Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Ambassade de France en Roumanie

L'ambassade de France en Roumanie est la représentation diplomatique de la République française en Roumanie. Elle est située à Bucarest, la capitale du pays, et son ambassadrice est, depuis 2017, Michèle Ramis.

Ambassade de France en Roumanie
Drapeau de la France
France
Vue de la mission diplomatique

Lieu 13/15 Strada Biserica Amzei, secteur 1
Bucarest 010392
Coordonnées 44° 26′ 43″ nord, 26° 05′ 41″ est
Ambassadeur Michèle Ramis
Nomination
Site web Consulter

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

(Voir situation sur carte : Roumanie)
Ambassade de France en Roumanie

Géolocalisation sur la carte : Bucarest

(Voir situation sur carte : Bucarest)
Ambassade de France en Roumanie

Voir aussi : Ambassade de Roumanie en France
Ambassadeurs françaisConsuls français

Sommaire

AmbassadeModifier

L'ambassade est située à Bucarest. Elle accueille aussi une section consulaire.

HistoireModifier

L'actuelle Résidence de France fut, dès 1889, le siège de l'ambassade. Elle servait aussi de résidence à l'ambassadeur. Construite une dizaine d'années après l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, elle était d'abord louée. En 1919, l'État français s'en porta acquéreur pour un montant de 400 000 francs. Mais la bâtisse devenant trop exiguë au fil du temps, un hôtel particulier jouxtant la légation fut achetée en 1938 par le gouvernement pour y abriter les services de l'ambassade. Le bâtiment, qui avait été construit en 1873 et agrandi en 1889 par l'architecte Carol Benis, appartenait à Ian Marghiloman, père d'Alexandru, qui fut Premier ministre[1]. La décoration intérieure, meubles, tapis, soies et tentures, fut confiée au cabinet d'architectes parisien Krieger.

Ambassadeurs de France en RoumanieModifier

De A Ambassadeur
1881  ? Maximilien-Napoléon-Théodore baron de Ring[2]
1894  ? Henrys, comte d’Aubigny
1898 1902 Léon-Eugène-Aubin-Coullard Descos
1904  ? Ernest-René Joseph Adrien Bourgarel
1907 1916 Jean-Camille Blondel
1917  ? Auguste-Félix-Charles de Beaupoil, comte de Saint-Aulaire
1920 1923 Émile Daeschner
1933 1936 André d'Ormesson
1936 1940 Adrien Thierry
1940 1943 Jacques Truelle
1943 1944 Paul Morand[3]
1944 1945 Roger Sarret[4]
1945 1948 Jean Paul-Boncour [5]
1948 1950 Pierre Charpentier[6]
1950 1952 M. Gaire[7]
1952 1953 Renaud Sivan[6]
1953 1958 Pierre Francfort[6]
1958 1960 Jacques-Émile Paris[6]
1960 1964 Pierre Bouffanais[8]
1964 1968 Louis Pons
1968 1972 Pierre Pelen
1972 1975 Francis Levasseur
1975 1977 Raoul Delaye
1977 1981 Pierre Cerles
1981 1983 Marcel Beaux
1983 1987 Michel Rougagnou
1987 1990 Jean-Marie Le Breton
1990 1993 Renaud Vignal
1993 1997 Bernard Boyer
1997 2002 Pierre Ménat
2002 2004 Philippe Étienne
2004 2007 Hervé Bolot
2007 2012 Henri Paul
2012 2014 Philippe Gustin
2014 2017 François Saint-Paul[9]
2017 Michèle Ramis

Relations diplomatiquesModifier

Dès la fin du XIVe siècle, on trouve des traces de relations entre les Français et les Roumains, avec le combat de Jean Ier de Bourgogne aux côtés des Valaques contre les Turcs lors de la Bataille de Nicopolis. Les échanges se poursuivirent avec la présence d'étudiants roumains à Paris, en constante augmentation du XVIIe siècle au XIXe siècle. Parallèlement, les commerçants français traversaient les principautés roumaines à la recherche de nouveaux débouchés.

Au milieu du XVIIIe siècle, le diplomate Claude-Charles de Peyssonnel, consul de France à Smyrne, proposa l'ouverture d'une représentation française auprès des Principautés roumaines. Ce n'est qu'en 1798 que furent ouverts un consulat général à Bucarest et un vice-consulat à Iasi.

Les relations politiques entre les deux pays sont anciennes en comparaison de la relative jeunesse d'un État roumain. La révolution roumaine de 1848 ayant échoué à proclamer la République, la France de Napoléon III apporta son aide aux réformateurs de la Moldavie et de la Valachie, ce qui conduisit à l'union de ces deux principautés en 1859. L'indépendance du pays fut reconnue au Congrès de Berlin en 1878 et des relations diplomatiques furent établies entre la France et la Roumanie en 1880. Jusqu'à cette date, le consul général de France à Bucarest dépendait de l'ambassadeur de Constantinople. Lors de la Première Guerre mondiale, la Roumanie se joignit aux alliés et devint la Grande Roumanie entre les deux guerres.

En novembre 1938, les relations diplomatiques furent élevées au niveau d'ambassade, et non plus de légation. Des liens politiques entre les deux pays se poursuivirent même durant le régime communiste, comme en témoigne la visite du général de Gaulle de 1968. La France manifesta par ailleurs son soutien à la Révolution roumaine de 1989.

Peu après l'entrée de son pays dans l'Union européenne en 2007, le président Băsescu, en août 2009, déclara prioritaire la politique étrangère de son pays avec, à égalité, la France et les États-Unis.

ConsulatsModifier

Outre la section consulaire de l'ambassade à Bucarest, il existe quatre consuls honoraires exerçant à Brasov, Cluj-Napoca, Constanța et Timișoara[10].

Communauté françaiseModifier

Le nombre de Français établis en Roumanie est estimé à environ 4 800[11]. Au 31 décembre 2014, 3 337 sont inscrits sur les registres consulaires en Roumanie[12].

Population française inscrite au registre mondial
2001 2002 2003 2004 2005
1 420 1 577 1 745 1 938 2 256
2006 2007 2008 2009 2010
2 643 2 208 2 483 2 799 2 985
2011 2012 2013 2014 2015
2 979 2 973 3 075 3 337 3 562
Personnes inscrites au registre des Français établis hors de France au 31 décembre de chaque année.
(Sources : données publiques sur data.gouv.fr et ministère français des Affaires étrangères, dont 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015)

Circonscriptions électoralesModifier

Depuis la loi du [13] réformant la représentation des Français établis hors de France avec la mise en place de Conseils consulaires au sein des missions diplomatiques, les ressortissants français d'une circonscription recouvrant la Moldavie et la Roumanie élisent pour six ans trois conseillers consulaires. Ces derniers ont trois rôles :

  1. ils sont des élus de proximité pour les Français de l'étranger ;
  2. ils appartiennent à l'une des quinze circonscriptions qui élisent en leur sein les membres de l'Assemblée des Français de l'étranger ;
  3. ils intègrent le collège électoral qui élit les sénateurs représentant les Français établis hors de France.

Pour l'élection à l'Assemblée des Français de l'étranger, la Roumanie appartenait jusqu'en 2014 à la circonscription électorale de Vienne[14] comprenant aussi l'Albanie, l'Autriche, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, la Hongrie, la Macédoine, la Pologne, la Serbie-et-Monténégro, la Slovaquie, la Slovénie, et la République tchèque, et désignant trois sièges. La Roumanie appartient désormais à la circonscription électorale « Europe centrale et orientale » dont le chef-lieu est Varsovie et qui désigne trois de ses 19 conseillers consulaires pour siéger parmi les 90 membres de l'Assemblée des Français de l'étranger[15].

Pour l'élection des députés des Français de l’étranger, la Roumanie dépend de la 7e circonscription.

RéférencesModifier

  1. Bucarest, un siècle d'architecture civile, de Cezara Mucenic.
  2. Ana-Maria Vele, REPREZENTAREA DIPLOMATICĂ A FRANŢEI ÎN ROMÂNIA, (1866-1914)
  3. Nommé par le gouvernement de Vichy, source : http://www.ambafrance-ro.org/index.php/fr_FR/l-ambassade/l-ambassadeur/parmi-les-ambassadeurs-illustres/paul-morand
  4. Délégué du Comité national français.
  5. Chargé d'affaires.
  6. a, b, c et d Envoyé extraordinaire et Ministre plénipotentiaire.
  7. Chargé d'affaires durant la vacance du poste.
  8. Envoyé extraordinaire et Ministre plénipotentiaire puis ambassadeur à partir de 1963.
  9. Décret du 29 mars 2014, JORF du 1er avril 2014.
  10. Consulats honoraires, sur le site de l'Ambassade.
  11. Dossier Roumanie sur le site France Diplomatie.
  12. Population française inscrite au registre mondial (auprès des postes consulaires) au 31/12/2014.
  13. Loi no 2013-659 du 22 juillet 2013 relative à la représentation des Français établis hors de France sur Légifrance.
  14. Décret no  2005-552 du 24 mai 2005.
  15. Élections 2014 - découpage mondial par circonscription AFE, sur le site du ministère des Affaires étrangères.

Voir aussiModifier