Rupprecht de Bavière

militaire allemand
Rupprecht de Bavière
Description de l'image Rupprecht von Bayern.jpg.

Titres

Prétendant au trône de Bavière


(36 ans, 8 mois et 26 jours)

Prédécesseur Louis III de Bavière
Successeur Albert de Bavière

Héritier jacobite du trône d'Angleterre et d'Irlande


(36 ans, 5 mois et 30 jours)

Prédécesseur Marie-Thérèse de Modène
Successeur Albert de Bavière

Héritier jacobite du trône d'Écosse


(36 ans, 5 mois et 30 jours)

Prédécesseur Marie-Thérèse de Modène
Successeur Albert de Bavière
Biographie
Titulature « Duc de Bavière »
Dynastie Wittelsbach, maison de Bavière
Naissance
Munich (Bavière)
Décès (à 86 ans)
Château de Leutstetten, Starnberg (Allemagne)
Père Louis III de Bavière
Mère Marie-Thérèse de Modène
Conjoints Marie Gabrielle en Bavière
Antonia de Luxembourg
Enfants Albert de Bavière
Religion Catholicisme romain

Description de l'image Wappen_Deutsches_Reich_-_Königreich_Bayern_(Grosses).png.

Rupprecht de Bavière, né le à Munich (Bavière) et mort le au château de Leutstetten, près de Starnberg, est le dernier prince héritier de Bavière et un chef militaire allemand durant la Première Guerre mondiale.

BiographieModifier

FamilleModifier

 
Rupprecht de Bavière par Franz von Lenbach, vers 1874.

Neveu "à la mode de Bretagne" du roi Louis II de Bavière, Rupprecht est le fils aîné du duc Louis de Bavière (futur roi Louis III de Bavière, le dernier roi de Bavière), et de Marie-Thérèse de Modène, archiduchesse d'Autriche-Este, nièce de François V, dernier duc de Modène. À sa naissance, il est quatrième dans l'ordre de succession au trône.

Éducation et formationModifier

Rupprecht reçoit l'éducation d'un prince de son rang dès l'âge de sept ans. Son précepteur est le baron Rolf Kreusser, un anglo-bavarois[1]. Dans sa jeunesse, il passe une grande partie de son temps au château de Leutstetten à Starnberg, et dans la villa familiale près de Lindau, et du lac de Constance, où il a la possibilité de développer un vif intérêt pour le sport. Son éducation est traditionnelle et conservatrice, mais il est devenu le premier membre de la maison royale de Bavière à s'instruire dans une école publique, lorsqu'il a fait ses études au Maximilian-Gymnasium de Munich, où il a passé quatre ans. Outre ses études universitaires et sa formation en équitation et en danse, à l'école il est également obligé d'apprendre un métier, et il choisit la menuiserie[1].

 
Louis III, sa femme et leurs enfants vers 1887 : Rupprecht est debout à l'extrême gauche.

En 1886, le roi Louis II est destitué (il est retrouvé mort dans le Lac de Starnberg une semaine plus tard en compagnie de son psychiatre). Son frère est proclamé roi sous le nom d'Otton Ier de Bavière, mais, atteint de maladie mentale, le duc Léopold (dit Luitpold), le grand-père de Rupprecht, est nommé régent. À l'âge de 17 ans, Rupprecht sait qu'il sera appelé un jour à ceindre la couronne. Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, il intègre, le , l'armée bavaroise en qualité de sous-lieutenant avant de gravir les échelons de la hiérarchie militaire en tant qu'officier[1]. Rupprecht interrompt sa carrière militaire pour étudier dans les universités de Munich et de Berlin de 1889 à 1891. Il atteint le grade de colonel et devient le commandant du 2e régiment d'infanterie Kronprinz. Rupprecht trouve suffisamment d'opportunités pour voyager beaucoup au Moyen-Orient, aux Indes, au Japon et également en Chine impériale. Ses premiers voyages ont été effectués avec son adjudant, Otto von Stetten. Plus tard, il était accompagné de sa première femme[1].

Mariages et descendanceModifier

 
Marie Gabrielle en Bavière et ses trois fils Luitpold, Albert et Rodolphe vers 1912.

Rupprecht épouse au palais royal de Munich, le , la duchesse Marie Gabrielle en Bavière (1878–1912), fille du duc Charles-Théodore en Bavière, nièce par alliance de l'empereur François-Joseph Ier d'Autriche[N 1] et sœur de la reine des Belges Élisabeth en Bavière[2].

De cette première union naissent cinq enfants[3] :

Après neuf années de veuvage, Rupprecht convole le avec la princesse Antonia de Luxembourg (1899-1954), fille du grand-duc Guillaume IV de Luxembourg et sœur des grandes-duchesses Marie-Adélaïde de Luxembourg et Charlotte de Luxembourg.

De cette seconde union naissent six enfants[4] :

  • Heinrich de Bavière () ; en 1951, il épouse Anne de Lustrac (1927–1999), sans postérité ;
  • Irmingard de Bavière () ; en 1950, elle épouse le prince Louis de Bavière (1913–2008), dont postérité ;
  • Editha de Bavière () ; en 1946, elle épouse Tito Brunetti (1905-1954), puis veuve, elle épouse en 1959 Gustave Schimert (1910-1990), dont postérité des deux mariages ;
  • Hilda de Bavière () ; en 1949, elle épouse Juan Bradstock Edgart Lockett de Loayza (1912-1989), dont postérité ;
  • Gabrielle de Bavière () ; elle épouse en 1953 le prince Charles de Croÿ (1914–2011), dont postérité ;
  • Sophie de Bavière (née le ) ; elle épouse, civilement le et religieusement le suivant à Berchtesgaden (Bavière), Jean Engelbert 12e duc d'Arenberg (1921-2011), dont postérité.

Vie et opinions politiquesModifier

Arrière-petit-fils du roi Louis Ier de Bavière, le prince Rupprecht n'est à sa naissance qu'un prince d'une lignée secondaire de la maison de Wittelsbach. La folie du roi Louis II de Bavière et de son frère Othon Ier de Bavière, la mort sans descendance de son oncle le roi Othon Ier de Grèce rapprochent Rupprecht du trône bavarois. Son grand-père Luitpold de Bavière est nommé régent en 1886. Il assumera ses fonctions jusqu'à sa mort en 1912. Son fils le prince Louis, le père de Rupprecht, lui succède. Las d'exercer le pouvoir pour un prince vivant sous curatelle, Louis obtient l'année suivante la déclaration que le roi Othon Ier était dans l'impossibilité de régner et devient roi sous le nom de Louis III le [2].

Le prince fréquente parfois sa cousine la princesse Elvire de Bavière, comtesse Rodolphe Wrbna-Kaunitz-Rietberg und Freudental qui vit au château de Hohenclaus en Autriche. Il y rencontre la préceptrice Française Louise de Bettignies qu'il reverra en Belgique en 1915 pendant la grande guerre[5].

Première Guerre mondialeModifier

L'année suivante, en 1914, éclate la Première Guerre mondiale. Le Palatinat faisant partie intégrante du royaume de Bavière, le prince Rupprecht commande et se distingue en Lorraine allemande[6].

Comme l'ensemble des héritiers des couronnes allemandes, il exerce rapidement un commandement, à la tête de la 6e armée allemande en Lorraine. En 1914, ce groupe d'armées qu'il commande est cantonné dans un rôle secondaire en Lorraine ; souhaitant participer à l'offensive générale face à la France, il obtient le droit de lancer ses unités à l'assaut des positions françaises en Lorraine, mais cette attaque, lancée le 20 août en avance sur la planification stratégique, si elle remplit cependant son objectif, écarter la menace française sur Metz, échoue dans son exploitation[7]. Cette action d'éclat le fait considérer comme le « vainqueur de Metz ». Il ne peut cependant pas percer les lignes françaises, de la région de Charmes, en Lorraine, entre Nancy et les Vosges[6].

Il participe au siège de Lille en octobre 1914 et rend les honneurs au commandant de la place le [8]. Il s'installe à Lille avec le quartier-général de la 6e armée[9]. Durant la guerre de positions qui s'ensuit, Rupprecht reste sur le front de l'Ouest jusqu'à la fin du conflit[6].

En 1916, Rupprecht devient Generalfeldmarschall (maréchal) et prend le commandement du groupe d'armées Rupprecht de Bavière. Il est reconnu comme étant un des meilleurs commandants royaux de l'armée allemande durant la Première Guerre mondiale : en dépit de l'inimitié qui existe entre lui et Ludendorff. Les deux hommes s'opposent sur la conduite de la guerre dès l'entrée en fonction du duo Hindenburg-Ludendorff. Cependant, Rupprecht est apprécié de celui-ci pour ses capacités militaires[10].

Déposition de la monarchieModifier

Les troubles révolutionnaires du début du mois de conduisent à la déposition du roi Louis III - qui n'abdique cependant pas - et à la proclamation, en de la république en Bavière[11]. Le , à la mort de son père Louis III, Rupprecht lui succède comme chef de la maison royale de Bavière[2].

Succession jacobiteModifier

Descendant de la dynastie des Stuarts, Rupprecht est reconnu prétendant légitime au trône britannique sous le nom de « Robert Ier, roi d'Angleterre, d'Irlande, de France et d'Écosse » par les jacobites après la mort de sa mère Marie-Thérèse en 1919. Cependant, Rupprecht n'a jamais prétendu à ces titres et sa position en tant qu'héritier des Stuarts fut transmise à son fils, Albert de Bavière.

Après la Seconde guerreModifier

 
Rupprecht de Bavière (à gauche) avec son fils Albert de Bavière (centre) et son petit-fils François de Bavière (a droite) en 1948

Rupprecht est un farouche opposant du national-socialisme. En 1923, Rupprecht refuse de participer au Putsch de la Brasserie d'Hitler, en raison de la présence de Ludendorff, dont les violentes attaques contre le catholicisme le repoussaient. Son opposition au nazisme le contraint finalement à s'exiler en Italie en 1939[6]. Il y réside, en général à Florence, jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 1944, il échappe à une arrestation, mais sa femme et ses enfants sont déportés dans des camps de concentration, d'abord à Dachau puis à Flossenbürg. Presque tous les membres de sa famille survivront à leur détention, mais son épouse Antonia ne recouvre jamais la santé et meurt prématurément, dans une maison de santé suisse où elle était hospitalisée, le , des suites de cet internement[2].

Rupprecht est mort le , à l'âge de 86 ans au château de Leutstetten. Il est inhumé dans la crypte de l'église des Théatins à Munich avec les honneurs royaux : la couronne royale et le sceptre bavarois sont retirés du musée d'État et placés sur son cercueil[6]. Il est alors le dernier maréchal encore en vie de la Première Guerre mondiale[2].

Titulature et phaléristiqueModifier

TitulatureModifier

Son titre complet jusqu'en 1918 est : Seine Königliche Hoheit Rupprecht Maria Luitpold Ferdinand Kronprinz von Bayern, Herzog von Bayern, Franken und in Schwaben, Pfalzgraf bei Rhein (en français : Son Altesse royale Robert Marie Léopold Ferdinand, Prince héritier de Bavière, Duc de Bavière, de Franconie et en Souabe, Comte palatin du Rhin).

PhaléristiqueModifier

Rupprecht de Bavière est titulaire des ordres suivants[2] :

Ordres du Royaume de BavièreModifier

Ordres de l'Empire allemandModifier

Ordres étrangersModifier

AscendanceModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
8. Louis Ier de Bavière
 
 
 
 
 
 
 
4. Luitpold de Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9. Thérèse de Saxe-Hildburghausen
 
 
 
 
 
 
 
2. Louis III de Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10. Léopold II (grand-duc de Toscane)
 
 
 
 
 
 
 
5. Auguste-Ferdinande de Habsbourg-Toscane
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
11. Marie de Saxe
 
 
 
 
 
 
 
1. Rupprecht de Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
12. François IV de Modène
 
 
 
 
 
 
 
6. Ferdinand Charles Victor d'Autriche-Este
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
13. Marie-Béatrice de Savoie
 
 
 
 
 
 
 
3. Marie-Thérèse de Modène
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
14. Joseph de Habsbourg-Lorraine (1776-1847)
 
 
 
 
 
 
 
7. Élisabeth de Habsbourg-Hongrie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
15. Marie-Dorothée de Wurtemberg
 
 
 
 
 
 

Notes et référencesModifier

Citations originalesModifier

NotesModifier

  1. (Charles-Théodore est le frère de l'impératrice Élisabeth). La duchesse est également une cousine utérine de l'impératrice d'Autriche Zita de Bourbon-Parme et de la grande-duchesse Marie-Adélaïde de Luxembourg

RéférencesModifier

  1. a b c et d Manfred Berger 2003, p. 1173-1186.
  2. a b c d e et f Énache 1999, p. 178.
  3. Énache 1999, p. 178-181.
  4. Énache 1999, p. 181-183.
  5. Antoine Redier, La guerre des femmes, Paris, Éditions de la vraie France, , 333 p., p. 12.
  6. a b c d et e (de) « Rupprecht Kronprinz von Bayern », sur prussianmachine.org, (consulté le ).
  7. Laparra et Hesse 2011, p. 226.
  8. A. Liénart, « Le sort de Lille en 1914 », Revue du Nord,‎ 1965 volume 47 (lire en ligne).
  9. Ouvrage collectif, La Grande Guerre dans le Nord-Pas-de-Calais, Lille, La Voix, , 437 p. (ISBN 978-2-84393-181-9), p. 212.
  10. Laparra et Hesse 2011, p. 224.
  11. Énache 1999, p. 190.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Claude Laparra et Pascal Hesse, L'envers des parades : Le commandement de l'armée allemande : réalités et destins croisés 1914-1918, Paris, 14-18 éditions, , 388 p. (ISBN 978-2-916385-77-8).    
  • (de) Dieter J. Weiß, Kronprinz Rupprecht von Bayern (1869 - 1955): Eine politische Biografie, Pustet Friedrich Kg, 2007 (ISBN 3791720473).
  • (de) Manfred Berger, Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon : Rupprecht, Maria Luitpold Ferdinand, Kronprinz von Bayern, Pfalzgraf bei Rhein, Herzog von Bayern, Franken und in Schwaben usw., vol. 22, Bautz Traugott, (ISBN 978-3-88309-133-4), p. 1173-1186.
  • Nicolas Énache, La descendance de Marie-Thérèse de Habsburg, Paris, Éditions L'intermédiaire des chercheurs et curieux, , 795 p. (ISBN 978-2-908003-04-8).  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier