Raymond-Guilhem de Fargues

prélat catholique

Raymond Guilhem de Fargues
Image illustrative de l’article Raymond-Guilhem de Fargues
Cardinal Raymond-Guilhem de Fargues
Biographie
Naissance XIIIe siècle
Fargues
Décès
Toulouse
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Clément V
Titre cardinalice Cardinal-diacre
de Sainte-Marie-la-Nouvelle

Raymond-Guilhem de Fargues ou de Farges est un ecclésiastique français du XIVe siècle. Il est le fils de Raymond de Fargis et d'une sœur du pape Clément V. Il est aussi un neveu du cardinal Raymond de Got (1305).C'est d'ailleurs grâce à ce pape qu'il est devenu cardinal-diacre du titre de Sainte-Marie-la-Nouvelle, le .

De nombreux bénéficesModifier

Tous ces bénéfices ne sont pas assurés car il a reçu de nombreuses expectatives. En 1308, il reçoit une prébende et la trésorerie du chapitre cathédral de Beauvais. Dans la lettre pontificale, il est précisé qu'il attend des prébendes à Lincoln, Soissons et Saint-Séverin de Bordeaux ainsi qu'une dignité à York[1]. Il était en tout cas chanoine de Lincoln à partir du sur la prébende de Ketton à la suite de Bernard de Farges devenu évêque d'Agen[2]. Le , il est pourvu de l'archidiaconé de Leicester dans l'église de Lincoln.

Il est également chanoine de Mende en Gévaudan.

De Fargues est créé cardinal par le pape Clément V lors du consistoire du . Le cardinal de Fargues participe au conclaves de 1314-1316 (élection de Jean XXII), de 1334 (élection de Benoît XII) et de 1342 (élection de Clément VI).

Un bâtisseurModifier

 
Le château de Fargues, au Pontet

Ce cardinal est à l'origine de la construction du château de Fargues au Pontet dans le Vaucluse et à Fargues en Gironde.

La vie à AvignonModifier

À Avignon le cardinal logeait à la Livrée de Florence. Elle se situait sur la partie nord de l'actuelle place Pie[3]. Elle fut successivement occupée par Raymond-Guilhem de Fargues, Nicolas de Besse, Guillaume d'Aigrefeuille le Jeune et Pierre Corsini, le cardinal de Florence.

Le cardinal de Fargues se contenta des bâtiments de l'ancien Hôpital, que jouxtaient l'église et le cimetière des hospitaliers.

NotesModifier

  1. Calendar of Papal Registers Relating to Great Britain and Ireland, Volume 2: 1305-1342
  2. Fasti Ecclesiae Anglicanae 1300-1541: volume 1: Lincoln diocese
  3. Cette Livrée dite encore de Saint-Jean-le-Vieux avait été dès le XIIIe siècle l'Hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem. Les Joanites l'avaient quitté pour s'installer, après le concile de Vienne, dans la vaste commanderie du Temple d'Avignon, près de l'église Saint-Agricol.

Article connexeModifier