Ouvrir le menu principal

Rue d'Enfer (Paris, rive gauche)

voie de Paris, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue d'Enfer et Rue d'Enfer (Paris).

Anc. 4e arrt
Rue d'Enfer
Image illustrative de l’article Rue d'Enfer (Paris, rive gauche)
Deux anciens commerces de la rue d'Enfer : le restaurant Julien et le pâtissier À la Vieille Grille du Luxembourg (années 1840).
Situation
Historique
Ancien nom Chemin d'Issy
chemin de Vanves
chemin de Vauvert
rue de Vauvert
chemin Vauvert
rue de la Porte-Gibart
rue des Chartreux
rue Saint-Michel
rue du Faubourg-Saint-Michel

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue d'Enfer

La rue d'Enfer est une ancienne voie située sur la rive gauche de Paris. Une partie de la rue est supprimée lors du percement du boulevard Saint-Michel, déclaré d'utilité publique en 1859. La partie restante est renommée « rue Denfert-Rochereau » en 1878.

Elle correspond aux voies actuellement nommées :

  1. boulevard Saint-Michel (section entre la rue Monsieur-le-Prince et la rue de l'Abbé-de-L'Épée),
  2. rue Henri-Barbusse,
  3. avenue Denfert-Rochereau.

Elle ne doit pas être confondue avec la rue d'Enfer située rive droite, renommée « rue Bleue » en 1789.

Origine du nomModifier

Les différentes hypothèsesModifier

L'origine de ce nom ouvre à plusieurs hypothèses.

Elle aurait été appelée auparavant via Inferior — nom dénaturé en via Infera, d’où rue d'Enfer —, par opposition à la rue Saint-Jacques, qui elle, était appelée via Superior[1].

Mais, selon les recherches de Michel Roblin[2] et Alain Faure[3], il faut voir en ce nom, plutôt qu’une corruption de via Inferior, un dérivé du surnom donné à une porte de l’enceinte de Philippe Auguste, la « porte en Fer », laquelle fut appelée d'abord porte Gibard ou de la rue Gibard (d'après le Moulin-Gibert situé au-delà de l'enceinte), puis porte Saint-Michel (en 1394 par Charles VI en l'honneur de sa fille) ou « porte d'Enfer » à cause de la rue de la Porte d'Enfer, appellation qu'Henri Sauval (1724) fait remonter à 1258, « pour des raisons de superstitions[4] ». Mais, comme pour mieux se contredire, il ajoute plus loin que dans « les gestes des évêques d'Auxerre on l'appelait porta de ferto », porte de fer, donc.

Germain François Poullain de Saint-Foix donne d'autres explications, la thèse de la Via Inferior ainsi que celle de la superstition due à des hurlements et autres apparitions spectrales du temps de Saint Louis ou encore un nom populaire donné car la rue était malfamée et que l'on y entendait cris, jurements, querelles...

Le terme « d'Enfer » n'aurait en définitive que peu à voir avec les Enfers, pas plus qu'avec le demi-patronyme de Pierre Philippe Denfert-Rochereau : pourtant, à la fin du XIXe siècle, les usagers, un peu perdus dans la nouvelle géographie de Paris, mélangeaient d'Enfer et Denfert. Cette confusion onomastique est d'autant plus remarquable que le second tronçon de l'ex-rue d'Enfer fut rebaptisé rue Henri-Barbusse, en hommage à l'écrivain militant qui composa, entre autres, un roman fort célèbre intitulé… L'Enfer !

La disparition progressive de cet odonymeModifier

La rue d'Enfer est rebaptisée rue Denfert-Rochereau en 1878[5]. La place de la barrière d'Enfer est rebaptisée place Denfert-Rochereau en 1879[6]. En 1887, le boulevard d'Enfer, créé le 17 mai 1767 par Louis XV, devient le boulevard Raspail, on fait disparaître également le chemin de ronde du poste d'observation de la barrière d'Enfer. Un seul lieu conserve la mémoire du nom du quartier d'Enfer : le passage d'Enfer, construit en 1855 pour traverser la cité d'Enfer (ou « cité de M. Cazeaux ») construite par l'architecte Félix Pigeory, auteur de l'un des premiers lotissements ouvriers de Paris.

Plusieurs rues portaient l'épithète « d'Enfer », mais ont été renommées : rue Saint-Dominique-d'Enfer, renommée rue Royer-Collard en 1846[7] ; rue Saint-Thomas-d'Enfer, renommée rue Malebranche en 1867[8] ; rue Sainte-Catherine-d'Enfer, renommée rue Le Goff en 1880[9].

SituationModifier

Avant 1859 : de la place Saint-Michel à la place de la barrière d'EnferModifier

 
Tracé de la rue d'Enfer sur un plan de 1857.

En 1844, sa longueur est de 1 608 mètres[1].

D'après le plan établi par Vuillemin[10] et Benard[11] en 1857 (cf. illustration), la rue d'Enfer commençait, en longeant les grilles côté est du jardin du Luxembourg, au niveau de la place Saint-Michel, située à l'emplacement de l'actuel croisement entre le boulevard Saint-Michel et la rue Monsieur-le-Prince. Elle était prolongée au nord par la rue de la Harpe. Elle se terminait au XVIIIe siècle par la porte de la barrière d'Enfer où se situe actuellement l'entrée des catacombes, improprement nommées ainsi puisqu'il s'agit à la fois d'un ossuaire et d'anciennes galeries dédiées aux carrières, et non d'un lieu d’inhumation. Elle se prolongeait au sud par l'avenue d'Orléans (actuelle avenue du Général-Leclerc).

Dans les années 1850, elle croisait en partant du nord[12] :

De 1859 à 1878 : du boulevard Saint-Michel à la place de la barrière d'EnferModifier

En 1859 est déclaré d'utilité publique le prolongement du boulevard Sébastopol (rive gauche) (actuel boulevard Saint-Michel), de la place Saint-Michel au carrefour de l'Observatoire, par l'élargissement à trente mètres de la rue d'Enfer et de la rue de l'Est et isolement du jardin du Luxembourg du côté de la rue d'Enfer[13]. La section de la rue d'Enfer entre la rue Monsieur-le-Prince et la rue de l'Abbé-de-L'Épée est alors incorporée à ce nouveau boulevard.

De 1878 à 1946 : la rue Denfert-RochereauModifier

En 1878, la rue d'Enfer est rebaptisée rue Denfert-Rochereau afin d'honorer le défenseur de Belfort lors de la guerre franco-prussienne, le gouverneur Pierre Philippe Denfert-Rochereau.

En 1946, la section entre le boulevard Saint-Michel et l'avenue de l'Observatoire est renommée rue Henri-Barbusse, la partie au sud de l'avenue étant rebaptisée avenue Denfert-Rochereau.

HistoireModifier

La rue d’Enfer est attestée dès 1569. Cette rue a porté différents noms à diverses époques : « chemin de Vanves », « chemin d'Issy », « chemin de Vauvert », « rue de la Porte-Gibard », « rue Saint-Michel », « rue du Faubourg-Saint-Michel[1] ».

En décembre 1774, les carrières souterraines sous la rue s'effondrent et engloutissent sur plusieurs centaines de mètres les habitations en surface.

Plusieurs établissements de bouche et festifs se situaient entre le Luxembourg et Montparnasse : avant que les travaux ordonnés par le préfet Haussmann ne le coupe en deux, on trouvait à l'actuel emplacement de la station de RER Port-Royal le fameux bal Bullier qui voisina bientôt avec La Closerie des Lilas, ouverte également par Bullier, deux établissements qui donnèrent à cet ancien « plateau boisé » (en réalité, proche du jardin), une réputation « infernale » dès la fin du règne de Louis-Philippe.

En 1882, la rue Denfert-Rochereau est élargie jusqu'à l'avenue de l'Observatoire (section rebaptisée avenue Denfert-Rochereau en 1946).

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Avant 1859Modifier

Après 1859Modifier

NotesModifier

  1. a b c d et e Félix Lazare et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, F. Lazare, 1844, p. 201 (lire sur Gallica, lire sur Wikisource).
  2. Michel Roblin, Quand Paris était à la campagne. Origines rurales et urbaines des 20 arrondissements, Paris, Picard, 1985, p. 88-89.
  3. Alain Faure, « Paris au diable Vauvert, ou la Fosse aux lions », Histoire urbaine, 2000, vol. 2, no 2, p. 149-169.
  4. Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, C. Moette, 1724, lire l'extrait en ligne.
  5. Décret du 30 juillet 1878 [lire en ligne].
  6. Arrêté du [lire en ligne].
  7. Ordonnance du 18 juin 1846 [lire en ligne].
  8. Décret du 27 février 1867 [lire en ligne].
  9. Décret du 29 novembre 1880 [lire en ligne].
  10. Le géographe et cartographe Alexandre Aimé Vuillemin (1812-1880), sur databnf.fr, en ligne.
  11. Graveur français (?-?), et plus vraisemblablement partenaire de Benard, Lemercier et Cie, un important imprimeur parisien ; ne pas confondre avec Robert Bénard ou Raoul Bénard (1881-1961), 1er Grand Prix de Rome (1905).
  12. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), Paris, plan 41e quartier Luxembourg, îlot no 15, 1/1000, F/31/93/16 ; plan 43e quartier Sorbonne, îlot no 17, 1/200 F/31/93/56 ; îlot no 18, 1/200, F/31/93/57 ; îlot no 20, 1/666, F/31/93/59 ; plan 48e quartier Observatoire, îlot no 2, F/31/96/02 ; îlot no 3, 1/800, F/31/96/03 ; îlot no 4, 1/500, F/31/96/04 ; îlot no 5, 1/714, F/31/96/05 ; îlot no 6, 1/1333, F/31/96/06 ; îlot no 7, 1/416, F/31/96/07 ; îlots nos 23 et 24, F/31/96/22.
  13. Décret du 30 juillet 1859 [lire en ligne].
  14. Almanach national, (lire en ligne).
  15. Lithographie de Jean-Jacques Champin dans l'ouvrage Paris historique, Éditions F. G. Levrault, Paris, 1838.

Voir aussiModifier