Voted Most Valuable Player », sur The New York Times, (consulté le )
  30. Gérard Albouy, « Les adieux de Pelé : "Il faut partir quand le public veut que l'on reste" », sur Le Monde, (consulté le )
  31. « Citation Pelé », sur Ouest-France (consulté le )
  32. « Citation de Pelé », sur Le Parisien (consulté le )
  33. Jean-Jacques Sévilla, « Le nouveau gouvernement brésilien s'offre le roi Pelé au ministère des Sports », sur Libération, (consulté le )
  34. (en-US) Rob Hughes, « The Perils of Pelé », sur The New York Times, (consulté le )
  35. Jean-Jacques Sévilla, « Pelé déclenche une guerre du football avec Joao Havelange », sur Le Monde, (consulté le )
  36. Jean-Jacques Sévilla, « Pelé, ministre un temps, à jamais roi du football », sur Le Monde, (consulté le )
  37. « À 75 ans, Pelé se marie pour la 3e fois avec son "amour définitif" », sur Le Point, (consulté le )
  38. (en) « ESPN FC: Soccer Daughter who sued Pele dies of cancer at 42 », sur ESPN FC, (consulté le )
  39. Claude-Alain Zufferey, « Pelé: un homme à femmes », sur 20 minutes, (consulté le )
  40. « Une erreur médicale a endommagé le rein droit du Roi Pelé », sur L'investigateur, (consulté le )
  41. « Diminué physiquement, le Roi Pelé vit "reclus" et souffre de "dépression" selon son fils », sur TF1 INFO, (consulté le )
  42. « "Le roi" Pelé opéré d'une tumeur suspecte au côlon », sur TF1 INFO, (consulté le )
  43. « Pelé quitte l'hôpital, mais suivra une chimiothérapie », sur L'Express, (consulté le )
  44. « Pelé, admis à l'hôpital », sur L'Équipe, (consulté le )
  45. « L'état de santé de Pelé s'aggrave d'après l'hôpital de Sao Paulo où il est pris en charge », sur L'Équipe, (consulté le )
  46. « Ce que l’on sait de l’état de santé de Pelé, qui passe Noël à l'hôpital », sur RMC SPORT, (consulté le )
  47. « Légende du football, le Brésilien Pelé est mort », sur L'Équipe, (consulté le )
  48. Bruno Lesprit, « La mort du « roi Pelé », légende du football mondial », sur Le Monde, (consulté le )
  49. « Football : Pelé, la légende brésilienne, est décédé », sur Europe 1 (consulté le )
  50. Julien Lamotte, « Pelé, l'icône du football brésilien, est mort à l'âge de 82 ans », sur Franceinfo, (consulté le )
  51. « Lula à propos de Pelé : "Il n'y a jamais eu de numéro 10 comme lui" », sur Le Figaro, (consulté le )
  52. Vincent Duluc, « Michel Platini : « Pelé était Monsieur Football » », sur L'Équipe, (consulté le )
  53. « Mort de Pelé : Kylian Mbappé rend hommage à son idole », sur L'Équipe, (consulté le )
  54. « Mort de Pelé : Neymar rend hommage à la légende brésilienne », sur L'Équipe, (consulté le )
  55. « Mort de Pelé : au Brésil, trois jours de deuil et vingt-quatre heures de veillée funèbre », sur Le Monde, (consulté le )
  56. « Mort de Pelé : trois jours de deuil national décrété au Brésil », sur Franceinfo, (consulté le )
  57. « Brésil : trois jours de deuil national décrétés pour Pelé », sur SOFOOT.com, (consulté le )
  58. « Pelé enterré à Santos, trois jours de deuil national au Brésil », sur L'Équipe, (consulté le )
  59. L'Équipe Légendes, hors-série no 3, février 2008, p. 45.
  60. Ugo Bocchi, « Pelé, la tête dure », sur SOFOOT.com, (consulté le )
  61. a et b « Mort de Pelé : "Aujourd'hui, j'ai marqué un but, mais Banks l'a arrêté", hommage à "l'arrêt du siècle" », sur Midi libre, (consulté le )
  62. Ariel Guez, « Mort de Pelé : la presse mondiale s'incline devant le "Roi", plus grand joueur de tous les temps », sur RMC SPORT, (consulté le )
  63. Hamza Hizzir, « Pourquoi Pelé est le plus grand footballeur de tous les temps », sur TF1 INFO, (consulté le )
  64. Tom Prevot, « Revue de presse : hommage unanime pour Pelé, « le roi immortel du football » », sur L'Équipe, (consulté le )
  65. Sébastien Buron, « Pelé, une légende aux stats incroyables », sur L'Équipe, (consulté le )
  66. « Recopa Intercontinental 1968/69 » (consulté le ).
  67. Larousse : Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé.
  68. Pelé 57 votes Maradona 20 votes Pelé, joueur du siècle, Zidane, joueur de l'année sur lequipe.fr.
  69. L'Équipe Magazine, no 1505, 21 mai 2011, p. 75.
  70. Portrait de Pelé sur unesco.org.
  71. (en) FIFA Dream Team : Maradona voted top player sur The Indian Express, 19 juin 2002.
  72. « 47 assists tied Pele! Neymar tied for No. 1 in team history and deserves to be the king of Samba », sur iNEWS, (consulté le )
  73. (en) « Prolific Scorers Data », sur RSSSF, (consulté le )
  74. a b et c (en) « Prolific Scorers Data - Pelé - Additional Data », sur RSSSF, (consulté le )
  75. Nicolas Bamba et Jean-Damien Lesay, « Pelé, le «Roi» du football, est mort », sur RFI, (consulté le )
  76. (en) « Pelé (Player) », sur National Football Teams (consulté le )
  77. (en-US) Rob Hughes, « The Perils of Pelé », sur The New York Times, (consulté le )
  78. Alexandre Dalifard et Gaspard de Vaubicourt, « Le «Roi» Pelé, la première icône planétaire du football », sur Europe 1, (consulté le )
  79. Maxence Gevin, « Mort de Pelé : le jour où le "Roi" a arrêté une guerre », sur TF1 INFO, (consulté le )
  80. AfricaNews, « Pelé au Nigeria : coup d'État, cessez-le-feu et Fluminense », sur Africanews, (consulté le )
  81. « Mort de Pelé : comment la star brésilienne du football a marqué l'histoire du Nigeria », sur TV5MONDE, (consulté le )
  82. Dridi Amichi, « Pelé, l'ambassadeur du Viagra qui n'y a jamais eu recours », sur 20 minutes, (consulté le )
  83. « Comment Pelé est devenu le visage du Viagra et des problèmes érectiles », sur Yahoo Actualités, (consulté le )
  84. « Le 19 novembre 1969 : le jour où Pelé a inscrit son millième but », sur TF1 INFO, (consulté le )
  85. « Le 19 novembre 1969, ce jour où Pelé a marqué son millième but », sur France 24, (consulté le )

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Liens externes