Gaye

commune française du département de la Marne

Gaye
Gaye
Blason de Gaye
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Intercommunalité Communauté de communes de Sézanne-Sud Ouest Marnais
Maire
Mandat
Pascal Bidault
2020-2026
Code postal 51120
Code commune 51265
Démographie
Gentilé Gayons, Gayonnes
Population
municipale
586 hab. (2018 en augmentation de 0,86 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 02″ nord, 3° 48′ 11″ est
Superficie 21,13 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sézanne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sézanne-Brie et Champagne
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Gaye
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Gaye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gaye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gaye

Gaye est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

GéographieModifier

Situé aux confins de la Brie et de la Champagne, dominé au loin par la côte d'Île-de-France, édifié pour partie sur le marais des Auges, Gaye est un village fleuri qui s'ouvre sur les grands espaces de la Champagne crayeuse.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Gaye est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sézanne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 37 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (86,2 %), forêts (6,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,9 %), zones urbanisées (3,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Lieu d'implantation d'un influent prieuré clunisien créé au XIe siècle transformé en doyenné en 1291. Il fut supprimé en 1788 par le Grand Conseil de Louis XVI avec les monastères de l'ancienne observance de Cluny.

Le , les Cosaques, incendient 102 maisons sur 130 qui composent le village. Jean-Joseph Heuillard, le maire de l'époque, a consigné l'événement dans le registre d'état civil de 1814 à la suite des 37 décès de cette année-là.

Avant 1789, ce village champenois appartenait à l'élection de Sézanne puis en 1790 au département de la Marne, district de Sézanne et en 1800 à l'arrondissement d'Épernay.

Pendant la Révolution le curé de Gaye, Joseph-Louis Alliey, né vers 1750 à Puy-Saint-Vincent, canton de Vallouise dans les Hautes-Alpes, est mort à Gaye le à 78 ans. Il a beaucoup œuvré à l'assèchement des marais.

En 1845, on y trouve 78 laboureurs pour une terre crayeuse et sablonneuse qui convient à tous les grains et au sainfoin. 106 charrues sont recensées, 86 ha de prés, 8 ha de bois, 42 ha de prés artificiels. Ce sont des chevaux qui tirent les charrues et non des bœufs.

On y a fabriqué de la bonneterie sur 56 métiers et 80 enfants ou jeunes gens, dirigés par 12 ou 15 femmes, qui tressaient annuellement 3 000 à 4 000 chapeaux de paille et casquettes. L'atelier était situé dans l'ancien logis prieural appelé le château. La commune disposait d'une pompe à incendie.

Au centre du village se trouvent la place des Tilleuls et la mairie attenante aux écoles. L'école communale regroupe une école maternelle à 4 niveaux et une école primaire allant du CP au CM2. La fromagerie du Moulin de Gaye (anciennement Fromagerie Lincet puis Lactalis) a fermé ses portes depuis quelques années.

Politique et administrationModifier

Situation administrativeModifier

La commune faisait partie du canton de Sézanne. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Sézanne-Brie et Champagne.

IntercommunalitéModifier

La commune fait partie de la communauté de communes des Coteaux Sézannais.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1875 Garnesson[8]    
avant 1877 après 1879 Seurat[9]    
avant 1988 ? Roger Langlais    
mars 1994 février 2006 Norbert Marcaille    
mars 2006 2014 Rémi Picard UMP  
2014[10] En cours Pascal Bidault [11]
Réélu pour le mandat 2020-2026
   

DémographieModifier

Ses habitants sont appelés les Gayons et les Gayonnes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2018, la commune comptait 586 habitants[Note 3], en augmentation de 0,86 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
488524550519597611599631635
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
621622633653631609608595575
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
573588570517515443434416445
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
513506534556549560556556555
2013 2018 - - - - - - -
581586-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Église du prieuré Notre-Dame.

Pendant 700 ans, Notre-Dame de Gaye fut un très influent prieuré bénédictin, relié à l'abbaye bourguignonne de Cluny, fondée en 909-910. L'église paroissiale actuelle, ex-église prieurale très diminuée au XVIe et le logis du XVIIIe siècle sont des vestiges de ce prieuré, supprimé en 1788. L'église de Gaye est aujourd'hui membre de la Fédération des Sites Clunisiens, réseau des sites clunisiens, grand itinéraire culturel du conseil de l'Europe.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
De gueules à la fasce ondée abaissée d'argent chargée d'une fasce ondée d'azur, surmontée à dextre d'une gerbe de blé d'or et à senestre de deux clés du même passées en sautoir et brochant sur une épée d'argent garnie d'or, à une roue de moulin du même brochant en cœur ; au chef d'azur chargé d'une fasce d'argent côtoyée de deux doubles burelles potencées contre potencées d'or[16].
Détails
Création Jean-François Binon, adoptée.

Voir aussiModifier

Il existe dans la commune de Lostanges en Corrèze, un village qui porte le même nom (« La Gaye »).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1875, p146.
  9. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1879, p236.
  10. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne (consulté le ).
  11. https://reader.cafeyn.co/fr/1926597/21601521
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « 51265 Gaye (Marne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).