Dépôt des marbres

Plan du hangar du dépôt des marbres à Paris 1901 BNF

Le Dépôt des marbres du ministère des Travaux publics, se trouvait sur l'île des Cygnes à Paris. Il a été fondé par Colbert. Dans la première moitié du XIXe siècle on y faisait venir du marbre de Carrare [1]. Son emplacement [2] correspond à celui de l'actuel Musée du Quai Branly.

Eugène Druet - "Le Baiser" par Rodin en marbre dans l’atelier du Dépôt des marbres du sculpteur Jean Turcan c. 1898

HistoriqueModifier

À la fin du XVIIIe siècle, l'ile des Cygnes ou "île Maquerelle" est rattachée à la rive gauche et devient le quartier du Gros Caillou[3]. En 1831, Edme Gaulle en fut nommé inspecteur conservateur. Le 6 juin 1838, Henri Labrouste en est nommé architecte. Émile Marras, en a été conservateur. En 1880, Auguste Rodin se voit établir un atelier, 182 rue de l'université[4]. En 1901, on exproprie le Dépôt où étaient « relégués les statues des souverains qui ont cessé de plaire » et les statues désaffectées[5].

Notes et référencesModifier

  1. Martine Plouvier, Du marbre de Carrare pour les sculpteurs français de la première moitié du XIXe siècle, extrait de "Circulation des matières premières en Méditerranée, transferts de savoirs et de techniques (édition électronique)" sous la direction de Jean-René Gaborit ; 128e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003 ed Paris 2009
  2. Voir la mention "Marbres du Gouvt" en bord de Seine, à droite du champ de mars, sur le Nouveau plan complet de Paris avec ses fortifications... gravé par N.-J. Henriot, 1847, disponible sur gallica
  3. Olivier Zunz, Étude du processus d'urbanisation d'un secteur de Paris : le quartier du Gros-Caillou et son environnement, 1970 http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1970_num_25_4_422340
  4. Elisabeth T. Barbier, Le VIIe Arrondissement dans l'art et l'histoire, Éditions Bonneton, , p. 69
  5. in Galica - Fernand Laudet La Revue hebdomadaire : romans, histoire, voyages 06/08/1901