Pleurs (Marne)

commune française du département de la Marne

Pleurs [plœʁ] Écouter est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Pleurs
Pleurs (Marne)
Panneau d'agglomération
Blason de Pleurs
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Intercommunalité CC du Sud Marnais
Maire
Mandat
Janick Simonnet
2020-2026
Code postal 51230
Code commune 51432
Démographie
Gentilé Pleuriots
Population
municipale
827 hab. (2021 en diminution de 6,55 % par rapport à 2015)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 29″ nord, 3° 52′ 18″ est
Superficie 16,72 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sézanne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vertus-Plaine Champenoise
Législatives 5e circonscription de la Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Pleurs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Pleurs
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
Pleurs
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Pleurs
Liens
Site web http://www.pleurs.fr/

Géographie modifier

Description modifier

Communes limitrophes modifier

Les communes limitrophes sont Linthes, Angluzelles-et-Courcelles, Connantre, Gaye, Linthelles, Marigny et Ognes.

*

Hydrographie modifier

La commune est dans la région hydrographique « la Seine de sa source au confluent de l'Oise (exclu) » au sein du bassin Seine-Normandie. Elle est drainée par la Superbe, le canal de la Noue de Barbara, les Auges, le Biard, le ruisseau de Linthelles, le Fossé 01 du Bouchot, le ruisseau du Buisson Renard, le ruisseau du Parc, les Bimes, divers bras de la Pleurre et divers autres petits cours d'eau[1],[Carte 1].

La Superbe, d'une longueur de 40 km, prend sa source dans la commune de Vassimont-et-Chapelaine et se jette dans l'Aube à Boulages, après avoir traversé douze communes[2].

Le canal de la Noue de Barbara est un canal, chenal non navigable de 14 km qui relie Pleurs à Vouarcesoù il se jette dans la Superbe[3].

Les Auges, d'une longueur de 18 km, prend sa source dans la commune de Sézanne et se jette dans la Superbe sur la commune, après avoir traversé cinq communes[4].

 
Réseau hydrographique de Pleurs[Note 1].

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[5]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 709 mm, avec 11,2 jours de précipitations en janvier et 7,6 jours en juillet[5]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Romilly », sur la commune de Romilly-sur-Seine à 22 km à vol d'oiseau[7], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 619,5 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 42,3 °C, atteinte le ; la température minimale est de −25,2 °C, atteinte le [Note 2],[8],[9].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[10]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[11].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Pleurs est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[12],[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sézanne, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 37 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols modifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (79,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (76,5 %), forêts (16,9 %), zones agricoles hétérogènes (3,9 %), zones urbanisées (2,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,1 %)[17]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Habitat et logement modifier

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 438, alors qu'il était de 434 en 2013 et de 377 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 87,9 % étaient des résidences principales, 3 % des résidences secondaires et 9,1 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 98,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 1,4 % des appartements[I 1].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Pleurs en 2018 en comparaison avec celle de la Marne et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (3 %) supérieure à celle du département (2,9 %) et inférieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 63 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (59,9 % en 2013), contre 51,7 % pour la Marne et 57,5 % pour la France entière[I 2].

Le logement à Pleurs en 2018.
Typologie Pleurs[I 1] Marne[I 3] France entière[I 4]
Résidences principales (en %) 87,9 88,1 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 3 2,9 9,7
Logements vacants (en %) 9,1 9 8,2

Toponymie modifier

Le village de Pleurs apparaît avoir été à l'époque gauloise "Plaiduros" qui signifierait "Muraille marécageuses" ce qui correspond tout à fait à Pleurs il y a plusieurs siècles. Puis le nom du village varie en passant par Plaiodurum, Pleurre en Champagne, Pleurre et enfin Pleurs en 1792[réf. nécessaire].

Histoire modifier

Préhistoire modifier

Pendant que des Pleuriots creusaient un étang dans un bois à la sortie du village vers Connantre, des pilotis furent mis au jour, ces vestiges d'activité humaines serait vieux d'environ 5000 ans, ce qui prouve de manière irréfutable qu'une population s'est installée primitivement sur l'actuel territoire de Pleurs. Ce n'est pas étonnant car quand l'on regarde la topographie des lieux, on remarque qu'il y a cinq cours d'eau dont quatre se rejoignent afin de créer La Pleurre qui à son tour fusionne avec Les Auges pour former La Superbe. Autant de rivières, ruisseaux donnent naissance à des marais qui étaient un habitat protecteur pour les peuples de l'Âge du bronze.

Antiquité modifier

 
Tombes gauloises trouvées par Léon Morel, publié dans La Champagne souterraine sur des dessins d'émile Gastebois.

Au lieu-dit "Les Grands Châtelliers" existait un château fort en bois, des vestiges très intéressants ont été relevés comme un pot de plusieurs milliers de pièces gallo-romaines par un ancien Pleuriot.

Léon Morel situe un habitat lacustre dans les méandres de la Pleurre[18], ayant trouvé une tête de hache en bronze, des cornes de cerf travaillées, des haches polies en silex, en jadéite et des fragments de poterie. En 1851, Auguste Boullé découvre une sépulture gauloise (?), les fouilles sont poursuivies par Léon Morel en 1869 et mettent au jour un cimetière dit gaulois. Un autre cimetière sur le chemin menant à Courcelles contient quatorze tombes.

Le plus probable est que les cités lacustres qui étaient disposées le long des différents cours d'eau du territoire ont été abandonnées ou bien ont fusionné pour laisser place au début du village que nous connaissons. Le village serait sorti de terre vers 250 ap J-C car l'on retrouve des preuves de l'existence du château fort[Passage problématique] des « Grands Châtelliers » attestant donc d'un lieu de commandement, les preuves en question sont des vases datant du IVe siècle, des stigmates laissées au sol visible depuis les airs ainsi que des pièces gallo-romaines du IIe siècle

Au lieu-dit "Les Grands Châtelliers" il y avait jadis un château fort[Passage problématique] qui datait certainement des premiers siècles de notre ère, cette datation est possible car en 1976 quand la déviation Marigny-Ognes fut faite, des morceaux de poteries ont été sortis de terre. Ils furent datés entre 76-81 ap JC. Le château antique devenant trop vétuste il fut démoli et reconstruit en pierre en guise de maison forte, elle même fut démolit pour laisser place à un château construit plus au nord vers l’an 900

Moyen Âge modifier

Pleurs est également le lieu de l'abbaye cistercienne de femmes Abbaye Notre-Dame du Jardin Lez Pleurs, dans l'actuel lieu-dit Le Bois du Jardin. Cette abbaye fondée en 1224 cesse de fonctionner en 1403[19]. Ruinée par la guerre contre les Anglais sous le roi de France Jean II le Bon, elle est érigée en simple prieuré desservi par un religieux de l'abbaye Notre-Dame de Jouy[20].Aujourd'hui il ne subsiste qu'une butte de terre indiquant l'emplacement du prieuré.

Pleurs comptait encore un autre établissement religieux : le prieuré du Beschet ou Buchôt selon époque. Les premières traces de ce prieuré remontent à 1070, il est incendié en 1567 et vendu comme bien national pendant la Révolution française en 1792. C'était une abbaye d'ordre bénédictins, le dernier prieur était M. Onfroy de Paris en 1804.

En 1180 est fondée dans l'actuel terrain de l'orangerie une collégiale de Saint-Rémy pour six chanoines, on retrouve la trace d'un certain "Maître Rémy" vers le XIIe siècle qui y siège, nous savons de par les recherches de plusieurs érudits en 1634 que plusieurs personnes importantes (certainement des membres de la famille de Pleurre) furent inhumées dans cette église ; elle est finalement démolie en 1810.

Temps modernes modifier

Pleurs présentait jusqu'aux alentours de 1650 une imposante forteresse dont nul seigneur voisin ne put se rendre maître, le fossé principal débutait au sud des marais des "Grands Châtelliers" longeait la rue de Marigny, poursuivait le long de la rue Saint-Jolleau pour rejoindre les rivières de Linthelles et mesuraient selon estimation entre 4 et 6 mètres de profondeur. Le village comptait aussi quatre portes dont une se situait tout près de l'actuel salon de coiffure.

Époque contemporaine modifier

C'est de Pleurs que Foch déclencha, le , l'attaque sur Fère-Champenoise.

En 1917 le soldat Rodion Malinovski qui deviendra par la suite le grand maréchal de l'URSS, vit durant une année dans une grange près de l'église. Il revient en 1960, lors d'une convention à Paris avec le président Khrouchtchev revoir la grange dans laquelle il a vécu[réf. nécessaire].

Politique et administration modifier

Rattachements administratifs et électoraux modifier

Rattachements administratifs modifier

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Épernay du département de la Marne.

Après avoir été le chef-lieu d'un fugace canton de Pleurs, elle faisait partie depuis 1801 du canton de Sézanne[21]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux modifier

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Vertus-Plaine Champenoise

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la cinquième circonscription de la Marne.

Intercommunalité modifier

Pleurs est membre depuis 2004 de la communauté de communes du Sud Marnais, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1998 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Liste des maires modifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1788 1789 Denis Jolly    
1807   Primien Carouge    
1807 1810 Claude Charles de Pleurre   Marquis
1810 1815 Ange Charles de Pleurre   Marquis
1815 1825 Primien Carouge    
1825 1832 René Patenostre    
1832 1835 Laurent Pignard    
1835 1840 Charles Ange de Pleurre   Marquis
1840 1843 Vincent Patelart    
1843 1846 Jean Baptiste Garnesson    
1846 1849 Denis Maillet    
1849 1852 Laurent Pignard    
1852 1865 Napoléon Jollard[Note 5],[22]    
1865 1884 Isidore Pimpernet[23]    
1884 1884 Eugène Choquart    
1884 1892 Jules Barbier    
1892 1895 Alexandre Laurent    
1895 1900 Jules Barbier    
1900 1904 Alexandre Laurent    
1904 1911 Henri Levasseur    
1811 1812 Jules Barbier Frouart    
1912 1919 Charles Gilson Bidault    
1919 1920 Albert Cousin    
1920 1935 Charles Gilson Bidault    
1935 1944 Paul Doc    
1944 1947 Albert Cousin    
1947 1963 Georges Dufour    
1963 1971 Edmond Capet    
1971 1983 Alain Degermann    
1983 1989 André Laureaut    
1989 1993 Jean-Paul Payen    
1993 2008 Issam Moussly[24],[25],[26] UMP[27] Pharmacien
2008[28] En cours
(au 6 juin 2023)
Jannick Simonnet LR Artisan
Vice-président de la CC du Pays du Sud Marnais (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[29],[30]

Équipements et services publics modifier

Une maison médicale existe à Pleurs[31].

Démographie modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[33].

En 2021, la commune comptait 827 habitants[Note 6], en diminution de 6,55 % par rapport à 2015 (Marne : −1,22 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
525532534511591630634643649
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
656677686673652666632640625
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
612619572533596538557560586
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
609590582699713714763770903
2017 2021 - - - - - - -
856827-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

 
Église Saint-Martin
  • L'église Saint-Martin date principalement du XIIe siècle, sa construction débutant en 1125, ce qui en fait le plus vieux bâtiment de Pleurs encore debout. Elle remplace une église plus vieille dont on a relevé les fondations une trentaine de mètres en contrebas de l'emplacement de la nouvelle et où on a découvert 7 têtes d'homme à la mâchoire forte[réf. nécessaire]
    Sa nef et ses bas-côtés sont inscrits à l'inventaire des Monuments Historiques le [35].
    L'église de Pleurs à la fin de sa construction comportait son clocher au milieu et une croix au dessus du portail ouest. Cette configuration prend fin lors des grands travaux de 1605 et à la suite du violent orage en 1867 qui incendie le clocher. De nos jours, seuls les piliers de la nef subsistent du XIIe siècle, ils comportent d'ailleurs chacun des motifs différents.
    Il y a quelques siècles on pouvait observer dans l'église entre le chœur et la chapelle ouest, des marches suivies d'un promontoire à hauteur de voûte où les seigneurs pouvaient s'adresser aux villageois.
  • Le château de Pleurs a été une maison de retraite. Il est redevenu de nos jours (2009) une propriété privée, après une mise en vente aux enchères de son mobilier.
  • L'abbaye Notre-Dame du Jardin Lez Pleurs.
  • 4 calvaires forgés
  • Mairie 1881
  • Hôtel-Dieu (actuel salon Elise Coiff), la plus vieille maison de Pleurs (XIVe siècle)

Pleurs dans les arts et la culture modifier

Pleurs est citée dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[36].

Aragon cite en fait un village Linthes-Pleurs créé à partir des deux communes limitrophes.

Personnalités liées à la commune modifier

  • Joseph Mauclair (1906-1990), natif de Pleurs, coureur cycliste professionnel, vainqueur notamment de Paris-Nantes et d'une étape du Tour de France.

Héraldique modifier

  Blason
D'azur au chevron d'or accompagné de trois griffons d'argent, les deux du chef affrontés.
Détails
Armes de la famille de Pleurre, barons et marquis du lieu.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

pour approfondir modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

Quatre livres ont été publiés sur l'histoire de Pleurs (Mémoires d'un enfant du pays, La Notice du Village, Pleurs il y a 70 ans, Pleurs au fil des siècles)[réf. nécessaire].

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  2. Les records sont établis sur la période du au .
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Assassiné à coup de crosse de fusil le 14 décembre 1868 par Pierre Jules Diot qui sera guillotiné le 14 juin 1869 à Reims
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes modifier

  1. « Réseau hydrographique de Pleurs » sur Géoportail (consulté le 27 mai 2024).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références modifier

Site de l'Insee modifier

Autres sources modifier

  1. « Fiche communale de Pleurs », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines dans le bassin Seine-Normandie (consulté le )
  2. Sandre, « la Superbe »
  3. Sandre, « le canal de la Noue de Barbara »
  4. Sandre, « les Auges »
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  7. « Orthodromie entre Pleurs et Romilly-sur-Seine », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Romilly », sur la commune de Romilly-sur-Seine - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Station Météo-France « Romilly », sur la commune de Romilly-sur-Seine - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  11. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  18. Léon Morel, La Champagne souterraine..., Reims, édition de 1898, p120.
  19. Gallia christiana, tome XII, colonne 534, D.
  20. Léonce Lex - Martyrologe et chartes de l'abbaye du Jardin Lez Pleurs, 1884.
  21. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Palmarès des exécutions capitales : 1832-1870
  23. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1879, p236.
  24. Guillaume Tallon, « France 3 diffuse un documentaire concernant le pharmacien de Pleurs : De la Syrie au Sud marnais », L'Union,‎ (lire en ligne).
  25. « Issam Moussly : des médicaments pour la Syrie : Pharmacien marnais d’adoption, syrien d’origine, Issam Moussly partage son temps entre son officine, ses activités syndicales, désormais en veilleuse, et l’acheminement de médicaments en Syrie. », Le Quotidien du médecin,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. Olivier Cattiaux, « Issam Moussly : de la Syrie à la Champagne-Ardenne », Et pour vous qu'est-ce qu'on peut faire ?, France Bleu Champagne-Ardenne,‎ 14/10/2015 mis à jour le 15/5/2021 (lire en ligne, consulté le ).
  27. Annuaire des mairies de la Marne, EIP/ Les Editions Céline, coll. « Annuaire des mairies de France », 2006-2007 (ISBN 9782352581512), p. 149.
  28. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  29. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le ).
  30. Réélu pour le mandat 2020-2026 : « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  31. « La maison médicale de Pleurs va s’étoffer : Le maire Janick Simonnet a présenté ses voeux à la population. L’occasion d’évoquer divers projets », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  35. « Église à Pleurs », notice no PA00078764, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 9 janvier 2013.
  36. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris, Seghers, 2004 (2e édition) (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375