Ouvrir le menu principal

Roger Pannequin

personnalité politique française

Roger Pannequin (19 janvier 1920 - 13 octobre 2001, Verberie) alias « commandant Marc » est un instituteur socialiste de la région Nord et un résistant des Francs-tireurs et partisans (FTP) de la première heure qui combattit l’occupation allemande.

Plusieurs fois prisonnier, torturé par la Gestapo et les services spéciaux, il s’évada à trois reprises des prisons allemandes, ce qui fit de lui un des résistants les plus recherchés.

Pour être plus précis ses tortionnaires étaient en premier lieu le commissaire de police de Lens, Dobbolaere et son adjoint, lieutenant de gendarmerie Roger Fleurose, oeuvrant tour à tour au commissariat de Lens ou dans les locaux de la gendarmerie. Les mêmes s’illustreront dans les tortures infligées à bien d’autres résistants du bassin minier, le plus notable étant l’instituteur d’Harnes,  Henri Gouillard avant de les remettre à la Gestapo[1].[2]

Dobbolaere et son acolyte gendarme seront condamnés à mort à la Libération. Toutefois seul Fleurose sera fusillé. Dobbolaere sera gracié. Beaucoup de gendarmes impliqués dans la traque des résistants seront mutés dans la Sarre pendant les premières années de l'occupation française. Ils reviendront dans le bassin minier lors des grèves de 1947 et 1948.


À la libération de la France, il adhère au Parti communiste, et devient l'un des responsables de la Fédération du Pas-de-Calais du Parti communiste français, membre du Comité central[3] et permanent de la Fédération du Nord.

En 1945, il est élu sur la liste d'Auguste Lecœur dont il devient le premier adjoint à la mairie de Lens (Pas-de-Calais) et premier adjoint de la Fédération du Parti communiste français du Pas-de-Calais.

Sommaire

PublicationsModifier

  • 1976 : Ami, si tu tombeséd. du Sagittaire
  • 1977 : Adieu Camaradeséd. du Sagittaire
  • 1979 : Les Compagnons de route 1917-1968, Robert Laffont

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • 2002 : Gilles Deregnaucourt, Roger Pannequin dit commandant Marc, Gauheria, p. 41-52
  • 2001 : Gérard Guégan, Ascendant Sagittaire : une histoire subjective des années soixante-dix,  éd. Parenthèses

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Roger Pannequin, Adieu Camarade, Paris, Le Sagittaire,
  2. Jacques Estager, Ami entends-tu ? La Résistance populaire dans le Nord-Pas-de-Calais, Paris, Messidor, Editions sociales,
  3. Il en est exclu en 1953