Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renoir.
Pierre Renoir
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierre Renoir en 1943 (photo studio Harcourt)
Naissance
Paris 18e, France
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 66 ans)
Paris 9e
Profession acteur
Films notables La Nuit du carrefour
La Bandera
La Marseillaise

Pierre Renoir est un acteur français, né le , rue Houdon, dans le 18e arrondissement de Paris, ville où il est mort le (à 66 ans) dans le 9e arrondissement[1]. Pierre Renoir est le fils [2] du peintre Auguste Renoir et d'Aline Charigot et le frère du réalisateur Jean Renoir et du céramiste Claude Renoir. Il fut un ami et un proche collaborateur de l'acteur et metteur en scène Louis Jouvet.

BiographieModifier

 
Pierre Renoir par Auguste Renoir
 
Pierre Renoir vers 1902

Il effectue sa scolarité à l'institution Sainte-Croix de Neuilly[3] puis, très tôt intéressé par le théâtre, il entre au Conservatoire national d'art dramatique de Paris, d'où il sort, en 1907, avec un premier prix de tragédie. Il joue d'abord au boulevard. Peu intéressé par le cinéma muet, il tourne cependant, dès 1910, quelques petits rôles, notamment aux côtés de la tragédienne Véra Sergine, qu'il épouse par la suite[4]. En 1913, naît de cette union Claude Renoir, devenu directeur de la photographie.

Grièvement blessé pendant la Première Guerre mondiale, il perd l'usage de l'avant-bras droit. Réformé, il reprend sa carrière de comédien. Il est engagé en 1928 par Louis Jouvet dans sa prestigieuse troupe, où il crée plusieurs pièces de Jean Giraudoux.

Après avoir divorcé de Véra Sergine[5] en 1925, Pierre Renoir épouse une autre comédienne, Marie-Louise Iribe[1], avec laquelle il crée une société de production de films Les Artistes réunis. Après un nouveau divorce en 1933, il épouse une troisième comédienne, Elisa Ruis, en 1940[1].

À la naissance du cinéma parlant, il est convaincu par son frère Jean Renoir de travailler pour le cinéma. Il joue ainsi son premier grand rôle en 1932 dans La Nuit du carrefour dirigé par son frère Jean, en incarnant le commissaire Maigret. Jean Renoir l'a également dirigé dans La Fille de l'eau (1924), Madame Bovary (1933) et La Marseillaise (1938).

C'est en 1935, avec son rôle d'officier dans La Bandera, que lui vient une plus large reconnaissance. Incarnant souvent des officiers à l'écran, il apporte à ses rôles son charisme et son physique imposant. En novembre 1935, il joue Ulysse dans La guerre de Troie n'aura pas lieu de Jean Giraudoux (Louis Jouvet y jouait Hector).

Au début de l'occupation allemande, il occupe avec Charles Dullin et Gaston Baty la tête de l'Association des directeurs de théâtre de Paris, un organisme unique et obligatoire créé en octobre 1940 sous la houlette allemande. Il y reste jusqu'en novembre 1943[6].

En 1951, il joue pour la dernière fois aux côtés de son ami Louis Jouvet dans Knock. Jusqu'à sa mort, il a assuré l'administration du Théâtre de l'Athénée.

Pierre Renoir est apparu dans près de 65 films.

Il était le filleul du peintre Gustave Caillebotte, ami intime de son père Auguste Renoir.

Il meurt le 11 mars 1952 au 7 rue Frochot à Paris. Pierre Renoir repose au cimetière d'Essoyes (Aube), le village natal de sa mère, aux côtés de son père, de sa mère et de ses deux frères.

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Archives de Paris 18e, acte de naissance no 1324, année 1885 (avec mention marginale de mariages et décès)
  2. Auguste Renoir avait toutefois eu préalablement deux enfants naturels : Pierre (1868-?) et Jeanne (1870-1934), cf. Jean-Claude Gélineau, Jeanne Tréhot, la fille cachée de Pierre Auguste Renoir.
  3. Bernard Pharisien, Pierre Renoir, éditions Némont, 2003 - (ISBN 2-913163-10-6).
  4. « Archives des Alpes Maritimes, commune de Cagnes-sur-Mer, acte de mariage no 20, année 1914 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. Célia Bertin, Jean Renoir, Éditions du Rocher, 2005
  6. Serge Added, Gaston Baty ou les ambiguïtés d'un combat artistique sous l'occupation, in : Théâtre et spectacles hier et aujourd'hui, Époque moderne et contemporaine, Actes du 115e congrès national des sociétés savantes (Avignon 1990), CTHS Paris 1991, p. 390-394, (ISBN 2-7355-0220-1)
  7. Edmond Rostand, Chantecler : pièce en quatre actes, en vers, Paris, Charpentier et Fasquelle, , 244 p. (lire en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :