Ouvrir le menu principal

Plottes

commune française du département de Saône-et-Loire

Plottes
Plottes
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton Tournus
Intercommunalité Communauté de communes Mâconnais-Tournugeois
Maire
Mandat
Monique Jousseau
2014-2020
Code postal 71700
Code commune 71353
Démographie
Population
municipale
538 hab. (2016 en augmentation de 135,96 % par rapport à 2011)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 31′ 46″ nord, 4° 52′ 21″ est
Altitude Min. 186 m
Max. 353 m
Superficie 10,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Plottes

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Plottes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plottes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plottes
Liens
Site web plottes.fr

Plottes est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

Plottes est un village du sud de la Bourgogne qui est situé aux portes du Haut-Mâconnais, et plus précisément dans le Tournugeois. Il a la particularité d'être à la fois rural par son Bourg niché dans un paysage verdoyant et vallonné, distant de 5 km de Tournus, et citadin par son hameau La Grimaury de 250 habitants, contigu à cette même ville, offrant ainsi tous les avantages d'une proche périphérie urbaine, tout en étant dans une campagne tranquille. La Grimaury et le bourg de Plottes sont reliés par la départementale 56, qui traverse le territoire de la commune : « Il y a un grand chemin qui, venant de Tournus au nord, traverse le village au sud dans son extrémité, et de là va à Lugny, se rend à Cluny, et par lequel on va dans le Beaujolais. » écrivait déjà le curé de Plottes au milieu du XVIIIe siècle[1].

Le territoire de la commune recèle un riche patrimoine naturel, rural et architectural. Il s'étend sur 1 007 hectares dont 210 hectares en bois et 250 hectares en vignes. Des sentiers, des chemins balisés permettent sa découverte, ils sont très appréciés par les randonneurs et vététistes.

Plottes s'est également doté d'une devise, fierté des Piottats : « Après Paris, … Plottes ! ». C'est la réponse qu'aurait faite le roi Henri IV, voulant réunir toutes ses forces sous Paris, au général Poncenat, occupé à assiéger Plottes et à le brûler pour la 5e fois.

Communes limitrophesModifier

  Tournus  
Ozenay N Le Villars
O    Plottes    E
S
Chardonnay Uchizy Farges-lès-Mâcon

HistoireModifier

Plottes (Plotce) remonte à la plus haute antiquité et paraît avoir été établi primitivement aux Écrois, près de la fontaine des Ladres. On a recueilli dans cet endroit des silex taillés des époques préhistoriques et le musée de Tournus possède une aiguille en bronze, une petite tête de cheval de même métal et quelques débris de poteries de l'époque gallo-romaine qui y ont été trouvés.

Le village ainsi qu'un château-fort auquel était adossée l'église, appartenait à l'abbaye de Tournus.
Pendant les guerres de religions, Plottes fut pillée et brûlée plusieurs fois par les Calvinistes ; aussi les habitants prirent-ils le parti de reconstruire leurs habitations autour du château ; mais cette précaution n'empêcha pas leurs demeures d'être bombardées avec le château en 1562, par Poncenat, depuis la montagne du Foy où l'artillerie avait pris position. Comme Henry IV avait fait prévenir Ponsenat de se rendre sous les murs de Paris qu'il assiégeait, il répondit qu'il voulait d'abord prendre Plottes ; ce qui fit dire au roi : « Après Paris, Plottes ».

Le village resta sous la dépendance des abbés de Tournus jusqu'en 1789.
L'ancien château est devenu une belle ferme ; la chapelle a été remplacée par l'église d'aujourd'hui, dont la construction date du Second Empire[2].

16 août 1934 : adhésion de Plottes (avec Uchizy et Chardonnay) au Syndicat intercommunal des eaux du Haut-Mâconnais fondé le 8 janvier 1934 et regroupant dix communes (Lugny, Burgy, Clessé, Viré, Cruzille, Vérizet, Bissy-la-Mâconnaise, Cruzille, Saint-Maurice-de-Satonnay et Montbellet).

Un peu avant la dernière guerre, la paroisse de Plottes fut rattachée à celle de Lugny pour le culte (suite à la création de la communauté pastorale de Lugny, fondée à l'initiative de monseigneur Joseph Robert). Plottes dépend de nos jours de la paroisse de Tournus.

HéraldiqueModifier

  Blason D'azur au château d'argent, soutenu d'une grappe de raisin tigée et feuillée de sinople; au chef cousu de gueules chargé de chaînes d'or posées en croix, sautoir et orle et chargées en cœur d'une émeraude au naturel.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

La commune de Plottes, associée à Tournus depuis 1973, est redevenue une commune indépendante en mars 2001[3].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Daniel Baconnet    
mars 2014 en cours Monique Jousseau    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 538 habitants[Note 1], en augmentation de 135,96 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
633752800769794796782786766
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
705765834883854840675589575
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
572636582510495443464428441
1962 1968 2006 2011 2016 - - - -
449435227228538----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

  • Nombreuses cadoles implantées sur le territoire de la commune, notamment celle, située en bordure de la route départementale 56 conduisant de Tournus à Lugny, au lieu dit La Croix Blanche, qui fut restaurée en 1990[8] .

Personnalités liées à la communeModifier

  • Georges Mazenot (1927-2013) administrateur colonial, historien du Congo et préfet, mort à Plottes.
  • Plottes est la patrie des graveurs Janinet père et fils, grands artistes du XVIIIe, célèbres surtout par leurs gravures en couleurs.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Alain Dessertenne et Françoise Geoffray, La carte de Cassini en Saône-et-Loire : description topographique des paroisses. Transcription intégrale des réponses données par les curés pour la plupart des paroisses de l’actuelle Saône-et-Loire lors de l’enquête lancée pour établir la carte de Cassini en 1757, Cercle généalogique de Saône-et-Loire, 2015, p. 260.
  2. texte pris dans Géographie et Histoire de Tournus et de son canton par E. TREZENEM et CH. DARD bibliothèque de Plottes
  3. Plottes dans le Code officiel géographique
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Histoire d'une cadole », article de Jean Pierre paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 85 (printemps 1991), pages 15 à 17.

BibliographieModifier

  • Charles Dard et Jean Martin, Plottes, monographie historique, 1920.
  • Michel Bouillot, Un village à sauvegarder : Plottes, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 113 de mars 1998, pp. 3-7.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :