Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Marcel Schneider

écrivain français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schneider.
Marcel Schneider
Naissance
Levallois-Perret, Drapeau de la France France
Décès (à 95 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

Marcel Schneider, né le à Levallois-Perret et mort le (à 95 ans) à Paris, est un écrivain français.

Sommaire

BiographieModifier

Il est né dans une famille d'origine alsacienne qui a choisi la France après 1871. Agrégé de lettres, il a enseigné à Rouen (il y eut entre autres Jean Lecanuet parmi ses élèves), avant de se consacrer entièrement à la littérature et à la musique. Il vint habiter Paris et se lia à la maison d'édition Bernard Grasset.

Aussi bien comme écrivain que comme historien de la littérature, il était un adepte de la littérature fantastique. Il se reconnaissait trois maîtres dans le domaine fantastique : Charles Nodier, Gérard de Nerval et Ernst Theodor Amadeus Hoffmann.

Très bon connaisseur de la musique, il a publié des études sur Schubert ou Wagner et il a retracé l'histoire du ballet depuis Louis XIV.

Sympathisant de l'Action française, il a été proche d'écrivains aussi différents qu'André Gide, Georges Dumézil et Paul Morand, lequel lui a légué sa garde-robe. Il a aussi fréquenté les salons littéraires dont ceux de Marie-Laure de Noailles, de Solange de La Baume, de Josette Day et de Florence Gould.

Dans les années 1980, il a régulièrement écrit dans Le Quotidien de Paris (Groupe Quotidien), dirigé par Philippe Tesson.

Il était proche d'amis, tels que Jacques Brenner, Henri Sauguet et Matthieu Galey. Il publiait dans Les Cahiers des Saisons (1953-1962) de Brenner.

Il a été récompensé par le prix de la langue française 1996[1].

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (45e division).

MémoiresModifier

Schneider a publié ses mémoires, sous forme de Journal, comme suit:

  • L'Éternité fragile, Paris, Grasset, 1989
  • Innocence et Vérité, Paris, Grasset, 1991
  • Le Palais des mirages, Paris, Grasset, 1992
  • Le Goût de l'absolu, Paris, Grasset, 1993
  • Les Gardiens du secret, Paris, Grasset, 2001, Prix Ève-Delacroix[2]

BibliographieModifier

Littérature et sourcesModifier

  • Roger Peyrefitte, Propos secrets, Paris, Albin Michel, 1977
  • Matthieu Galey, Journal I (1953-1964), Paris, Grasset, 1987
  • Matthieu Galey, Journal II (1965-1986), Paris, Grasset, 1989
  • Jean Dutourd, Diane de Margerie, Christine Jordis, Solange Fasquelle, Avec Marcel Schneider, Editions du Rocher, 2005
  • Hommage à Marcel Schneider dans Bulletin de "La Route inconnue", bulletin des Amis d'André Dhôtel, n° 23 juin 2009

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :