Ambassade de France en Suisse et au Liechtenstein

représentation diplomatique française en Suisse

Ambassade de France en Suisse et au Liechtenstein
Drapeau de la France
France
Vue de la mission diplomatique
Logo de l'ambassade.

Lieu Schosshaldenstrasse 46
Berne 3006
Coordonnées 46° 56′ 51″ nord, 7° 27′ 59″ est
Ambassadeur Frédéric Journès
Nomination
Site web https://ch.ambafrance.org/
Géolocalisation sur la carte : Berne
(Voir situation sur carte : Berne)
Ambassade de France en Suisse et au Liechtenstein
Géolocalisation sur la carte : Suisse
(Voir situation sur carte : Suisse)
Ambassade de France en Suisse et au Liechtenstein

Voir aussi : Ambassade de Suisse en France

L'ambassade de France en Suisse constitue la représentation diplomatique de la République française auprès de la Confédération suisse. Elle est également accréditée auprès de la principauté du Liechtenstein. L’ambassade de France se situe à Berne. Frédéric Journès y représente la France en qualité d’ambassadeur depuis . L’ambassade de France à Berne ne possède pas de section consulaire : les consulats généraux se trouvent à Genève et à Zurich.

Présence française en Suisse et au LiechtensteinModifier

 
Drapeaux français, européen et suisse devant la résidence de l'ambassadeur de France, à Berne.

La communauté française installée en Suisse est en nombre la plus importante communauté française à l'étranger au monde. Les Français et Françaises établis en Suisse résident principalement dans les cantons de Vaud, Genève et Neuchâtel. Au 31 décembre 2019, 184 730 Français et Françaises sont inscrits sur les registres consulaires en Suisse, répartis comme suit :
  • 153 405 Français sont inscrits dans la circonscription consulaire de Genève ;
  • 31 325 dans la circonscription consulaire de Zurich.

AmbassadeurModifier

L’ambassadeur est dépositaire de l’autorité française dans le pays où il est accrédité. Il est chargé sous l’autorité du ministre des Affaires étrangères de la mise en œuvre dans ce pays de la politique extérieure de la France. Il représente le Président de la République, le Gouvernement et chacun des ministres. Il informe le Gouvernement, négocie au nom de l’État, veille au développement des relations de la France avec les pays accréditaires, assure la protection des intérêts de l’État et celle des ressortissants français. Depuis septembre 2019, Frédéric Journès est ambassadeur de France en Suisse et depuis décembre 2019, au Liechtenstein.

Consulats générauxModifier

Les fonctions consulaires consistent à protéger les intérêts de la France et de ses ressortissants. Le consulat agit en qualité de notaire et d’officier d’état civil et exerce des fonctions similaires, ainsi que certaines fonctions d’ordre administratif : il délivre par exemple des passeports, permet de conclure un PACS, organise le recensement militaire, délivre des certificats. Il prête également secours et assistance aux ressortissants français.

Les deux consulats généraux sont relayés par des consuls honoraires :

Les consulats généraux disposent chacun d'un conseil consulaire, composé de conseillers consulaires. Leur nombre est déterminé en fonction du nombre de Français inscrits dans la circonscription concernée[1]. En 2021, le Consulat de Genève compte ainsi neuf conseillers[1], tandis que le Consulat de Zurich en compte cinq[2].

Opérateurs économiquesModifier

Business FranceModifier

Business France est l’agence nationale au service de l’internationalisation de l’économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations, ainsi que de la prospection et de l’accueil des investissements internationaux en France.

Atout FranceModifier

Atout France est l’agence de développement touristique de la France. Son rôle est de contribuer au développement de l’industrie touristique et au renforcement de l’attractivité de la destination France.

Missions de l'ambassadeModifier

Chancellerie (mission politique)Modifier

La chancellerie politique est « l’état-major » diplomatique de l’ambassadeur. Elle est constituée de ses plus proches collaborateurs[3].

La chancellerie politique a pour mission principale le suivi et l’analyse des dossiers de politique étrangère et intérieure de la Confédération suisse et de la Principauté de Liechtenstein, dans le but d’informer le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères sur les grands axes de la politique suisse, sur ses spécificités et sur les tendances que l’on peut observer dans l’action gouvernementale de la Suisse et dans l’opinion publique. Les membres de la chancellerie politique sont également chargés de faire connaître et d’expliquer la politique de la France auprès des autorités suisses et liechtensteinoises.

Le Premier Conseiller, en outre, assiste et supplée en cas d’absence de l’ambassadeur[3].

Mission culturelleModifier

Le service de coopération et d’action culturelle intervient dans quatre domaines[4] :

  • La coopération artistique
  • La coopération éducative et linguistique
  • La coopération universitaire et scientifique
  • Les établissements scolaires français en Suisse

Mission économiqueModifier

Au sein de l’ambassade, le service économique promeut et défend les intérêts économiques et financiers de la France en Suisse et fournit au gouvernement des éléments d’analyse et de jugement sur la situation et les politiques économiques.[réf. nécessaire]

Les ambassadeurs et ambassadrices de France en SuisseModifier

De À Ambassadeur
Fin 1791 1797 François Barthélemy
1829 Ernest de Cadoine de Gabriac
1836 Marie-Hippolyte, marquis de Rumigny
1836 1838 Louis Napoléon Lannes, duc de Montebello
janvier 1879 Paul-Armand Challemel-Lacour
1880 1894 Emmanuel Arago
1894 1897 Camille Barrère
1897 1899 Tristan de Montholon
1900 1902 Georges Bihourd (d)
1902 1905 Gaston Raindre (d)
1905 1907 Paul Révoil
à compléter
1936 Charles Alphand
Robert Coulondre
Robert Renom de la Baume
François Bard
1944 1945 Paul Morand[7]
1945 1952 Henri Hoppenot
1952 1954 Jean Chauvel
1954 1961 Étienne Dennery
1961 1963 Philippe Baudet (d)
1963 1965 Guy de Girard de Charbonnières
1965 1969 Gabriel Bonneau (d)
1969 1971 Jacques Roux
1971 1975 Bernard Dufournier
1975 1979 Claude Lebel
1979 1982 Gilles Curien
1982 1985 Georges Égal
1985 1989 Jean-Marie Mérillon
1989 1991 Philippe Cuvillier
1991 1993 François Plaisant (d)
1993 1996 Bernard Garcia (d)
1996 2000 André Gadaud (d)
2000 2001 Régis de Belenet (d)
2001 2002 Michel de Bonnecorse Benault de Lubières[8]
2002 2005 Jacques Rummelhardt[9]
2005 2008 Jean-Didier Roisin (d)[10]
2008 2009 Joëlle Bourgois[11]
2009 2012 Alain Catta (d)[12]
2012 2014 Michel Duclos (de)[13]
2014 2016 René Roudaut[14]
2016 2019 Anne Paugam[15],[16]
depuis 2019 Frédéric Journès[17]

Histoire de l’ambassadeModifier

Soleure, ville des ambassadeurs de France (1530-1792)Modifier

Les premiers diplomates ont été envoyés par Charles VII auprès des Excellences de Berne, Zurich et Bâle, en 1430. Au lendemain de la bataille de Marignan (1515), un traité de paix perpétuelle est signé à Fribourg entre la France et les cantons suisses. Il sera suivi du traité de Lucerne du 5 mai 1521, véritable traité d’alliance conclu avec les députés des douze cantons[réf. nécessaire]. Les ambassadeurs qui auparavant étaient itinérants deviennent alors résidents. Ils s’établissent alors à Soleure.

 Installation à Berne (1799 à aujourd’hui)Modifier

Avec la Révolution française, les relations entre la France et les cantons suisses se tendent et la question du transfert de la résidence devient d’actualité. Aux efforts des partisans du nouveau régime en France pour faire pénétrer les idées de la Révolution en Suisse, les cantons répondent en accueillant avec sollicitude les émigrés. L’ambassadeur Barthélemy demande à quitter Soleure.

Barthélémy s’installe à Bade où se trouve la Diète. Alors même que la Diète rompt les relations diplomatiques avec la France en septembre 1792, Barthélémy réussit à demeurer à Bade et maintient ses contacts avec les cantons.

La Résidence de France : « La Sulgeneck »Modifier

La revue L’Illustration, publiée à Paris en 1908 annonçant le changement de résidence des ambassadeurs de France en Suisse présente « La Sulgeneck » comme suit : « La villa Sulgeneck, la nouvelle résidence, est un grand bâtiment brique et pierre qui rappelle les châteaux modernes de province. Elle dresse son architecture agréable à l’extrémité d’une allée de grands arbres dont les branches ont poussé librement. »[18] Charles Le Peletier, comte d'Aunay, est le premier à résider à la Sulgeneck.[réf. nécessaire]

C'est à cette période que se déroule la première visite en Suisse d'un président français, Armand Fallières, en 1910. Ces deux occasions correspondent aux premières visites officielles à « La Sulgeneck »[19].

Tandis que la villa Sulgeneck est encore aujourd’hui le lieu de résidence de l’ambassadeur, tandis que les services de l’ambassade ont été transférés dans l’ancien siège de l'Union postale universelle.[réf. nécessaire]

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Vos conseillers des Français de l’étranger », sur La France en Suisse et au Liechtenstein - Consulat général de France à Genève (consulté le )
  2. « Vos conseillers des Français de l’étranger », sur La France en Suisse et au Liechtenstein - Consulat général de France à Zurich (consulté le )
  3. a et b « Chancellerie », sur La France en Suisse et au Liechtenstein (consulté le )
  4. « Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) », sur La France en Suisse et au Liechtenstein (consulté le )
  5. Edouard Rott, Inventaire sommaire des documents relatifs à l'histoire de Suisse: conservés dans les archives et bibliothèques de Paris et spécialement de la correspondance échangée entre les ambassadeurs de France aux ligues et leur gouvernement - 1re partie 1440-1610, Volume 1, Berne, 1882 Texte
  6. Maximilian Samson Friedrich Schöll, Cours d'histoire des états européens depuis le bouleversement de l'Empire romain d'Occident jusqu'en 1789, Tome 35, p. 377-385, Paris, 1833 Texte
  7. Paul Morand, sur le site de l'ambassade de France en Roumanie.
  8. Décret du 17 décembre 2001, JORF no 294 du 19 décembre 2001.
  9. Décret du 3 décembre 2002, JORF no 283 du 5 décembre 2002.
  10. Décret du 21 septembre 2005, JORF no 221 du 22 septembre 2005.
  11. Décret du 13 mai 2008, JORF no 0111 du 14 mai 2008.
  12. Décret du 14 septembre 2009, JORF no 0214 du 16 septembre 2009.
  13. Décret du 23 avril 2012, JORF no 0098 du 25 avril 2012.
  14. Décret du 27 juin 2014, JORF no 0149 du 29 juin 2014.
  15. Décret du 14 septembre 2016, JORF no 215 du 15 septembre 2016, texte no 35, NOR MAEA1613024D.
  16. Remise des lettres de créance.
  17. « M. Frédéric Journès, ambassadeur de France en Suisse », sur ambafrance.org, (consulté le ).
  18. Résidences de France en Suisse, Agathon Aerni et Régis de Belenet, éditions Skira.[réf. non conforme]
  19. Der Bund, Band 61, Nummer 384, 17. August 1910

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier