Lorenz d'Autriche-Este

aristocrate autrichien
Lorenz d'Autriche-Este
Description de cette image, également commentée ci-après
Lorenz d'Autriche-Este en juin 2010.

Titre

Prétendant au trône de Modène

Depuis le
(28 ans, 2 mois et 6 jours)

Prédécesseur Robert d'Autriche-Este
Biographie
Titulature Prince de Belgique
Archiduc d’Autriche-Este
Prince de Hongrie, de Croatie et de Bohême
Duc de Modène
Dynastie Maison d'Autriche (Habsbourg-Lorraine), branche d'Autriche-Este
Distinctions

Chevalier de l'ordre de la Toison d'or (maison d'Autriche)

Grand cordon de l'ordre de Léopold (Belgique)

Plusieurs autres décorations dynastiques ou étrangères
Nom de naissance Lorenz Otto Carl Amadeus Thadeus Maria Pius Andreas Marcus d'Aviano von Österreich-Este[1]
Naissance (68 ans)
Boulogne-Billancourt (France)
Père Robert d’Autriche-Este
Mère Margherita de Savoie-Aoste
Conjoint Astrid de Saxe-Cobourg
Enfants Amedeo d’Autriche-Este
Maria Laura d’Autriche-Este
Joachim d’Autriche-Este
Luisa Maria d’Autriche-Este
Laetitia Maria d’Autriche-Este
Description de l'image Arms of Lorenz of Austria-Este.svg.

Lorenz d'Autriche-Este, né le à Boulogne-Billancourt, est un membre de la maison d'Autriche (Habsbourg-Lorraine) et porte les titres de courtoisie d'archiduc d'Autriche-Este, duc de Modène, prince de Hongrie, de Croatie et de Bohême. Par son union avec la princesse Astrid, fille du roi Albert II, il fait également partie de la famille royale belge et a été fait prince de Belgique en 1995.

Biographie modifier

Jeunesse et études (1955-1981) modifier

Enfance, études primaires et secondaires (1955-1976) modifier

L'archiduc Lorenz est né à Boulogne-Billancourt le 16 décembre 1955. Il est le premier fils et le deuxième enfant de l'archiduc Robert d'Autriche-Este et de la princesse Margherita de Savoie-Aoste. L'archiduc est baptisé par le cardinal Paolo Marella, alors nonce apostolique en France, le à Saint-Nom-la-Bretèche, dans le département des Yvelines. Son parrain est son oncle paternel l'archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine, tandis que sa marraine est sa tante maternelle la princesse Marie-Christine de Savoie-Aoste[2]. La famille a vécu en région parisienne puis à Mulhouse[3] et enfin en Suisse où l’archiduc Robert fut à la tête d’une banque privée[4],[5],[6].

L'archiduc Lorenz effectue donc ses études primaires et secondaires en France, au collège La Salle Passy Buzenval, à Rueil-Malmaison, où il obtient également son baccalauréat économique (série B) avec mention en 1976[6].

Service militaire et études supérieures (1976-1983) modifier

En 1976 et 1977, il effectue son service militaire dans un régiment de chasseurs alpins de l'armée fédérale autrichienne et devient finalement capitaine de réserve[6].

Il suit ensuite les cours de l'université de Saint-Gall en Suisse entre 1978 et 1981[7], puis de l'université d'Innsbruck en Autriche entre 1981 et 1983. En 1983, il obtient ainsi une maîtrise avec mention en sciences économiques et politiques, spécialité « budget et financement de la Communauté européenne »[1],[6],[3].

Durant cette période, son intérêt pour le secteur bancaire se concrétise par plusieurs stages, d'abord à la Hambros Bank de Londres en 1979, puis à la Banco di Santo Spirito de Rome en 1981[6].

Activités professionnelles (1983-) modifier

Début de carrière en Suisse (1983-1993) modifier

Ses études achevées, il s'installe à Bâle en Suisse. Il y poursuit une carrière dans la finance et le conseil bancaire, comme son père l'archiduc Robert d'Autriche-Este avant lui, notamment pour la banque privée E. Gutzwiller & Cie[8],[6]. C'est également à cette période qu'il épouse, le 22 septembre 1984, la princesse Astrid de Belgique, qui emménage ainsi à Bâle[9],[6],[3].

En 1985, il passe 6 mois à Paris, au Crédit commercial de France, puis devient fondé de pouvoir de la banque privée E. Gutzwiller & Cie. Promu directeur en 1987, il devient associé gérant (partner) de la banque en 1990, poste qu'il occupe encore en 2021[8].

Après neuf années passées à Bâle et à la suite de l'abolition de la loi salique dans la constitution belge, la princesse Astrid entre dans l'ordre de succession et le couple princier ainsi que leurs enfants déménagent en Belgique en 1993 à la demande du roi Baudouin : d'abord dans un immeuble de la rue Brederode derrière le palais royal de Bruxelles[10],[6], puis dans la villa Schonenberg près du château du Stuyvenbergh, propriété de la Donation royale[1],[6],[3].

Depuis 1993 modifier

En 1993, l'archiduc Lorenz, intègre la SWIFT SC Bruxelles comme conseiller du directeur général, poste qu'il occupe jusqu'en 1995, année où il devient conseiller au directoire de Paribas. En parallèle, il est également conseiller au directoire de Cobepa S.A. entre 1997 et 2000. Avec la fusion de Paribas et de la BNP, il devient conseiller de la direction générale de BNP Paribas en 1999, poste qu'il occupe quinze ans (jusqu'en 2014)[6].

Au cours de sa carrière, il a été aussi administrateur de nombreuses sociétés, notamment du groupe Paribas International B.V. (1997-2000), de la société Sita S.A. France (1998-2008), de l'Union chimique belge (2001-2011) où il est membre du conseil d'audit, de Suez Environnement (2008-2019) où il est président du comité des nominations et du comité des rémunérations ainsi que membre du comité éthique et développement, du SIX Group, bourse suisse (2014-) où il est membre du comité d'audit, et de la Wordline S.A. France (2019-) où il est membre du comité de stratégie et d'investissement et président du comité de nomination et rémunération[11],[1],[6].

Engagements associatifs modifier

Le prince accompagne de temps en temps son épouse lors d'événements publics ou de visites d'État[12],[13],[6].

En 1997, il est l'un des membres-fondateurs de l'association sans but lucratif La Chaîne de l'espoir, une ONG qui intervient dans le domaine médical pour « donner à chacun et en particulier aux enfants les mêmes chances de survie et de développement »[14],[15],[6].

En outre, il est président d'honneur de l'Association royale des demeures historiques et jardins de Belgique depuis 2004[16], du Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin et de l'ordre teutonique de Belgique. Il accorde depuis 2005 son haut patronage à Europae Thesauri, une association internationale des trésors et musées d'églises, dont le siège est établi au Trésor de la cathédrale de Liège[17],[15],[6].

Hors de Belgique, il est également membre d'honneur de la Spanische Hofreitschule (École espagnole d'équitation de Vienne), membre du Conseil royal de la Couronne roumaine (depuis 2015), et membre de la Confrérie de l'Église Santa Maria dell'Anima (depuis 2017)[15].

Famille modifier

Descendance modifier

Le , l'archiduc Lorenz d’Autriche-Este épouse à Bruxelles, dans l'Église Notre-Dame du Sablon de Bruxelles, la princesse Astrid de Belgique, fille du prince Albert, prince de Liège (futur Albert II) et de la princesse Paola[9]. Ils ont cinq enfants qui portent le titre de prince et princesse de Belgique et la qualification d'altesse royale par décret royal du 12 décembre 1991[18] :

  1. le prince Amedeo de Belgique (né le ), épouse à Rome le Elisabetta Rosboch von Wolkenstein, dont deux filles et un fils :
    1. l'archiduchesse Anna-Astrid d'Autriche-Este (née le ) ;
    2. l'archiduc Maximilian d'Autriche-Este (né le ) ;
    3. l'archiduchesse Alix d'Autriche-Este, née à l'hôpital Delta de Bruxelles le [19] ;
  2. la princesse Maria Laura de Belgique (née le ), épouse à Bruxelles le William Isvy (né le )[20],[21] ;
  3. le prince Joachim de Belgique (né le ) ;
  4. la princesse Luisa Maria de Belgique (née le ) ;
  5. la princesse Laetitia Maria de Belgique (née le )[22],[15],[23].

Ascendance modifier

Ses grands-parents paternels étaient Charles Ier et Zita, les derniers souverains de l'Empire austro-hongrois[22]. L'empereur Charles Ier a été béatifié en 2004 alors que le procès en béatification de l'impératrice Zita est en cours[6].

Il est également lié aux Orléans par sa grand-mère maternelle, Anne d'Orléans (1906-1986), princesse de France, et sœur de feu le prince Henri d'Orléans (1908-1999), comte de Paris[22]. Son grand-père maternel est Amédée de Savoie-Aoste, 3e duc d'Aoste, qui fut nommé en 1937 vice-roi d’Ethiopie puis gouverneur général d'Afrique orientale italienne[4],[6].

L'archiduc Lorenz est également descendant de la noblesse belge. En effet, par sa mère Margherita de Savoie-Aoste, il descend de la maison de Mérode[24] via Louise de Mérode-Westerloo, mère de Maria Vittoria dal Pozzo et belle-mère d'Amédéo Ier d'Aoste, roi d'Espagne de 1870 à 1873[22]. Louise est la fille du comte Werner de Mérode et la nièce des comtes Félix de Mérode et Frédéric de Mérode. Frédéric est un martyr de la révolution belge, menant à l'indépendance belge. Werner et Félix furent membres du Congrès national qui a voté la Constitution belge et élu le roi Léopold Ier de Belgique[22],[25],[26],[6].

Titulature et armes modifier

Au sein de la maison de Habsbourg modifier

 
Armoiries du prince Lorenz de Belgique, archiduc d'Autriche-Este
  • -  : Son Altesse impériale et royale l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este, prince impérial d'Autriche, prince royal de Hongrie, de Bohême et de Croatie[1],[27] (naissance) ;
  • - : Son Altesse impériale et royale l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este, prince de Belgique, archiduc d'Autriche-Este, prince royal de Hongrie, de Bohême et de Croatie (mariage).
  • depuis le  : Son Altesse impériale et royale l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este, prince de Belgique, archiduc d'Autriche-Este, prince royal de Hongrie, de Bohême et de Croatie, duc de Modène[1],[28],[6].

Armes : « tiercé en pal (1) d'or au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'azur, (2) de gueules à la fasce d'argent et (3) d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent (Habsbourg-Lorraine), mantelé d'azur à l'aigle d'argent, becquée, languée et couronnée d'or (Este) »[29].

En Belgique modifier

  • -  : archiduc Lorenz d'Autriche-Este
  • depuis le  : Son Altesse royale le prince Lorenz de Belgique, prince de Belgique, archiduc Lorenz d'Autriche-Este (mariage)[5].

En Belgique, il est connu comme S.A.R. le prince Lorenz de Belgique alors qu'au niveau international, il est connu comme S.A.I.R. le prince Lorenz de Belgique, archiduc d'Autriche-Este[15],[30],[31],[32].

Distinctions et décorations modifier

Notes et références modifier

  1. a b c d e et f « Prince Lorenz, Prince de Belgique », Point de Vue,‎ (lire en ligne)
  2. da Rocha Carneiro 2000, p. 76.
  3. a b c et d Régine Salens, « L’archiduc Lorenz, mari de la princesse Astrid, a fêté ses 65 ans: mais qui est donc vraiment celui qui demeure comme un grand inconnu dans l’opinion publique belge? », La DH Les Sports+,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Régine Salens, « Margherita, mère du prince Lorenz et grande dame des gotha, fête ses 90 ans », La DH Les Sports+,‎ (lire en ligne)
  5. a et b « Le Prince Lorenz », sur web.archive.org (consulté le ).
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r « Le prince Lorenz de Belgique », sur familleroyalebelge.blogspot.com, (consulté le ).
  7. « Etudier à l'Université de Saint-Gall », sur institut-promethee.fr (consulté le ).
  8. a et b « E. Gutzwiller & Cie Banquiers - Personnes », sur gutzwiller.ch (consulté le ).
  9. a et b « Archives. Le mariage d'Astrid de Belgique et Lorenz d'Autriche-Este », Point de Vue,‎ (lire en ligne)
  10. « Publication du Centre européen d'études bourguignonnes (XIVe – XVIe siècle) (no 54) », sur brepolsonline.net, (consulté le ).
  11. « Belle promotion pour le prince Lorenz », La DH Les Sports+,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « Her Royal Highness Princess Astrid of Belgium », sur web.archive.org (consulté le ).
  13. « Quel membre de la famille royale a été le plus actif en 2020 ? », sur familleroyalebelge.blogspot.com, (consulté le ).
  14. « Notre Projet Associatif », sur chainedelespoir.org (consulté le ).
  15. a b c d et e « La Famille Royale », sur royalementblog.be (consulté le ).
  16. « L'Association royale des demeures historiques et jardins de Belgique », sur monarchie.be, (consulté le ).
  17. « Membres - Europae Thesauri »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur europaethesauri.eu (consulté le ).
  18. « Arrêté royal relatif à l’octroi du titre de Prince ou Princesse de Belgique », sur ejustice.just.fgov.be, (consulté le ).
  19. La famille royale belge s'est agrandie: "Alix est née samedi, La Libre, 4 septembre 2023.
  20. « Maria Laura de Belgique : mariage en septembre 2022 », sur noblesseetroyautes.com, (consulté le ).
  21. « Maria Laura de Belgique et William Isvy : mariage le 10 septembre 2022 », sur noblesseetroyautes.com, (consulté le ).
  22. a b c d et e (en) Miroslav Marek, « Descendants of Otto Franz Joseph Karl Ludwig Maria, Archduke of Austria », sur genealogy.euweb.cz (consulté le ).
  23. Régine Salens, « Famille royale de Belgique : qui sont les parrains et marraines ? », sur noblesseetroyautes.com, (consulté le ).
  24. (en) « Maison de Mérode », dans Paul Theroff, « Paul Theroff’s Royal Genealogy Site : An online Gotha », sur www.angelfire.com [généalogie descendante]
  25. « Félix de Mérode (1791-1857) », sur unionisme.be (consulté le ).
  26. « Werner de Mérode (1797-1840) », sur unionisme.be (consulté le ).
  27. « Le Prince Lorenz », sur ladynastiebelge.be (consulté le ).
  28. (en) « Duchy of Modena (it: Ducato di Modena e Reggio) », sur almanachdegotha.org (consulté le ).
  29. « Armoiries de Lorenz d'Autriche-Este »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur commons.wikimedia.org, (consulté le ).
  30. « Portrait de S.A.R. la princesse Astrid et son mari, le prince Lorenz », sur rtbf.be, (consulté le ).
  31. Régine Salens, « Le prince Lorenz de Belgique au château de Peles », sur noblesseetroyautes.com, (consulté le ).
  32. Isabelle Rivère, « Astrid de Belgique: "Ma famille est ma force" », Point de Vue,‎ (lire en ligne)
  33. Arrêté royal du 20 décembre 2000 publié au Moniteur belge du 5 avril 2002.
  34. Extrait du Bulletin officiel de l'État, 13 mai 2000]
  35. « Chevaliers de la Toison d'or », sur antiquesatoz.com, (consulté le ).
  36. « Prince Lorenz of Belgium, Queen Mathilde of Belgium, King... », sur Getty Images (consulté le ).

Annexes modifier

Articles connexes modifier

Bibliographie modifier

  • Nicolas Énache, La descendance de Marie-Thérèse de Habsburg, Paris, Éditions L'intermédiaire des chercheurs et curieux, , 795 p. (ISBN 978-2-908003-04-8).  
  • Jean-Fred Tourtchine, Les Manuscrits du CEDRE : Le Royaume d'Italie, vol. III, t. 14, Clamecy, Imprimerie Laballery, , 269 p.  
  • Monique da Rocha Carneiro, La descendance de Frédéric-Eugène duc de Wurtemberg, Paris, Éditions L'intermédiaire des chercheurs et curieux, , 511 p. (ISBN 978-2-908003-17-8).  .

Liens externes modifier