Gustave Obiols

sculpteur espagnol

Gustave ObiolsGustau Obiols i Delgado en 1858 à Berga (Catalogne) et mort à une date indéterminée après 1930, est un sculpteur néo-classique espagnol.

Gustave Obiols
Image dans Infobox.
Gustave Obiols, Buste de femme, Musée de Mazovie
Naissance
Décès
Période d'activité
Nom de naissance
Gustau Obiols i Delgado
Nationalité
Espagnole
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Mouvement

Rattaché au mouvement artistique Art déco dont l'activité s'étendit aux arts décoratifs et aux arts appliqués, membre fondateur de la Société des artistes espagnols à Paris, il était le frère de l'artiste peintre espagnol Manuel Obiols Delgado (1860-1911).

BiographieModifier

Gustave Obiols est élève de l'École des beaux-arts de Barcelone avant de venir à l'âge de vingt ans vivre à Paris où il prolonge sa formation en fréquentant les ateliers d'Albert-Ernest Carrier-Belleuse et d'Eugène Delaplanche. Les catalogues du Salon de Paris, auquel il participe régulièrement à partir de 1889, restituent qu'il est cette année-là installé au n°39 de la rue Denfert-Rochereau, qu'il vit en 1896 au n°233 de la rue du Faubourg-Saint-Honoré[1].

Les sculptures de Gustave Obiols sont éditées en bronze par la Fonderie Eugène Blot (au n°28, puis au n°84 de la rue des Archives)[2] et par la Société des bronzes de Paris[3]. On peut lire ces indications biographiques, malheureusement assez imprécises, chez Kineton Parkes (en) : « il est récompensé d'une médaille de bronze à l'Exposition universelle de 1900, d'une médaille d'argent à l'exposition du Mans, de même qu'aux expositions d'art de Madrid et d'Amiens. Un bas-relief en plâtre intitulé Vision a été présenté à Brighton »[4].

La trace de la fin de sa vie s'est dissoute. On sait par le catalogue du Salon de 1930 qu'il y est encore exposant avec un Buste de châtelaine.

ÉlèvesModifier

ExpositionsModifier

  • Salon des artistes français, à partir de 1889.
  • Première exposition générale des beaux-arts, Ayuntamiento Constitutional, Barcelone, 1891.
  • Exposition internationale de Madrid, 1893.
  • Exposition universelle de 1900, médaille de troisième classe pour Diane chasseresse[1].
  • Exposition internationale de Lille, 1902.
  • Exposition internationale d'Amiens, 1906.
  • Exposition internationale du Mans, 1911.

Réception critiqueModifier

  • « Les bustes s'inscrivent bien dans la ligne enveloppante, et les déroulements de chevelures qui les aident à s'encastrer gardent la souplesse de modelé et l'accent personnel, sans tomber dans le griffonnement d'arabesque découpée qui est devenu aujourd'hui, à la suite d'influences diverses, d'une répétition courante, factice et presque machinale. Il faut savoir gré à Obiols d'avoir conservé une facture moins convenue, car il ne faudrait pas croire que le style ornemental réside ainsi dans quelques habitudes de sécheresse concertée. » - Revue Art & Décoration, 1900[5]

Musées et collections publiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Silvia Flaquer i Revaud et Maria Teresa Pagès i Gilibets, Inventari d'artistes catalans que participaran als Salons de Paris fins l'any 1914, Biblioteca de Catalunya, Disputació de Barcelona, 1986.
  2. Victor Arwas, Art Nouveau - The French aesthetic, Andreas Papadakis Publisher, 2002.
  3. Harold Berman, Bronzes sculptors and founders, 1800-1930, Abage Publishers, 1974.
  4. Kineton Parkes, Sculpture of to-day, Charles Scribner's Sons, New York, 1921. Voir tome 2, Continent of Europe, chapitre 2, The Spanish sculptors.
  5. « Boucles de ceintures par Obiols », Art & Décoration, tome VII, janvier-juin 1900, p. 118.
  6. Tabac Collector, La "pipe des tranchées" de Gustave Obiols

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • « Boucles de ceintures par Obiols », Art & Décoration, tome VII, janvier-juin 1900 (consulter en ligne).
  • Kineton Parkes, Sculpture of to-day, Charles Scribner's Sons, New York, 1921.
  • Bernardino de Pantorba (es), Historia y critica de las exposiciones de bellas artes celebradas en España, Éditions Alcor, Madrid, 1948, réédité par Éditions E. Chicharro, 1980.
  • Josep Francesc Ràfols, Dictionnaire biographique des artistes de Catalogne de l'époque romaine à nos jours, vol.2, Editorial Millá, 1953.
  • Harold Berman, Bronze sculptors & founders, 1800-1930, Abage Publishers, Chicago, 1974.
  • Francesc Fontbona (es), Del Neoclassicisme a la Restauració, 1808-1888, vol.6 de Història de l'art català, Edicions 62, 1983.
  • Silvia Flaquer i Revaud et Maria Teresa Pagès i Gilibets, Inventari d'artistes catalans que participaran als Salons de Paris fins l'any 1914, Biblioteca de Catalunya, Disputació de Barcelona, 1986.
  • Benedict Goes, The intriguing design of tobacco pipes, Leiden, Pijpenkabinet, 1993.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 1999.
  • Vivienne Becker, Bijoux Art nouveau, Éditions Thames & Hudson, 2000.
  • Philippe Dahhan (préface de Félix Marcilhac), Les étains 1900 - deux-cents sculpteurs de la Belle Époque, Les Éditions de l'Amateur, 2000.
  • Brian Catley, Art Deco and other figures, Antique Collectors Club Art Book, 2000 (tome 1) et 2003 (tome 2).
  • Victor Arwas, Art Nouveau - The French aesthetic, Andreas Papadakis Publisher, 2002.

Liens externesModifier