Guillotine

méthode d'exécution
(Redirigé depuis Guillotiné)
La guillotine typique : les deux montants verticaux, reliés par une traverse, comportent une rainure dans laquelle coulisse le couperet maintenu en haut par une corde et qui glisse dans la lunette maintenant la tête.
Guillotine, modèle Berger 1872, construite vers 1890. L’homme à la droite en est le propriétaire, Fernand Meyssonnier, qui fut premier aide de l'exécuteur à l'époque de l’Algérie française.

La guillotine est une machine de conception française, inspirée d’anciens modèles de machines à décapitation, et qui fut utilisée en France pour l’application officielle de la peine de mort par décapitation, puis dans certains cantons de Suisse, en Grèce, en Suède, en Belgique et en Allemagne. En France, une guillotine fonctionna à la prison des Baumettes pour la dernière fois en septembre 1977, et fut remisée définitivement, après l’abolition de la peine de mort en 1981, au Centre pénitentiaire de Marseille.

Elle tient son nom du docteur Guillotin qui la fait adopter à l'assemblée nationale constituante dans les tout premiers temps de la Révolution française. Son concepteur est le docteur Antoine Louis.

Selon les experts médicaux, la section de la moelle épinière entraîne une perte de connaissance instantanée (exactement comme pour une pendaison dite long-drop)[1].

Guillotine en délibérationModifier

Prélude à la simplification de la peine de mortModifier

Le , Louis XVI, conseillé par Pierre Lenoir, alors lieutenant-général de police, avait le premier supprimé la question préparatoire qui devait suppléer à l’insuffisance de preuves dans une instruction qui ne considérait jamais l’accusé comme un possible innocent. Le roi s’inspirait, mais en restant en deçà, de la réforme du code pénal du grand-duc de Toscane Léopold Ier, son beau-frère.

« Tout reposait alors sur deux principes, la vengeance publique et la terreur, partout la tendance à établir l’analogie matérielle entre le délit et la peine, à proportionner l’une à l’autre d’une manière rigoureuse et mathématique, au moyen d’une échelle de tortures savamment graduée »[2].

Le , une déclaration du roi s’attaqua cette fois à la question préalable, qui avait pour but d’obtenir par une dernière torture la dénonciation des complices. Le roi n’eut pas le temps d’y donner suite et c’est l’Assemblée constituante qui allait supprimer toute torture par la loi du [3].

Croisade philanthropique d’un franc-maçonModifier

 
CIVI OPTIMO : À un illustre citoyen. Une devise tirée d’Horace : « Quid verum atque decens curo et rogo et omnis in hoc sum » : Mes soins et mes interrogations sont à la recherche de la vérité et de l’harmonie, et je n’ai pas d’autre but.

Joseph Ignace Guillotin, député et secrétaire de la toute nouvelle assemblée nationale constituante, appuyé par Mirabeau, lit le le discours préliminaire de son projet de réforme du droit pénal devant ses membres. Le Moniteur du lendemain rapporte que Guillotin s’est appuyé sur le principe que la loi doit être égale pour tous, aussi bien quand elle punit que lorsqu’elle protège. Le docteur est très applaudi.

Il propose le 1er décembre 1789 son projet de réforme dont le 1er article dispose que « les délits de même genre seront punis par les mêmes genres de peines, quels que soient le rang et l'état du coupable », et demande que « la décapitation fût le seul supplice adopté et qu'on cherchât une machine qui pût être substituée à la main du bourreau ». L’utilisation d’un appareil mécanique pour l’exécution de la peine capitale lui paraît une garantie d’égalité et d'humanité, qui devait, selon lui, ouvrir la porte à un futur où la peine capitale serait finalement aboli.

Petite phrase du médecin et attribution du nom de "guillotine"'Modifier

« Avec ma machine, je vous fais sauter la tête en un clin d’œil, et vous ne souffrez point[4]. La mécanique tombe comme la foudre, la tête vole, le sang jaillit, l'homme n'est plus[5],[6]. ».

Cette phrase prononcée au cours de son allocution est la plus fréquemment attestée par les contemporains[note 1] ; plus que l’expression « un souffle frais sur la nuque ». L’expression « en un clin d’œil » est également employée par le docteur Antoine Louis, le concepteur de la machine, comme en attestent ses instructions écrites de fabrication adressée au sieur Guidon.

Si la machine fut appelée « louison » ou « louisette », en référence au nom de son concepteur, ou encore « mirabelle », en référence à Mirabeau, le nom de « machine à Guillotin » puis guillotine s’imposa rapidement, promu de manière ironique par le journal royaliste Les Actes des Apôtres.

Une chanson, sur l’air du menuet d’Exaudet, contribua à attacher à cette machine le nom de Guillotin pour la postérité. Elle avait pour titre : « Sur l’inimitable machine du médecin Guillotin propre à couper les têtes et dite de son nom Guillotine » et pour dernier couplet :

Le romain
Guillotin
Qui s’apprête,
Consulte gens de métier
Barnave et Chapelier,
Même le Coupe-tête [Jourdan dit « Coupe-tête »]
Et sa main
Fait soudain
La machine,
Qui simplement nous tuera
Et que l’on nommera
Guillotine.

Motion du 1er décembre 1789Modifier

Les propositions de Guillotin, égalitaires et humanitaires, sont défendues par l’abbé Pépin et versées au Journal des Débats et des Décrets. Elles témoignent, notamment par l'intervention dûment précisée d'un mécanisme sans mention de l'exécuteur, d'une foi dans le progrès et d'un rejet de la cruauté qui s'inscrivent dans la philosophie des Lumières.

  1. Les délits du même genre seront punis par le même genre de peine, quels que soient le rang et l’état [la condition sociale] du coupable.
  2. Dans tous les cas où la loi prononcera la peine de mort contre un accusé, le supplice sera le même, quelle que soit la nature du délit dont il se sera rendu coupable ; le coupable sera décapité ; il le sera par l’effet d’un simple mécanisme.
  3. Le crime étant personnel, le supplice quelconque d’un coupable n’imprimera aucune flétrissure à sa famille. L’honneur de ceux qui lui appartiennent [la parentèle] ne sera nullement taché, et tous continueront d’être également admissibles à toutes sortes de professions, d’emplois et de dignités.
  4. Nul ne pourra reprocher à un citoyen le supplice quelconque d’un de ses parents. Celui qui osera le faire sera publiquement réprimandé par le juge. La sentence qui interviendra sera affichée à la porte du délinquant. De plus, elle sera et demeurera affichée au pilori pendant trois mois.
  5. La confiscation des biens des condamnés ne pourra jamais être prononcée en aucun cas.
  6. Le cadavre d’un homme supplicié sera délivré à sa famille, si elle le demande. Dans tous les cas, il sera admis à la sépulture ordinaire, et il ne sera fait sur le registre aucune mention du genre de mort.

Le duc de Liancourt avait désiré, de son côté, hâter la décision car de nombreux condamnés attendaient leur sort et risquaient de se voir appliquer les châtiments en vigueur. Faute de temps, seul le premier article est provisoirement adopté.

Vers le vote finalModifier

Les délibérations sur la justice pénale se feront en plusieurs étapes au cours de décembre. Le , les articles 1,3, 5 et 6 sont acceptés par l'Assemblée pour présentation, le lendemain, à la signature du roi ; les deux autres sont ajournés.

Le , après des délibérations en mai sur la torture, le député Le Peletier-Saint-Fargeau propose d’inscrire en article 3, titre 1, du code pénal que : « Tout condamné à mort aura la tête tranchée ». Le 25 septembre, puis le , les législateurs adoptent et votent les articles 2 et 3 du code pénal qui s’énoncent ainsi :

2° La peine de mort consistera dans la simple privation de la vie, sans qu’il puisse jamais être exercé aucune torture envers les condamnés.
3° Tout condamné à mort aura la tête tranchée.
4° Quiconque aura été condamné à mort pour crime d’assassinat, d’incendie ou de poison, sera conduit au lieu d’exécution revêtu d’une chemise rouge. Le parricide aura la tête et le visage voilés d’une étoffe noire ; il ne sera découvert qu’au moment de l’exécution.

Le choix de la décollation fait rugir le « zélé partisan des idées nouvelles », Raymond Verninac de Saint-Maur[note 2] dans le journal « Le Modérateur », qui la dénonce comme « un supplice d’aristocrate et pas assez honteux »[7].

Code qui fit dateModifier

Ces articles sont repris vingt ans plus tard lors de la promulgation du Code pénal en date du , au chapitre premier des « Peines criminelles » :

12° Tout condamné à mort aura la tête tranchée.
13° Le coupable condamné à mort pour parricide sera conduit sur le lieu de l’exécution, en chemise, nu-pieds, et la tête couverte d’un voile noir. Il sera exposé sur l’échafaud pendant qu’un huissier fera au peuple lecture de l’arrêt de condamnation ; « il aura ensuite le poing droit coupé », et il sera immédiatement exécuté à mort.
14° Les corps des suppliciés seront délivrés à leurs familles, si elles les réclament, à la charge par elles de les faire inhumer sans aucun appareil [dans la discrétion].
  • la mention entre guillemets du 13° sera abrogée par la loi du [8]. La résurgence d’un acte de cruauté entre en contradiction avec un article fondamental de 1791. Cette loi du 28 avril 1832 introduit également la notion de circonstances atténuantes généralisées à l'ensemble des crimes[9], si bien qu'on passe de 100 condamnés à mort en moyenne par an avant 1832, à 50 en 1833, 5 en 1870[10],[11].

Ancêtres de la guillotineModifier

Des ancêtres de la guillotine ont existé en Europe, basés sur des principes identiques : coulisses, tranchoir aiguisé et mouton pesant hissés par une corde puis relâchés.

Mannaia italienneModifier

 
Gravure d'après Bonasone (1555).

Le chroniqueur Jean d’Authon décrivait déjà au début du XVIe siècle une doloire ajustée dans un « gros bloc », lequel, maintenu par une corde et « venant d’amont entre deux poteaux », sépara la tête des épaules du Génois Demetrio Giustiniani, le , puni pour avoir fomenté une révolte contre Louis XII. L'abbé Jean-Baptiste Labat la nomme « mannaia »[12]. Un des amis de Guillotin a révélé que le médecin aurait formé ses idées d’après un récit similaire mais anonyme : Voyage historique et politique de Suisse, d’Italie et d’Allemagne (Francfort, 1736) où l’on trouve une description précise de cette mannaia[13].

C’est probablement cette méthode italienne qui a été imitée dans le Languedoc. Dans les mémoires de Puységur[14], il est relaté l'exécution en 1632, dans la cour du Capitole à Toulouse, du duc de Montmorency. « En ce pays-là, on se sert d’une doloire qui est entre deux morceaux de bois et, quand on a la tête posée sur le bloc, on lâche la corde ».

Une gravure de Giulio Bonasone qui illustre l'exécution du Lacédémonien Lacon, avec une « guillotine » d'ailleurs peu détaillée, figure dans le « Symbolicae quaestiones de universo genere », d’Achille Bocchi, imprimé en 1555.

Maiden écossaiseModifier

 
Maiden reconstituée sur un socle authentique.

L’abbé Joseph de La Porte décrit un instrument à décapiter d'usage en Écosse. « […] la noblesse est décapitée d’une manière particulière à ce pays. L’instrument dont on se sert est une pièce de fer carrée, large d’un pied, dont le tranchant est extrêmement affilé […] Au moment de l’exécution, on l’enlève [le hisse] au haut du cadre de bois à dix pieds d’élévation et, dès que le signal est donné et que le criminel a le col sur le billot, l’exécuteur laisse librement tomber la pièce de fer […] ». Le même instrument, si l’on se fie à des gravures, était connu aussi en Irlande.

 
Le gibet d'Halifax.

L'héraldiste Randle Holme (en) dans son « Academy of Armoury » de 1678 cite une « guillotine antique », qui aurait été d’usage chez les Hébreux et les Romains, où le tranchoir était posé directement sur le cou du patient ; le bourreau armé d’une lourde masse frappait un grand coup sur le dos de la hache.

Un opuscule « Halifax and its gibbet law » [Halifax et sa loi du gibet] était paru en 1708 puis en 1722, que Guillotin pouvait avoir consulté. Le docteur Louis indique, de son côté, s’être inspiré des coutumes anglaises. Si une maiden fonctionna jusqu'en 1685 à Édimbourg , l’Angleterre proprement dite n'utilisa toutefois jamais de guillotine.

Docteur Louis, maître d’ouvrageModifier

 
Portrait d'Antoine Louis, le chirurgien concepteur de la guillotine.

Consultation motivée du 7 mars 1792Modifier

Suite au votes des articles du code pénal précités, Guillotin consulte Antoine Louis, homme de science reconnu, expert médical auprès des tribunaux et secrétaire de l’Académie de chirurgie depuis près de trente ans, sur la machine la plus apte à la décollation sans l’intervention principale de l'homme.

Le , Louis dépose auprès de l’Assemblée sa « Consultation motivée sur le mode de décollation nouveau »[15], qui précise : « Il est aisé de construire une pareille machine dont l’effet est immanquable ; la décapitation sera faite en un instant, suivant l’esprit et le vœu de la nouvelle loi ».

« Le mode de décollation sera uniforme dans tout l’empire. Le corps du criminel sera couché sur le ventre entre deux poteaux barrés par le haut d’une traverse, d’où l’on fera tomber sur le col une hache convexe au moyen d’une déclique [sic] : le dos de l’instrument sera assez fort et assez lourd pour agir efficacement, comme le mouton qui sert à enfoncer des pilotis et dont la force augmente en fonction de la hauteur dont il tombe ».

Le , l’article 3, titre 1 de la loi correspondante au projet de la machine à décollation préconisée par Louis, est voté.

Conférence secrète des TuileriesModifier

 
Les gravures de 1793 montrent une lame en forme de faux, montée en diagonale.

Une curieuse histoire qui implique Louis XVI dans la conception de la guillotine semble n’avoir pour origine que les « Mémoires des Sanson »[16], réputés apocryphes, édités en 1862, rédigés sous le nom d’« Henri Sanson » et suspects d’arrangements importants[note 3]. Dans les authentiques Mémoires de Sanson, publiés en 1831, il n’en est soufflé mot, et tous les auteurs et chroniqueurs les plus proches des événements méconnaissent complètement l’anecdote. L'anecdote aurait mis en présence aux Tuileries le roi, féru de mécanique Antoine Louis, Guillotin et Sanson [note 4]. Le monarque, après avoir examiné le dessin, émit la critique qu’une lame « en forme de croissant » était insuffisante pour terminer dans tous les cas une coupe franche. On donna raison au roi qui saisit alors une plume, corrigea le dessin de la lame et lui donna « une ligne oblique » en disant qu’il faudrait essayer les deux dispositions pour confirmer. Ce à quoi il aurait été procédé à Bicêtre quelques semaines plus tard.

Le couperet trapézoïdal comportant un tranchant en biseau serait par ailleurs une amélioration postérieure car les gravures du temps montrent régulièrement une lame en forme de faux ou doloire - et ajustée en diagonale et suggèrent que ce modèle fut employé au moins jusqu’à l'automne 1793[note 5].

Instructions du docteur LouisModifier

Le docteur Louis donne ses instructions au charpentier Guidon, le .

 
Dessin de la guillotine primitive en situation.

On remarque que Louis y a repris la hauteur de dix pieds que l’on rencontre dans la plupart des récits antérieurs et surtout qu’il a pensé à une lame « à coupe oblique ». L’examen post-mortem du condamné Rémy René Danvers, 24 ans, guillotiné le à Carpentras, le donne à penser : « La section faite par le couperet est très haute, en biseau et rasant la base du crâne pour finir au menton. Cette section, très peu nette, ne semble pas avoir été produite par un instrument tranchant mais plutôt par écrasement »[17]. On serait donc assez éloigné de la fameuse sensation du « souffle frais sur la nuque » et plus proche de celle de la pendaison « en estrapade ». Comme le col est étroitement enserré, la lame tend à couper au plus près de la base du crâne, surtout si le supplicié s’agite ; Louis Combes rapporte que la tête de Louis XVI eut « le col déchiqueté et la mâchoire mutilée »[18].

L’instrument sera sujet à de nombreuses modifications et variantes au fil des années ; mais, en France, après 1870, il a pratiquement acquis sa configuration définitive. Les diverses représentations nous montrent une machine munie d’un couperet trapézoïdal en acier à tranchant biseauté et implantée sur une robuste semelle avec des jambes de force métalliques boulonnées qui la destinaient à fonctionner de plain-pied. L’ensemble pouvait facilement dépasser les 4 mètres de haut et peser la demi-tonne ; le bloc tranchant d’une quarantaine de kilogrammes avait généralement une course avoisinant 2,30 m. Les accessoires changeront aussi de forme, notamment le panier pour recevoir la tête, allant du sac de cuir au panier en osier rempli de son, d’abord garni à l’intérieur de toile cirée puis de parois de zinc, pour ne devenir qu’un simple réceptacle métallique rincé au jet d’eau.

Maîtres d’œuvreModifier

Charpentier GuidonModifier

 
L'échafaud peut comporter une trappe lors des exécutions de groupes. (Ici, neuf émigrés sur la place de l'Hôtel de ville).

Le procureur-général-syndic, Roederer, qui est chargé de superviser la nouvelle méthode légale de mise à mort, demande à Louis de s’adresser au sieur Guidon, charpentier ordinaire du Domaine. Les instructions très détaillées de Louis nous donnent les renseignements essentiels sur la l’instrument primitif.

La note s’élève à 5 660 livres que Louis transmet à Roederer avec un avis défavorable, et qui sera refusée par le ministre Clavière. On pense alors que Guidon spécule en prétextant la rareté de trouver des ouvriers qui n’ont pas de préjugé ou de répugnance à travailler sur un instrument de mort[19]. Cette difficulté était réelle puisque Roederer n’en disconvient pas, que Sanson émettra une plainte identique lors de l’embauche de ses aides, et que les différents prestataires de la guillotine demanderont généralement l’anonymat.

Guidon avait cependant inclus dans la totalité de la somme le prix de l’échafaud complet en chêne (enceinte, plateforme, trappe, escaliers…). Il restera néanmoins le fournisseur agréé des bois de justice, c’est-à-dire l’échafaud proprement dit, qui passera à 40 louis pour le département de Paris ; et c’est lui qui sera sollicité, après les premiers essais de décollation à Bicêtre, pour remplacer, en vue de la première exécution pénale, le type habituel d’échafaud qui n’avait pas été jugé assez solide pour supporter le poids de la nouvelle machine[20].

Il faudra attendre le pour que le ministre de la Justice, Adolphe Crémieux, supprime l’élévation de la guillotine sur une estrade, afin que cette machine ne soit plus l’occasion d’un « spectacle hideux ». Ce qui réduit considérablement le nombre des exécuteurs et de leurs aides. Il ne restera en fonction que trois exécuteurs et leurs aides : à Paris, en Corse et en Algérie[21].

Mécanicien Jean-Tobie SchmidtModifier

 
Projet primitif de Schmidt et Laquiante.

Il est fait appel à Schmidt, un mécanicien originaire de la Hesse[22], installé à Paris depuis 1785 et qui exerce la profession de facteur de clavecins et pianoforte. Enfant des Lumières, comme inventeur, il construisit, entre autres, des cheminées économiques, un gril aérien et un « piano-harmonica »[23]. Un de ses instruments est au musée de la Révolution française de Vizille (no 38).

Schmidt reçoit donc la proposition de fabriquer la machine dont Laquiante aurait lui-même produit et transmis un croquis inspiré des conceptions du docteur Louis[24]. Mais le projet n’aurait pas été acheminé en temps voulu auprès du ministère de la Justice. Le principe adopté au départ aurait été d’employer deux parties complémentaires, une lame convexe qui tombe pour rejoindre une pièce concave.

Louis indique que dans le projet de Schmidt, le patient n'est ni lié ni couché, et que la coupe est oblique. Le chirurgien avait pressenti le principe d’un tranchant oblique mais en ne parlant, dans sa consultation du 7 mars, que de l’effet de l’arrondi de la lame : « On ne réussirait pas à décapiter d’un seul coup avec une hache ou un couperet dont le tranchant serait en ligne droite ; mais, avec le tranchant convexe, comme aux anciennes haches d’armes, le coup assené n’agirait perpendiculairement qu’au milieu de la portion du cercle ; mais l’instrument en pénétrant dans la continuité des parties qu’il divise, a une action oblique en glissant, et atteint sûrement son but »[25]. Enfin, alors qu'au départ, le bourreau devait tirer sur une corde pour faire tomber le couperet, Schmidt invente un mécanisme plus simple, l'exécuteur n'ayant désormais plus qu'à presser un ressort[réf. nécessaire].

Le , Roederer est chargé de faire construire l’appareil retenu par le législateur. Il sera réalisé par Schmidt au coût de 824 livres.

Architecte GiraudModifier

Dans son rapport d'expertise du , l’architecte Giraud a jugé la première réalisation de Schmidt, « faite dans la précipitation » et encore trop peu sûre. Il avait réévalué le travail réalisé à 305 livres, 7 sous et 4 deniers. Ce qui aux yeux du procureur-général-syndic mettait en relief une marge très confortable en faveur du fabricant[26]. Mais le procureur révélera au ministre, deux jours plus tard, que le prototype de Schmidt a été globalement estimé à hauteur de 960 livres, compte tenu du court délai exigé, de la garantie de réussite aux risques du fabricant, des frais de croquis et d’essai et de la remise des guides, plans et dessins. Après l’expertise de Giraud, le prix de la machine enrichie des améliorations conseillées fut fixé, pour les offres publiques suivantes, à seulement 500 livres ; et dès juillet, l’administration exigera que les machines soient désormais livrées peintes[27]. Les guillotines, pour une raison qui se devine, furent recouvertes d’une teinte rouge ou construites avec un bois naturellement rouge.

Extraits du rapport de l’architecteModifier

« Les coulisses, les languettes et les tourillons sont en bois ; les premières devraient être en cuivre, les secondes en fer ; les crochets auxquels sont attachées les cordes qui suspendent le mouton, ne sont retenus que par des clous à tête ronde, ils devraient l’être avec de fortes vis à écrous. Il manque un marchepied à la bascule, les brides sont placées trop bas, ne sont pas assez solides et sont trop ouvertes. Il faudrait avoir en réserve au moins deux moutons garnis de leur couteau, pour remplacer à l’instant celui auquel il pourrait arriver quelque accident. En un mot, si l’on payait à l’auteur une somme de cinq cents livres par machine, pour faire tous ces changements et les fournitures désirées, on ne doit pas douter qu’il s’en chargeât. »

À lire le devis du charpentier, de même que les boulons à tête et écrous, les coulisses en cuivre faisaient déjà partie de sa fabrication[28]. Ces recommandations n’avaient pas d’abord été suivies par un souci d’économie, mais elles furent rendues impératives le 27 juillet où, le bois des rainures ayant gonflé - une guillotine en fonctionnement était, en effet, une machine abondamment graissée et gluante de sang - le cou d’un patient ne fut pas entièrement tranché[29]. Ces incidents ont été surtout connus en dehors de Paris, à cause de l'expérience nouvelle des exécuteurs de province. Ainsi, le plus célèbre fut celui de Chalier, qui eut à recevoir trois fois le couperet qui s’était d’abord arrêté deux fois sur ses cervicales.

Paternité de l'inventionModifier

Roederer, dans un courrier de mi-juillet 1792 au ministre Le Roulx, le renseigne sur la nature du marché conclu avec Schmidt : « M. Schmidt, qui n’avait pas songé à obtenir de brevet d’invention pour une machine dont il n’est effectivement pas l’inventeur, et à laquelle il a seulement fait quelques changements sur la description de M. Louis ; qui avait exécuté celles de Paris, de Versailles et de plusieurs autres départements, et avait fait un traité avec M. Clavière [le précédent ministre], sans concevoir le projet d’obtenir un privilège exclusif indépendant de ce marché, a cru pouvoir en éviter la résiliation en se munissant d’un brevet ». Schmidt, voyant le reste du marché près d’être emporté par des concurrents, tenta de breveter mais il ne put pas aboutir dans cette démarche, d’autant moins que la situation politique était en passe de se compliquer après le 10 août. Comme il refusait le nouveau prix de 500 livres par machine, ses productions antérieures lui furent soldées, en récompense de sa primauté, au prix initial de 812 livres. C’est Clairin, le menuisier de la Cour du Commerce Saint-André, qui produira le premier la machine au nouveau prix[30].

Antoine Louis, dans son rapport sur les essais, désigne Schmidt comme l’« ingénieur inventeur »[31]. Desgenettes rapporte dans ses mémoires[32] une conversation avec Louis où le chirurgien minimise son rôle dans l'invention de la guillotine : « La part que j'ai prise à cette affaire, que je considère comme un acte d'humanité, s'est bornée à corriger la forme du couperet et à le rendre oblique, pour qu'il pût couper net et atteindre le but. Mes ennemis ont alors essayé, et par voie de la presse la plus licencieuse, de faire donner à la fatale machine le nom de petite Louison, qu'ils ne sont pas cependant parvenus à substituer à celui de guillotine. J'ai eu la faiblesse de me chagriner outre mesure de cette atrocité, car c'en est une, quoiqu'on ait voulu la faire passer pour une plaisanterie de bon goût ».

Pour Sylvain Larue, Antoine Louis est le « réel inventeur »[33] et, de son côté, Yves Pouliquen dit du docteur Louis que la guillotine « sera née de ses mains »[34] car il en a suivi avec attention toutes les péripéties et en a suggéré ou approuvé toutes les modifications.

Le 5 juillet 1792, Schmidt écrit au roi un mémoire afin de solliciter un « brevet d'invention pour une machine à décapiter », accompagné d'un dessin colorié. Le ministre de l'Intérieur Champion de Villeneuve lui fit répondre le 24 juillet : « Il répugne à l'humanité d'accorder un brevet d'invention pour une découverte de cette espèce ; nous n'en sommes pas encore à un tel excès de barbarie. Si M. Schmidt a fait une invention utile dans un genre funeste, comme elle ne peut servir que pour l'exécution des jugements, c'est au gouvernement qu'il doit la proposer. »[35]

Guillotine fonctionnelleModifier

Berceau de la guillotineModifier

Schmidt, pour mener à bien ce projet de construction, était venu de Strasbourg s’installer à Paris. Son atelier a été situé dans un appentis au no 9 de la Cour du Commerce-Saint-André. L’adresse était sans doute délibérée puisque Guillotin avait pris un logement dans un bâtiment contigu, au no 21 de la rue de l'Ancienne-Comédie. On y procéda à la coupe de bottes de paille puis à la décapitation de moutons afin de juger du bon fonctionnement de l’instrument.

C’est dans cette même cour qu’en face, Marat imprima quelque temps son journal[36]. Au-dessus d’un porche qui faisait communiquer la rue des Cordeliers à cette cour, habitait Danton et à quelques pas se trouvait le domicile de Marat (au no 20 devenu aujourd’hui le no 18) où il sera assassiné. Enfin, au no 35, logeait Simon, le geôlier du Dauphin. Marat paraît s’être intéressé à ce que faisait son voisin puisqu’on a pu lui attribuer la première idée de baptiser la machine du nom de Louisette afin d’honorer le chirurgien[37].

Essais sur des cadavres humainsModifier

 
L'hôpital-prison de Bicêtre, à l'époque de la Révolution.

Le mardi, , se sont retrouvés à Bicêtre dans la cour de la prison, le docteur Louis et ses collègues, à savoir Guillotin et Cullerier médecin-chef de l’hôpital de Bicêtre qui avait réservé des cadavres frais pour l’événement[note 6], le mécanicien Schmidt, le charpentier Guidon, l’exécuteur Charles-Henri Sanson, ses deux frères et un de ses fils, probablement Henri, l’aîné, en âge d’exercer comme aide. Il y a aussi des personnalités de l’Assemblée nationale et du conseil des Hospices, ainsi que les médecins renommés, l’aliéniste Pinel et Cabanis. Guillotin fut satisfait et Louis se félicita du succès et fit un rapport en date du à Roederer : « Les expériences de la machine du sieur Schmidt ont été faites mardi à Bicêtre sur trois cadavres qu’elle a décapités si nettement qu’on a été étonné de la force et de la célérité de son action. Les fonctions de l’exécuteur se borneront à pousser la bascule qui permet la chute du mouton portant le tranchoir, après que les valets auront lié le criminel et l’auront mis en situation »[38],[note 7]. On constate donc que la guillotine est munie maintenant d’une bascule qui immobilise et amène rapidement le corps du patient à l’horizontale et facilite le positionnement de sa tête sur le billot.

D’un autre côté, la version des fameux « Mémoires des Sanson» continue logiquement la réunion des Tuileries : l’expérience aurait été faite avec deux couperets, l’un oblique qui décapita proprement les deux premiers cadavres et l’autre en croissant qui manqua le dernier[39]. Sylvain Larue rapporte une version un peu différente: les cadavres sont ceux de deux prisonniers et d’une prostituée. Le premier corps est coupé avec la lame arrondie. Le coup réussit puis échoue sur le deuxième. La lame oblique parfait la coupe ratée et tranche net le dernier corps, celui de la fille publique[40].

On a parfois écrit que sur ce même lieu de Bicêtre fut plus tard mise en chantier, une guillotine à neuf tranchants imaginée par un certain Guillot, mécanicien parisien, véritable émule de Schmidt, mais dont la réalisation fut laborieuse et les essais décevants. Cet inventeur fut peu après arrêté pour fabrication de faux-assignats et guillotiné avec la machine officielle[41].

Première exécution pénaleModifier

Elle est enfin prévue pour le en place de Grève. Il s'agira de Nicolas Jacques Pelletier. condamné à mort, trois mois auparavant pour l’agression d’une personne en pleine rue pour lui voler des assignats. Moreau, un juge de ce tribunal, écrit à Roederer :« […] Son crime a été public, la réparation devrait être prompte, et une pareille lenteur, surtout au milieu de cette ville immense, en même temps qu’elle ôte à la loi l’énergie qu’elle doit avoir, compromet la sûreté du citoyen […] »[42]. Roederer s’adresse la veille à La Fayette, commandant-général de la garde nationale pour s’assurer ce jour-là de la main-forte car il pressent que ce nouveau mode d’exécution attirera la foule, et il lui demande en conséquence de laisser sur place les gendarmes plus longtemps après l’exécution, jusqu’à l’enlèvement de la guillotine et de l’échafaud.

Pelletier fut donc le premier homme à être « monté sur mademoiselle »surnom donné à une guillotine n’ayant pas encore servi. La Chronique de Paris du 26 avril (no 118) signale l’événement :« Hier, à trois heures de l’après-midi, on a mis en usage, pour la première fois, la machine destinée à couper la tête des criminels […] La nouveauté du spectacle avait considérablement grossi la foule de ceux qu’une pitié barbare conduit à ces tristes spectacles »[43]. Si les journaux s’indignent quelque peu, Prudhomme loue l’instrument « qui concilie le mieux ce qu’on doit à l’humanité et ce qu’exige la loi » et il ajoute « du moins tant que la peine capitale ne sera pas abolie »[44]. La foule, restée calme, fut étonnée de la rapidité de l’outil et de son efficacité, mais la majorité des curieux furent déçus de la brièveté du spectacle.

Guillotine et Révolution françaiseModifier

La fréquence de fonctionnement de la « Veuve », qui avait hérité, selon Ducpétiaux[45], du surnom de la potence, et qui fut inaugurée en des temps mouvementés, symbolise dans la mémoire collective la violence de la révolution. « Cet instrument fait tout, c’est lui qui gouverne », disait Barère qui aurait voulu qu’on construisît des guillotines « à sept fenêtres »[46].

Premier tribunal révolutionnaireModifier

 
Une séance du tribunal révolutionnaire.

Lors de la Journée du 10 août 1792, suite à la publication du manifeste du Duc de Brunswick, dont les troupes se trouvent à proximité de la capitale et qui a menacé de "subvertir" Paris, la Commune de Paris déclenche une insurrection et une foule de parisiens prend d'assaut le château des Tuileries où réside le roi. Les combats durent toute la journée, au terme de laquelle l'insurrection est victorieuse, et la Royauté de fait renversée. Elle laisse toutefois près de 400 morts du côté des insurgés, qui réclament le jugement des « conspirateurs et traîtres » de cette journée.

Le premier tribunal révolutionnaire est créé en réponse le . Il ne prononcera toutefois, jusqu'à sa dissolution le 1er décembre de la même année, que 61 condamnations, dont 21 condamnations à mort. La presse « […] attise le soupçon d’une lenteur criminelle des juges. Elle diffuse les images d’une capitale désertée par les volontaires, où les comploteurs des prisons se répandront par les rues, égorgeront les patriotes […] Ainsi, écrit Fréron, dans l’Orateur du peuple : « Quand la loi est sourde et muette, les citoyens doivent agir avec transport »[47].

Premiers exécutésModifier

Collenot d'Angremont, arrêté à Sèvres, déjà soupçonné d’avoir été l’instigateur d’un attentat contre le maire Pétion et accusé de conspiration antirévolutionnaire, fut déclaré coupable, le 21 août, par le tribunal révolutionnaire « d’embauchage et de levée d’individus formés en brigades, en qualité d’agent d’un ministère corrompu et de la police de Paris, ayant entretenu des correspondances suspectes » et condamné à la peine de mort, au terme d’une audience de quelque trente-deux heures.

H. A. Wallon[48] rapporte que Charles-Henri Sanson était, sur une initiative du publiciste jacobin Gorsas qui conservait quelque animosité à l’encontre du bourreau, emprisonné par la Commune depuis ce même jour du 10 août afin qu’en cas d’échec de l’insurrection, il n’eût pas possibilité de pendre des patriotes. Il eut un droit de sortie pour les deux premières exécutions et n’aurait été relaxé qu’à la suivante. Le 21 août, à 10 heures du soir, Collenot est conduit place du Carrousel. Le peuple, en chemin, lui arracha sa « redingote nationale » et battit des mains quand il monta à l’échafaud. Sa tête sanglante fut montrée à la foule, ce qui sera reproduit lors de plusieurs exécutions ultérieures.

Guillotine déclarée permanenteModifier

 
Le , la guillotine est déclarée permanente.

Manuel, procureur de la Commune de Paris, après le supplice, interdit le démontage de la machine et déclare « la guillotine permanente »[49]. Peu après, s’ensuivit un arrêté de la Commune : « Le procureur de la Commune entendu [Manuel], le Conseil Général arrête que la guillotine restera dressée sur la place du Carrousel, jusqu’à ce qu’il en ait été autrement ordonné, à l’exception toutefois du coutelas que l’exécuteur des hautes œuvres sera autorisé d’enlever après chaque exécution ». Ainsi, sur cette place auront lieu presque toutes les exécutions jusqu’au décret du qui désignera pour la remplacer la place de la Révolution, anciennement place Louis XV.

Parmi les condamnés du premier tribunal révolutionnaire, Arnaud de Laporte, Farmian du Rozoy, Jean Julien, d'abord arrêté également comme conspirateur du Dix-Août et condamné à dix ans de pilori en place de Grève, rejugé et, condamné à la peine capitale le lendemain de sa mise au pilori, car il proclamait ses opinions royalistes et insultait la Nation qui l’avait condamné ; le président du tribunal Osselin déclara dans son allocution finale: « Vous étiez condamné à un esclavage de dix ans [...] un esclavage de dix ans pour un Français est une mort continuelle »[50]; Bachmann, le major des Gardes suisses qui défendaient le château des Tuileries, dont le procès fut interrompu par l'irruption d'une troupe venue assouvir les « vengeances du peuple », alors que les massacres de Septembre[51] avaient commencé. Le président Lavaux obtint de la cohorte qu’elle respecte la loi et se retire.

Second tribunal révolutionnaireModifier

Une volonté de vengeance ou de justice inassouvie par le petit nombre des procès, ainsi que la peur dûe à la proximité des armées étrangères, sont invoquées par les historiens pour expliquer les massacres de Septembre[52]. Le premier tribunal révolutionnaire fut brutalement dissous le et l’échafaud fut utilisé pendant quelque temps pour les exécutions de droit commun ou exceptionnelle comme celle du dernier souverain le .

Le second tribunal révolutionnaire fut institué le , dans un contexte de guerre civile en Vendée et de guerres extérieures. Il disposait d'« une juridiction illimitée et des pouvoirs exorbitants »[53].

« Soyons terribles pour dispenser le peuple de l’être », s’exclame Danton au cours des débats. Le premier exécuté de ce tribunal est Louis Guyot des Maulans, gentilhomme poitevin, arrêté le [54]. Les exécutions à Paris du second tribunal révolutionnaire seront au nombre de 2 498[55]. Le tribunal aura prononcé 1 231 condamnations à mort du au et 1 376 du au , en partie parce que les tribunaux qui avaient parfois suivi les armées chargées des répressions en province seront supprimés, et les procès et exécutions centralisés.

13 800 personnes auront en tout été guillotinés pendant la Révolution française[55], dont un grand nombre pendant la guerre de Vendée (3 548 exécutions dans la seule Loire Inférieure et un certain nombre d'exécutions de vendéens à Paris) et lors des répressions des insurrections fédéralistes[56].

Les Toulonnais insurgés brûlèrent une guillotine en place publique pour la punir d’avoir décapité le roi[57]. En avril 1871, elle sera brûlée, pour une tout autre raison, par les Communards, aux cris de « À bas la peine de mort ! »[58].

Hommes de la guillotineModifier

Charles-Henri Sanson, un maître exécuteurModifier

 
L'exécuteur des hautes œuvres du roi Louis XVI (Charles-Henri Sanson, lui-même, imaginé par H. Baron).
 
Une exécution place de la Révolution.

Un certain Giraud, dans une lettre au Comité de salut public[59], s’exclame :« À Paris […] l’art de guillotiner a acquis la dernière perfection. Sanson et ses élèves guillotinent avec tant de prestesse qu’on croirait qu’ils ont pris des leçons de Comus, à la manière dont ils escamotent leur homme ! »[60]. Si Sanson fut « l’exécuteur des hautes-œuvres » sous l’Ancien régime, il devint populairement le « Vengeur du peuple » ou plus familièrement le « barbier national ».

Traitement des exécuteursModifier

Il est établi par le décret du dont voici les premiers articles :

« article 1 : - Il y aura dans chacun des départements de la République, près des tribunaux criminels, un exécuteur de leurs jugements.

article 2 : - Le traitement des exécuteurs est une charge générale de l’État.

article 3 : - Dans les villes dont la population n’excède pas 50 000 âmes, il sera de 2 400 livres. Dans celles dont la population est de 50 à 100 000 âmes, de 4 000 livres. Dans celles de 100 à 300 000 âmes, de 6 000 livres. Enfin, à Paris, le traitement de l’exécuteur sera de 10 000 livres. »

Sous le règne de Louis-Philippe, le bourreau de Paris touche annuellement 8 000 francs, celui de Lyon, 5 000 et 4 000 dans des villes comme Rouen, Bordeaux et Toulouse. Les localités de moins de 50 000 habitants reçoivent 2 400 francs. Charles Sanson eut, dans le département de Paris, un travail intense durant les années où il officia. Ainsi, il reçut 1 000 livres supplémentaires pour chacun de ses aides (il en avait régulièrement quatre) et une indemnité annuelle de 3 000 livres pour compenser la période exceptionnelle qu’il rencontra.

Mais il apparaît nettement que l’administration n’avait pas évalué ses frais avec assez de réalisme, car nous conservons de Sanson des demandes réitérées d’augmentation auprès de Roederer : « Le mode d’exécution qui se pratique aujourd’hui triple aisément les frais de dépenses anciennes, en outre du renchérissement de toutes les choses nécessaires à la vie […] Il me faut du monde sûr car le public veut de la décence. C’est moi qui paie cela. Pour avoir du monde comme il le faut pour cet ouvrage, ils [les employés] veulent des gages doubles des autres années antérieures […] Il faut alors pour s’en procurer les enchaîner par l’appât du gain […] J’ai quatorze personnes tous les jours à nourrir, dont huit sont à gages, trois chevaux, trois charretiers, les accessoires… Un loyer énorme à raison de l’État (de tous temps, l’exécuteur a toujours été logé par le roi) »[61].

TricoteusesModifier

Le , un décret de Jean-Pierre Amar interdit les clubs et les sociétés de femmes « sous quelque dénomination que ce soit ». Rose Lacombe, chef de file de la société des Femmes révolutionnaires, proteste et, le 17 novembre, à la tête d’un groupe de compagnes coiffées du bonnet rouge, envahit le Conseil général de la Commune. On décide, pour ramener le calme, par le décret du 26 décembre suivant, de mettre à l’honneur le rôle valeureux des « citoyennes patriotes des 5 et 6 octobre, en leur accordant des « places marquées », lors des « cérémonies civiques » (les exécutions capitales sont donc comprises) ainsi qu’à leurs époux et leurs progénitures, et l’autorisation d’y tricoter. Ces femmes devaient passer dans l’histoire révolutionnaire comme les « tricoteuses ». Si on suppose que le mot devait faire partie du langage courant, on ne le trouve pourtant écrit la première fois que dans « L’Ami du peuple » de Lebois, du [62], et ce terme devenu rapidement injurieux fut donné à toutes celles qui se montraient d’ardentes partisanes de la manière forte[63].

« Ce fut des échoppes de la halle que sortirent la plupart des héroïnes d’octobre, et plus d’une furie de guillotine fut recrutée sous les parasols du marché des Innocents »[64]. Les divers récits de l’époque nous font apparaître qu’il est guère aisé, en effet, de différencier de toutes ces patriotes qui s’agitèrent dans les assemblées, les rues, les places et spécialement autour des échafauds, les paisibles mères de famille qui pouvaient se transformer en un moment en de terribles passionarias. Le comédien Fleury avait sa méthode pour les reconnaître : « Si elles étaient vieilles, on les appelait tricoteuses ; si elles étaient jeunes, elles avaient nom furies de guillotine »[65]. On a prétendu qu’on avait libéré de prison des femmes de mauvaise vie afin de grossir les rangs de ces tumultueuses « jacobines », et même que des hommes se travestissaient en femmes pour se mêler parmi elles et jouer le rôle de meneurs[66]. « [des charrettes] chargées de condamnés et suivies, avec des cris insultants, des chansons atroces, par des femmes hideuses, qu’on appelait furies de la guillotine »[67]. On vit des flagelleuses remettre férocement dans le bon chemin les mauvaises citoyennes, comme celles qui ne portaient pas la cocarde obligatoire[68]. Ces matrones assistaient aux délibérations de la Convention, huaient les déclarations trop prudentes et applaudissaient aux discours virulents, notamment ceux de Robespierre, leur idole. On les apercevait régulièrement tricoter autour de l’échafaud – certaines y auraient loué des chaises - et attendre patiemment l’heure d’ouverture du théâtre sanglant de la bascule à Charlot. Elles excitent la populace, invectivent les condamnés des charrettes, ponctuent la chute du couperet et se réjouissent des grimaces des suppliciés[69]. Leur zèle et leur assiduité leur attirèrent une autre dénomination : les lécheuses de guillotine.

Il est sûr que le fanatisme de ces femmes a été largement amplifié par des plumes vengeresses ; mais les rapports de police du début de 1794 sont également éloquents : « Il est étonnant [de voir] à quel point les femmes sont devenues féroces ; elles assistent tous les jours aux exécutions » ; ou encore : « Le peuple dit que les femmes étaient devenues sanguinaires, qu'elles ne prêchent que le sang, qu'il y a, entre autres, une certaine quantité de femmes qui ne quittent point la guillotine, ni le tribunal révolutionnaire »[70]. Leurs excès finirent par provoquer l’exaspération des politiques. Le lendemain de la mort de Féraud, massacré pendant que la salle de la Convention est envahie par des manifestants, les femmes qui y avaient pris une part active - sont exclues des tribunes par le décret du , et, le 23, un autre les exclut des assemblées politiques et leur interdit les attroupements[71].

Guillotine « ultima ratio »Modifier

Chien de garde de la RévolutionModifier

 
Cette devise serait due à Pache, quand il était maire de Paris[note 8].

Couthon déclamait cette sentence : « Le délai pour punir les ennemis de la patrie ne doit être que le moment de les reconnaître »[72]. Les armées de sans-culotte levées dans l’urgence pour réprimer les soulèvements de province partaient battre la campagne, toujours suivies d’une « guillotine ambulante »[73].

 
Affiche menaçant de la guillotine.
 
Robespierre caricaturé : ne trouvant plus personne à guillotiner, il guillotine le bourreau.

Vadier déclarait justement : « Coupons des têtes, nous avons besoin d’argent, ce sont des confiscations indispensables ». On ne peut plus s’étonner qu’on appelât aussi la guillotine la « planche à assignats » quand on entend encore la belle tirade d’Hébert s’aidant de la rhétorique la plus percutante : « […] si nos paroles sont méconnues, qu’ils se rappellent la puissance magique de la guillotine ; qu’ils sachent qu’avec la guillotine nous ferons mettre les pouces aux accapareurs ; qu’avec la guillotine on fait de l’or ; qu’avec la guillotine on fait sortir le numéraire des caves ; qu’avec la guillotine nous ferons disparaître les traîtres ; qu’avec la guillotine nous ferons tomber la calotte ; qu’avec la guillotine, enfin, nous ferons taire les mécontents, que nous aurons du pain… »[74]. Un nommé Denoui, envoyé en mission de Paris à Angoulême avait « fait mettre la guillotine en permanence sur la place publique avec cette inscription : « Avis aux meuniers et boulangers ». Prudhomme ajoute : « Ces messieurs ont profité de l’avis et la famine a disparu »[75].

.

Purge des arméesModifier

 
Custine au pied de l’échafaud.

Tous les officiers complices de Dumouriez fournissent les premières charrettes de militaires à la guillotine ; puis le principe de précaution punira de plus innocents, tels Custine et Biron, seulement répréhensibles de rechercher quelque gloire, c'est-à-dire soupçonnés « d’ambition et d’incivisme »[76]. Subiront le même sort Beauharnais pour avoir laissé son armée se reposer deux semaines et, du même coup, avoir contribué à la perte de Mayence ; Houchard pour n’avoir pas poursuivi l’ennemi après le succès de la bataille de Hondschoote ; et le général De Marcé, vaincu en mars et en avril 1793 en Vendée, sous l’accusation d’avoir ainsi favorisé la chouannerie[77]. La Convention aura guillotiné pas moins de vingt-cinq généraux.

Hauts lieux de la guillotineModifier

Voie funèbreModifier

Le trajet le plus connu est celui que la justice appelait la « route ordinaire », depuis le tribunal (Conciergerie) jusqu’à l’ancienne place Louis XV. La durée est variable selon l’heure, le climat, les spectateurs et l’importance du cortège. Il dure environ trois-quarts d'heure à une heure et demie ; près de deux heures pour le roi qui voyagea dans la voiture de Clavière, depuis sa prison du Temple, précédé de canons roulants, de tambours et de quelques milliers de soldats. Les charrettes à ridelles, appelées par dérision « carrosses à trente-six portières », sont à la mesure des personnes à transporter. On peut y voir dix, quinze, trente personnes et « enfin jusqu’à quatre-vingt-quatre » nous dit H. J. Riouffe[78]. Le convoi peut comporter plusieurs charrettes selon l’importance de la « fournée ». Normalement Sanson en possède deux mais il doit souvent en louer des supplémentaires qui lui coûtent 20 francs sur ses deniers, dont 5 francs de pourboire, car les conducteurs comme les loueurs sont d’autant plus réticents qu’après une longue série de décapitations, les paniers ne peuvent suffire et les corps sont entassés à même la charrette pour être transportés jusqu’à la fosse du cimetière[79].

Les condamnés, cheveux raccourcis, poings liés dans le dos, sortent dans la cour du tribunal, la Cour du mai. Les charrettes y stationnent déjà toutes prêtes et se mettent en marche sur un signal de Sanson[note 10]. Tout de suite dehors, c’est une petite place semi-circulaire très animée où s’est installé le débit de tabac très fréquenté de la mère Guibal. Le convoi qui assure le spectacle emprunte le pont au Change, escorté de gendarmes à cheval et de gardes nationaux ; il vire à gauche sur le quai de la Mégisserie, dévie au carrefour des Trois-Maries, pour suivre la rue de la Monnaie puis celle du Roule pour ensuite tourner à gauche, sur la longue rue Honoré (rue Saint-Honoré). Les Halles voisines attirent au virage un afflux de badauds qui provoque régulièrement un énorme encombrement[80]. La rue Saint-Honoré est préférée, chaque fois qu’il est possible, au quai des Tuileries, plus direct mais sans population, et permet ainsi au plus grand nombre, à tous les étages – les fenêtres se louent à bon prix - d’assister au passage des condamnés qu’ils auront tout le temps de vilipender, de conspuer, de couvrir de horions et de crachats, chantant et hurlant des obscénités. Les commerces sont contraints de fermer, les crieurs précèdent et annoncent la liste des « gagnants ».

La « bière des vivants » passe successivement devant le Palais-Égalité (le Palais-Royal) ; l’église Saint-Roch dont le parvis et les gradins accueillants sont remplis habituellement de monde ; le porche du couvent des Jacobins[note 11], ; puis l’entrée de la place des Piques (place Vendôme), avec, à l’opposé, l’entrée de la cour des Feuillants, siège de la Constituante et, un peu plus loin, sur le même côté, à l’angle de la rue Saint-Florentin, l’église de l’Assomption.

Enfin, après le virage à gauche où l’on entrevoit au fond à droite le temple des Victoires (l'Église de la Madeleine), le cortège s’engage dans la rue de la Révolution (rue Royale). Cette voie qui mène par le Garde-meuble (aujourd’hui l’Hôtel de la Marine), est la dernière ligne droite vers la place de la Révolution (Place de la Concorde). C’est le lieu terminal à moins de poursuivre tout droit sur le pont de la Révolution (Pont de la Concorde et ancien Pont Louis XV) comme le fera Bailly pour exécuté au Champ de Mars.

« Place rouge »Modifier

L’échafaud avait été installé, pour le roi, dans l’axe de l’avenue des Champs-Élysées, quelques mètres derrière le piédestal, face aux jardins des Tuileries.

Lors des exécutions, l’emplacement favori des curieux était les terrasses dominantes des Tuileries, près de la Renommée de marbre. Le logement du Suisse qui gardait l’entrée du Pont Tournant fut occupé par une auberge, appelée « Cabaret de la Guillotine », très fréquentée pendant les heures de travail de la machine.

"Sous la Terreur, les premières exécutions firent recette, on payait vingt à trente sous une place assise à la terrasse des Tuileries. L'habitude venant, il n'y eut bientôt plus personne autour de l'échafaud. Il fallut des "vedettes" pour attirer du monde: l'exécution de Desmoulins et de Danton, celle de Robespierre et de ses amis"[81]

Lieux d’exécution pendant la RévolutionModifier

La première exécution au moyen de la guillotine se déroule donc le sur la place de Grève (actuelle place de l'Hôtel-de-Ville). Tous les condamnés à mort sont désormais exécutés en ce lieu, jusqu’à ce que l’échafaud soit transporté, le 21 août, sur la place du Carrousel, face au palais des Tuileries, siège du gouvernement, à la suite de la journée du 10 août. La première place est, donc, vouée aux délits de droit commun (châtiment du pilori compris) tandis que la seconde le sera aux crimes politiques. Le 27 août, la guillotine est de nouveau en place de Grève pour trois faussaires d’assignats. Le , la guillotine est exceptionnellement dressée sur la place de la Révolution pour l’exécution de Louis XVI, ancien hôte des Tuileries. Enfin, le 11 mai, la guillotine, quitte définitivement la place du Carrousel pour s’installer place de la Révolution, devant l’entrée du jardin (« le pont tournant »)[82], notamment pour y décapiter sur le lieu même de leur forfait certains des voleurs du diamant bleu de la Couronne[83]. Là seront exécutés : Charlotte Corday (17 juillet), la reine Marie-Antoinette (16 octobre), les Girondins (31 octobre), Philippe Égalité (6 novembre) et Danton (), pour les plus connus. La machine y reviendra spécialement pour exécuter les Robespierristes à partir du . Le , elle est transférée place de la Bastille, où, dit-on, elle n’aurait fonctionné qu’une seule journée[note 12], car les commerçants et les habitants du quartier Saint-Antoine ayant protesté énergiquement, elle doit s'éloigner bientôt du côté de la barrière de Vincennes (qui prendra le nom de « Barrière-renversée », raccourci de « barrière du Trône renversé ») pour s’élever, le 13 juin, place du Trône-Renversé (anciennement « place du Thrône » et actuellement place de la Nation).

Hommes face à la guillotineModifier

Mourir comme un RomainModifier

 
Les agapes des Girondins, la veille de leur exécution.

Comme la plupart de ses condisciples, Desmoulins envisageait déjà, vers 1790, son destin politique conduit par la formule d’Horace « Dulce et decorum est pro patria mori »[note 14], dont il s’était donné une traduction personnelle : « Je me sens la force de mourir sur un échafaud avec un sentiment de plaisir ». On ignore si plaisir il y eut, mais on ne compte plus, à l’image du courage et de la résignation devant la mort de ceux qui restèrent fidèles à leur foi ou à leur roi, les attitudes impavides des prosélytes de la Révolution, que rassurait sans doute la douceur promise de la guillotine : « une chiquenaude sur le cou » avait résumé Lamourette. Le convoi des plus insolites fut celui des trois charrettes des Girondins (plus une pour Valazé) qui, après les agapes fraternelles de la veille faites en prison, furent une vingtaine à partir ; ils se levèrent à l’approche des Jacobins pour chanter un couplet improvisé sur l’air de l’« hymne des Marseillais »[84] . « La mort ne saurait m’effrayer ; si ma tête est utile au salut de la République, qu’elle tombe ! »[85]. C’est cette abnégation fataliste d’un Chabot qui fit mourir nombre d’entre eux comme des Romains, le stoïcisme antique s’étant mué en une vertu républicaine. Toutefois, certains refusèrent par le suicide d’aller à l’abattoir public. Parmi les plus connus, Roland, qu’on trouve percé de part en part d’une épée, Dufriche-Valazé, Philippe Rühl et Clavière se poignardent au cœur ; Rebecqui se noie ; Lebas, Lidon, Jacques Roux, Maure, Pétion, Buzot et Barbaroux se donnent un coup de pistolet, le dernier se manque et finit ses souffrances sur l’échafaud. Plus tard, ce sera le tour de six anciens Montagnards, surnommés les Crêtois, qui se tailladeront les veines au ciseau dont trois, cependant, survivront pour connaître le choc de la lame.

Inégaux sous le couperetModifier

 
Affiche pour « Souvenirs de la Roquette », par un aumônier des prisons.

Ces caractères inaltérables avaient fini aux yeux du peuple par représenter la normalité. Ainsi, un juge déclara à Jacques Cazotte que sa fille avait sauvé une première fois de la sentence fatale : « Va, reprends ton courage, rassemble tes forces, envisage sans faiblesse le trépas ; songe qu’il n’y a pas droit de t’étonner ; ce n’est point un instant qui doit effrayer un homme tel que toi »[86]. Pour le dithyrambique Michelet, les « hommes de la liberté » arboraient une fleur à la bouche sur le chemin de la guillotine. Une probable allusion à Jourdan Coupe-Tête, le « glaciériste » d’Avignon qui mâchait, debout sur la charrette, une branche de lilas[note 15]. Pour Jules Claretie : « On meurt bravement en pleine Terreur »[87], et les rapports de police, nous dit Fleischmann, le confirment. Les réactions des suppliciés furent, d’une fournée à l’autre, très contrastées, et les chroniqueurs en ont apporté des témoignages contradictoires.

Guillotine qui rend fouModifier

On a constaté, sous la Terreur, une angoisse mortifère tout autant qu’une insouciance indéfinissable.

« Jeu de la guillotine »Modifier

Les rapports de police et de tribunaux sont surprenants, car, à côté de personnes qui pleurent en silence, à chaudes larmes, sanglotent, hurlent ou gémissent : « quelques-uns dansent sur la charrette, font des farces ou des singeries, saluent avec élégance, à droite, à gauche, le public, sourient à leurs amis rencontrés sur la route […] »[88]. Le plus étrange pourrait être un fatalisme nonchalant, non exempt d’une certaine hauteur, qu’affectionnèrent des Ci-devant. Louis Blanc s’est fait l’écho[89] du jeu de la guillotine et la Comtesse Dash en développe un épisode où des détenus s’exercent quotidiennement à recevoir le coup fatal « avec grâce » : « L’idée fut trouvée sublime ; on simula l’échafaud par la table à manger, un escabeau à deux étages représenta l’escalier, une ou deux chaises tinrent lieu de la fatale machine, les prisonniers se rangèrent à l’entour comme au spectacle, et chacun monta l’un après l’autre pour s’essayer »[90]. Ce simulacre se répétait jusqu’au moment de l’appel du geôlier, ce messager de la mort : « Quand un nom était prononcé, celui qui le portait embrassait ses amis à la hâte, […] et le dernier adieu était souvent une plaisanterie. Pas une plainte, pas une faiblesse, on eût juré qu’ils partaient pour un voyage de plaisir ».

Femmes devant l’échafaudModifier

L’illustration la plus frappante du mépris de la mort est l’attitude de Charlotte Corday, dont aucune clameur, aucune injure ne put troubler l’impassibilité presque extatique. Une si belle contenance qui avait subjugué Adam Lux, avait agacé l’assistance au point que sa tête fut retirée du sac et souffletée, par exaspération et dépit. On ne peut non plus passer sous silence le maintien hautain de Marie-Antoinette d'Autriche, dont un dessin fameux, de la plume du peintre David en marqua la moue dédaigneuse.

 
Madame Dubarry tirée hors de son cachot.

On blâma, a contrario, avec la même vigueur, la contenance vile et lâche de la courtisane « Jeanne Vaubernier Du Barry » qui hurla sa détresse et qu’on désigna « la seule femme qui n’ait pas su mourir »[91]. Pourtant, Sanson, au moment de relater l’exécution du général Biron, fit cette mention : « Depuis la mort de madame Dubarry, les citoyens sont moins acharnés contre les condamnés. Si tous criaient et se débattaient comme elle l’a fait, la guillotine ne durerait pas longtemps »[92]. Ces souvenirs du célèbre bourreau, certes apocryphes mais pas forcément sans fondement, sont corroborés par le témoignage d’un homme de la connaissance de la duchesse d’Abrantès qui se remémore une scène que celui-ci vécut lors de la dispersion de la foule après l’exécution de l’ancienne maîtresse royale : « [Il] entendait deux femmes du peuple dont l’une disait à l’autre : Comme elle a crié celle-là !... S’ils criaient tous comme ça, je n’y viendrais plus ». Sur la charrette, ses lamentations, sa frayeur, ses demandes à l’aide répétées embarrassent la foule qui se retire, déconcertée, comme honteuse.

Guillotine misogyneModifier

 
Madame Loras venue supplier vainement Georges Couthon de faire libérer son mari[93].

MartyresModifier

Les anecdotes des interventions de la fille de Sombreuil et de celle de Cazotte pour défendre leur père sont exemplaires. L’amour conjugal n’est pas un moindre motif d’élans aussi sublimes que désespérés de la part d’épouses ; notamment celles retrouvées auprès de leur mari dans la charrette au bas de la guillotine et pourtant absentes de la liste des condamnés. Ursule Taupin, de Tréguier, femme du futur chef chouan Pierre Taupin, est allée à l’échafaud sans un mot, ses enfants ayant été placés à une fenêtre au-dessus de la place. L’épisode des Vierges de Verdun eut un retentissement jusqu’à l’orée du Second Empire, à travers les récits de Lamartine et de Hugo.


Image de l'instrumentModifier

« La sainte Guillotine »Modifier

 
Une liste des gagnants « sainte Guillotine ».

La guillotinade paraissait, par son rite implacable, une cérémonie véritablement sacrificielle. Chalier s’était écrié après avoir brisé un crucifix : « Ce n’est pas assez d’avoir fait périr le tyran des corps, il faut que le tyran des âmes soit détrôné »[94]. Toute une panoplie métaphorique se crée dans la bouche des orateurs révolutionnaires. En route pour assister à une « mise à égalité » d’aristocrates, Voulland annonce d’un air emprunté : « Allons auprès du grand autel voir célébrer la messe rouge ». Les vendeurs de journaux courent les rues en criant : « Voici les noms de ceux qui ont gagné à la loterie de sainte guillotine »[95]. D’ailleurs, ces listes de condamnés sont placardées dans des vitrines de commerçants et des auberges. Ce cynisme outrancier scandalise nombre de citoyens qui, soucieux du respect dû aux décisions du tribunal et aux familles éplorées, réclament l’arrêt de ces publications[96].

Puis, apparurent les hymnes parodiques, en réponse aux religieuses qui allèrent en chantant au supplice. On remplaça les « Litanies de la Sainte-Vierge » par les « Litanies de Sainte-Guillotine » :

Sainte Guillotine, protectrice des patriotes, priez pour nous ;
Sainte Guillotine, effroi des aristocrates, protégez-nous ;
Machine aimable, machine admirable, ayez pitié de nous ;
Sainte-Guillotine délivrez-nous de nos ennemis…

Ces paroles iconoclastes qui, d’après le dramaturge Georges Duval[97], prirent leur essor le 21 janvier 1794, pour la commémoration du premier anniversaire de la mort du roi, « furent ensuite chantés dans les rues, dans les carrefours et même dans les Tuileries, sous les fenêtres de la Convention, par les chanteurs publics aux gages des Jacobins et de la Commune ». D’autres chansons étaient composées d’expressions hypocoristiques comme « sainte-guillotinette » qui tendaient à rendre cet instrument amical et familier :

Ils ont fait une oraison
Ma Guingueraingon
À sainte-Guillotinette
Ma Guinguerainguette[98].

La guillotine, objet de modeModifier

La guillotine fut une immense vedette parisienne et induisit des réactions névrotiques. En parures, on se contente, d’abord, de bijoux discrets et sans fioritures, durant les années où la machine « rasait gratis », car la mentalité jacobine est rustique et sobre. Les femmes la portent en broche ou en sautoir, en bagues, épingles ou boucles d’oreilles[99]. Mais passé la chute des Robespierristes, il va apparaître des manières plus ostentatoires, qui allaient devenir une caractéristique des époques du Directoire et du Consulat, et beaucoup contribuer à faire naître chez les Français le goût des modes vestimentaire et capillaire[100].

Accessoire du quotidienModifier

 
Incroyable et Merveilleuse Chez l’homme, le cou est soigneusement protégé du « souffle frais de la guillotine » ; tandis que chez la femme, habillée à la romaine, un ruban rouge « tranche » sur un cou d’albâtre, comme le trait sanglant du couperet.

L’administration des Vivres s’était, d’ailleurs, armée d’un cachet à son effigie avec la légende « Guerre aux fripons », pour dissuader les voleurs de « subsistances militaires »[note 16].

 
Faïence : avec le décor rare d'une exécution par la guillotine.
 
Tabatière « à la guillotine ».

On rapporte qu’elle fut l’objet d’un culte extravagant sous le Directoire et la Restauration. On a révélé l’emploi de guillotines de table qui coupent les fruits au dessert, de celles qui, en place du couteau de cuisine, décapitent les volailles[101]. Le docteur Max Billiard[note 17] écrit qu’on avait altéré le sens moral au point « qu’on accoutumait les enfants à jouer à l’échafaud ; on vendait de petites guillotines, comme aujourd’hui des « petits soldats ». Charles Nodier précise même qu’au théâtre pour enfants des Champs-Élysées, Polichinelle ne pendait plus les méchants mais les découpait à la guillotine[102].

Parmi de nombreuses illustrations, la terrible silhouette s’est plus certainement retrouvée sur des fabrications qu’on a dites : « à la guillotine ». Ces produits artisanaux furent assez diversifiés : les tasses, les boutons d’habit, les enseignes de commerce, etc. et surtout les assiettes. Le seul ouvrage qui en parle, et aujourd’hui rarissime, est « Céramique révolutionnaire. L’assiette dite à la guillotine », de Gustave Gouellain (1872). Beaucoup de ces articles furent fabriqués tardivement, et selon Alphonse Maze-Sencier[103], seuls ceux qui le furent depuis la mort du roi jusqu’au 9 Thermidor, devraient recevoir cette appellation. On peut mentionner spécialement la tabatière, objet personnel courant en ce temps-là, comme un support idéal pour la décoration la plus variée ; et si l’on a trouvé des tabatières « à la guillotine », il y en eut aussi « à la Charlotte Corday », « au Bonnet phrygien », « à la Marat »[104], etc.

Habit « à la victime »Modifier

La jeunesse dorée, issue des couches les plus aisées de la population parisienne, se lance dans un snobisme raffiné et provocant ; chez les jeunes femmes, une robe « à la romaine », très échancrée qui rappelle, à l’évidence, la chemise du supplicié[105] ; avec, si le temps est frais, un châle rouge jeté sur les épaules en souvenir de la chemise portée par les assassins, et celle de Charlotte Corday, en particulier[note 18].

Les cheveux peuvent être bouclés ou frisés, et seront portés de différentes longueurs : « à la Titus »[106], selon une mode répandue, dit-on, grâce au comédien adulé Talma qui adopta, pour la scène, la coupe de l’empereur romain. Quand la chevelure est gardée longue, on la relève de l’arrière par -dessus le crâne, rabattue presque sur les yeux, dégageant bien la nuque rasée pour rappeler la coupe des condamnés (dite aussi « à la sacrifiée »)

Bals des victimésModifier

Dans les cercles où évolue, selon une expression de cette époque, une « société de bon ton », on organise des bals privés, appelés depuis : « bals des Victimés », ou « bals des Victimes ». Les « Victimés », c'est-à-dire ceux qui ont un lien parental étroit avec une ou plusieurs victimes de la répression révolutionnaire ou, simplement, ceux qui en ont de justesse réchappé, , sont invités à danser au cours d’une fête commémorative où le noir est de rigueur. Exagération ou satire, on a colporté qu’on dansait volontiers parmi les pierres tombales des cimetières, et sur les lieux d’anciens massacres.

Au cours de ces soirées spéciales, on y aurait imaginé l’étrange « salut à la victime » qui était de mimer un supplicié au moment de la chute de la lame : on bascule le front en avant et, si l’on recherche l’élégance du geste, on peut exécuter de la tête et des épaules quelques convulsions bien senties, au risque d’être jugé ridicule si elles sont trop maladroites[107]. L’on ne danse que si on a vraiment à déplorer la perte au moins d’un proche parent. Le deuil est, justement, un sujet de conversation qu’il est convenable d’aborder,[108].

Exécution au temps des DeiblerModifier

 
Photographie gravée d'une guillotine de l'époque de Deibler avec autographe de l'exécuteur.

Les guillotinades de la Révolution ont eu un aspect particulier mais gardaient une procédure des plus simples : tout de suite après leur condamnation, un acheminement des individus, en charrette, légèrement habillés, les mains liées derrière le dos, normalement attachés aux ridelles, dans une atmosphère de parade lugubre, avec des soldats et des gendarmes à cheval. Les condamnés arrivés devant les bois de justice, descendent et attendent dans un ordre défini pour monter à leur tour sur l’estrade. Ceux qui restent au pied n’entendront que le bruit de la machine, ponctué par les applaudissements de la foule. Quelques décennies plus tard, le pénal a repris ses droits et l’ambiance n’est plus du tout la même et bien que des détails techniques puissent différer, la procédure sera similaire sous toutes les républiques[note 19]. Un service d’ordre commandé par le commissaire divisionnaire dégage les abords de la prison et empêchera le moment venu une curiosité trop pressante, voire une excitation de la foule qui, tant qu’elle fut autorisée, est soigneusement tenue à distance. On peut imaginer que l’endroit est la place de la Roquette et que le condamné est un homme.

Dernier réveilModifier

 
Le réveil du condamné dans sa cellule.

Les exécutions sont habituellement matinales. À deux heures et demie, les aides du bourreau apportent les bois de justice et termineront sans bruit leur assemblage en moins d’une heure. L’exécuteur vérifie une dernière fois le jeu du couteau dans les rainures et va sans précipitation prévenir le directeur de la prison qui emmène quatre de ses gardiens pour assister le condamné. Sont généralement présents le préfet de police, le commissaire du quartier, le juge d’instruction, le chef de la sûreté (ou son représentant), le greffier de la Cour d’Assises (obligatoire pour les constatations légales), les avocats du condamné, un médecin (généralement celui de la prison) et un ministre du culte (généralement, l’aumônier des prisonniers).

À trois heures quarante, le directeur, le juge, le commissaire, le greffier et l’aumônier pénètrent discrètement dans la cellule du condamné qui n'est pas au courant la veille au soir qu'il va être exécuté. Le directeur touche le dormeur à l’épaule ou, s’il dort profondément, le secoue légèrement. Le condamné qui s’éveille et ouvre péniblement les yeux, est souvent surpris mais comprend rapidement à la vue de la délégation qu’il est près de la fin. Le directeur le nomme et ajoute « Votre recours en grâce a été rejeté » ; « Levez-vous » ; « Préparez-vous à mourir ». L’attitude du condamné est variable selon les caractères. De l’hébétude totale à la tristesse la plus résignée, il reste généralement silencieux. L’homme se lève lentement de son lit et s’habille machinalement, boutonne sa chemise, enfile son pantalon et ses chaussures. Sa veste est jetée sur ses épaules si la matinée est trop fraîche. Le directeur lui adresse les mots rituels : « Avez-vous quelques vœux à formuler ? » ; « Si vous avez des révélations à faire, monsieur le Juge d’instruction est là pour les recevoir ». Puis il demande : « Si vous voulez rester quelques instants avec monsieur l’Aumônier, nous allons sortir ». Ce tête-à-tête ne durera pas plus de 5 minutes, juste avant le passage en salle de greffe pour la « dernière toilette » pendant laquelle on lui raccourcit les cheveux derrière et on lui dégage le cou et les épaules en échancrant le col de sa chemise qu’on referme plus bas par une épingle. Il peut être revêtu de la camisole. On lui accorde la possibilité d'écrire une dernière lettre à sa famille, de boire un cordial (rhum ou vin) et de fumer une ou deux cigarettes.

L’arrêté du préfet de police de Paris, J. M. Pietri, en date du , fit renoncer à faire « revêtir indistinctement les condamnés à la peine de mort de la camisole de force à partir du jour de leur condamnation ». Cette précaution fut remplacée par une surveillance spéciale (article 1). Il est prévu aussi pour abréger les préparatifs de veiller à ce que tous ces condamnés « aient toujours les cheveux courts » et soient, au moment de leur notification de l’exécution, « revêtus d’une chemise sans col » (article 2). Enfin, il impose que « le trajet de la cellule à l’échafaud soit aussi direct et aussi court que possible » (article 3)[109]. Une légende veut que l'aumônier à la tête de la procession brandisse un crucifix devant le condamné à mort pour l'empêcher de voir la guillotine jusqu'au dernier moment[110].

Lorsque l’exécuteur qui est venu avec deux aides ou plus « trace sa signature sur le registre d’écrou, le condamné lui appartient. Il le fait asseoir sur l’escabeau, toujours le même, et l’un des aides lui entoure les jambes avec des ficelles nouées au-dessus des chevilles. Un autre aide procède à la ligature des mains [à l’arrière]. Deux cordes serrent les épaules et viennent s’attacher à celle qui réunit les poignets. Les cordes serrées obligent le patient à porter la poitrine droite et à effacer les épaules. La dernière ligature ramène les jambes aux poignets et paralyse tout mouvement du corps en avant »[111].

Trois coups du dernier acteModifier

 
Sortie d'un condamné conduit au supplice.

Les portes de la prison s’ouvrent rapidement. Le condamné apparaît les pieds entravés et les mains liées derrière le dos, ce qui l’oblige d’avancer à petits pas. Le plus souvent, à cette heure précoce, il ne pourra guère apercevoir qu’une lueur blafarde qui lui renvoie la grande ombre menaçante de l’appareil de mort et son grand panier. Le supplicié regarde la guillotine et souvent il pâlit un instant. Les observateurs réguliers ont aussi noté qu’un condamné même parmi les plus stoïques ne regarde jamais deux fois l’instrument. Cette remarque rappelle Sanson qui plaçait toujours sur la charrette les victimes dos au cheval ou dos à l’échafaud quand elles attendaient leur tour. L’homme baisse les yeux, s’avance lentement en silence ou en poussant de longs soupirs, ou bien s’il est en état de choc, à demi-inconscient, il est aidé par l’aumônier qui lui passe le bras sous le sien ou, si besoin est, par un ou deux gardiens de la prison. Au pied de la machine, l’aumônier prie, l’exhorte à se comporter courageusement et l’embrasse ; puis le supplicié est laissé aux mains des aides de l’exécuteur. Le plus souvent, il a un réflexe de recul quand on l’approche de la planche contre laquelle il sera sanglé. Cette planche se dresse depuis le haut de ses chevilles jusqu’à mi-poitrine. Une fois ligoté, les bourreaux flegmatiques le font basculer à l’horizontale et la planche glisse et s’arrête quand le cou est entre les poteaux. Les aides lui tirent les épaules vers l’avant et l’allongent avec force pour bien le déplier horizontalement. Parfois, les aides prennent un temps plus ou moins long pour maîtriser un condamné excité et le disposer correctement sur la planche.

Le cou est posé sur la traverse demi-circulaire où vient s’abattre le châssis demi-lune qui maintient la tête prisonnière. Ce « casse-tête » eut tendance, avant que sa fixation soit modifiée, à tomber à contretemps et frapper rudement le crâne du patient. De plus, ce châssis, pendant une période, avait été armé d’un grappin qui immobilisait la nuque en pénétrant dans les chairs. Cet accessoire, qui amenait une souffrance inutile et occasionnait des cassures de la région occipitale, fut supprimé du temps de l’exécuteur Nicolas Roch, prédécesseur de Louis Deibler. La tête est donc désormais manipulée par un des bourreaux afin qu’elle se présente bien au couteau[note 20]. Le tranchant lourdement lesté de plomb, d’un poids de trente à soixante kilogrammes, inversement proportionnel à la hauteur des « bras » qui peuvent atteindre 4 mètres ; et de trente-cinq centimètres de large pour une lame plus étroite de trente, est relevé par une corde qui passe par une poulie fixée au « chapeau » (le montant horizontal supérieur). Pour le modèle, ce peut être un crochet en forme de 8 qui, à partir du centre de ce linteau, maintient en l'air le mouton[note 21]. La partie inférieure de ce crochet s’ouvre quand on pince la partie supérieure. Il s’agit pour l’exécuteur de s’avancer et de toucher un déclic, un petit levier qui pousse un ressort et libère la lame, les branches du haut se rapprochant et celles du bas s’écartant. La chute du couperet est amortie par deux puissants ressorts à boudin caoutchoutés placés en dessous, de sorte que ses rebords ne viennent pas claquer violemment en fin de course mais produisent un bruit sourd. Pour descendre deux mètres quatre-vingts le mouton met trois-quarts de seconde.

 
La guillotine prête à recevoir le condamné.

Depuis la Révolution, la chute du bloc tranchant dans les rainures est la hantise des exécuteurs. Anatole Deibler le fera équiper, ainsi que la planche à sangles, de galets pour mieux assurer son glissement. Les incidents furent assez rares mais mémorables. L’exécution d’un nommé Pierre Hébrard à Albi est resté fameuse dans les annales de la fille à Guillotin. D’abord, ce condamné à mort attendit cinq mois en prison l’annonce de son dernier jour (un record). Par comble de malchance, le , cinq fois le couperet sera tombé sur son col sans vraiment l’entamer car le couteau n’est plus dans son aplomb et déraille[112]. Un aide se dévoue pour le découper à la dague, sous les injures et une pluie de cailloux. À la fin, le chef exécuteur est poursuivi jusqu’à son domicile dont on casse les vitres. Si la victime du condamné n'avait pas été très aimée de la population, le bourreau aurait été mis à mal. Ce dernier fut pourtant innocenté par l’expertise de la machine qu’on avait imprudemment laissée pendant deux jours accessible au public. On a conclu, en effet, au sabotage d'un jeune aide licencié depuis peu. Un autre incident concerna la décapitation de l'assassin Languille le 29 juin 1905 pour laquelle le médecin de service le Docteur Beaurieux put constater que le condamné demeurait conscient trente secondes après la chute du couperet[113] (confirmation de cette observation par expériences sur des rats en 2011).

Après le bruit de la planche qui se rabat, le bruit de la demi-lune qui se referme, enfin le bruit du mouton qui finit sa course en rasant la face extérieure de la lunette, un flot de sang jaillit. La tête rejetée en avant fait un bang sonore en tombant au fond de la bassine en zinc, récipient avec un bord ressemblant à un « dossier de baignoire » pour avoir été relevé à la suite d’incidents où des têtes sautèrent et roulèrent plusieurs mètres jusqu’aux pieds des spectateurs. Le reste du corps est poussé rapidement sur une planchette rabattue en plan incliné qui le fait tomber dans le grand panier ; la tête retirée par les cheveux ou les oreilles va le rejoindre entre les jambes. « Le glaive tombe avec une rapidité foudroyante, oblique ; il agit à la fois comme coin, comme masse et comme faux avec une puissance irrésistible »[114]. Il peut être quatre heures et, normalement, il ne s’est pas passé plus de vingt à trente minutes depuis le réveil du supplicié. Mais c’est une éternité pour un spectateur impressionné pour qui tous les gestes des acteurs du drame paraissent effectués « au ralenti »[115].

Si le corps n’a pas été réclamé par la famille, il est parfois apporté au laboratoire médico-légal pour autopsie[116]. Le supplicié est souvent mis en bière, mais un cadavre abandonné perd parfois toute considération aux yeux des fonctionnaires de la mort : « Chaque fois, à l'arrivée du fourgon, on en descend le panier qui renferme le corps, la tête et la sciure de bois imprégnée de sang. À peine monsieur l'abbé Croze est-il éloigné que le contenu du panier est brutalement renversé dans la fosse : le corps roule au fond et quelle que soit la position dans laquelle il tombe, on le laisse et on le recouvre de terre. Ce matin, le cadavre de Billois a été étendu sur le ventre et la tête a été placée entre les cuisses, de manière que le visage était caché. Ce procédé [...] choque la décence [...] »[117].

Hémorragie du décapitéModifier

 
Une des rares images d'époque où l'on voit l'effusion de sang d'un décapité.

Le sujet n’est jamais vraiment abordé dans les divers récits car il occupe rarement les esprits à cet instant dramatique et incite au poncif. Il faut donc se tourner vers des conclusions de médecins physiologistes. L'exécution de Carrara du se raconte ainsi : « Une énorme giclée de sang inonde la chaussée, avant que son corps tombe dans le panier »[118]. Or, la décapitation de cet assassin fut justement observée et analysée par le docteur Capitan. Dans son propos, il ajoute les remarques de deux confrères[119].

Exemple de l’assassin CarraraModifier

Carrara, depuis le départ de sa cellule, s’est montré complètement comateux, anéanti par l’annonce de sa mort imminente et demeure « exsangue et livide ». On l’a pratiquement porté jusqu’à l’échafaud et il a semblé « absolument inerte et cadavérique » sur la planche où il n’a eu aucune réaction. La section du cou tranché de Carrara saignait fort peu dans la lunette. Au moment où il fut projeté dans le panier, le tronc ne tomba pas entièrement au fond car les épaules heurtèrent le rebord et le cou resta en dehors. C’est à ce moment-là seulement qu’un sang rouge jaillit des carotides dans un jet estimé approximativement d’un mètre en hauteur et d’un mètre cinquante en avant[note 22].

Il est évident que le sang circule grâce aux battements autonomes du cœur. Le docteur Gley, qui a étudié régulièrement en laboratoire de nombreux cœurs de suppliciés, eut l’occasion en province d’examiner deux cadavres de guillotinés, deux minutes seulement après la « détroncation »[note 23] : un seul avait le cœur qui battait (il fonctionna encore huit minutes) tandis que, chez l’autre, il fut trouvé à l’arrêt. Dans ce dernier cas, comme pour Carrara, le cœur ne battait plus, ou presque plus, au moment de la décollation. Il ne peut s’agir pour les médecins que d’un état syncopal qui est la conséquence d’un stress important. Le plus fréquemment, l’excitation médullaire lors du passage violent de la lame va faire repartir le système cardiaque et le sang sera projeté quelques secondes plus tard.

Exemple de Manon RolandModifier

 
Étude de deux têtes de suppliciés. Géricault.

Les conclusions des médecins viendront confirmer ce que de rares témoins avaient rapporté au cours de la période de la Terreur. Un observateur exceptionnel fondu dans la foule venue au supplice de Manon Roland, un discret monarchiste nommé Bertin, fut rempli d’admiration devant l’intrépidité de madame Roland qu’il n’avait aucune raison d’apprécier et qui mourut dans toute la force de son âge (39 ans). Il raconte : « Quand le couteau eut tranché la tête, deux jets de sang énormes s’élancèrent du tronc mutilé, ce qu’on ne voyait guère : le plus souvent la tête tombait décolorée, et le sang que l’émotion de ce moment terrible avait fait refluer vers le cœur, jaillissait faiblement ou goutte à goutte »[120].

Le docteur Laborde résume ces deux conditions essentielles. D’une part, le patient conserve toute son énergie et une lucidité stoïque qui lui permet d’affronter sans affres une fin qu’il comprend inéluctable ; et son sang jaillit presque spontanément. La puissance du jet témoigne de contractions cardiaques au moins normales, sinon avivées par le choc de la séparation. Les décapitations d’Anastay et de Vaillant, individus « pleins de vie », provoquèrent « une hémorragie artérielle immédiate ». Cette autonomie cardiaque est de longueur variable : généralement de vingt minutes à une heure trois-quarts. Dans cette condition, le cœur termine toujours à vide, en systole, en une « véritable contracture énergique » qui l’immobilise définitivement.

Le deuxième cas, le patient est tout à fait à l’exemple préalablement cité de Carrara. Il est « sidéré, comme anéanti à la nouvelle de l’heure fatale, incapable de se tenir debout, soutenu ou plutôt porté jusqu’à la guillotine, demi-mort d’avance, en état de syncope […] ». « Demi-mort » : on retrouve une semblable expression chez Restif de la Bretonne[121]. Le cœur est affaibli ou pratiquement à l’arrêt, et le jaillissement sanguin est très réduit ou retardé. Le coup du tranchant une fois porté, l’organe récupère de la syncope et reprend brusquement ses battements, puis continue selon ce que la gravité de son état syncopal lui a laissé de force. La persistance des contractions cardiaques post-mortem est évidemment limitée et le cœur finit par s’arrêter « en état de flaccidité, plus ou moins dilaté par des caillots asphyxiques ».

Lieux d’exécution en France, après la RévolutionModifier

Lieux d’exécution parisiensModifier

Après les gouvernements révolutionnaires, les exécutions se déroulent à nouveau sur la place de Grève. C’est là que sont guillotinés Georges Cadoudal (en 1804) et les quatre sergents de La Rochelle (en 1822). À partir du , la guillotine est installée devant la barrière Saint-Jacques. C’est là que sont exécutés Pierre-François Lacenaire (1836) et plusieurs auteurs d’attentats contre Louis-Philippe, parmi lesquels Giuseppe Fieschi. Le , l’échafaud est transféré devant la prison de la Grande Roquette[122]. De 1851 à 1899, plus de deux cents condamnés y sont exécutés, dont Orsini (1858), auteur d’un attentat contre Napoléon III, le médecin Désiré Couty de la Pommerais ayant empoisonné ses patientes pour toucher leur assurance-vie (1864)[123], les assassins en série Jean-Charles-Alphonse Avinain (1867), Troppmann (1870), les anarchistes Émile Henry et Auguste Vaillant

En , l’échafaud disparaît et la guillotine est désormais montée à même le sol, sur cinq dalles toujours visibles aujourd’hui au no 16 rue de la Croix-Faubin, au débouché de la rue de la Roquette. Ce sont ces cinq dalles, qu'en style d’argot, les prisonniers appelaient « l’abbaye de Cinq-Pierres ». Pendant la Commune de Paris, le citoyen François, qui avait été nommé directeur de la Grande-Roquette, n’avait trouvé rien de mieux que de faire enlever et transporter chez lui ces cinq dalles. On les retrouva, le , lors d'une perquisition opérée à son domicile, rue de Charonne, 10. Il déclara avoir eu l’intention de les faire vendre en Angleterre comme objets de curiosité[124], et qu'il restitua. Cependant, elles furent scellées à un autre emplacement que celui d'origine et, appareillées différemment, elles ne forment plus la croix originelle.

À partir du , la guillotine est utilisée à l’angle du boulevard Arago et de la rue de la Santé, devant la prison du même nom. C’est là que sont exécutés les membres de la Bande à Bonnot et Paul Gorgulov. C’est à Versailles que se déroule la dernière exécution publique, celle d’Eugen Weidmann, le , devant la prison Saint-Pierre[125],[126]. Sous l’Occupation, les hommes sont guillotinés dans la cour de la prison de la Santé, les femmes, dans celle de la prison de la Petite-Roquette, à l’emplacement du no 143, rue de la Roquette. Et c’est finalement à Marseille, aux Baumettes, qu’a lieu la dernière exécution capitale, celle d’Hamida Djandoubi, le [127].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Lieux comme champ d'expérience pour les médecinsModifier

 
L'exécution d'Henri Languille le 28 juin 1905 à Orléans.

Les médecins à l'origine de ce châtiment, Joseph Ignace Guillotin et Antoine Louis s'inscrivent dans le contexte des préoccupations humanistes des Lumières, illustrées par la pensée de Cesare Beccaria exprimée dans Des délits et des peines. Néanmoins, dès les premières années de pratique de la guillotine, le milieu médical s'affronte en deux écoles à propos de la survivance après le couperet : thèse de la mort immédiate et impeccable[128] ou celle de la mort différée et barbare[129],[130], cette dernière thèse étant renforcée par le fait que les 83 guillotines montées dans les départements sont souvent des copies imparfaites obligeant le bourreau à s'y reprendre plusieurs fois. Aussi dès 1798, la guillotine devient un champ d'expérience médical : on interpelle la tête du guillotiné pour y observer des réactions (le médecin-chef Gabriel Beaurieux constate en 1905 que le condamné nommé Henri Languille, fraîchement décapité réagissait en ouvrant les yeux à l'appel de son nom[113]), on la pique ou la soufflette (telle Charlotte Corday), on teste la survie d'organes isolés, notamment le cœur : stimulations au scalpel, expériences électriques avec la « bouteille électrique » de Galvani puis la « pile » d'Alessandro Volta, à partir des années 1880 expériences de « ressuscitation » ou de « revivification » (transfusion du sang de chien sur des têtes décapitées par le docteur Laborde notamment[131]).

À la suite du scandale d'Henri Pranzini, guillotiné en 1887 et dont la peau après sa dissection publique est utilisée pour faire des portefeuilles et des porte-cartes, les condamnés peuvent demander à obtenir la libre disposition de leur corps post-mortem[132], ce qu'obtient Stanislas Prado en 1888, tandis que d'autres condamnés à mort font don de leur corps à la science[133].

Occultation progressive de la publicité des exécutions en FranceModifier

Le code pénal de 1791 dispose que l'exécution doit se faire en public, ce qui attire un public appartenant à toutes les couches sociales : public de fonction, « carré des privilégiés » près de la guillotine (grâce à des laissez-passers obtenus auprès de la préfecture ou de la mairie), bourgeois louant des chaises, fenêtres, échelles et même lorgnettes de théâtre, foule[134] maintenue loin de la guillotine par un cordon de policier ou même masquée par une barrière en bois, par le fourgon placé dans son axe de vision ou par l'échafaud placé de plain-pied (décret-loi de 1870). Sous la Troisième République, des dizaines de villes disposent de guillotines : il s'y produit des centaines d’exécutions publiques qui peuvent attirer plusieurs dizaines de milliers de curieux. À l’occasion de l’Exposition universelle de 1889, l’Agence Cook loue plusieurs cars pour conduire les touristes à la double exécution d'Allorto et Sellier[110]. 566 personnes (dont quatre femmes) sont exécutées entre 1870 et 1939, année de l'exécution d'Eugen Weidmann en plein jour, ce qui permet à des journalistes de prendre la plus importante série de photographies d'une exécution capitale (elle est également filmée). De plus, la foule y déborde le service d'ordre. Devant ces troubles à l'ordre public, le président du Conseil Édouard Daladier fait saisir les numéros de presse avec leurs photographies et promulgue le un décret-loi abolissant les exécutions capitales publiques (abolition en 1868 en Angleterre, en 1860 aux Pays-Bas, projet de loi rejeté par la Chambre des députés en France le 4 décembre 1898). Après cette exécution, les condamnés à mort sont guillotinés dans l'enceinte des prisons à l'abri des regards de la foule. La mesure est effective dès l'exécution suivante, celle de Jean Dehaene, le 19 juillet à Saint-Brieuc.

En fait, cette mise au secret s'opère progressivement dès le XVIIIe siècle sous l'impulsion des élites dont les sensibilités sont heurtées par cette « mort sale » (magistrats ou politiques qui considèrent que cette exécution ne remplit plus son rôle historique d'exemplarité et lui préfèrent la peine de l'emprisonnement, certains journalistes s'identifiant à l'exécuté, médias friands de sensationnalisme qui veulent être les seuls à couvrir la publicité de l'exécution) et des autorités qui constatent que cette technologie politique jugée inefficace donne lieu à des troubles publics (par exemple public invectivant la police lors de l'exécution d'anarchistes dans les années 1890). L'abandon public de cette « technologie de pouvoir » (expression de Michel Foucault) a lieu en plusieurs phases : le rituel exécutionnaire sur la place centrale de la ville laisse la place à une exécution sur une place en périphérie puis devant la prison et enfin dans la cour d’enceinte des prisons ; parallèlement sa durée et le cérémonial sont progressivement réduits, de même que le nombre d'exécutions (augmentation des exécutions doubles triples ou quadruples à cet effet) ; le rituel se produit de plus en plus la nuit (pas au petit matin ou dans la journée pour éviter son côté spectaculaire -au sens littéral du terme, pas trop tôt le soir pour éviter que les noctambules et demi-mondains aillent finir leurs soirées au « spectacle », munis de leur « journal des raccourcis ») : l'exécution est reportée à l'aube à partir de 1832. La suppression de cette publicité est une solution de compromis entre les abolitionnistes (en attendant l'abolition de la peine de mort, ils sont satisfaits que ce spectacle sanglant soit sorti de l'espace public) et les rétentionnistes, partisans de la peine capitale (ils considèrent que l'abandon de cette publicité est une bonne solution pour rendre la peine de mort plus acceptable)[135].

Domiciles de la guillotineModifier

En 1793, l’accusateur public du Tribunal révolutionnaire Fouquier-Tinville ordonne au bourreau Charles-Henri Sanson de trouver un lieu où entreposer la « veuve ». Elle élira finalement domicile chez l’ingénieur du département de la Seine, nommé Demontier.

Lorsque Jean-François Heidenreich devient bourreau en 1849, la machine est déménagée au 11-13 rue Pont-aux-Choux, dans le quartier du Marais. Puis il la fait déplacer de nouveau, cette fois-ci dans un hangar situé au 60 bis rue de la Folie-Regnault, à deux pas des prisons de la Roquette. Elle y restera ainsi cinquante ans.

En 1911, alors que la Roquette est démolie, Anatole Deibler décide de déménager la guillotine dans une remise tout fraîchement construite de la prison de la Santé, à l’angle de laquelle se déroulent toutes les exécutions parisiennes.

Puis en 1978, le dernier exécuteur, Marcel Chevalier, reçoit de l’administration l’ordre de déplacer les « bois de justice » à la prison de Fresnes, où doivent avoir lieu désormais toutes les exécutions. Cependant la guillotine restera définitivement muette, les quatre derniers condamnés à mort ayant tous été graciés.

Depuis l’abolition de la peine capitale en 1981, les guillotines sont conservées en plusieurs lieux : les bois de justice parisiens ont été déposés à Marseille, au Musée national des arts et traditions populaires (désormais « Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée » - MUCEM) ; deux guillotines issues de départements d’Outre-Mer sont conservées au « Musée national des prisons » dans les sous-sols de l’ancienne prison de Fontainebleau.

En Belgique, une guillotine est visible au musée de la Vie wallonne de Liège, une autre au musée Gruuthuse de Bruges, une troisième, incomplète, à la citadelle de Dinant.

En Algérie, la guillotine de la prison de Serkadji, vestige de l'époque coloniale française, est exposée au Musée central de l'Armée à Alger.

Exécutés renommésModifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Condamné à mort guillotiné.

Imaginaire populaireModifier

La guillotine fut baptisée initialement « Louisette » ou « Louison » (inspiré du chirurgien royal Antoine Louis qui a préconisé la mise au point d’une machine à lame oblique), avant de prendre son nom définitif (au grand désespoir du docteur Guillotin).

Pendant la Révolution française, elle fut surnommée le « grand rasoir national », le « moulin à silence », la « cravate à Capet », la « Mirabelle » (par rapprochement à Mirabeau), « l’abbaye de Monte-à-Regret »[137], le « vasistas », la « veuve » (par les escrocs) ou la « raccourcisseuse patriotique ».

En Angleterre, elle symbolisa dès 1793 les excès de la Révolution française ; on la retrouve dans L'Histoire de la Révolution française de Thomas Carlyle ou dans Un conte de deux villes de Charles Dickens. Mais pendant la Terreur, elle fascinait, provoquant l'effroi et la révulsion, mais servant également à des usages humoristiques ou satiriques[138].

Au XIXe siècle, on la surnommait la « lucarne » et au XXe siècle le « massicot » ou la « bécane » (ces deux derniers termes étant employés par les bourreaux), ou encore les « bois de Justice ».

Le terme de « bascule à Charlot » a été également utilisé en référence au premier exécuteur à l’avoir employée : Charles Sanson, celui de « veuve à Deibler » fait référence à la lignée de bourreaux qui succéda aux Sanson, les Deibler père et fils.

Lorsque les exécutions avaient lieu place de la Roquette, on a appelé la guillotine « l’abbaye de Saint-Pierre », jeu de mots sur les cinq pierres en croix qui marquaient son emplacement (et que l’on peut toujours voir).

Louis-Ferdinand Céline surnommait la guillotine « le prix Goncourt des assassins ».

Les assistants de l’exécuteur des hautes œuvres étaient surnommés « accordeurs de piano » (possible référence à Tobias Schmitt, créateur de la première guillotine et qui était un facteur de clavecins ?).

Voici quelques expressions populaires, relatives à la guillotine et à son usage :

  • Accomplir une action qui va immanquablement entraîner la peine capitale (c’est-à-dire risquer la peine de mort).
    • Y aller… (du cigare, de la tronche, du gadin, du citron, du chou…) et, généralement autres substantifs signifiant la tête.
    • Aller… (comme précédemment, accompagné des mêmes substantifs), sans le « y », signifie : subir le châtiment suprême.
  • Aller à son châtiment se dit :
    • Aller… (à la butte, à l’abbaye du Monte-à-Regret, au rasoir, au coiffeur, à la veuve, marier (ou épouser) la veuve, passer à la découpe…).
  • Subir le châtiment se dit :
    • Éternuer dans la sciure, dans le son, dans le sac[139], dans le bac, dans la bassine…
    • Se faire raccourcir… d’une tête, de 30 centimètres…
    • Se faire décolleter la gargane, couper le sifflet, ou le kiki (s’emploie aussi pour « se faire égorger »).
    • Mettre (ou passer) la tête (ou autre mot d’argot signifiant tête) dans la lunette, au guichet…
    • Mettre le nez à la fenêtre[140].
    • Se faire photographier. Cette expression vient du fait que l’aide exécuteur (celui qui tire la tête du condamné au travers de la lunette) est surnommé le « photographe ».

Usage hors de FranceModifier

 
Exécution de Arezki El Bachir en Algérie en 1895.

AlgérieModifier

Avant le , il était d’usage de faire décapiter les condamnés à mort au yatagan par des indigènes. À la suite d'une exécution à Alger qui, le 3 mai 1842, avait tourné à la boucherie, le ministre de la guerre, le général Amédée Despans-Cubières, fit introduire l’usage de la guillotine et exigea que les exécuteurs soient français[141] (même après cette décision l’usage du yatagan aurait perduré pendant encore plusieurs années). Dès lors, l’Algérie possèdera sa propre équipe d’exécuteurs, distincte de celles de la métropole (même si Anatole Deibler et son grand-père y exercèrent pendant tout ou en partie de leur carrière).

Au cours de la Guerre d'Algérie, le 17 mars 1956 sont publiées au J.O les lois 56-268 et 56-269 qui permettent aux tribunaux militaires français d’appliquer - sans instruction préalable - la peine de mort aux membres du FLN pris les armes à la main. Pour les bourreaux d'Alger, commencent alors les cadences infernales, avec les exécutions multiples qui se poursuivent jusqu'en 1958. Dans ses mémoires, Fernand Meyssonnier, fils et aide du bourreau Maurice Meyssonnier, rapporte « Dans l'histoire, c'est assez rare [...] En Algérie, entre 1956 et 1958, il y a eu seize exécutions doubles, quinze triples, huit quadruples et une quintuple. Oui, pendant le FLN c'était à la chaîne [...] Pour arriver à de telles hécatombes, il faut des époques politiques troubles comme la Terreur pendant la Révolution, l'Occupation où il y a eu neuf exécutés d'un coup le 1er mai 1944, et... les "événements" d'Algérie »[142]. Au total, entre 1956 et 1962 pour environ 1 500 condamnations prononcées, 222 Algériens ont été officiellement exécutés pendant la guerre d’Algérie. 142 l’ont été sous la IVe République : 45 pendant que François Mitterrand était garde des Sceaux, soit une exécution tous les 10 jours en moyenne. La plus forte fréquence revient au Gouvernement Maurice Bourgès-Maunoury (dont le garde des Sceaux était Édouard Corniglion-Molinier) qui a commis 29 exécutions en trois mois (soit une tous les trois jours). 80 exécutions ont eu lieu sous de Gaulle (soit une tous les 20 jours), bien qu’il ait amnistié 209 condamnés à mort en janvier 1959, commuant leur condamnation en peine de prison à vie[143]. Les frères Aoussi ben Mohamed et Aoussi Mohammed ben Bachir sont les derniers fellagas à être guillotinés en Algérie (en Métropole ce sera Salah Dehil, guillotiné le dans l'enceinte du Fort Montluc à Lyon), le à Alger[144]. Exceptionnellement ce jour-là, c'est Fernand Meysonnier qui actionne le couperet lors de la double exécution.

Ouïs Mostifa ould Habib, condamné à mort le 23 ou le 24 janvier 1959 pour des faits de meurtre et de viol, devient la dernière personne à être guillotinée en Algérie, le 12 août 1959 à Oran.

Le pays, devenu indépendant en 1962, abandonnera la « veuve », symbole de la colonisation aux yeux du pouvoir algérien, au profit du peloton d'exécution.

AllemagneModifier

 
Guillotine (« Fallbeil ») Bavaroise de 1854
Modèle historique en échelle 1:6.

Les modèles utilisés étaient les mêmes qu’en France jusqu’au milieu du XIXe siècle. À partir de cette date, les machines à décapitation ont changé d’apparence : d’une hauteur moindre, plus de métal. Le « Fallbeil », comme on l’appelait en Allemagne, demeure en usage jusqu’à l’abolition de la peine de mort dans la République fédérale d'Allemagne (1949) et jusqu’à 1968 en République démocratique allemande.

Hitler utilisa beaucoup la guillotine. On estime que sous le troisième Reich, 16 000 personnes furent guillotinées[145].

Berthold Wehmeyer (de), 23 ou 24 ans, condamné à mort pour meurtre, viol et vol qualifié, est le dernier criminel de droit commun à être exécuté, et donc guillotiné, dans ce qui deviendra l'Allemagne de l'Ouest (la loi fondamentale de la RFA n'ayant pas encore été promulguée, le 11 mai 1949, date de son exécution à la prison de Moabit)

Le médecin-SS, Horst Fischer, 53 ans, condamné à mort pour crimes de guerre le 25 mars 1966, est la dernière personne à avoir été guillotinée en Allemagne de l'Est (et donc la dernière personne à avoir été guillotinée en dehors de France), le 8 juillet 1966 à Leipzig.

BelgiqueModifier

Malgré la période du Royaume des Pays-Bas, la Belgique à son indépendance conserve une partie des lois et des usages hérités de l'occupation française sous la Révolution et le Premier Empire, dont l'utilisation de la guillotine. De 1830 à 1863, cinquante-quatre condamnés sont guillotinés.

Par la suite, la peine de mort n'est plus appliquée jusqu’à ce qu’en 1918, la grâce soit refusée à un condamné. Cinquante-cinq ans après la dernière exécution, il n'existe plus en Belgique ni bourreau, ni guillotine en état de fonctionner. En pleine guerre, on fait donc venir l'un et l'autre de France. La guillotine de Douai, et le bourreau, Anatole Deibler, de Paris, sont escortés par l'armée française[146]. L'exécution a lieu le 26 mars 1918 à Furnes. C’est le dernier usage en date de la guillotine et la dernière exécution d'un condamné de droit commun en Belgique. Il s'agissait du sergent artilleur Émile Ferfaille, reconnu coupable d'avoir assassiné sa petite amie, Rachel Ryckewaert, enceinte de 4 mois. Les seules exécutions après cette date ont lieu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et concernent des collaborateurs et des criminels de guerre, lesquels seront fusillés[147].

Le Musée de la vie wallonne, à Liège, et le musée Gruuthuse, à Bruges, exposent chacun une guillotine.

GrèceModifier

Lorsque la monarchie établit le code pénal en 1834, la décapitation par la guillotine était la seule méthode d'exécution prévue[148]. Cependant, des difficultés pour rendre la guillotine disponible à chaque exécution, força l'Etat à adopter le peloton d'exécution comme méthode alternative en 1847[149]. Celui-ci devint finalement l'unique méthode d’exécution en 1929.

Le 18 juillet 1870, le New York Times, fait état d'un rapport adressé à Edward Morris Erskine (en) par R.G. Watson (Secrétaire de la légation britannique sur la situation financière et la dette publique de la Grèce), concernant une quintuple exécution (un record) qui aurait eu lieu à Athènes, le 20 juin 1870[150] : celle des klephtes de Takos, un groupe de brigands, condamnés à mort le 22 mai, pour leur implication dans les meurtres de Dilessi (en) et la séquestration de Lord Muncaster et de sa femme.

La dernière exécution par guillotine en Grèce eut lieu en 1913.

Victor Hugo critiqua la présence "anormale" de la Guillotine en Grèce avec ce vers : «Les premiers jours d'octobre 1846, le soleil de Grèce illumina deux choses, l'une étant l'opposé de la seconde: le Parthénon et la guillotine»[151].

SuèdeModifier

Les exécutions ont lieu par décapitation à la hache jusqu'au début du XXe siècle. En 1903, la Suède acquiert auprès de la France une guillotine qui est utilisée une seule fois lors de l'exécution d'Alfred Ander le 23 novembre 1910. Cette exécution relance en effet le débat sur la peine capitale et toutes les personnes condamnées à mort dans les années qui suivent verront leur peine commuée en réclusion à perpétuité. La peine de mort est abolie en 1921, et Alfred Ander reste à ce jour le dernier condamné à mort exécuté de l'histoire du pays. La guillotine qui a servi à son exécution est conservée depuis 1975 au Musée Nordique à Stockholm[152].

SuisseModifier

 
La guillotine du Canton de Lucerne fut utilisée pour toutes les exécutions civiles entre 1879 et 1940.

La décapitation par l'épée fut utilisée en Suisse depuis l'aube de l'ère moderne. Dès 1835, la guillotine est utilisée par quelques cantons. Vu que le droit pénal était l'affaire des cantons jusqu'en 1942, il existait des différences cantonales dans l'utilisation de cette machine. Les derniers condamnés à mort exécutés par l'épée étaient Niklaus Emmenegger (1867 à Lucerne) et Héli Freymond (1868 à Moudon).

En 1874, la peine de mort fut abolie en Suisse au cours de la révision de la constitution fédérale, mais elle sera réintroduite par une initiative populaire en 1879 déjà. Suivant la réintroduction, encore neuf hommes seront décapités, et la guillotine du Canton de Lucerne sera utilisée pour toutes ces exécutions. Huit de ces neuf exécutions eurent lieu en Suisse primitive, et une dans le Canton de Fribourg (Étienne Chatton en 1902).

En 1938, l'assemblée fédérale accepte un code pénal fédéral qui sera valide pour tout le pays, dans lequel la peine de mort est abolie. Cette loi est sujette au référendum facultatif, pour lequel elle sera acceptée avec 53,5 % du vote populaire le 3 juillet 1938. Elle n'entre néanmoins pas en vigueur avant le 1er janvier 1942, et deux hommes seront encore condamnés à la mort et guillotinés entretemps : Paul Irniger en 1939 dans le Canton de Zoug, et Hans Vollenweider en 1940 dans le Canton d'Obwald.

Le droit pénal militaire prévoit encore la peine de mort en temps de guerre, et trente hommes seront condamnés pendant la Seconde Guerre mondiale, dont dix-sept seront fusillés jusqu'à la fin de la guerre. La peine de mort militaire en temps de guerre fut abolie en Suisse en 1992.

Usage contemporainModifier

En 1996, le démocrate Doug Teper, député de l’État américain de Géorgie a proposé de remplacer la chaise électrique par la guillotine pour éviter de faire souffrir le condamné et permettre le recyclage éventuel de son corps. Cette proposition a finalement été rejetée, la guillotine (jamais utilisée aux États-Unis) étant considérée comme une méthode barbare car sanglante. L’État abandonnera la chaise électrique, déclarée anticonstitutionnelle par la Cour suprême de Géorgie, au profit de l’injection létale en 2001[153].

Des ventes aux enchères de guillotines ont lieu occasionnellement, comme celle acquise par un milliardaire texan qui réalise des « guillotine party » (simulacre de l'exécution) ou la guillotine dite « des Armées de la République » adjugée à 223 056 € à l'hôtel Drouot en 2011[154].

En France, la loi 81-908 portant abolition de la peine de mort ne prévoit pas la suppression du décret du 20 mars 1792 qui établit la guillotine. Or, selon l'édition Dalloz du code pénal de 1981, c'est bien sur ce décret qu'était fondée l'utilisation de la guillotine, l'article 12 de l'ancien code pénal ne faisant que disposer que « tout condamné à mort aura la tête tranchée » sans préciser comment. Ce décret est donc toujours en vigueur aujourd'hui, bien que sans objet[155].

Dans la culture populaireModifier

LittératureModifier

L’écrivain Victor Hugo fait une description de la guillotine dans trois de ses romans : Notre-Dame de Paris (1831), Claude Gueux (1834) et Les Misérables (1862). Il la décrit comme un monstre assoiffé de sang, ôtant la vie des innocents ou des coupables, qu'il soient oui ou non en bonne santé :

Dans Notre-Dame de Paris, Livre 2 - Chapitre 2, « Place de la grève » :

« La Grève avait dès lors cet aspect sinistre que lui conservent encore aujourd’hui l’idée exécrable qu’elle réveille et le sombre hôtel de Ville de Dominique Boccador, qui a remplacé la Maison-aux-Piliers. Il faut dire qu’un gibet et un pilori permanents, une justice et une échelle, comme on disait alors, dressés côte à côte au milieu du pavé, ne contribuaient pas peu à faire détourner les yeux de cette place fatale, où tant d’êtres pleins de santé et de vie ont agonisé ; où devait naître cinquante ans plus tard cette fièvre de Saint-Vallier, cette maladie de la terreur de l’échafaud, la plus monstrueuse de toutes les maladies, parce qu’elle ne vient pas de Dieu, mais de l’homme. »

Dans Claude Gueux, Claude Gueux est condamné à mort et guillotiné pour avoir assassiné le directeur de la prison où il est incarcéré.

« À huit heures moins un quart, il (Claude Gueux) sortit de la prison, avec tout le lugubre cortège ordinaire des condamnés. Il était à pied, pâle, l’oeil fixé sur le crucifix du prêtre, mais marchant d’un pas ferme. On avait choisi ce jour-là pour l’exécution, parce que c’était jour de marché, afin qu’il y eût le plus de regards possible sur son passage ; car il paraît qu’il y a encore en France des bourgades à demi sauvages où, quand la société tue un homme, elle s’en vante. Il monta sur l’échafaud gravement, l’œil toujours fixé sur le gibet du Christ. Il voulut embrasser le prêtre, puis le bourreau, remerciant l’un, pardonnant à l’autre. Le bourreau le repoussa doucement, dit une relation. Au moment où l’aide le liait sur la hideuse mécanique, il fit signe au prêtre de prendre la pièce de cinq francs qu’il avait dans sa main droite, et lui dit : — Pour les pauvres. Comme huit heures sonnaient en ce moment, le bruit du beffroi de l’horloge couvrit sa voix, et le confesseur lui répondit qu’il n’entendait pas. Claude attendit l’intervalle de deux coups et répéta avec douceur : — Pour les pauvres. Le huitième coup n’était pas encore sonné que cette noble et intelligente tête était tombée. Admirable effet des exécutions publiques ! ce jour-là même, la machine étant encore debout au milieu d’eux et pas lavée, les gens du marché s’ameutèrent pour une question de tarif et faillirent massacrer un employé de l’octroi. Le doux peuple que vous font ces lois-là ! »

Dans Les Misérables, Tome I. « Fantine » – Livre Cinquième : « Un juste » – chapitre 4, « Les œuvres semblables aux paroles » :

« L’échafaud, en effet, quand il est là, dressé et debout, a quelque chose qui hallucine. On peut avoir une certaine indifférence sur la peine de mort, ne point se prononcer, dire oui ou non, tant qu’on n’a pas vu de ses yeux une guillotine ; mais, si l’on en rencontre une, la secousse est violente, il faut se décider et prendre parti pour ou contre. Les uns admirent, comme de Maistre ; les autres exècrent, comme Beccaria. La guillotine est la concrétion de la loi ; elle se nomme vindicte ; elle n’est pas neutre, et ne vous permet pas de rester neutre. Qui l’aperçoit frissonne du plus mystérieux des frissons. Toutes les questions sociales dressent autour de ce couperet leur point d’interrogation. L’échafaud est vision. L’échafaud n’est pas une charpente, l’échafaud n’est pas une machine, l’échafaud n’est pas une mécanique inerte faite de bois, de fer et de cordes. Il semble que ce soit une sorte d’être qui a je ne sais quelle sombre initiative ; on dirait que cette charpente voit, que cette machine entend, que cette mécanique comprend, que ce bois, ce fer et ces cordes veulent. Dans la rêverie affreuse où sa présence jette l’âme, l’échafaud apparaît terrible et se mêlant de ce qu’il fait. L’échafaud est le complice du bourreau ; il dévore ; il mange de la chair, il boit du sang. L’échafaud est une sorte de monstre fabriqué par le juge et par le charpentier, un spectre qui semble vivre d’une espèce de vie épouvantable faite de toute la mort qu’il a donnée. »

La guillotine figure aussi souvent dans les romans de Harry Dickson par Jean Ray, même sur la couverture, comme le no. 153.

Le dramaturge Jean de Rotrou dans sa tragédie Venceslas a ces mots, que reproduit en partie Stendhal par l'intermédiaire de Julien Sorel, héros de son roman Le Rouge et le Noir.

Ladislas

S'il est temps de mourir, mon âme est toute prête

Le Roi Venceslas, père de Ladislas

L'échafaud l'est aussi; portez-y votre tête

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. H. Fleischmann dit l’avoir trouvée dans Histoire de la Constituante, ouvrage de Philippe Buchez
  2. Ce personnage a un homonyme. Il s’agit ici d’un avocat né à Gourdon en 1762.
  3. Henri Sanson était mort en 1840, et c’est Henri-Clément qui officia tout de suite après lui. Balzac a lui-même contribué à la diffusion de certains épisodes révolutionnaires, tels l’histoire « romancée » de la pseudo-messe demandée par Charles Sanson pour l’anniversaire de la mort du roi (Cf. : « Un épisode sous la Terreur »).
  4. Antoine Louis est alors présenté comme « médecin du roi » dans les « Mémoires des Sanson » ; mais, plus logiquement, comme « chirurgien du roi » par Sylvain Larue dans son ouvrage Les Grandes Affaires criminelles du Val de Marne
  5. Ces lames « historiques » n’ont pas été conservées car elles étaient fragiles et souvent remplacées ; et on ne peut logiquement les retrouver sur les modèles modernisés, actuellement en exposition.
  6. mais sa présence le jour même des essais est contestée. Cf : « Biographies médicales et scientifiques » de Pierre Huard ; éditions Dacosta (1972) ; p. 64 .
  7. Roederer parlera de cinq cadavres dans sa lettre du même jour à son confrère de Seine-et-Oise. Ce chiffre peut autant provenir d’une transcription erronée ; il a été principalement répété par des revues médicales de l’époque. Les auteurs récents donnent tous le chiffre de trois cadavres.
  8. La devise fut comprise dans deux sens. Les révolutionnaires disaient qu'ils préféraient la mort à une vie sans liberté ; les autres rétorquaient: « Tu penses comme moi ou je te tue » (selon Chamfort).
  9. (G. Lenotre). Ce n'est qu'en 1851 qu'une entrée fut ouverte entre les deux grosses tours
  10. surnommé sur son passage Sans-farine, calembour inspiré par les temps de disette
  11. aujourd’hui, place du marché Saint-Honoré.
  12. mais probablement plus car on dénombre environ 96 exécutés.
  13. En réalité, la machine fut déplacée vers l'actuel quai Branly, autrefois une rive, véritable dépôt d'immondices, afin de le déshonorer
  14. Il est beau et doux de mourir pour la patrie. Devise adoptée d’abord par Lord Lovat.
  15. Mais l’abbé Carrichon (cité par G. Lenotre) parle aussi d’un aide-bourreau qui avait une rose à la bouche.
  16. On a, par erreur, attribué ce timbre au « sinistre Gatteau », lequel n’était qu’un utilisateur, en qualité d’employé de cette administration. Cf. : Ernest Hamel in « Histoire de Robespierre » ; tome 3 ; 1867 ; p. 377.
  17. auteur de « Les tombeaux des rois de France » (1923) et « Les femmes enceintes devant le tribunal révolutionnaire » (1911).
  18. et aussi une mode suscitée par le procès des Chemises rouges, selon Duval et Nodier : in « Souvenirs de la Terreur de 1788 à 1793 » (1841).
  19. la relation suivante s’appuie sur les récits de physiologistes assistants (notamment par le docteur Capitan à l’occasion de l’exécution de Carrara) et ceux de Sylvain Larue.
  20. aussi appelait-on : « photographe », en jargon de métier, celui qui maintenait la tête sous le bon angle.
  21. en jargon de métier, l’ensemble s’appelle le « sac de voyage ».
  22. en jargon de métier, on appelait ce phénomène : « faire soleil ».
  23. Le mot n’est utilisé aujourd’hui qu’en obstétrique mais il lui est donné ici le sens qu’il a en latin.

RéférencesModifier

  1. Daniel Arasse, La guillotine et l'imaginaire de la Terreur, Flammarion, , p. 57.
  2. Jules Loiseleur : Les crimes et les peines dans l’antiquité et dans les temps modernes ; 1863 ; p. 333
  3. supra : Jules Loiseleur ; p. 334-337
  4. Philippe Buchez, « Histoire parlementaire de la Révolution française (Tome 3, p. 447) », sur Gallica.
  5. Guillotin et la guillotine, p. 7 [lire en ligne]
  6. Journal des états généraux convoqués par Louis XVI sur Google Livres
  7. cité par Goncourt : Histoire de la société française pendant la révolution.
  8. Louis Tripier in Les codes français collationnés sur les textes officiels ; Cotillon éditeur ; 1859 ; p. 825
  9. le Code de 1810 prévoit les circonstances atténuantes qu'en certaines matières correctionnelles, une loi de 1824 les applique à quelques crimes.
  10. Jean-Yves Le Naour, Histoire de l'abolition de la peine de mort : 200 cents ans de combats, Perrin, , 404 p. (ISBN 978-2-262-03628-7)
  11. Palmarès des exécutions capitales : 1832-1870.
  12. Voyage en Italie (1730) ; tome VII ; p. 22-23. On rencontre une déclinaison de cette appellation : manuja, mannura… .
  13. A. B. in Recherches sur la guillotine ; Revue britannique (version française) ; vol5&6 (1846) p. 428.
  14. édition Du Chesne (1690) ; p. 105
  15. H. Fleishmann indique que le texte de Louis vient d’une copie de Villenave, reproduite dans quelques ouvrages tels que la Revue des documents historiques (1875-1876) » d’Étienne Charavay ; tome 3 ; p. 47&48
  16. tome 3 ; p. 400-408
  17. cité par Sylvain Larue : Les grandes affaires criminelles du Vaucluse ; chapitre « Le crime de Kerchène » ; éditions de Borée ; 2005 ; p. 103.
  18. Épisodes et Curiosités révolutionnaires ; Éditions Madre ; 1872 ; p. 104.
  19. H. Fleischmann, La guillotine en 1793 ; p.  42.
  20. Lettres de Roederer, du 19 avril à son collègue de Seine-et-Oise et du 20 avril, à Verrier, commissaire du roi auprès du deuxième tribunal criminel provisoire ; citées par Taschereau.
  21. Gérald Massé : Les grandes Affaires criminelles d’Eure-et-Loir ; éditions de Borée ; 2007 ; p. 36-37.
  22. Jacques Delarue 1989, Le Métier de bourreau: Du Moyen Âge à aujourd'hui.
  23. Alexandre Lacassagne dans Peine de mort et criminalité (1908)
  24. on retrouve l’épisode de Laquiante chez les Goncourt in Histoire de la société française pendant la Révolution (1889) ; réédité en 2002 aux éditions du Boucher (p. 347)
  25. H. Fleischmann ; p. 35.
  26. Lettre de Roederer du 7 juin au ministre des Contributions publiques.
  27. lettre de Roederer au ministre, du .
  28. de son côté, une lettre de Roederer (à la mémoire souvent approximative) attribue cette initiative à Schmidt
  29. Roederer ; lettre du 28 juillet 1792 à Le Roulx, ministre des Contributions publiques.
  30. L. Pichon : Le Code de la guillotine ; 1910.
  31. lettre citée par Fleischmann ; p. 44.
  32. X :Souvenirs de la fin du XVIIIe siècle ; tome 2 ; p. 175).
  33. in Les Grandes Affaires criminelles du Val de Marne ; éditions de Borée ; 2007 ; p. 16.
  34. in Félix Vicq d’Azyr, les Lumières et la Révolution ; 2009 ; p. 104.
  35. Bulletin de la société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France, pages 123-125 — en ligne.
  36. Th. Lavallée in Histoire de Paris ; Hetzel ; 1852 ; p. 435.
  37. Thérèse Ravard, in Histoire des médecins de Franche-Comté ; 2002 ; p. 77 ; (ISBN 978-2-88295-362-9).
  38. cité par Fleishmann ; p. 44-45.
  39. Mémoires des Sanson ; p. 406.
  40. in Les Grandes Affaires criminelles du Val de Marne ; éditions de Borée ; 2007 ; p. 16-17. Mais l’auteur ne donne pas de source précise pour cette variante et joint seulement une bibliographie secondaire.
  41. Bernard-Adolphe de Cassagnac in Histoire des causes de la révolution française ; 1856 ; p ; 671. Paul Bru : Histoire de Bicêtre ; 1890 ; p. 88.
  42. lettre citée par Taschereau ; p. 12.
  43. cité par H. Fleischmann ; p. 47.
  44. P. de Lormel : Les Révolutions de Paris ; 1793 ; p. 224.
  45. De la peine de mort (1827).
  46. Pierre Joseph Alexis Roussel, Histoire secrète du tribunal révolutionnaire, Paris, Lerouge, 1815, p. 162).
  47. Mona Ozouf in L’Histoire ; no 342 ; mai 2009 ; Massacres de Septembre), auteur de Varennes. La mort de la royauté, 21 juin 1791 ; Gallimard ; 2005).
  48. Henri Wallon : Histoire du tribunal révolutionnaire de Paris ; tome 1.
  49. Charles Monselet : Histoire anecdotique du tribunal révolutionnaire ; 1853 ; p. 121 et suivantes.
  50. Charles Monselet :Histoire anecdotique du tribunal révolutionnaire ; 1853 ; p. 153.
  51. Émile de Girardin : La Liberté ; 1857 ; p. 158 et suivantes.
  52. Émile de Girardin : La Liberté ; 1857 ; p. 158 et suivantes.
  53. A.B. : Recherches historiques sur la guillotine ; « Revue britannique de 1846 », vol5&6) ; p. 433-434.
  54. « payés 96 livres par la nation à la veuve Favier ». Émile Campardon, « Le Tribunal révolutionnaire » (1866) ; tome 1 ; p. 27.
  55. a et b « Documentation, Statistiques & Données diverses sur la Révolution Française », sur Racines histoire (consulté le 4 juillet 2020)
  56. Claude Manceron, Les révolutions, Éditions du Pont Royal, , p. 210.
  57. Louis Blanc ; tome 2 ; p. 628.
  58. M.D. Demélas in Militantisme et Histoire (P.U. du Mirail ; 2000 ; p. 177 ; (ISBN 978-2-85816-522-3)).
  59. citée par Prudhomme.
  60. Fleischmann ; p. 65.
  61. Lettre du (orthographe corrigée) ; Taschereau, T2, p. 142.
  62. Langages de la Révolution ; ENS éditions ; 1995 ; p. 602)
  63. Michel Vovelle : Les mots de la Révolution ; PU du Mirail ; 2004 ; (ISBN 9782858167654).
  64. Théophile Lavallée : Histoire de Paris ; 1852 ; p. 332.
  65. Mémoires de Fleury (p. 113)
  66. Édouard Mennechet : « Histoire de France » ; tome 2 ; Langlois et Leclercq ; 1855 ; p. 374.
  67. Théophile Lavallée : Histoire de Paris ; 1852 ; p. 116.
  68. E. Lairtullier : Les Femmes célèbres de 1789 à 1795 ; tome 2 ; 1840 ; p. 199-207.
  69. Clarisse Bader : La femme française dans les temps modernes ; 1883 ; p. 441-2.
  70. tirés des Archives nationales et cités par Fleischmann (p. 151) ; l'orthographe et ponctuation corrigées.
  71. Camille Granier : La femme criminelle ; O. Doin ; 1906 ; p. 350-351.
  72. L.P. Anquetil : Histoire de France ; tome 5 ( 1839) ; p. 346
  73. T. H. Barrau in « Histoire de la révolution française » (1857) ; p. 388.
  74. A .R. Du Chatellier : « La mort de Louis XVI » (1826) ; p. 298.
  75. « Révolutions de Paris » (1793) ; p. 234.
  76. déclaration de la députation des quarante-huit sections, le  ; citée par H. Fleishmann (p. 127).
  77. H. Fleischmann ; p. 126-130.
  78. in « Mémoires sur les prisons » ; éditions Baudouin ; 1823 ; p. 83).
  79. G. Lenotre : « La Guillotine et les exécuteurs » ; 1893 ; p. 160-162 (Une journée de Sanson).
  80. G. Lenotre ; p. 265
  81. ("Histoire de la France et des Français au jour le jour" André Castelot et Alain Decaux, Librairie Académique Perrin, Éditions Larousse, 1980, tome 6 (1764-1814) La République-Les Français sous la Terreur, p. 241) (ISBN 2-262-00173-1).
  82. G. Lenotre : « La Guillotine et les exécuteurs ; 1893 ; p. 250-263.
  83. Franck Ferrand, « La malédiction du diamant bleu » dans l'émission Au cœur de l'histoire, 27 avril 2011
  84. Charles Maurice : « Histoire anecdotique du théâtre et de la littérature » (1856).
  85. Discours de Chabot reproduit par Le Monitor du () (26 brumaire an 2)
  86. Louis Jourdan : « Les femmes devant l’échafaud » ; 1863 ; p. 271.
  87. préface des « Névroses révolutionnaires » ; cité par Fleischmann ; p. 173.
  88. cités par Fleischmann ; p. 277.
  89. Histoire de la révolution française ; tome 11 ; Langlois et Leelereq (1861) ; p. 130.
  90. Comtesse Dash : Mémoires ; Collection « Mémoires des autres », dirigée par Clément Rochel ; tome 2 ; La Librairie illustrée (1897) ; p. 65.
  91. J.J.F. Poujoulat : « Histoire de la révolution française » ; Mame ; 1830 ; p. 413
  92. Mémoires des Sanson (1863) ; tome 4 ; p. 380.
  93. Alphonse Balleydier : Histoire politique et militaire du peuple de Lyon ; tome 2 ; 1846 ; p. 226
  94. Pierre Nougaret : « Histoire de la guerre civile en France » (Lerouge ; 1803 ; tome 3 ; p. 353).
  95. Albert Maurin : « Galerie historique de la révolution française » ; tome 2 ; 1849 ; p. 472.
  96. C.f. : rapport du par l’inspecteur de « l’esprit public », Latour-Lamontagne ; cité par Fleischmann.
  97. »Souvenirs de la Terreur, de 1788 à 1793 » ; 1842 ; p. 226.
  98. Laure Junot d’Abrantles : « Histoire des salons de Paris » (Ladvocat, 1838) ; tome 3 ; p. 219
  99. A. Gabourd : Histoire de la Révolution et de l’Empire ; tome 4 ; Lecoffre ; 1847 ; p. 209-10.
  100. Edmond Texier : « Tableau de Paris » ; tome 1 ; 1852 ; p. 320-321.
  101. une spécialité de Lejeune, selon les Mémoires de Marmontel et « Le Moniteur » du 6 juin 1795. Cités par Fleischmann.
  102. Souvenirs de la Révolution ».
  103. in « Livre des collectionneurs » (1893).
  104. Alphonse Maze-Sencier : « Le livre des collectionneurs » (Renouard ; 1893) ; p. 875.
  105. Théophile Lavallée : « Histoire de Paris » ; Hetzel ; 1852 ; p. 121.
  106. Edmond Texier : « Tableau de Paris » ; tome 1 ; 1852 ; p. 321.
  107. A. Gabourd : Histoire de la révolution et de l’Empire ; (1847) ; p. 482-3.
  108. Georges Duval : « Souvenirs thermidoriens » ; tome 2 ; 1844 ; p. 81-82.
  109. Ludovic Pichon : Code de la guillotine ; p. 64.
  110. a et b Franck Ferrand, « Guillotine, la veuve rouge », émission Au cœur de l'histoire sur Europe 1, 11 avril 2011.
  111. Gustave Macé, chef du service de sûreté à la Préfecture de Paris de 1879 à 1884, in Mon Musée criminel ; 1890.
  112. Sylvain Larue in Les grandes affaires criminelles du Tarn ; Éditions de Borée ; 2006 ; p. 27
  113. a et b Docteur Beaurieux, Exécution de Languille, observations prises immédiatement après la décapitation, Archives d'anthropologie criminelle, tome XX, p. 643, 1905.
  114. Maxime Du Camp (vol. cité infra).
  115. ce paragraphe s’appuie sur les « Observations physiologiques à l’exécution de Carrara », du docteur Capitan, in Archives d’anthropologie criminelle ; tome 13 ; 1898 ; p. 592 à 597. Et le tome 3 de Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie ; de Maxime Du Camp ; Hachette ; 1875 ; p. 270-280.
  116. S. Larue in Les Grandes Affaires criminelles du Val de Marne
  117. Rapport de police de Gentilly du .
  118. Les Grandes affaires criminelles du Val-de-marne ; p. 74.
  119. Archives d’anthropologie criminelle ; 1898 ; tome 13 ; p. 595-597 ; vol. cité.
  120. cité par Charles-Aimé Dauban in Étude sur Madame Roland et son temps ; H. Plon ; 1864 ; p. CCXLIV.
  121. Cf. supra : « Une torture psychologique ».
  122. À l’emplacement actuel des no 166-168, rue de la Roquette.
  123. Auguste de Villiers de L'Isle-Adam, Le Secret de l'échafaud, 1888.
  124. Georges Moreau, Souvenirs de la Petite et de la Grand Roquette : recueillis de différents côtés et mis en ordre par l’abbé Moreau, t. 1, Paris, Jules Rouff, , 414 p., 2 vol. (lire en ligne), p. 38-39
  125. Caroline Soppelsa, « Palais de justice de Versailles (ancienne prison Saint-Pierre) », sur Musée d’histoire de la justice, des crimes et des peines, (consulté le 26 mai 2020).
  126. (en) Roderick Miller, « Versailles Men’s Prison », sur Frank Falla Archive (consulté le 26 mai 2020).
  127. Pascal Bastien, L’Exécution publique à Paris au XVIIIe siècle : une histoire des rituels judiciaires, Seyssel, Champ Vallon, , 272 p. (ISBN 978-2-87673-433-3, OCLC 644408386).
  128. Grégoire Chamayou, « La querelle des têtes tranchées : les médecins, la guillotine et l'anatomie de la conscience au lendemain de la Terreur », Revue d'histoire des sciences, vol. 61, no 2,‎ , p. 333-365.
  129. Jean-Joseph Sue, Recherches physiologiques et expériences sur la vitalité, suivies d'une nouvelle édition sur le supplice de la guillotine ou sur la douleur qui survit à la décolation, Paris, 1797.
  130. Lettre de Samuel Thomas von Sömmering à Konrad Engelbert Oelsner sur le supplice de la guillotine, Le Moniteur universel, no 48, 1795.
  131. J.-V. Laborde, « MM. Vulpian et Paul Bert. La question des expériences sur les décapités à l’Institut », La Tribune médicale, no 884,‎ , p. 349-351.
  132. Pascal André, Pranzini. Le Crime de la Rue Montaigne, Éditions Émile-Paul frères, , 471 p..
  133. Carol Anne, Physiologie de la Veuve. Une histoire médicale de la guillotine, Champvallon, , 320 p..
  134. Au XIXe siècle la foule jugée sauvage, grossière et pouvant devenir criminelle à la vue du sang (stéréotype des scandales populaires construit par la presse), est considérée comme le contraire du peuple.
  135. Emmanuel Taïeb, La guillotine au secret : Les exécutions publiques en France, 1870-1939, Paris, Belin, , 320 p. (ISBN 978-2-7011-5696-5).
  136. Marie-Noëlle Tranchant, « La vraie mort de Sophie Scholl », Le Figaro, 15 octobre 2007, sur le site lefigaro.fr.
  137. Cette expression, pour désigner - à l'origine - l'échafaud, date du XVIIe siècle.
    Nous la comprenons avec son terme « regret » (on va rarement volontiers à une exécution quand on en est le principal acteur), mais elle vient plus probablement de « à regrès », qui voulait dire « à reculons », car on faisait monter le condamné à l'envers vers la potence avant de lui passer la cravate de chanvre autour du cou.
    (source : Expressio, « Les expressions françaises décortiquées »)
  138. Rémy Duthille, « A gorge déployée? Rire et guillotine en Grande-Bretagne pendant la Révolution française », RSÉAA XVII-XVIII, no 70 (2013), p. 91-108.
  139. Cf. la fin de la chanson « À la Roquette » d'Aristide Bruand (initialement publiée dans Le Mirliton no 88, 15 novembre 1892) : J'veux pas qu'on dise que j'ai eu l'trac / De la lunette / Avant d'éternuer dans l'sac / À la Roquette.
  140. Cf. le début de la chanson « À la Roquette » d'Aristide Bruand (initialement publiée dans Le Mirliton no 88, 15 novembre 1892) : En t’écrivant ces mots j’frémis / Par tout mon être, / Quand tu les liras j’aurai mis / L’nez à la f’nêtre.
  141. La Guillotine en Algérie
  142. Fernand Meyssonnier, 'Paroles de bourreau : Témoignage unique d'un Exécuteur des Arrêts criminels, 2002, Imago, p. 190.
  143. La guillotine et la guerre d’Algérie, LDH Toulon, 23 juillet 2008
  144. « Palmarès des exécutions au Maghreb » (consulté le 26 novembre 2018).
  145. (en) « The Guillotine 1792 - 1977 », sur le site capitalpunishmentuk.org, consulté le 9 septembre 2008.
  146. Cet épisode est le sujet d'un téléfilm français Le voyage de la veuve, réalisé par Philippe Laïk en 2008.
  147. Jean Stengers, L'action du roi en Belgique depuis 1831, éd. Duculot 1992 (ISBN 2-8011-1026-4).
  148. (en) Jirat-Wasiutyński, Vojtěch, 1947- et Dymond, Anne Elizabeth, 1966-, Modern art and the idea of the Mediterranean, University of Toronto Press, (ISBN 978-1-4426-8458-4 et 1442684585, OCLC 427681180, lire en ligne), p. 164..
  149. (en) The Athenæum, (lire en ligne), p. 882..
  150. (en) « Execution of Greek Bandits-Guilloting of Five in Athens. », sur timesmachine.nytimes.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  151. (en) Maria Arkouli, « Documetary on the Nafplio Guillotine », sur www.greece.greekreporter.com, (consulté le 21 octobre 2018).
  152. (sv) L'objet du mois : une guillotine sur le site du Musée Nordique.
  153. (en) Georgia: Bill to replace electric chair with guillotine.
  154. 223 056  pour posséder une guillotine révolutionnaire .
  155. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/abolition-peine-mort/guillotine.shtml.

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Daniel Arasse, La Guillotine et l’imaginaire de la Terreur, éd. Flammarion, 1987 
  • Yannick Beaubatie, Les Paradoxes de l’échafaud. Médecine morale et politique au siècle des Lumières, précédé de Pierre Jean Georges Cabanis, Note sur le supplice de la guillotine, éd. Fanlac, Périgueux, 2002
  • Martin Monestier, Peines de mort, Le cherche Midi, Paris, 1994.
  • P. J. Gayrard, Draguignan, la guillotine et le bourreau. Les condamnations à la peine capitale dans le Var, XVIIIe-XXe siècle ; Bulletin Société Études Draguignan et Var ; t. XLVI (2008) : p. 63-110 ; et t. XLVII (2009) : p. 115-124.
  • André Castelot et Alain Decaux, Histoire de la France et des Français au jour le jour, Librairie Académique Perrin, Éditions Larousse, 1980, Tome 6 (1764-1814) La République-Les Français sous la Terreur, p. 241) (ISBN 2-262-00173-1)
  • François Foucart, "Anatole Deibler, profession: bourreau", Éditions France Loisirs, 1994
  • Bruno Fuligni, Raccourcis. Dernières paroles stupéfiantes et véridiques avant la guillotine, Prisma, 2015
  • Carol Anne, Physiologie de la Veuve. Une histoire médicale de la guillotine, Champvallon, 2012.
  • Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, Rica, La Guillotine, Eidola, 2019. Bande dessinée sur l'histoire de la guillotine
  • Albert Camus, Réflexions sur la guillotine, Folio, 2008
  • Michel Benoit, La guillotine: La religion du couteau, Marivole Editions, 2019
  • G. Lenotre, La guillotine pendant la Révolution, Archéos Editions, 2011
  • Daniel Arasse, La guillotine dans la Révolution, Musée de la Révolution Française, 1987
  • P.J.G. Cabanis, Note sur le supplice de la guillotine, A l'Orient, 2007
  • Bruno Cortequisse, La sainte Guillotine, France Empire, 1991
  • Henri Pigaillem, Le docteur Guillotin: Bienfaiteur de l'humanité, Pygmalion, 2004

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean Clair Hubris, La fabrique du monstre dans l'art contemporain, éd. Gallimard 2012, p. 113 et sq.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier