Meslan

commune française du département du Morbihan

Meslan
Meslan
L'église Saint-Melaine.
Blason de Meslan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Intercommunalité Communauté de communes Roi Morvan Communauté
Maire
Mandat
Sébastien Wacrenier
2020-2026
Code postal 56320
Code commune 56131
Démographie
Gentilé Meslannais, Meslannaises
Population
municipale
1 424 hab. (2017 en augmentation de 2,37 % par rapport à 2012)
Densité 38 hab./km2
Population
aire urbaine
25 412 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 42″ nord, 3° 25′ 49″ ouest
Altitude Min. 35 m
Max. 160 m
Superficie 37,13 km2
Élections
Départementales Canton de Gourin
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Meslan
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Meslan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meslan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meslan
Liens
Site web http://www.meslan.fr/

Meslan [melɑ̃] est une commune française située dans le département du Morbihan en région Bretagne. Historiquement, elle fait partie du Vannetais et du Kemenet-Héboé.

ToponymieModifier

Attesté sous les formes Metlan et Mezlan en 1282 [1]

Le nom de Meslan viendrait de saint Melan ou Melaine évêque de Rennes de 505 à 530[2].

Melann en breton semble dériver du gaulois Medio, milieu et lano, plaine. Meslan serait donc la « Plaine du milieu »[3].

GéographieModifier

Localisation et communes limitrophesModifier

Meslan est une commune rurale, bordée à l'ouest par la rivière Ellé. Elle sert de frontière naturelle avec les communes limitrophes de Le Faouët, Lanvénégen et Querrien. Les autres communes limitrophes ont pour nom Guilligomarc'h au sud, Berné à l'est et Priziac au nord. Elle est parcourue par les cours d'eau de la Noguette et de la rivière de Pont Tanguy. Le bourg communal est excentré à l'est et n'est distant du bourg voisin de Berné que de 3 km. La ville de Quimperlé est situé à 17 km au sud-ouest du bourg, la ville de Lorient à 28 km au sud, la ville de Pontivy à 34 km à l'est et la ville de Vannes à 63 km au sud-est. En plus du bourg, on compte une soixantaine de lieux-dits et écarts. Le village de Bonijard constitue la plus importante agglomération après le Bourg. Le bocage a presque entièrement disparu à la suite du remembrement dans les années 1970. La commune possède par contre de nombreux secteurs boisés, notamment au sud dans les environs de Boblaye, et totalise 679 ha de bois. Elle est traversée selon un axe nord-ouest - sud-est par la voie rapide Lorient-Roscoff (D 769).

Communes limitrophes de Meslan
Le Faouët Priziac Berné
Lanvénégen   Berné
Querrien Guilligomarc'h Berné

ClimatModifier

Voir Climat du Morbihan (niveau départemental) et Climat de Roi Morvan Communauté (niveau local).
Il n'y pas de station météo manuelle ou automatique de Météo-France sur la commune[4]. Par contre, il existe une station météo privée automatique privée dont les données depuis fin 2012 sont consultables sur Internet[5].
Pour les années 1971 à 2000, la température annuelle moyenne à Meslan est d'environ 11,4 °C et les précipitations annuelles moyennes de 1 050 à 1 100 mm environ[6].

Relevé météorologique de Meslan, année 2017
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −6,1 −2,3 2,6 −0,6 4,8 6,9 8,7 7,5 3,3 1,6 −0,7 −1,2 −6,1
Température moyenne (°C) 4,6 7,6 10,2 10,8 15 17,7 18,4 17,5 14,2 13,8 8,5 7,5 12,2
Température maximale moyenne (°C) 12,6 14,7 19,8 24 28,3 33,4 32,5 31,9 21,1 22,6 18,4 13,8 33,4
Précipitations (mm) 46,6 113,8 72 23,4 84 47,6 50,4 20,4 109 39,2 37,4 175,4 819,2
Source : Données d'une station météo automatique Davis Instruments sur le territoire de la commune[7].
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
12,6
−6,1
46,6
 
 
 
14,7
−2,3
113,8
 
 
 
19,8
2,6
72
 
 
 
24
−0,6
23,4
 
 
 
28,3
4,8
84
 
 
 
33,4
6,9
47,6
 
 
 
32,5
8,7
50,4
 
 
 
31,9
7,5
20,4
 
 
 
21,1
3,3
109
 
 
 
22,6
1,6
39,2
 
 
 
18,4
−0,7
37,4
 
 
 
13,8
−1,2
175,4
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Note : La "Température minimale moyenne" est ici la température minimale relevée pour le mois indiqué de l'année 2017 et la "Température maximale moyenne" est ici la température maximale relevée pour le mois indiqué de l'année 2017.

Le dernier phénomène El Niño a eu lieu de à mai/. Or on constate dans le tableau ci-dessous une baisse de la pluviométrie sur les hivers 2014-2015 et 2015-2016 par rapport à ceux de 2012/2013 et 2013/2014, mais cela n'explique pas la baisse de la pluviométrie sur l'année 2017.
Par contre, l'organisme météorologique britannique a indiqué que ces trois dernières années la température globale moyenne était environ 1 °C au-dessus des niveaux préindustriels[8]. Il peut donc y avoir corrélation entre la température globale moyenne plus élevée ces 3 dernières années et la baisse d'un tiers de la pluviométrie sur la commune ces 3 dernières années.
Pendant le phénomène El Nino de 1997/1998, la pluviométrie annuelle habituelle à Lorient [9] avait été divisé presque par 2 !

Relevé pluviométrique 2013-2020 de la commune de Meslan
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Relevé pluviométrique en 2012 (mm) 151,4 244,6
Relevé pluviométrique en 2013 (mm) 130,8 55 96,5 108,1 71 103,7 84,6 19,3 34,3 149,1 124,9 229,6 1 206,9
Relevé pluviométrique en 2014 (mm) 243,3 270 65,6 66 50,2 24,6 77,8 109,6 7 101,8 127,4 56,6 1 199,9
Relevé pluviométrique en 2015 (mm) 120,8 73,8 21,6 60 75,4 4,4 63,6 81,2 49,6 72,6 97 103,2 823,2
Relevé pluviométrique en 2016 (mm) 190,8 118 93,2 33,4 24,6 50 11,4 27,6 39 49,4 109,2 23,6 770,2
Relevé pluviométrique en 2017 (mm) 46,6 113,8 72 23,4 84 47,6 50,4 20,4 109 39,2 37,4 175,4 819,2
Relevé pluviométrique en 2018 (mm) 176 61,8 164,2 64,4 42,4 92,8 78 15,6 23,4 66,4 132,2 188,2 1 105,4
Relevé pluviométrique en 2019 (mm) 65,6 92,4 63 86,4 63,2 55,4 14 65,6 68 230 198 209 1 210,6
Relevé pluviométrique en 2020 (mm) 148,8 171
Source : Données d'une station météo automatique Davis Instruments sur le territoire de la commune [10].


GéologieModifier

Le sous-sol de Meslan est constitué de granite à cristaux de micas blanc sauf dans le quart nord où il s'agit de micaschiste[11]. Du minerai contenant de l'uranium a été extrait pendant une courte période allant de 1963 à 1977 sur deux sites de la commune : Rosglas et Kervrec'h.

HistoireModifier

 
Blason des de Stanghingant, seigneurs de Stanghingant et de Restinois.

Sous l'Ancien Régime, Meslan était le siège d'une vicomté qui fut rattachée à la baronnie du Faouët au XVIIe siècle par les du Fresnay. Les principaux seigneurs de la paroisse étaient les De Stanghingant qui résidaient aux XVe et XVIe siècles dans leur manoir de Restinois. Leurs armes étaient « de gueules au sautoir d'argent ». Au XVIIe siècle, la seigneurie passa par alliance à la famille Jeguic.

Sur la commune de Meslan, on note la présence d'un village nommé le Clandy qui correspond probablement à l'emplacement d'une ancienne léproserie. Ce toponyme associant les termes « Klan » malade et « Ty » maison servait en effet à désigner au Moyen Âge ce type d'établissement.

XVIIe siècleModifier

Pendant la Révolte des Bonnets rouges, Alain Maillard, prêtre de Lanvénégen, appelle les habitants de Meslan et Berné à la sédition, distribuant des papiers et clamant haut et fort qu'il s'agit de la gabelle que l'on veut leur faire payer.

Révolution françaiseModifier

La période révolutionnaire voit patriotes et chouans s'affronter dans la région. Les biens des chapelles de Meslan (Saint-Armel, Saint-Georges et Saint-Patern) sont vendus aux enchères le au profit des patriotes qui s'en portent acquéreurs. Les journées du 9 et du sont particulièrement mouvementées à Meslan. Louis Trouboul, officier municipal de la commune, est tué de plusieurs coups de fusil par les chouans, après que ces derniers l'aient contraint à se mettre à genoux et à réciter son Confiteor. Les demeures du citoyen Puissant, recteur constitutionnel de la paroisse et celle d'Étienne Jamet, secrétaire greffier, sont pillées. Leurs occupants s'étaient déjà fort prudemment réfugiés au Faouët. L'arbre de la liberté est arraché. Réfugié au Faouët, Étienne Jamet se retrouvait à Meslan le pour les devoirs de sa charge de greffier. Il s'en revenait le lendemain quand il fut rejoint par des chouans sans doute prévenu de son passage. Son cadavre fut retrouvé au milieu du chemin, près du moulin de l'Etang en Meslan [12]. Jean Salvar, le fils du meunier du moulin de Restinois, était le capitaine des chouans pour le secteur de Meslan.

Première Guerre mondialeModifier

Meslan paie un lourd tribu à la guerre 14-18 avec 103 tués selon les chiffres des registres communaux de Meslan et 119 tués selon les chiffres du monument au mort de la commune pour une population de 2 400 habitants.

Seconde Guerre mondialeModifier

Les champs de Villéon, zone rectangulaire encadrée de bois, situés dans le sud de la commune dans le quartier de Boblaye, ont servi de lieu de parachutage dans la nuit du à des containers d'armes et à un groupe radio constitué de trois hommes. Cet endroit avait été choisi en raison de son isolement, le quartier de Boblaye, constitué d'une maison de maître et de fermes en dépendant, étant très boisé (600 ha dont 300 ha de bois) et difficile d'accès, les routes étant peu praticables. Les parachutages se déroulèrent bien. En effet les allemands ne découvrirent le lieu des parachutages que quelques jours plus tard. Les maquisards des environs disposèrent de suffisamment de temps pour venir récupérer les armes contenus dans les containers. Cependant, un des hommes du groupe radio, Odgen Smith, resta suspendu à un chêne au bas du champ de Villéon, avant qu'un groupe de fermiers ne l'aperçoive dans la matinée et ne le détache[13].

La commune de Meslan fut le théâtre d'accrochages entre les maquisards et les troupes allemandes au moment où ces derniers, en pleine déroute face à l'avancée des américains dans la péninsule, se repliaient sur la base de Lorient. Un premier accrochage eu lieu dans la nuit du 3 au 4 aout 1944 à Botquédan entre un convoi non motorisé en provenance de Plouray et les maquisards. Le lendemain un accrochage eu lieu au même endroit entre une colonne motorisée constituée d'une quarantaine de véhicules provenant de Carhaix et les maquisards. Les maquisards, soixante à soixante-dix hommes armés de 7 fusils mitrailleurs, de 35 fusils et de mitraillettes arrosèrent copieusement les six premiers véhicules de la colonne, faisant certainement de nombreuses victimes[13].

LangueModifier

La langue vernaculaire en usage sur la commune, avant le basculement linguistique survenu au cours du siècle dernier, était le bas vannetais du Pays Pourlet, un sous dialecte du breton vannetais.

Politique et administrationModifier

 
La mairie et la poste.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 2020 En cours Sébastien Wacrenier[14]    
mars 2001 mai 2020 Ange Le Lan    
1962 1971 Pierre Le Flecher    
1940 1962 Joseph Le Gallo    
1904 1940 Mathurin Le Roy    
? 1904 Mathurin Picarda    
1830 1852 Mathurin Lavolé    
? 1830 Louis Picarda    
? 1794 Louis Trouboul    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

Meslan est la commune du Morbihan qui a enregistré la plus forte baisse de population entre les recensements de 1990 et 1999 : - 17,8 %.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2017, la commune comptait 1 424 habitants[Note 1], en augmentation de 2,37 % par rapport à 2012 (Morbihan : +2,52 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6331 6951 6361 7551 6991 8601 6501 8891 876
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8401 8141 9401 8221 8761 9382 0282 0222 168
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2142 3982 4702 5152 5532 5332 3422 2442 044
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 8351 6561 6081 6301 4521 1931 2421 3711 426
2017 - - - - - - - -
1 424--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges en nombre d'individus à Meslan en 2016 [19].
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou plus
57 
75 à 90
89 
113 
60 à 74
112 
173 
45 à 59
143 
139 
30 à 44
135 
84 
15 à 29
83 
148 
0 à 14
142 

ÉconomieModifier

Secteur primaireModifier

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Meslan, observées entre 1988 et 2010, soit sur une période de 22 ans[20].

1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 94 49 33
Équivalent Unité de travail annuel (UTA) 146 61 50
Surface agricole utile (SAU) (ha) 2 083 1 918 1 539
Cheptel (nombre de têtes) 6 379 4 204 3 806
Superficie en terres labourables (ha) 1 650 1 376 1 313
Superficie en cultures permanentes (ha) 2 2 0
Superficie toujours en herbe (ha) 426 540 226


Évolution du cheptel à Meslan
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations agricoles en Vaches laitières 59 18 12
Nombre de têtes en Vaches laitières 1278 749 613
Nombre d’exploitations agricoles en Vaches nourrices (allaitantes) 15 12 10
Nombre de têtes en Vaches nourrices (allaitantes) 305 399 205
Nombre d’exploitations agricoles en Poulets de chair et coqs 45 9 3
Nombre de têtes en Poulets de chair et coqs 176 473 99 000 95 150
Évolution des cultures à Meslan
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations agricoles ayant des Cultures de céréales (blé tendre, Maïs-grain et maïs-semence) 70 27 16
Superficie des Cultures de céréales (blé tendre, Maïs-grain et maïs-semence) (ha) 371 433 312
Nombre d’exploitations agricoles ayant des Cultures en blé tendre 53 16 9
Superficie des Cultures en blé tendre (ha) 181 149 126
Nombre d’exploitations agricoles ayant des Cultures en maïs-grain et maïs-semence 5 10 4
Superficie des Cultures en maïs-grain et maïs-semence (ha) 50 87 63

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Église paroissialeModifier

Chapelle Sainte-Catherine et fontaineModifier

 
La chapelle Sainte-Catherine.
 
Statue de la fontaine représentant saint Yben.

La chapelle, située dans le village de Bonigeard, date de la seconde moitié du XVIIe siècle. Autrefois sur le lambris de la nef figurait cette inscription : FAIT PAR MOI IAN SCORDIA/ANTOUEN GARIN FABRIC/SAINQUIEM JUILLET L'AN 1698.

L'édifice est en forme de croix latine. La charpente ressemble à une coque de bateau renversée et semble avoir été construite selon les règles de la construction navale de l'époque. Les murs, autrefois couverts d'un crépi et blanchi à la chaux, ont été mis à nu lors des travaux de restauration des années 1971-1974. La statuaire se compose de quatre statues en bois polychrome du XVIIe siècle et XVIIIe siècle. Sainte Catherine, la patronne des lieux, y est représentée coiffée d'une couronne, habillée avec recherche selon la mode du XVIe siècle. Elle y côtoie saint Cornély, coiffé d'une tiare et tenant une croix papale, Sainte Hélène, coiffée d'une couronne et tenant un livre dans la main gauche et saint Yben, en position d'orant : les deux mains levées pour la prière. Saint Cornély fait partie des saints guérisseurs et protecteur du bétail, en particulier des bêtes à corne. Plus populaire que sainte Catherine, il a fini par la détrôner et lors de son pardon, le 3e dimanche de septembre, il recevait de nombreuses offrandes, notamment de crins coupés à l'extrémité de queue des bovins.

À proximité de la chapelle se trouve une fontaine de dévotion. Celle-ci a été restaurée en 1983. Elle se compose d'un bassin de forme rectangulaire et d'une niche concave à coquille abritant une statue en granite de saint Yben datant du XVIe siècle. Le saint y figure tête nue, vêtu d'une robe, portant une aumônière à la ceinture. La main droite est tendue à l'avant, paume ouverte vers l'eau, tandis que la main gauche est collée à son oreille. Il était en effet invoqué pour les maux d'oreilles et la surdité.

Calvaire de BonigeardModifier

Le calvaire,   Inscrit MH (1933), granite, XVIe siècle : fragments provenant de l'ancien calvaire de Bonigeard remontés à une époque récente sur un socle situé au carrefour du village, dans le voisinage immédiat de la chapelle Sainte-Catherine.

Chapelle Saint-PaterneModifier

 
La chapelle Saint-Paterne.

La chapelle, située dans le hameau de Ouennec, est une fondation de René du Fresnay, chevalier de l'ordre du Roy, vicomte de Meslan, baron du Faouët et de Barrégan. La construction porte les dates 1641 et 1642 mais a subi des remaniements en 1754 et 1919. Construite au milieu du XVIIe siècle, le poids de la tradition et les hésitations des constructeurs face à un art nouveau y sont manifestes, notamment dans la forme des ouvertures et leur répartition. La forme évolue d'est en ouest. Les arcs sont fortement brisés dans le chœur et faiblement brisés dans la nef. Les fenêtres des pans diagonaux du transept ainsi que la porte dans le bras nord sont murés.

Autres monumentsModifier

  • église Saint-Melaine, XVIIe siècle
  • chapelle Saint-Armel, XVIIIe siècle et fontaine
  • chapelle Saint-Georges et fontaine
  • manoir de Stanghingant, porte la date 1738
  • manoir de Kerroualch
  • manoir de Restinois
  • fontaine Saint Louis

Liste des lieux-ditsModifier

  • Bihilic
  • Bodaval
  • Bonijard
  • Botquédan
  • Bourriec
  • Bugnes, les
  • Château de Boblaye
  • Clandy, le
  • Cosquer, le
  • Drennec, le
  • Gare, la
  • Garvic, le
  • Guellec, le
  • Guernebrest
  • Guernehors
  • Guernévé
  • Harlenton, le
  • Keranna
  • Kerandouarn
  • Kerantoc
  • Kerbourriec
  • Kerbreton
  • Kerdaniel
  • Kerflémic
  • Kerforner
  • Kerguerizen
  • Kerguilloux
  • Kerguisquet
  • Kerhoat
  • Keriquel
  • Kermabon
  • Keroualc'h
  • Kerozen
  • Kervélégan
  • Kervelen
  • Kervran
  • Kervrec'h Coz
  • Kervrec'h Nevez
  • Keryouac'h
  • Leslehé
  • Méléné
  • Melmélégan
  • Méné Morgant
  • Mézomeur
  • Moulin Bégasse
  • Moulin de Boblaye
  • Moulin Julien
  • Moustoir, le
  • Nénevé Bihan
  • Nénevé Braz
  • Ouennec, le
  • Pencleu
  • Penquelen
  • Penvern
  • Petit Boblaye
  • Pistiagon
  • Pont Foriec
  • Pont Tanguy
  • Prat Guen
  • Prat Méno
  • Quesquédan
  • Restédou
  • Restembobblaye
  • Resclen
  • Restern
  • Restinois
  • Roscalet
  • Rozanpouillot
  • Roz Guilloux
  • Runo, le
  • Saint Georges
  • Saint Patern
  • Saint Tréhien
  • Saint Yzaouen
  • Salles de Boblaye, les
  • Stang Groez
  • Stang Hingant
  • Toulhoat
  • Tulin
  • Villegoadec
  • Villebriant

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de Meslan se blasonnent ainsi :

De gueules au sautoir d'argent; au chef d'hermine.

Création J-Cl. Renaud. Armes de la famille de Stanghingant (1426) sommées d'un chef de Bretagne.

Personnalités liées à la communeModifier

TransportsModifier

Voir Transports à Roi Morvan Communauté

ÉconomieModifier

Voir Économie à Roi Morvan Communauté

TélécommunicationsModifier

Voir Télécommunications à Roi Morvan Communauté

SantéModifier

Voir Santé à Roi Morvan Communauté

EnseignementModifier

Voir Enseignement à Roi Morvan Communauté pour les collèges et lycées.

Culture et loisirsModifier

Voir Culture et loisirs à Roi Morvan Communauté

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France, page 189.[réf. non conforme]
  2. Daniel Delattre, 2004, "Autrefois Mezlan au XVe siécle. Tire son nom de Saint-Melan ou Melaine, évêque de Rennes de 505 à 530".
  3. Hervé Abalain - 2000 - Noms de lieux bretons - Page 84.
  4. Informations sur les stations (métadonnées)
  5. Station météo privée à Meslan
  6. Atlas de l'environnement du Morbihan - Le climat (carte des moyennes 1971-2000)
  7. Statistiques de la station météo privée à Meslan
  8. Climat : la hausse de la température moyenne de la Terre pourrait flirter avec 1,5 °C d'ici à 2022 (01/02/2018)
  9. Climatologie globale à Lorient-Lann Bihoué (Pluviométrie de 1991 à 2017)
  10. Statistiques
  11. « carte géologique du socle département du Morbihan » (consulté le 31 mai 2011)
  12. Laurent Léna, Le Faouët sous la Révolution et l'empire, Priziac, .
  13. a et b René Le Guenic, les maquisards chez nous en 1944, imprimerie Basse Bretagne, 2013
  14. « Municipales à Meslan. Le maire Sébastien Wacrenier, épaulé par trois adjoints », sur Ouest-France,
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  19. « Population par sexe et âge à Meslan en 2016 » (consulté le 26 décembre 2019).
  20. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le 25 décembre 2019).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :