Ouvrir le menu principal

La religion principale au Royaume-Uni est le christianisme. Cependant, on assiste depuis plusieurs années à une forte diminution de la pratique religieuse et à une baisse de l'influence des religions dans la société. On retrouve ce phénomène de sécularisation dans les autres pays occidentaux.

En 2009, on a dénombré davantage de pratiquants catholiques (861 000 fidèles assistant chaque dimanche à une messe catholique) que de pratiquants anglicans (852 000), soit une première depuis le XVIe siècle[1],[2].

Sommaire

Rapport entre l’État britannique et les cultesModifier

L’État et ses rapports à l’Église d’AngleterreModifier

Le Royaume-Uni n'est officiellement pas un pays laïc à l'image par exemple de la France, mais présente une synthèse audacieuse entre affirmation du caractère religieux de l’État britannique et liberté de conscience et de culte[3]. En effet, l’État britannique présente une église établie, l’Église d'Angleterre, qui n'hésite pas intervenir dans le champ de la politique nationale et donner son avis sur les évolutions d'orientation politique, sociétale, voire économique[4].

A partir de la Réforme du XVIème siècle, où l'Angleterre tourne le dos au catholicisme sous le règne de Henri VIII, l’État qui avait déjà un droit de regard sur la nomination des évêques accroît son influence sur une Église désormais entièrement sous son contrôle : désormais, à chaque vacance épiscopale, le chapitre de la cathédrale doit en informer le monarque qui produit un "congé à élire", autorisation officielle de procéder à l'élection d'un nouvel évêque, assorti d'une missive précisant le nom du candidat favori du roi, parfois sans même consulter l'archevêque de Cantorbéry[5].

Au XIXème siècle avec la parlementarisation croissante du système politique, les attributions traditionnelles du Roi sont transmisses au Premier Ministre, ce qui inclut le pouvoir de nomination des évêques, et l'influence du roi se limite désormais à un simple véto. La Reine Victoria désapprouvait par exemple les nominations d'évêques "politiques" dont les sensibilités étaient trop affirmées. Cette dernière entra en conflit avec Lord Roseberry en 1895, accusé de favoriser des évêques ayant des liens avec le Parti Libéral.

Au XXème siècle, l'influence du monarque dans le processus de nomination devient purement nominal, alors même que l'influence de l'archevêque de Cantorbéry, elle s'affirme, notamment à travers la figure de Randall Davidson, titulaire de la charge de 1903 à 1928[6].

Évolution et démocratisation du processus de nomination des évêquesModifier

En 1974, après consultation de l'archevêque et du président du Collège des Laïcs dans l'Église, Sir Norman Anderson, une nouvelle procédure est adoptée. C'est la création du CAC (pour Crown Appointements Committee), organe collégial chargé des nominations. Il est composé de 2 archevêques (Cantorbéry et York) de 6 membres élus par le Synode général (3 par le collège des clers et 3 par le collège des laïcs) et enfin 4 membres du comité diocésain de l'évêché vacant. Cet organe produit une liste de deux noms (hiérarchisée) qui est soumise à appréciation du Premier ministre, celui-ci pouvant demander de renvoyer le dossier et d'examiner la candidature d'autres noms. Enfin, ce document doit être motivé et accomapgné d'un compte-rendu des travaux de l'organe[7].

StatistiquesModifier

Répartition des religions dans les quatre nations constitutives du Royaume-Uni selon les recensements de 2011[8],[9],[10] :

Religion Angleterre[8] Écosse[10] Pays de Galles[8] Irlande du Nord[9]
Christianisme 59,4 % 53,8 % 57,6 % 82,4 %
Sans religion 24,7 % 36,7 % 32,1 % 10,1 %
Islam 5,0 % 1,4 % 1,5 % 0,2 %
Hindouisme 1,5 % 0,3 % 0,3 % 0,1 %
Sikhisme 0,8 % 0,2 % 0,1 % -
Bouddhisme 0,5 % 0,2 % 0,3 % 0,1 %
Judaïsme 0,5 % 0,1 % 0,1 % -
Autres religions 0,4 % 0,3 % 0,4 % 0,4 %
Non indiqué 7,2 % 7,0 % 7,6 % 6,8 %
Total 100,0 % 100,0 % 100,0 % 100,0 %

Principales religions chrétiennes :

Religion Angleterre Écosse[10] Pays de Galles Irlande du Nord[9]
Anglicanisme :
- Église d'Angleterre
- Église du pays de Galles
- Église d'Irlande
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
14 %
Méthodisme - - - 3 %
Presbytérianisme :
- Église d'Écosse
-
-
-
32,4 %
-
-
19 %
-
Catholicisme - 15,9 % - 41 %
Autres chrétiens - 5,5 % - 5,8 %

RéférencesModifier

  1. « Les catholiques romains au Royaume-Uni », sur la-croix.com, (consulté le 14 novembre 2017).
  2. Jean-Claude Bésida et Maylis Guillier, « Tendance - En Angleterre, les catholiques sont désormais plus nombreux que les anglicans », sur famillechretienne.fr, (consulté le 14 novembre 2017).
  3. Monica Charlot, Religion et politique en Grande-Bretagne, Paris, Presse de la Sorbonne Nouvelle, , 191 p. (ISBN 2-87854-050-6), p. 8
  4. Monica Charlot, Politique et Religion en Grande-Bretagne, Paris, Presse de la Sorbonne Nouvelle, , 191 p. (ISBN 2-87854-050-6), p. 50
  5. Monica Charlot, Religion et Politique en Grande-Bretagne, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, , 191 p. (ISBN 2-87854-050-6), p. 39
  6. Monica Charlot, Religion et Politique en Grande-Bretagne, Paris, Presse de la Sorbonne Nouvellle, , 191 p. (ISBN 2-87854-050-6), p. 41
  7. Monica Charlot, Politique et Religion en Grande-Bretagne, Paris, Presse de la Sorbonne Nouvelle, , 191 p. (ISBN 2-87854-050-6), p. 48
  8. a b et c (en) Census 2011: Key Statistics for Local Authorities in England and Wales.
  9. a b et c (en) Census 2011: Key Statistics for Northern Ireland.
  10. a b et c (en) Census 2011: Religion in Scotland.

Voir aussiModifier