Saint-Marcel (Saône-et-Loire)

commune française du département de Saône-et-Loire

Saint-Marcel
Saint-Marcel (Saône-et-Loire)
La mairie.
Blason de Saint-Marcel
Blason
Saint-Marcel (Saône-et-Loire)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Intercommunalité Le Grand Chalon
Maire
Mandat
Raymond Burdin
2020-2026
Code postal 71380
Code commune 71445
Démographie
Gentilé San-Marciaux
Population
municipale
6 113 hab. (2018 en augmentation de 2,53 % par rapport à 2013)
Densité 601 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 35″ nord, 4° 53′ 24″ est
Altitude Min. 172 m
Max. 194 m
Superficie 10,17 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Chalon-sur-Saône
(banlieue)
Aire d'attraction Chalon-sur-Saône
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Rémy
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saint-Marcel
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Marcel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel
Liens
Site web saintmarcel.com

Saint-MarcelÉcouter est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La ville est situé à 4 km au sud-est de Chalon-sur-Saône.

Communes limitrophes de Saint-Marcel
Chalon-sur-Saône Châtenoy-en-Bresse
  Oslon
Lans
Lux Épervans

Accès et transportsModifier

Géologie, relief et hydrographieModifier

  • La commune est bordée à l'ouest par la Saône.
  • Lac des Orlans.

ClimatModifier

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[1], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogène sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise.

Valeurs climatiques de Dijon et Mâcon, car cette commune est située entre ces deux villes.

Dijon

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 −0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[2]


Mâcon

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[3]

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Marcel est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Chalon-sur-Saône, une agglomération intra-départementale regroupant 13 communes[7] et 79 506 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chalon-sur-Saône dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 109 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (50,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (37,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (38,4 %), zones agricoles hétérogènes (26,7 %), terres arables (15,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (12,1 %), eaux continentales[Note 3] (6,1 %), prairies (0,6 %), forêts (0,3 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

ToponymieModifier

  • La commune ne s'est pas toujours appelée Saint-Marcel. En effet, elle s'est appelée Hubiliacus (ou Hubiliacum), nom qui semble se rattacher à la racine huba, colonie, fonds, manse, prairie.
  • Saint-Marcel-lès-Chalon.

HistoireModifier

Une fouille archéologique réalisée en 2018 par Archeodunum a révélé un vaste site de l'âge du Bronze final et de la période gauloise[14].

Un diacre du nom de Marcel (saint Marcel), en lien avec les martyrs de Lyon, fut condamné par un gouverneur du nom de Priscus, à être écartelé en étant attaché à des arbres, flagellé, livré aux flammes et enterré jusqu'à la ceinture dans le champ d'un dieu Bacon, où il agonisa pendant trois jours et mourut le (ou 179). Ce diacre fut vénéré et un oratoire fut dressé sur les lieux de son supplice. Puis, en 577-579, Gontran, roi de Bourgogne, voulant honorer sa mémoire, fit élever l'abbaye Saint-Marcel-lès-Chalon pour y être enseveli auprès de la dépouille du saint.

Après la christianisation de l'Empire romain, la ville prend donc le nom de Saint-Marcel, qu'elle perdit quelques mois sous la Ire République (1792) au profit de Ubilac[15].

Politique et administrationModifier

Tendances politiquesModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
ca. 1940   Alfred Jarreau Rad. Négociant
Conseiller général du canton de Chalon-sur-Saône-Sud (1945 → 1967)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 1983 Roger Balan    
mars 1983 mars 1989 Maurice Gonthey[16]
(1931-2019)
  Maraîcher puis horticulteur
mars 1989 septembre 2006 Roger Leborne PS Enseignant
Ancien député de la 4e circonscription de Saône-et-Loire (1984 → 1986)
Conseiller général du canton de Chalon-sur-Saône-Sud (1979 → 1998)
septembre 2006 mars 2014 Jean-Noël Despocq
(1956- )
PS Retraité ErDF
mars 2014 En cours
(au 26 mai 2020)
Raymond Burdin[17]
(1950- )
UMP-LR Sapeur-pompier retraité
Réélu pour le mandat 2020-2026[18]
Les données manquantes sont à compléter.

Canton et intercommunalitéModifier

La commune fait partie du Grand Chalon.

Instance judiciaire et administrativeModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[20].

En 2018, la commune comptait 6 113 habitants[Note 4], en augmentation de 2,53 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,73 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7489699741 1411 1731 2841 2781 4051 407
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4551 5181 5311 6481 6741 6731 7431 7671 886
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9062 0692 2192 2742 4192 6132 7062 8072 900
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 1983 5164 2533 9734 1184 7055 6035 8166 002
2018 - - - - - - - -
6 113--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramides des âgesModifier

EnseignementModifier

En 2020, la ville possède 2 écoles maternelles, 2 écoles primaires, 1 collège et 1 CFA.

SantéModifier

SportsModifier

AssociationsModifier

CultesModifier

ÉconomieModifier

Usine FramatomeModifier

Le groupe Framatome (anciennement Areva NP) possède une usine à Saint-Marcel pour la fabrication des cuves de réacteurs nucléaires[23],[24].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Temple : au IIe siècle, les Romains firent dresser un petit temple qui se trouvait à l'entrée de la ville où était nichée une statue, celle du dieu Bacon. Il n'en reste plus aujourd'hui qu'une simple colonne.
  • Abbaye Saint-Marcel-lès-Chalon   Classé MH (1862)[25],[26].
Reconstruite au XIIe siècle, elle est rattachée à l'abbaye de Cluny et devient un prieuré.
Il ne reste de l'abbaye que l'église qui a été restaurée en 2003.
Pierre Abélard y meurt le . Un tombeau monumental est érigé puis vidé à la Toussaint 1144. Sa dépouille est transportée à l'abbaye du Paraclet.
  • Le Réservoir : Bâtiments situés à côté de l'ancienne gare de Saint-Marcel. Ce bâtiment abrite les grandes cuves cylindriques qui, autrefois étaient utilisées pour stocker l'eau destinée au fonctionnement des locomotives de la voie de chemin de fer Chalon-sur- Saône - Saint-Marcel - Mervans.
Aujourd'hui, le Réservoir abrite un ensemble culturel municipal composé d'une salle de spectacle (Le Palan), d'une salle de danse, d'une salle d'exposition ("L'Atelier") et du studio d'enregistrement de "Radio Vagabondage".

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre Abélard (1079-1142), philosophe, dialecticien et théologien chrétien.
  • Héloïse d'Argenteuil (1092-1164), intellectuelle du Moyen Âge, épouse d'Abélard.
  • Benoît Sarre, né à Saint-Marcel-lès-Chalon le 9 pluviôse an VIII () et décédé le , centenaire ayant connu trois siècles dont la commune de Saint-Marcel célébra les cent ans par une cérémonie officielle organisée le [27].
  • L'abbé Bidaut, curé de Saint-Marcel de 1892 à sa mort (1917), qui, en prêtre féru de sciences, fut à l'origine de l'électrification de la commune au début du XXe siècle[28].

HéraldiqueModifier

  Blason
De gueules à deux clés d'or passées en sautoir, les pannetons affrontés, à l'épée haute d'argent brochante[29].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Jacquet, Saint-Marcel des origines à 1930, Éditions du Groupe 71, 2001.
  • Marguerite Sermesse, Saint-Marcel-lès-Chalon, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 6 (), pp. 12–13.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  2. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  3. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Unité urbaine 2020 de Chalon-sur-Saône », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Chalon-sur-Saône », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 3 avril 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 16 mai 2021)
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 16 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Amaury Collet, « Un grand site gaulois au sud de Chalon-sur-Saône », sur Archeodunum, (consulté le 31 octobre 2019).
  15. Pierre Jacquet, SAINT MARCEL DES ORIGINES À 1930, Éditions du Groupe 71, 2001
  16. « Maurice Gonthey, ancien maire de la commune, nous a quittés », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne).
  17. Le Journal de Saône-et-Loire, édition Chalon du 7 avril 2014, p. 10
  18. « Le conseil municipal est en place », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « SOCIAL / Grève chez Areva Saint-Marcel », sur lejsl.com, Le Journal de Saône et Loire, (consulté le 15 août 2020).
  24. http://www.romandie.com/news/Areva-dans-la-tourmente-forte-inquietude-des-syndicats_RP/540817.rom
  25. « Abbaye (ancienne) », notice no PA00113443, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture.
  27. « Nos centenaires », article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 85 (printemps 1991), page 14.
  28. « Histoire d'un curé éclairé et éclairant », article de Roger Génelot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 129 de mars 2002 (pages 21 et 22).
  29. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Armorialdefrance