Usage du français dans les publications scientifiques

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (janvier 2016).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (avril 2015).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Sommaire

HistoriqueModifier

Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

En Europe, au Moyen-Âge, les livres scientifiques sont écrits presque exclusivement en latin. Il y a quelques exceptions, par exemple avec Oresme. À la Renaissance, le français se développe, soit que l'auteur ignore le latin (Ambroise Paré), soit par choix de l'auteur. Descartes mélange français et latin; son Discours de la Méthode (suivi de La Dioptrique, Les Météores et La Géométrie, 1637) est en français. En 1690, Huygens fait paraître son Traité de la lumière en français. Au XVIIIe siècle, le français est utilisé par de nombreux scientifiques à travers l'Europe, comme Daniel Bernoulli ou Euler à l'Académie des Sciences de Prusse. Au XIXe siècle, le français est encore couramment utilisé, mais principalement par des scientifiques francophones. Allemand, anglais et français sont alors les principales langues scientifiques utilisées en Europe. Pendant la première moitié du XXe siècle, le français est encore utilisé par des non-francophones tels que Banach (Théorie des opérations linéaires, 1932), Lotka (Théorie analytique des associations biologiques, 1934/1939), ou Riesz et Szőkefalvi-Nagy (Leçons d'analyse fonctionnelle, 1952). Après la deuxième guerre mondiale, le français et l'allemand déclinent en faveur de l'anglais. Même les scientifiques francophones se mettent à écrire en anglais. Certains scientifiques francophones, tels le mathématicien Laurent Lafforgue[1], essaient néanmoins de préserver le français et encouragent leurs collègues à en faire de même. Ce point est également soutenu par des linguistes tels Claude Hagège[2][réf. insuffisante], favorables à la diversité linguistique. Les principaux arguments sont:

  • l'usage de l'anglais s'accompagne d'une tendance au conformisme scientifique;
  • l'usage de l'anglais diminue paradoxalement la visibilité de la recherche;
  • l'usage de l'anglais fait oublier aux scientifiques qu'ils sont principalement financés par les contribuables de leur pays;
  • l'usage de l'anglais par les français a un impact négatif sur les pays de la francophonie.

État actuelModifier

Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

Le nombre d'articles scientifiques écrits en français varie considérablement d'un domaine à l'autre. Le français est encore très présent en sciences sociales puisque l'écriture de livres y est préférée à celle d'articles. On peut noter par exemple que le livre de Piketty, Le Capital au XXIe siècle (2013), a été publié en français avant d'être traduit en anglais. Le français est encore utilisé en médecine. Pour l'année 2014, la base de données PubMed recense environ 8000 articles en français sur un total d'environ 1 200 000, soit environ 0,7 %. Il faut aussi noter que des revues entièrement francophones telles que Médecine/sciences ne publient pas d'articles originaux. La position du français dans les sciences dures va en s'affaiblissant. Un recensement des articles récents écrits en français est en cours.

Revues scientifiques avec un titre en françaisModifier

  • Journal des savants (1665-1792, 1816-)
  • Synthèse: Revue des Sciences et de la Technologie (1996-)
  • Journal de la Recherche Scientifique de l'Université de Lomé (1999-)
  • Afrique Science: Revue Internationale des Sciences et Technologie (2005-)
  • Revue scientifique du Tchad (2012-)
  • Sciences de la vie, de la terre et agronomie (2013-)

MathématiquesModifier

(voir aussi NUMDAM):

InformatiqueModifier

  • Journal européen des systèmes automatisés (1967-)
  • Technique et Science Informatiques (1982-)
  • Traitement du Signal (1984-)
  • Revue d'intelligence artificielle (1987-)
  • Les Cahiers du numérique (2000-)
  • ARIMA (2002-)
  • e-TI, Revue internationale en Technologies de l'Information (2005-)
  • Revue électronique francophone d'informatique graphique (2006-)
  • Journal d'interaction personne-système (2008-)

PhysiqueModifier

  • Comptes rendus physique (1835-), Elsevier
  • Comptes Rendus mécanique (1835-)
  • Annales de la Fondation Louis de Broglie (1975-)

ChimieModifier

Sciences de l'ingénieurModifier

  • Annales des Mines (1794-)
  • Matériaux & Techniques (?-), EDP Sciences
  • Journal des sciences pour l'ingénieur (2001-)
  • E-revue de génie industriel (2008-)

Sciences de la terreModifier

  • Bulletin de la Société géologique de France (1830-)
  • Comptes rendus géoscience (1835-), Elsevier
  • Comptes rendus Palévol (1835-), Elsevier
  • Annales de la Société géologique du Nord (1875-)
  • La Houille blanche (1902-), EDP Sciences
  • Annales de paléontologie (1905-), Elsevier
  • Journal des sciences hydrologiques (1956-), Taylor & Francis
  • Revue de micropaléontologie (1958-), Elsevier
  • Annales de limnologie (1964-), EDP Sciences
  • Quaternaire (1964-)
  • Bulletin d'information des Géologues du Bassin de Paris (1965-)
  • Bulletin de l’Institut Scientifique, Section Sciences de la Terre (1979-)
  • Revue des sciences de l'eau (1988-)
  • Géologie de la France (1988-)
  • Bulletin du Service géologique de l'Algérie (1990-)
  • Géomorphologie : relief, processus, environnement (1995-)
  • Carnets de géologie (2002-)
  • Revue Marocaine de Géomorphologie (2016-)

BiologieModifier

MédecineModifier

  • Annales pharmaceutiques françaises (1809-)
  • Bulletin de l'Académie nationale de médecine (1836-)
  • Annales de dermatologie et de vénéréologie (1868-)
  • Revue des maladies respiratoires (1887-)
  • Revue neurologique (1893-)
  • La Tunisie médicale (1903-)
  • L'Encéphale (1906-)
  • Bulletin de la Société de pathologie exotique (1908-)
  • Bulletin du cancer (1914-)
  • Morphologie (1917-)
  • Annales d'endocrinologie (1939-)
  • Annales de biologie clinique (1943-)
  • Revue médicale de Bruxelles (1944-)
  • Revue de pneumologie clinique] (1945-)
  • Revue médicale de Liège] (1946-)
  • Thérapie (1946-)
  • La revue de l'infirmière (1951-)
  • Annales de cardiologie et d'angéiologie (1951-)
  • La Revue du praticien (1951-)
  • Revue d’épidémiologie et de santé publique (1953-)
  • Neurochirurgie (1955-)
  • Soins (1956-)
  • Journal de radiologie diagnostique et interventionnelle (1957-)
  • Revue française d'allergologie (1961-)
  • Transfusion clinique et biologique (1968-)
  • Revue de stomatologie, de chirurgie maxillo-faciale et de chirurgie orale] (1969-)
  • Pathologie-biologie (1969-)
  • Médecine et maladies infectieuses (1971-)
  • Journal de gynécologie obstétrique et biologie de la reproduction (1972-)
  • Journal des maladies vasculaires (1976-)
  • Odonto-stomatologie tropicale (1976-)
  • Journal français d'ophtalmologie (1978-)
  • Science et Technique, Sciences de la Santé (1978-)
  • Soins - Psychiatrie (1980-)
  • La Revue de médecine interne (1980-)
  • Annales de pathologie (1981-)
  • Chirurgie de la main (1982-)
  • La presse médicale (1983-)
  • Bulletin épidémiologique hebdomadaire (1983-)
  • Annales de chirurgie plastique esthétique (1983-)
  • Médecine sciences (1985-)
  • Nutrition clinique et métabolisme (1987-)
  • Santé publique (1988-)
  • Revue de médecine vétérinaire (1990-)
  • Journal de mycologie médicale (1991-)
  • Progrès en urologie (1991-)
  • Oncologie (1992-)
  • Revue marocaine de rhumatologie (1992-)
  • Archives de pédiatrie (1994-)
  • Soins. Pédiatrie, puériculture (1995-)
  • Soins. Gérontologie (1996-)
  • Cancer/radiothérapie (1997-)
  • Journal marocain des sciences médicales (1997-)
  • Gynécologie obstétrique & fertilité (2000-)
  • Perspective infirmière (2003-)
  • Revue médicale suisse (2005-)
  • Néphrologie & thérapeutique (2005-)
  • Revue Africaine de Chirurgie et Spécialités (2007-)
  • Revue de Médecine et de Pharmacie (2011-)
  • Médecine et santé tropicales (2012-)
  • Revue marocaine de santé publique (2014-)
  • Annales des sciences de la santé (2015-)
  • Revue Marocaine de Neurochirurgie (2016-)

Histoire des sciencesModifier

Didactique des sciencesModifier

  • Revue africaine de didactique des sciences et des mathématiques (2006-)

Vulgarisation des sciencesModifier

Périodiques d'information de sociétés savantesModifier

Périodiques d'information d'institutsModifier

  • CNRS Le journal
  • Courrier de l'environnement de l'INRA (1986-)
  • Sciences au Sud (IRD)
  • Géosciences (BRGM)
  • interstices (INRIA, 2004-)
  • Science et santé (INSERM, 2011-)

L'exemple des mathématiquesModifier

Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

Les mathématiques occupent une place un peu particulière dans cet ensemble. Cependant on note tout de même que l'usage du français tend à se restreindre à certaines branches des « mathématiques pures ». Ce sont pour des articles écrits en français que Deligne[14] (en 1978), Lafforgue[15] (en 2002) et Ngô Bảo Châu[16] (en 2010) ont obtenu la médaille Fields.

Zentralblatt MATH recense environ 82 000 et Mathematical Reviews environ 105 000 articles ou livres mathématiques publiés en 2014. Sur la période 2000-2010, les articles mathématiques en français représentent 0,9% de tous les articles[17]. Pour 2013 Zentralblatt MATH recense 409 articles en français, 0,4% du total, sachant que sont inclus certains articles historiques ou pédagogiques.

En revanche, le français est la seule langue autre que l'anglais à encore être utilisée dans des revues telles que Mathematische Annalen, Journal für die reine und angewandte Mathematik, Inventiones Mathematicae ou Annals of Mathematics.

Notes et référencesModifier

  1. Laurent Lafforgue: Le français, au service des sciences. Pour la Science, mars 2005.
  2. Claude Hagège : Combat pour le français, Odile Jacob, 2006. Contre la pensée unique, Odile Jacob, 2012.
  3. [1]
  4. [2]
  5. [3]
  6. [4]
  7. [5]
  8. [6]
  9. [7]
  10. [8]
  11. [9]
  12. [10]
  13. [11]
  14. P. Deligne (1974) La conjecture de Weil I. Publ. Math. IHES, no. 43, 1974, p. 273-307.
  15. L. Lafforgue (2002) Chtoucas de Drinfeld et correspondance de Langlands. Inventiones mathematicae 147:1-242.
  16. Ngô, Bao Châu (2010), Le lemme fondamental pour les algèbres de Lie. Institut des Hautes Études Scientifiques. Publications Mathématiques 111:1–169.
  17. Stéphane Lamy: La bibliothèque de Babel. Images des mathématiques, 9 mars 2010.


Articles connexesModifier

Liens externesModifier

 
Trop de liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Les liens externes doivent être des sites de référence dans le domaine du sujet. Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de citer ces liens comme source et de les enlever du corps de l'article ou de la section « Liens externes ».