Ouvrir le menu principal

Comtes du Saint-Empire

titre de noblesse du Saint-Empire romain germanique

Comte du Saint-Empire
Image illustrative de l’article Comtes du Saint-Empire
Armoiries d'un comte du saint empire

Image illustrative de l’article Comtes du Saint-Empire
Couronne de comte du Saint empire

Titulature Votre excellence
Création Xe siècle
Transmission Héréditaire ou personnel
Assis sur Comté ou Nom de famille
Type Titre de la haute noblesse d'empire immédiate
Abrogation 1806
Extinction 1919

Un comte du Saint-Empire (allemand : Reichsgraf) était un noble dont le titre de comte avait été conféré ou confirmé par le Saint-Empereur Romain. À partir de l'époque féodale, tout comte dont le fief se situait dans l'Empire, sous la juridiction immédiate de l'Empire, ou qui exerçait conjointement un droit de vote au sein de la Diète d'Empire (Reichstag) fut considéré comme comte du Saint-Empire. Les détenteurs du titre de comte du Saint-Empire appartenaient de plein droit à la haute noblesse germanique (Hohel Adle), de même que les princes (Fürsten), ducs (Herzöge), électeurs, et l'Empereur en personne[1].

Dans le Saint-Empire, il existait également de nombreux comtes qui ne possédaient pas le titre de Reichsgraf, ceux-ci étant généralement détenteurs de fiefs ne relevant pas de l'autorité immédiate de l'Empire mais de celle d'un prince de l'Empire, duc ou électeur (Afterlehen). Néanmoins, l'Empereur pouvait parfaitement élever au titre de comte du Saint-Empire certains de ses sujets (ou des sujets étrangers) qui ne possédaient pas de fiefs directement placés sous l'autorité impériale, parfois même qui ne possédaient aucun fief[2]. L'allemand utilise le terme gefürsteter Reichsgraf (comte princier du Saint Empire) pour un comte auquel le titre de Reichsgraf a été octroyé par décision impériale pour le différencier de ceux dont les ancêtres détiennent ce privilège depuis le Haut Moyen Âge.

Ces titres honorifiques, personnels ou familiaux, donnaient à leurs détenteurs la préséance sur tous les autres comtes. Cette pratique fut conservée après la disparition du Saint-Empire en 1806, notablement à la Cour d'Autriche et à celle de Prusse (devenue d'Allemagne en 1871).

Voir aussiModifier

RéférencesModifier