Ouvrir le menu principal

Raymonde Heudebert

peintre française (1905-1991)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heudebert.
Raymonde Heudebert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 97 ans)
Paris 16e
Nom de naissance
Raymonde Lucienne Heudebert
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement

Raymonde Lucienne Heudebert, née le à Paris et morte dans la même ville le , est une artiste peintre et illustratrice française, représentative du courant africaniste[1].

BiographieModifier

Raymonde Heudebert est la fille de Florentin Heudebert et d'Ellen Katherine Burn[2]. Elle est l'élève de René Ménard à l'Académie de la Grande Chaumière[3], puis de Maurice Denis et Félix Vallotton à l'Académie Ranson à Paris[4]. Elle devient sociétaire du Salon d'automne et y expose dès 1920[5]. Cette même année, elle est reçue aux soirées de Mireille Havet où elle côtoie Raymond Radiguet, Jacques-Napoléon Faure-Biguet, Marcelle Garros, Maurice Martin du Gard et Winnaretta Singer[6]. Le , Raymonde Heudebert épouse le futur général d'aviation et ministre Édouard Corniglion-Molinier (1898-1963) dont les racines sont niçoises, s'apprêtant alors à vivre une grande partie de chaque année à Villefranche-sur-Mer[7].

Sur une invitation en Guinée, elle va effectuer en Afrique-Occidentale française un voyage qui va la situer, à l'instar de Roger Bezombes, Gustave Hervigo, Georges-André Klein ou Anna Quinquaud, parmi les artistes africanistes essentiels du XXe siècle[4]. Elle peint des paysages en Afrique Occidentale Française (Guinée, Soudan français (actuel Mali, Haute-Volta (actuel Burkina Faso), en France (Villefranche-sur-Mer) et en Italie (Venise, Florence, Rome, Naples)[4].

« Dépouillement dans les lignes onduleuses définissant un paysage, simplification raffinée des volumes : en Italie, en Provence ou en Espagne, à l'Île Maurice ou à Hong-Kong, Raymonde Heudebert a recueilli l'essence même de la nature qu'elle transpose avec la rigueur d'une artiste cubiste pleine d'humour et de force, de sensibilité très très fine dans une acuité visuelle exceptionnelle » observe Gérald Schurr[8], qui souligne cependant que Raymonde Heudebert a plus particulièrement « su renouveler le thème éternel de Venise grâce à la sensibilité d'un graphisme synthétique, à la fluidité d'une palette qui évoquent comme dans un rêve poétique, plus qu'ils ne les décrivent, les célèbres architectures de la Sérénissime »[9].

ŒuvreModifier

Œuvres dans les collections publiquesModifier

Œuvres non localiséesModifier

Livres illustrésModifier

  • François Mauriac, Génitrix, 100 exemplaires numérotés sur papier vélin Lafuma, enrichis d'un portrait de l'auteur par Raymonde Heudebert, Bernard Grasset éd., Collection « Les cahiers verts », 1923.
  • Louis Gautier-Vignal, Les maisons de la mer, poèmes, 150 exemplaires, dessins de Raymonde Heudebert, Nice, Éditions G. Mathieu, 1924.
  • François Mauriac, Le Désert de l'amour, 30 exemplaires numérotés sur papier de Chine, enrichis d'un portrait de l'auteur par Raymonde Heudeber, Bernard Grasset éd., Collection « Les cahiers verts », 1923.
  • Henri Bernstein, La Galerie des glaces, portrait de l'auteur par Raymonde Heudebert en frontispice, Arthème Fayard & Cie Éditeurs, Imprimerie Ramlot, 1926.
  • Edmond Jaloux, Le message, portrait de l'auteur par Raymonde Heudebert en frontispice, Éditions Les cahiers libres, 1930.
  • D'Ariane à Zoé, Librairie de France, 1930.
    26 prénoms sous forme de 26 nouvelles par 26 écrivains et autant d'artistes, dont Yves Alix, Raoul Dufy, André Dunoyer de Segonzac, Kiyoshi Hasegawa, Raymonde Heudebert et Marie Laurencin.

ExpositionsModifier

Expositions personnellesModifier

Expositions collectivesModifier

Vente publiqueModifier

  • Claude Robert, commissaire-priseur, Vente de l'atelier Raymonde Heudebert, Paris, hôtel Drouot, [19].

Réception critiqueModifier

  • « Raymonde Heudebert a travaillé avec André Lhote. Comme lui elle a été touchée par le cubisme, mais sans rien de systématique et de raide. Son œuvre, au contraire, est toute sensibilité. Les paysages, bien construits, équilibrés, dénotent un métier confirmé et les couleurs, presque toujours tendres, sont d'un grand raffinement. » - Françoise de Perthuis[19]
  • « J'ai suivi avec bonheur l'évolution de la carrière de Raymonde Heudebert, créatrice d'une exceptionnelle valeur, et je n'ai jamais cessé de m'émerveiller d'une conscience qui ne céda jamais aux fallacieuses tentations de la mode. La délicatesse de cette artiste moitié Anglaise a toujours contrasté avec la fermeté, l'assurance, l'intelligence de ses pinceaux. Elle doit beaucoup de sa culture picturale à de longues stations dans les musées de Londres ou de Florence, avant de fréquenter l'Académie Ranson, d'appartenir en quelque sorte à la suite des Nabis et d'avoir légèrement subi l'influence cubiste d'André Lhote… Paysages, portraits, natures mortes, tout ce que touche Raymonde Heudebert, à l'huile, à la gouache, au crayon, témoigne de sa maîtrise. Son art se situe à contre-courant des conceptions passagères et prend sa source dans les profondeurs d'une vie recueillie. » - André David[20]
  • « Un art volontaire né du cubisme allié à une fine sensibilité féminine, des paysages de Florence et de Naples aux lignes de forces construites dans la lumière, des dessins africains d'une stricte cadence. Cette élève de Maurice Denis laisse également une série de portraits (Paul Morand, François Mauriac, Félix Vallotton…) d'une stylisation rigoureuse et pleine d'humour. » - Gérald Schurr[21]
  • « Depuis le portrait de la princesse de Polignac, composé à la fin des années 20, jusqu'aux paysages stylisés de 1981 en passant par les recherches abstraites (Le bureau de l'écrivain, vers 1950), par des vues d'Italie et par des effigies sans indulgence de ses amis, un art de réflexion et de rigueur, un tempérament toujours guidé par la sensibilité et par le sens de la mise en scène. » - Gérald Schurr[14]
  • « Raymonde Heudebert a donné une vision totalement inattendue de l'Afrique où elle avait été invitée par des amis qui dirigeaient l'une des nombreuses et florissantes bananeraies de Guinée. Cette femme-artiste d'une beauté frappante avait fait de ses contemporains, tels Armande de Polignac, Félix Vallotton, François Mauriac et Paul Morand, des portraits aux plans aigus, marqués de l'influence cubiste. Ses dessins et aquarelles africains, représentant des danseurs masqués en Haute-Volta, un groupe de notables Peul ou une jeune Soussou, ont la même délicatesse raffinée que ceux qu'elle avait exécutés à Paris. En revanche, dans ses tableaux à l'huile, apparaît une puissance dramatique associée à d'inhabituels mélanges de couleurs. » - Lynne Thornton[4]

Notes et référencesModifier

  1. (en)Benezit
  2. « Raymonde Lucienne Heudebert » sur geneanet.org.
  3. a b c d e f g h et i Dictionnaire Bénézit, Gründ 1999, tome 6, page 18.
  4. a b c d e f et g Lynne Thornton, Les Africanistes, peintres voyageurs, ACR Édition, 1990.
  5. a et b Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992, pages 300 et 384.
  6. Raymond Radiguet, « Journal de 1920 », in Lettres retrouvées, Éditions Omnibus, 2012.
  7. François Mauriac, « À propos de Raymonde Heudebert », in Nouvelles lettres d'une vie, Grasset, 1981.
  8. a et b Gérald Schurr, « Les expositions à Paris », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°26, 25 juin 1982, page 40.
  9. a et b Gérald Schurr, « Les expositions Rive Droite : Raymonde Heudebert », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°17, 25 avril 1986, page 49.
  10. Perceval, François Mauriac et Raymonde Heudebert, magazine Humeur, 29 novembre 2012
  11. « Raymonde Heudebert chez Druet », La semaine à Paris, 2 février 1923.
  12. a et b (en) Constantine Lindsay Ltd, Raymonde Heudebert, biographie.
  13. ABC Décor, n°56, juin 1969, page 75.
  14. a et b Gérald Schurr, « Les expositions : les galeries parisiennes de la Rive Droite », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°4, 25 janvier 1985, page 47.
  15. (en) American ARTnews, New York, vol.XX, n°39, 19 août 1922.
  16. Paul Sentenac, « Le Salon d'Automne - La Peinture », L'Express du Midi,‎ , p. 5 - 43e année - n° 15.231 (lire en ligne)
  17. « Guide du pavillon pontifical », L'art sacré, n°21, 1937.
  18. Gérald Schurr, « Les expositions à Paris », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°20, 18 mai 1984, page 53.
  19. a et b Françoise de Perthuis, « Raymonde Heudebert », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°39, 16 novembre 1973, page 5.
  20. André David, « L'exposition Raymonde Heudebert », Revue des deux mondes, juin 1977, à propos de l'exposition de 1977, galerie du Cercle à Paris.
  21. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'amateur, 1981.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • « Peinture de Raymonde Heudebert », Le Crapouillot, Éditions Galtier-Boissière, .
  • Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, 1910-1930, Paris, 1931.
  • Les Annales politiques et littéraires, no 2381, .
    Consacré à l'Exposition coloniale. Parmi les illustrations, des dessins de Raymonde Heudebert.
  • André David, Soixante-quinze années de jeunesse du vivant de Marcel Proust, Éditions André Bonne, 1974.
    Contient une évocation de Raymonde Heudebert, amie de l'auteur.
  • Jean Cassou, Émile Henriot et Claude Roger-Marx, Raymonde Heudebert. Peintures, dessins : Dakar, Niger, Villefranche-sur-Mer, Mauriac, Venise, Paris, Éditions Galerie du Cercle, 1979.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'amateur, 1981.
  • Emmanuel Bréon, Coloniales 1920-1940, Éditions du musée municipal de Boulogne-Billancourt, 1989.
  • Lynne Thornton, Les africanistes, peintres voyageurs, ACR Édition, 1990.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Maurice Ligot, Edouard Corniglion-Molinier, un paladin au XXe siècle, Bordeaux, les 3 Colonnes, , 226 p. (ISBN 978-2374801742).

Liens externesModifier