Ouvrir le menu principal

Liste des archevêques de Narbonne

page de liste de Wikipédia

Évêques métropolitainsModifier

IIIe siècleModifier

  • ~251 : Saint Paul de Narbonne, évêque métropolitain.
  • IIIe siècle : Étienne, évêque métropolitain[1].

IVe siècleModifier

  • 359 : Gavidius[2].

Ve siècleModifier

  • 417 - 422 : Hilaire.
  • 427 - 461 : Rusticus - saint Rustique. Vers 441-445, il aurait fait reconstruire la cathédrale de la ville, détruite par un incendie. Comme Hilaire l'évêque d'Arles, il est rappelé à l'ordre par le pape Léon à propos des élections épiscopales.
  • 462 : Hermès.

VIe siècleModifier

  • 506 : Caprarius.
  • 560 : Aquilin[3].
  • v. 588 : Athaloc, archevêque arien.
  • av. 589 - ap. 597 : Migetius ou Mégace.

VIIe siècleModifier

  • 610 : Sergius.
  • 633 - 638 : Selva.
  • ~672 : Argebaud.
  • 683 - 688 : Sunifred.

VIIIe siècleModifier

  • ~768 : Arribert[1].
  • av. 769 - ~798 : Daniel.

ArchevêquesModifier

IXe siècleModifier

  • ~790 - 822 ou ~799- ~825 : Nimfridius (et non, comme on le lit souvent, Nebridius) :
premier métropolitain pour lequel le titre d'archevêque est attesté[4].
abbé de Lagrasse
seconde l'archevêque d'Arles Jean II lors du concile arlésien de 813.
 
Tour-clocher de la cathédrale carolingienne, Narbonne

Xe siècleModifier

fils de Matfred, vicomte de Narbonne et de son épouse Adélaïde.

XIe siècleModifier

Fils de Guifred II, comte de Cerdagne.
déposé par les conciles de Rome (1078 et 1079) pour simonie, mais se maintient en place.
fils de Bérenger, vicomte de Narbonne et de sa seconde épouse, Garsinde de Bésalu ;
moine de Conques, puis évêque de Rodez (avant 1053-1079) ;
ambitionne de succéder à Guifred, déposé en 1078 et 1079 ; est à son tour déposé par les légats pontificaux (1079) et excommunié (1080) ; se retire vers 1081 à Saint-Antonin, puis à Moissac.
abbé de Lagrasse ;
candidat du pape en 1079, contre Pierre de Narbonne.
auparavant évêque de Nîmes ;
déposé par le pape vers 1106.

XIIe siècleModifier

Portrait Épiscopat Titulaire Notes
  1106 à 1121 Richard de Millau
abbé de Saint-Victor de Marseille, cardinal et légat du pape
  1121 à 1149 Arnaud de Lévézou
Auparavant évêque de Béziers (1096-1121); légat pontifical (1129-1142)
  1149/1150 à 1155/1156 Pierre d'Anduze
† fin 1155 ou début 1156
installé fin 1149 ou début 1150; traditionnellement considéré comme issu de la famille des seigneurs d'Anduze; moine, puis abbé de Saint-Gilles (Gard).
  1156 à 1162 Bérenger de Narbonne
installé le 20 juillet 1156; fils d'Aimery Ier, vicomte de Narbonne et de Mahaut de Pouille; frère utérin de Raymond Bérenger III, comte de Barcelone; oncle d'Ermengarde, vicomtesse de Narbonne; auparavant abbé de Lagrasse depuis au moins le 25 novembre 1133
  1162 à 1181 Pons d'Arsac
Auparavant archidiacre de Narbonne; installé en mai 1162.
  1182 à 1191 Bernard Gaucelin (pl)
Probablement de la famille des seigneurs de Lunel (Hérault); auparavant évêque de Béziers (1167-1182); installé archevêque après le 16 mai 1182.

XIIIe siècleModifier

Portrait Armoiries Épiscopat Titulaire Notes
    1191 à 1212 Bérenger de Barcelone archevêque (avril/ juin 1191 - 1212), Fils naturel de Raymond Bérenger IV, comte de Barcelone; frère consanguin du roi Alphonse II d'Aragon et oncle du roi Pierre II d'Aragon Abbé de Mont-Aragon, évêque de Lérida Déposé avant mars 1212 sur ordre du pape Innocent III
    1212 à 1225 Arnaud Amaury Auparavant abbé de Poblet, de Grandselve, puis de Cîteaux (1200-1212); légat pontifical au cours de la Croisade contre les Albigeois
    1226 à 1245 Pierre Amiel
    1245 à 1257 Guillaume de la Broue
    1257 à 1259 Jacques
    1259 à 1261 Guy Fulcodi ou Foulques (Saint-Gilles (Gard), 23 novembre 119? - Viterbe, 29 novembre 1268), 1259-1261, cardinal en 1261 puis pape sous le nom de Clément IV (1265-1268).
    1262 à 1272 Maurin
    1272 à 1286 Pierre de Montbrun
    1287 à 1311 Gilles Aycelin de Montaigu

L'église des bénéfices (XIVe – XVIe siècles)Modifier

XIVe siècleModifier

Portrait Armoiries Épiscopat Titulaire Notes
    1311 à 1341 Bernard de Farges ou de Fargis. Ancien évêque d'Agen, ancien archevêque de Rouen. Neveu du pape Clément V, frère du cardinal Raymond-Guilhem de Fargues.
    1341 à 1347 Gasbert de Valle (ou de La Val) (1297 - 1er janvier 1347). Camérier des papes Jean XXII, Benoît XII et Clément VI, ancien évêque de Marseille et archevêque d'Arles.
    1347 à 1375 Pierre de La Jugie Neveu du pape Clément VI, ancien archevêque de Saragosse, futur archevêque de Rouen et cardinal.
    1375 à 1391 Jean Roger de Beaufort Ancien évêque de Carpentras, futur archevêque d'Auch
    1391 à 1432 François de Conziè Oncle du cardinal et archevêque d'Arles, Louis Aleman

XVe siècleModifier

Portrait Armoiries Épiscopat Titulaire Notes
    1433-1436 François Condolmer Appelé aussi : Coldumier. Cardinal.
    1436 à 1451 Jean d'Harcourt
    1451 à 1460 Louis d'Harcourt
    1460 à 1472 Antoine Du Bec Crespin
    1473 à 1482 Renaud de Bourbon
    1482 à 1484 Georges d'Amboise dit le cardinal d'Amboise. Cardinal en 1498. Futur archevêque de Rouen.
    1484 à 1492 François Hallé (? - Paris, 1492)
    1492 à 1494 Georges d'Amboise Une nouvelle fois
    1494 à 1502 Pierre d'Abzac de la Douze

XVIe siècleModifier

Portrait Armoiries Épiscopat Titulaire Notes
    1502 à 1507 François Guillaume de Castelnau de Clermont-Lodève (1480-1540), dit le cardinal de Clermont-Lodève. Cardinal en 1503.
    1507 à 1514 Guillaume Briçonnet (1445 - Narbonne, 1514) Cardinal en 1495.
    1515 à 1523 Jules de Médicis Cardinal en 1513 puis pape sous le nom de Clément VII (1523-1534).
    1524 à 1550 Jean de Lorraine Cardinal en 1518, évêque de Luçon en 1523, puis évêque de Reims en 1533.
    1550 à 1551 Hippolyte d'Este dit le cardinal de Ferrare Cardinal en 1538.
    1551 François de Tournon Cardinal en 1530[8].
    1551 à 1563 François Pisani (Venise ?, 1474 - Rome, 1570) Cardinal en 1517.
    1563 à 1572 Hippolyte d'Este Une nouvelle fois.

Contre-Réforme (XVIe – XVIIe siècles)Modifier

Portrait Armoiries[9] Épiscopat Titulaire Notes
    1572 à 1575 Simon Vigor
    1582 à 1600 François de Joyeuse Carcassonne, 1562 - Avignon, 1615, Cardinal en 1584.
    1600 à 1628 Louis de Vervins
    1628 à 1659 Claude de Rebé Amplepuis, 1587 - Narbonne, 1659
    1659 à 1673 François Fouquet Paris, 1611 - Alençon, 1673
    1673 à 1703 Pierre de Bonzi Florence, 1631 - Montpellier, 1703. Cardinal en 1672.

Fin de l'Ancien Régime (XVIIIe siècle)Modifier

Portrait Armoiries Épiscopat Titulaire Notes
    1703 à 1719 Charles Le Goux de La Berchère Vif, 1647 - Narbonne, 1719
    1719 à 1739 René François de Beauvau du Rivau Château du Rivau, 1664 - Narbonne, 1739
    1739 à 1751 Jean-Louis Des Balbes de Berton de Crillon 1684 - Avignon, 1751
    1752 à 1763 Charles Antoine de La Roche-Aymon Mainsat, 1697 -Cardinal en 1771, meurt à Paris, 1777
    1762 à 1801 Arthur Richard Dillon est né le 14 septembre 1721 à Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines, il est nommé évêque d'Évreux le 26 septembre 1753, puis archevêque de Toulouse le 2 août 1758, il est nommé archevêque de Narbonne le 21 mars 1763 et meurt dans sa charge le 5 juillet 1806 à Londres, il est le dernier archevêque de Narbonne.


Notes et référencesModifier

  1. a et b Absent de la liste de Jacques Michaud et André Cabanis, Histoire de Narbonne, 1981.
  2. Absent de la liste de Jacques Michaud et André Cabanis, Histoire de Narbonne, 1981. Les auteurs de l'Histoire générale de Languedoc l'incluent dans leur liste, mais précisent : Gavidius souscrivit au concile de Rimini (an 359), mais son nom n'est suivi d'aucune indication du siège auquel il appartenait. De ce que Sulpice Sévère, qui résidait à Primulac, l'appelle episcopus noster, on a conclu que ce siège était celui de Narbonne.
  3. Absent de la liste de Jacques Michaud et André Cabanis, Histoire de Narbonne, 1981. Les auteurs de l'Histoire générale de Languedoc l'incluent dans leur liste, mais précisent : Aquilin est regardé comme métropolitain de Narbonne vers le milieu du VIe siècle, quoiqu'on ne trouve nulle part le nom de cet évêque, si ce n'est dans la vie de S. Victorien, abbé en Espagne, publiée par les Bollandistes, où il est désigné comme un disciple de ce saint qui mourut en 560.
  4. Jacques Michaud et André Cabanis, Histoire de Narbonne, 1981, p. 109 ; Jacques Crémadeills (s.d.), L'Aude de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, Éditions Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents », (ISBN 2-903504-24-5), p. 164.
  5. Dom Devic et Dom Vaissete, Histoire Générale du Languedoc, t. IV, Toulouse, 1872, p. 465, note : LXXXIX.
  6. Absent de la liste de l'Histoire générale de Languedoc ainsi que de celle de Jacques Michaud et André Cabanis, Histoire de Narbonne, 1981. Les auteurs de l'Histoire générale de Languedoc précisent : [Agio] eut à lutter contre Gérard, nommé indûment par Rostaing, archevêque d'Arles, & Amélius, évêque d'Uzès, l'un et l'autre sujets de Louis l'Aveugle, roi de Provence ; mais [Agio] obtint le pallium et finit par se faire reconnaître le seul et véritable évêque.
  7. Élisabeth Magnou-Nortier, « Deux prélats contestés: Barthelémi et Guifred, archevêque de Narbonne », Bulletin de la Commission archéologique de Narbonne, vol. 40,‎ 1978-1979, p. 135-154.
  8. Uniquement signalé dans la liste de Jacques Michaud et André Cabanis, Histoire de Narbonne, 1981. Les auteurs de l'Histoire générale de Languedoc précisent : En 1550, le 27 juin, [Hippolyte d'Este] succéda à Jean de Lorraine dans l'archevêché de Narbonne et s'en démit peu de temps après an faveur de François, cardinal de Tournon, qui le céda à son tour, avant que d'en prendre possession, [à François IV Pisani]. Celui-ci fut nommé par Jules II avec la réserve du tiers net des revenus en faveur du cardinal de Tournon et de la présentation aux bénéfices. (...) Le cardinal de Tournon, archevêque de Lyon, chargea Zerbinatis de conférer en son nom les bénéfices de la métropole de Narbonne.
  9. Il semble que les archevêques de Narbonne n'aient adopté la couronne ducale qu'à partir de Pierre de Bonzi, peut-être à la suite de la publication du livre de Guillaume Besse, Histoire des Ducs, Marquis et Comtes de Narbonne, autrement appelés Prince des Gots, Ducs de Septimanie et Marquis de Gothie en 1660 où l'auteur, dans sa dédicace à François Fouquet, lui donne le titre de duc de Narbonne (Histoire générale de Languedoc, IV, p.259). Une couronne comtale apparaît sur les armes de Claude de Rebé sculptées en dessus de porte dans la salle des audiences du palais des archevêques à Narbonne (voir photographie dans André Mècle, Narbonne, palais des archevêques et cathédrale, Moisenay, Gaud, coll. « Monuments et Histoires », (ISBN 2-84080-067-5), p.54) ainsi que sur celles de François Fouquet sur une gravure de Grégoire Huret ; mais François Fouquet fut envoyé en exil dès 1661, peu après la publication de l'Histoire des Ducs ... de Narbonne. Voir le dessin des blasons des archevêques dans Dom Claude Devic, dom Joseph Vaissète, Histoire générale de Languedoc, vol. XVI (Histoire graphique), Toulouse, Privat, 1899 (réimp. 2006) (ISBN 2-84575-178-8).
  10. Paul Pisani (1907). Répertoire biographique de l'épiscopat constitutionnel (1791-1802). Paris: A. Picard et fils. pp. 371–374.

BibliographieModifier

  • Guillaume Besse, Histoire des Ducs, Marquis et Comtes de Narbonne, autrement appelés Prince des Gots, Ducs de Septimanie et Marquis de Gothie, A. de Sommaville, Paris, 1660.
  • Dom Claude Devic, dom Joseph Vaissète, Histoire générale de Languedoc, vol. IV, Toulouse, Privat, 1876 (réimp. 2003) (ISBN 2-84575-165-6)  
  • Jacques Michaud et André Cabanis, Histoire de Narbonne, Toulouse, Privat, coll. « Pays et villes de France », (ISBN 2-7089-8339-3)  
  • La Grande Encyclopédie, tome XXIV, p. 806-807.
  • Annuaire Historique - 1847 (année 1848), p. 108-112.
  • Trésor de chronologie, p. 1453-1454.

Voir aussiModifier