Ouvrir le menu principal

Ouroux-sur-Saône

commune française du département de Saône-et-Loire

Ouroux-sur-Saône
Ouroux-sur-Saône
La mairie.
Blason de Ouroux-sur-Saône
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Canton Ouroux-sur-Saône
Intercommunalité CC Terres de Bresse
Maire
Mandat
Jean-Michel Desmard
2014-2020
Code postal 71370
Code commune 71336
Démographie
Population
municipale
3 072 hab. (2016 en augmentation de 2,4 % par rapport à 2011)
Densité 136 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 23″ nord, 4° 57′ 18″ est
Altitude Min. 171 m
Max. 197 m
Superficie 22,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ouroux-sur-Saône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ouroux-sur-Saône
Liens
Site web ouroux-sur-saone.fr

Ouroux-sur-Saône est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont donc des Oratoriens et Oratoriennes (Ouriats et Ouriates étant plus utilisés)

Le maire s'appelle Jean-Michel Desmard[1]

GéographieModifier

Ouroux-sur-Saône est une commune située dans le département de Saône-et-Loire, en Bresse bourguignonne.

Communes limitrophesModifier

Accès et transportsModifier

Géologie et reliefModifier

Très étendu de Velard à Colombey, quasiment sur 6 km, il y a une superficie boisée de 2 262 ha à Colombey, le reste est composé de terres cultivées et d’une grande plaine inondable où pâtures et cultures se partagent l’ensemble[2]. Depuis 15 ans, une gravière de 55 ha actuellement en fin d’exploitation est venue s’implanter dans cette prairie.

HydrographieModifier

La Saône passe dans la commune.

En 1991, une barque du XIVe siècle fut sortie de la Saône par une équipe dirigée par Louis Bonnamour.

ClimatologieModifier

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[3], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogène sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise.

Valeurs climatiques de Dijon et Mâcon, car Ouroux-sur-Saône est située entre ces deux villes.

Dijon

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 −0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[4]


Mâcon

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[5]


HistoireModifier

Il existait sur les bords de la Saône environ 3000 ans av. J.-C. un village préhistorique[6]. Il était situé à quelque 400 m en aval du port actuel. Des fouilles subaquatiques ont permis de ramener bien des objets dont la fameuse roue, dite depuis, roue d’Ouroux datée de 800 ans av. J.-C.. Les historiens, les préhistoriens ne savaient pas qu’une roue de ce type, roue à queue d’aronde (mortaise) ait pu exister à cette époque[2]. Par la suite le village s’est réfugié en grande partie sur une hauteur à l’abri des inondations. À l’emplacement de l’église actuelle existait dès le VIe siècle, un oratoire dédié à la Vierge Marie, patronne de la commune.

On distinguait il y a quelques décennies, trois parties dans la commune, Velard ou Velars qui tire son nom de la présence d’une villa romaine, Ouroux le bourg, Colombey, ce qui généra 3 sections de commune (aujourd’hui administrativement disparues)[2].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Maire en 1924
[réf. nécessaire]
? Noël Jannin RG Géomètre
Député de Saône-et-Loire (1919 → 1924)
Conseiller général du canton de Saint-Germain-du-Plain (1886 → 1925)
Les données manquantes sont à compléter.
René Desmard    
Henri Dard    
Jean Viallet UDF Buraliste retraité
Conseiller général du canton de Saint-Germain-du-Plain (1979 → 2004)
Roger Rochet DVD  
Georges Dangin DVD Directeur d'école honoraire
En cours Jean-Michel Desmard LR Exploitant agricole
Conseiller départemental du canton d'Ouroux-sur-Saône (2015 → )

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 3 072 habitants[Note 1], en augmentation de 2,4 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8761 9211 9892 1012 1952 1402 0952 0282 082
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0532 0122 0251 9541 9561 9811 9651 9481 868
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7461 6971 6531 5331 5481 5861 5311 5651 604
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 6971 8421 8152 0992 2942 5042 8032 8462 889
2013 2016 - - - - - - -
3 0413 072-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Vie localeModifier

EnseignementModifier

Cette commune possède une école avec des classes en niveau maternelles et primaires. Il y a aussi du périscolaire.

SantéModifier

Il y a deux médecins généralistes[11], 2 kinésitérapeutes[12], 2 infirmières et une pharmacie dans ce village[13]. Le centre hospitalier le plus proche se situe à Chalon-sur-Saône.

CultesModifier

Culte catholique dans l'église du village.

SportsModifier

Ce village possède un stade de football utilisé par le club de la « Jeunesse Sportive Ouroux-sur-Saône » dont l'équipe première évolue en 2017-2018 en Promotion District du pays saônois[14]. La commune possède aussi une salle de sports, qui était auparavant un Intermarché et qui a été réaménagé en partie pour la pratique du sports : tennis de table, judo[6]. Le reste de la salle est une bibliothèque et une salle pour le troisième âge[6].

AssociationsModifier

La commune compte 23 associations[6].

ManifestationsModifier

Il peut être cité : la fête patronale du 15 août ou encore le Festival annuel de L'Asso'Trelle.

Écologie et recyclageModifier

La collecte des ordures ménagères et autres est gérée par Le Grand Chalon.

ÉconomieModifier

Il y a dans la commune quinze maraichers-horticulteurs et trois agriculteurs[13]. Le village possède treize commerces et services : une auto-école, quatre salons de coiffures, un restaurant[13].

Lieux et monumentsModifier

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.
 
Église Notre-Dame-de-l'Assomption.

L'église en partie romane et gothique avec son magnifique clocher est un véritable monument historique. La rue de la chapelle doit son nom à une ancienne chapelle située à l’emplacement du bâtiment[2].

Il n’y a jamais eu de château ou de maison forte à Ouroux. Mais des fourches patibulaires (pendaisons) étaient situées au début de Velard (fin de la rue Gaillard). C’était donc un lieu où étaient exécutées les sentences de « Haute Justice »)[2].

Le hameau du port, hameau pittoresque, agréable à visiter, surtout l’été a eu une grande importance commerciale au XVIIe, XVIIIe, XIXe et début du XXe, la Saône était une voie utilisée pour les marchandises et par les voyageurs[2].

On voyait une tuilerie située sur ce qui est l’ancien camping, où la commune était soumise aux crues de la Saône. La plus célèbre, la plus dévastatrice, la plus haute en niveau est celle de 1840. Elle détruisit nombre de maisons dans le hameau de la Lochère[2].

À voir également : le site naturel dénommé les prairies et le bocage d'Ouroux-sur-Saône, qui est l'un des huit sites naturels gérés en Saône-et-Loire par le Conservatoire d'espaces naturels de Bourgogne[Note 2].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. Avec le site naturel protégé de la Boucherette (Lugny), le sentier de Longepierre, la réserve naturelle de La Truchère-Ratenelle, le mont Avril (Jambles, Moroges et Saint-Désert), la lande de La Chaume (Le Creusot), les rochers du Carnaval (Uchon) et la carrière de Rampon (Verzé).

RéférencesModifier

  1. Françoise Villedieu, « Annexe 1. Découvertes faites sur la rive droite de la Saône avant l’ouverture de la fouille », dans Lyon Saint-Jean, Alpara (ISBN 9782906190078, lire en ligne), p. 138–144
  2. a b c d e f et g Site d'Ouroux-sur-Saône
  3. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  4. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  5. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  6. a b c et d Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mardi 7 février 2012, page local Chalon, Un jour, une commune : Ouroux-sur-Saône, p.  17
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Médecin : médecine générale, p.  429
  12. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Kinésithérapeutes, p.  370
  13. a b et c Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mardi 7 février 2012, page local Chalon, Un jour, une commune : Ouroux-sur-Saône, p.  16
  14. Site du district du pays saônnois, page sur le classement de Promotion de District, saison 2011-2012, Consulté le 14 février 2012.


BibliographieModifier

  • Le village préhistorique d'Ouroux sur Saône, Jean-Paul Thevenot.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :