Ouvrir le menu principal

14e arrt
Rue Boissonade
Image illustrative de l’article Rue Boissonade
La rue Boissonade.
Situation
Arrondissement 14e
Morphologie
Longueur 346 m
Largeur 11,80 m

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Boissonade
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Boissonade est une voie du 14e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La rue Boissonade a une longueur de 346 mètres et une largeur minimum de 11,80 mètres. Si la numérotation des habitations, datant de 1935, commence normalement à partir du boulevard Montparnasse, la circulation automobile, quant à elle, s'effectue à partir du boulevard Raspail qui est le vrai début historique de la rue.

La station de métro la plus proche est Raspail, sortie côté rue Campagne-Première. La station RER la plus proche est Port-Royal, sortie côté boulevard du Montparnasse.

Elle est également accessible en bus : no 38, arrêt : Observatoire-Port-Royal ; no 68, arrêt : Raspail ; no 91, arrêt : Campagne-Première.

Voies rencontréesModifier

Accessible par les boulevards Raspail et du Montparnasse, la rue Boissonade présente la particularité de n'être le débouché d'aucune autre rue, à l'exception de la voie piétonnière privée B/14, qui ouvre par une grille, elle aussi privée, accessible par une volée de marches, sur le côté pair de sa numérotation.

Origine du nomModifier

Jean-François Boissonade, qui a donné son nom à la rue, né et mort à Paris (1774-1857), était issu d'une famille de Gascogne dont le patronyme exact est Boissonade de Fontarabie. Helléniste et érudit, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, il avait un fils légitimé devenu célèbre au Japon : Gustave Boissonade de Fontarabie (Vincennes, 7 juin 1825 – Antibes, 1910), père du droit moderne au pays du Soleil-Levant.

HistoriqueModifier

Cette voie ne fut pas toujours d'un seul tenant. De son ouverture, de 1859 à 1893, seule existait l'impasse Sainte-Élisabeth, devenue rue Boissonade, dont l'accès s'effectuait boulevard Raspail et fermait vers le no 26.

En 1893 s'ouvrit une seconde impasse côté boulevard du Montparnasse.

Jusqu'en 1934, la rue Boissonade était composée des deux impasses : la plus ancienne ouvrant sur le boulevard Raspail était longue de 175 mètres, et la plus récente sur le boulevard du Montparnasse mesurait 47,50 mètres ; leurs extrémités étaient bloquées par le mur d'enceinte du jardin du monastère de la Visitation qui débordait au milieu du tracé de la rue actuelle. Cette partie du jardin fut rachetée par la Ville, permettant de rabouter les deux impasses.

Le percement de la rue Boissonade à travers des terrains de cultures maraîchères est dû à Émile Keller, homme politique, né à Belfort le 8 octobre 1828 et mort à Paris 6e, le 21 février 1906. Il avait épousé le 9 juin 1852 Mathilde Humann (1833-1905), fille de Théodore Humann, député et maire de Strasbourg, et petite-fille de Georges Humann. Ils eurent quatorze enfants, dont Élisabeth, future religieuse, née l'année de l'ouverture de la rue, en 1859, qui donna peut-être son prénom à la première appellation de la rue.

La rue Boissonade porte ce nom depuis le décret du mercredi 10 février 1875, signé à Versailles par le maréchal Mac-Mahon, président de la République, sur la proposition du ministère de l'Intérieur, le général François de Chabaud-Latour (1804-1885).

Avec plus de cinq cents personnalités recensées[réf. nécessaire], la rue Boissonade est une pépinière d'artistes peintres, sculpteurs, écrivains, etc. Ce fut l'adresse de Jean-Marie Faverjon, le premier artiste peintre arrivé en ce lieu, Henri Brun, Marie-Léon Chevreuil, Isidore Bonheur (le frère de Rosa), Gustave Germain, Émile Chatrousse (l'ami de Victor Hugo), Léon Delagrange (pionnier de l'aviation), l'explorateur Gabriel Bonvalot… auxquels ont succédé Raymond Legueult, André Hambourg, Hermine David, Charles Picart Le Doux, Conrad Kickert, Bessie Davidson, Mané Katz, Werner Hartmann, Lars Bo, Karl Guerardt, Solon Bordglum, Marta Leijonheilm, Antonio Parreiras, Nils Kreuger, Suzanne Baumé, Paul Fort, Charles-Ferdinand Ramuz, Henri-François Rey, David Rousset, Jean Paulhan, Louis Durey du Groupe des Six, Gabriel Allignet. Puis, plus récemment : Guy Béart, Jean Le Poulain, Corinne Le Poulain, Nathalie Sarraute, Sabine Haudepin, Anne-Lise Stern, etc.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Notes et référencesModifier

  1. Mathilde Dion, « Louis Süe », Notices biographiques d'architectes français, Paris, Ifa/Archives d'architecture du XXe siècle, 1991, 2 vol.
  2. a et b Billy Klüver et Julie Martin, Kiki et Montparnasse, 1900-1930, Éditions Flammarion, 1989.
  3. Étrangers célèbres et anonymes du 14e arrondissement, mairie du 14e, octobre 2011, p. 8.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Article connexeModifier