Ouvrir le menu principal

Maison von und zu Fürstenberg

famille princière allemande

Les membres de la Maison von und zu FürstenbergModifier


Chefs de la maisonModifier

  • Son Altesse Sérénissime le prince héréditaire Charles-Egon III de Fürstenberg a épousé Son Altesse Sérénissime la princesse Élisabeth Reuss-Greiz, avec qui il a eu :
  • Son Altesse Sérénissime le prince héréditaire Maximilien-Egon II de Fürstenberg, qui a épousé Son Altesse Sérénissime la princesse Irma de Schönborn-Buchheim, avec qui il a eu :
    • Son Altesse Sérénissime le prince héréditaire Charles-Egon V de Fürstenberg a épousé Son Altesse Sérénissime la princesse Françoise de Nostitz-Rieneck (sans enfants) ; lui succède son neveu
  • Son Altesse Sérénissime le prince héréditaire Joachim-Egon de Fürstenberg, qui a épousé Son Altesse Sérénissime la princesse Paula de Königsegg-Aulendorf, avec qui il a eu :
    • Son Altesse Sérénissime le prince Heinrich (1950), qui a épousé Son Altesse Sérénissime la princesse Maximilienne de Windisch-Graetz, d’où, entre autres :
    • Son Altesse Sérénissime le prince héréditaire Christian (1977), marié avec Jeannette Griesel. Ils sont les parents de deux fils et d’une fille : Tassilo (2013), Maria Cecilia (2015) et Tristan (2018).

Autres membres de la maisonModifier

  • Son Altesse Sérénissime le prince Egon von und zu Fürstenberg a épousé en 1969 (divorcé trois ans plus tard) la Belge Diane Halfin, plus connue sous le nom professionnel de Diane von Fürstenberg, avec qui il aura deux enfants :
    • Son Altesse Sérénissime le prince Alexander von und zu Fürstenberg (1970), marié à Alexandra Miller (divorcés), fille du businessman Robert Warren Miller et sœur de la princesse héréditaire de Grèce, Marie-Chantal Miller, d'où Talita (1999) et Tassilo (2001).
    • Son Altesse Sérénissime la princesse Tatiana von und zu Fürstenberg (1971), mariée à Russell Steinberg

La branche de Heiligenberg-WerdenbergModifier

La branche de Heiligenberg-Werdenberg est issue du comte Joachim (1538-1598), dernier fils de Frédéric II (ou III) (voir la généalogie et Heiligenberg). Joachim fut père de Frédéric IV (1563-1617), père lui-même d'Egon VIII (1588-1635). Egon VIII eut onze enfants d'Anna-Maria fille de Johann-Georg de Hohenzollern-Hechingen, dont les deux princes-évêques de Strasbourg François-Egon (1626-1682) et Guillaume-Egon (1629-1704 ; alias le cardinal de Fürstenberg) ; Anna-Maria de Fürstenberg (1634-1705 ; épouse de Ferdinand-Karl de Löwenstein-Wertheim-Rochefort, d'où Maria-Wilhelmina de Löwenstein, deuxième femme de Philippe de Courcillon-Dangeau, mère de Philippe-Egon et grand-mère de Marie-Sophie de Courcillon) ; et Herman-Egon de Fürstenberg (1627-1674), Prince de Fürstenberg-Heiligenberg en 1664, père d'Anton-Egon de Fürstenberg-Heiligenberg (1656-1716 ; parmi ses enfants, Philippine-Louise (1690-1706) épouse le maréchal Louis de Gand-Vilain d'Isenghien en 1700, et Marie-Louise-Mauritia de Fürstenberg (1688-1749) épouse en 1708 Marie-Jean-Baptiste Colbert de Seignelay comte de Tancarville et de Gournay (1683-1712), fils de Jean-Baptiste Colbert de Seignelay et petit-fils du grand Colbert).

Titres de La Maison von und zu FürstenbergModifier

  • Comte von Fürstenberg (1250)
  • Landgrave in der Baar (1283)
  • Comte von Heiligenberg (1554)
  • Landgrave von Stühlingen (1635)
  • Prince du Saint-Empire (1664 (branche Heiligenberg), 1716 (branche Moesskirch), 1744 (branche Stühlingen)
  • Prédicat d'altesse sérénissime (en allemand : Durchlaucht) par la Diète germanique (1825)[réf. nécessaire]

Armorial de La Maison von und zu FürstenbergModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Médiéval Généalogie
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s L'Art de vérifier les dates des faits historiques
  3. a b et c Le blason des armoiries de tous les chevaliers de l'ordre de la Toison d'Or depuis la première institution jusques à présent

SourcesModifier

  • Jean-Baptiste Maurice, Le blason des armoiries de tous les chevaliers de l'ordre de la Toison d'Or depuis la première institution jusques à présent, (lire en ligne), p. 134 et 223
  • Nicolas Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques et autres anciens monuments, depuis la naissance de Notre-Seigneur, par le moyen d'une table chronologique, (lire en ligne), p. 71 à 74

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier