Salomé Lelouch

actrice française
Salomé Lelouch
Image dans Infobox.
Salomé Lelouch à la cérémonie des Molières 2014.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Salomé Margot LelouchVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Mère
Fratrie

Salomé Lelouch, née le à Paris, est une dramaturge, comédienne, metteuse en scène et productrice de théâtre française.

BiographieModifier

EnfanceModifier

Fille de Claude Lelouch et Évelyne Bouix, élevée par Pierre Arditi devenu le compagnon de sa mère[1], Salomé Lelouch apparaît pour la première fois au cinéma à peine âgée de deux jours dans un film de son père, Viva la vie ! , où il la filme dans son berceau[2]. De 1986 à 1993, actrice précoce, elle n’apparaît que dans ses films, avant de servir d’autres metteurs en scène tels que Jean-Claude Sussfeld à partir de 1994.

FormationModifier

En 1998, à l’âge de quinze ans, bien qu'elle ait déjà tourné dans de nombreux films, elle suit durant un an[3] les cours de Francine Walter au théâtre La Bruyère, Pierre Arditi souhaitant qu'elle apprenne les bases du métier d’actrice. De plus, n’aimant pas la voir rater les cours et considérant comme choquant qu’on l’envoie en avion pour une journée de tournage[1], il lui interdit d'arrêter l'école et l'oblige à passer son baccalauréat[3].

CarrièreModifier

Après ses expériences devant la caméra, elle débute au théâtre en 1999 dans Les lunettes d’Elton John et apparaît encore dans quelques pièces, notamment en 2003 avec À chacun sa vérité (avec Niels Arestrup et Gérard Desarthe) et en 2004 avec Un baiser un vrai (avec Michel Duchaussoy), tout en continuant d’apparaître au cinéma et à la télévision.

En 2003, ayant pratiquement abandonné la carrière d’actrice qu’elle dit ne pas lui convenir et épaulée par Arthur Jugnot, elle prend la direction du Ciné 13 Théâtre fermé depuis un an à la suite d'une faillite et qui appartient à son père[1]. Elle se consacre désormais à la mise en scène, à l’écriture et à la production de spectacles vivants via sa société nouvellement créée, P’tite Peste Production[4],[5].

 
Jury du court-métrage du festival Fantastic'Arts 2007. De gauche à droite : Bob Swaim, Bruno Salomone, Alysson Paradis, Salomé Lelouch et Zoé Félix.

En 2007, elle fait partie du jury du festival Fantastic'Arts avec Bob Swaim, Bruno Salomone, Alysson Paradis et Zoé Félix.

En 2012, elle rejoint Michel Field en tant que chroniqueuse dans l'émission Au Field de la nuit, sur TF1[6].

En 2014, elle met en scène au théâtre La Bruyère à Paris Le mariage de M. Weissmann — que Bernard Pivot qualifie de pièce d'Anouilh, l'humour juif en plus[7] —, d'après Interdit, le livre de Karine Tuil, récit burlesque de la crise identitaire d'un vieux juif.

En 2015, elle crée Matrioshka Productions avec Ludivine de Chastenet, et en plus de ses propres productions, diffuse également des spectacles tels que L’Esprit de contradiction et Née sous Giscard de Camille Chamoux[4].

En 2016, elle participe à la rencontre du président François Hollande et des auteurs de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACD) à laquelle participaient notamment, préoccupés par différents sujets faisant leur actualité, les dramaturges Denise Chalem, Thomas Jolly, Eric Assous et Chloé Lambert, ainsi que les cinéastes Gérard Krawczyk et Costa-Gavras[8].

Politiquement correctModifier

La même année, elle met en scène Politiquement Correct au théâtre de la Pépinière[9], une pièce de sa composition qui se jouera durant quatre ans et obtiendra deux nominations aux Molières 2017, le Molière de l'auteur et le Molière de la comédienne dans un second rôle. Œuvre « dont le Front national est l'épicentre[10] », mais également comédie sentimentale et politique dans laquelle une femme de gauche tombe amoureuse d'un homme d'extrême droite, elle aborde « des questions de fond à travers le prisme d’une histoire d’amour naissante entre deux êtres aux orientations politiques opposées[11] ».

Sur RFI, elle admet avoir pensé à Florian Philippot et Robert Ménard pour Alexandre, le personnage d'extrême droite, rendant la pièce d'actualité[12]. Ouest-France estime qu’il n‘est « pas facile de faire rire sur un sujet aussi clivant, et si les répliques font parfois mouche, la gravité des enjeux l'emporte sur le rire[13] », tandis que Télérama considère que c’est « un spectacle courageux » et que Paris Match constate que « la salle est suspendue »[11]. Dans l'émission On n'est pas couché du 22 octobre 2016, Yann Moix juge qu'elle n'est pas capable de traiter le sujet et avoue qu’il a bâillé durant une heure et demie, tandis que Vanessa Burggraf conseille aux gens d’aller voir la pièce qu’elle trouve très bien jouée. Laurent Ruquier lui demandant si elle peut lui citer les noms des acteurs qui n’ont pas voulu jouer le rôle masculin, la metteuse en scène hésite à avouer qu’Alex Lutz a refusé de jouer le rôle principal[14]. Dans le Grand journal, sur Canal+, de Victor Robert[15], et sur BFMTV, elle se défend contre le double procès de diaboliser et faire le jeu du Front national[16].

Acquisition du Théâtre LepicModifier

En 2018, Salomé Lelouch rachète à son père le Ciné 13 Théâtre qu'elle dirige depuis 2003 et le rebaptise théâtre Lepic. Après quelques mois de travaux, celui-ci rouvre officiellement ses portes. D'une capacité de 150 places, il fait la part belle à la création, notamment de jeunes compagnies.

JusticeModifier

En 2018, elle monte Justice au théâtre de l’Œuvre, une pièce de Samantha Markowic que celle-ci lui a lue en 2015, une semaine après les attentats de Charlie Hebdo, alors qu’apparaissent dans la presse les récits d’adolescents délinquants passés en comparution immédiate avant de se radicaliser en prison et de devenir terroristes : « J’ai voulu qu’apparaisse dans la pièce le problème de la radicalisation. On me l’a déconseillé, en me disant que je n’aurais pas assez de recul. Mais je me suis appuyée sur une brève lue dans Libé et sur la loi de 2016 qui renforce la lutte contre le terrorisme. »

La pièce se déroule dans un tribunal et évoque les conditions et la violence des comparutions immédiates dues au manque de moyens de la justice. Pour Paris Match, « Tout sonne juste : les plaintes autant que les verdicts, la colère, les rires aussi[17] », tandis que le Bondy Blog apprécie que la pièce évoque « la justice la moins chère »« condamner à la prison une personne toxicomane, cleptomane, ou encore une femme de 59 ans qui a frappé un policier après être sortie nue de chez elle, coûte finalement moins cher au contribuable que de chercher à les soigner[18]. » Jouée avec six comédiens en alternance, dont Camille Cottin, Océan et Naidra Ayadi, la pièce obtient le Globe de Cristal de la meilleure actrice, attribué à cette dernière.

Dans On n'est pas couché du 3 novembre 2018, Charles Consigny reproche à la pièce d'être caricaturale, grandiloquente et snob, tandis que Christine Angot constate que « la réalité de la justice, c’est quand même une classe sociale qui en juge une autre. Et ça, d'une manière assez simple, est montré. Ni plus ni moins. Et ce ni plus ni moins est pas mal, je trouve », avant d’attaquer Océan pour avoir écrit en 2016 dans Libération, deux ans auparavant, une tribune polémique sur l’extermination des Juifs d’Europe et son instrumentalisation par le projet sioniste depuis le monde colonisé ; intervention qualifiée par Laurent Ruquier de « comparution immédiate »[19].

Fallait pas le dire !Modifier

En , elle met en scène, avec Ludivine de Chastenet, Fallait pas le dire ! au théâtre de la Renaissance, avec Pierre Arditi et Evelyne Bouix[20]. Elle déclare, sur RCJ, à Catherine Schwaab, défendre la liberté d'expression, qui permet de verbaliser la frustration, la mauvaise foi et l'esprit de contradiction, dit admirer le premier ministre israélien assassiné Yitzhak Rabin, le réalisateur dissident Amos Gitaï et avoir été fascinée par la parole des djihadistes, lors du Procès des attentats du 13 novembre 2015[21]. Au sujet de la pièce, Pierre Arditi salue dans l'Obs le talent de sa belle-fille, excepté son orthographe, monstrueuse, rappelant qu'enfant, elle était l’Abdallah de Tintin au pays de l'or noir et que si elle avait pu faire sauter la maison, elle l’aurait fait[22].

En 2022, elle fait partie du jury du Prix de la Closerie des Lilas, présidé par Laure Adler et remis à Elena Piacentini pour Les Silences d’Ogliano, publié chez Actes Sud[23].

EngagementModifier

En 2019, elle signe la pétition « Sorcières de tous les pays, unissons-nous! » lancée par Coralie Miller et Sandrine Rousseau[24]. En 2021, elle apporte son soutien à cette dernière lors de la Primaire présidentielle française de l'écologie de 2021[25]. La même année, elle signe la tribune du Parisien pour l'« accueil inconditionnel » des femmes afghanes et de leurs proches[26] et en 2022, la tribune en faveur de la réélection d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle destinée à faire barrage à Marine Le Pen publiée par le même quotidien [27].

Vie privéeModifier

Au milieu des années 2000, elle a pour compagnon l'acteur Arthur Jugnot[1]. En 2014, elle a une fille, Gabrielle[2], qu’elle révèle, dans une interview donnée à Catherine Schwaab en 2021, avoir eue avec un rédacteur du magazine Neon dénommé « Julien[21] ».

PersonnalitéModifier

Lors d’une reprise de Politiquement correct en 2019, elle révèle à Frédéric Taddéi, sur Europe 1, sa passion pour la politique et que ce qui lui plaît le plus dans cette pièce, « c'est de mettre les gens et les personnages dans des situations cornéliennes et compliquées. Et de créer une histoire d’amour impossible ». Elle lui avoue également ses dettes de poker et son interdiction de casino[28].

Proposant la même année un divertissement inédit mêlant la mécanique du théâtre immersif à celle de l’escape game, elle déclare sur CNews : « Je suis très joueuse et j’aime le théâtre. Vous assemblez les deux et je me sens dans mon élément[29] ».

FilmographieModifier

CinémaModifier

Figuration et caméoModifier

TélévisionModifier

FigurationModifier

TéléfilmModifier
SérieModifier

ThéâtreModifier

ActriceModifier

Mise en scèneModifier

TexteModifier

  • 2011 : Aujourd'hui je suis mort (mise en scène : Ludivine de Chastenet)

Texte et mise en scèneModifier

ÉditionModifier

Livre audioModifier

Muriel Barbery, L'Élégance du hérisson, Paris,  éd. Gallimard, coll. « Écoutez lire », (ISBN 978-2-07-012772-6, BNF 42225194)
Texte abrégé ; narratrices : Myriam Boyer et Salomé Lelouch ; support : 1 disque compact audio MP3 ; durée : h environ ; référence éditeur : Gallimard A 12772.

DistinctionModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Le jour où je lâche le métier de comédienne », Salomé Lelouch interviewée par Catherine Schwaab, Paris Match, 14 octobre 2016, p. 142.
  2. a et b Salomé Lelouch, sur Gala.
  3. a et b [vidéo] Salomé Lelouch et Arthur Jugnot - Archive INA sur YouTube. Émission Tout le monde en parle présentée par Thierry Ardisson, 11 septembre 2004
  4. a et b Salomé Lelouch, sur le site du Théâtre du Rond-Point.
  5. Avec le Théâtre Lepic, Salomé Lelouch s’émancipe de son père, Le Monde
  6. Salomé Lelouch rejoint Michel Field dans Au Field de la nuit, Pure People, 23 octobre 2012
  7. [voir en ligne]. Yaël Hirsch interviewe Salomé Lelouch et Karine Tuil, 26 novembre 2014, sur Akadem
  8. François Hollande rencontre des auteurs à la SACD, 10 octobre 2016, sur sacd.fr
  9. Politiquement correct, au théâtre de la Pépinière.
  10. Le Front national fait ses débuts sur les planches: "Politiquement correct", L'Express et AFP, 5 septembre 2016.
  11. a et b Politiquement correct, sur Théâtre Online.
  12. Salomé Lelouch, l'amour sur tous les Fronts, Jean-François Cadet, 8 septembre 2016, sur RFI
  13. Théâtre. Une pièce signée Lelouch met en scène le Front national, Ouest France, 5 septembre 2016.
  14. [vidéo] On n'est pas couché 22 octobre 2016 #ONPC sur YouTube
  15. Le Grand Journal, 22 septembre 2016, avec Salomé Lelouch
  16. Par'ici la sortie: La pièce de théâtre "Politiquement correct" de Salomé Lelouch fait fort, BFMTV
  17. « Justice » : Salomé Lelouch et Samantha Markowic font face à la cour, Pauline Delassus, 10 février 2018, sur Paris Match.
  18. « Justice », une pièce qui dénonce la justice du moindre coût, Mohamed Errami, 6 novembre 2018, sur Bondy Blog.
  19. [vidéo] Intégrale - On n'est pas couché 3 novembre 2018 #ONPC sur YouTube. Début de la séquence à h 30 min
  20. Fallait pas le dire!, sur theatredelarenaissance.com.
  21. a et b Les rencontres de Catherine Schwaab, invitée Salomé Lelouch, 9 septembre 2021, sur radiorcj.info.
  22. Pierre Arditi : « Je suis une machine à jouer », propos recueillis par Jacques Nerson, 25 septembre 2021, sur l’Obs.
  23. Les finalistes du prix de la Closerie des lilas 2022, Isabel Contreras, 10 mars 2002, sur Livres Hebdo.
  24. L'appel de près de 200 personnalités : "Sorcières de tous les pays, unissons-nous!", 2 novembre 2019, sur lejdd.fr.
  25. Salomé Lelouch, Andréa Bescond, Lio... Ces artistes qui soutiennent Sandrine Rousseau à la primaire des Verts, Pierre Lepelletier, 9 avril 2021, sur Le Figaro
  26. «Pas d’autre choix que d’offrir l’asile sans conditions» : Jaoui, Despentes, Duflot... Elles s’engagent pour les femmes afghanes, Christine Mateus, 20 août 2021, Le Parisien.
  27. Présidentielle : près de 500 artistes appellent à voter Macron, «sans illusions, sans hésitations et sans trembler», Sandrine Bajos, 15 avril 2022, Le Parisien.
  28. Salomé Lelouch : "Comme comédienne, c’était une plaie d’aller sur scène", Aurélie Dupuy, 10 février 2019, Europe 1.
  29. Salomé Lelouch lance cet été le premier «escape game» dans un théâtre, Amélie Foucault, 13 juin 2019, CNEWS.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :