Ouvrir le menu principal

Marc-Antoine Charpentier

compositeur français de la période baroque
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charpentier (homonymie).
Marc-Antoine Charpentier
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait présumé de Marc-Antoine Charpentier.

Naissance 1643
Île-de-France, Drapeau du royaume de France Royaume de France
Décès (à 61 ans)
Paris, Drapeau du royaume de France Royaume de France
Activité principale Compositeur, chanteur, théoricien
Style Musique baroque
Lieux d'activité La Comédie-Française, Mademoiselle de Guise, le Duc de Chartres, l'Abbaye-aux-Bois, Port Royal de Paris, les Jésuites, la Sainte-Chapelle
Maîtres Giacomo Carissimi Domenico Mazzocchi Bonifatio Graziani Francesco Foggia

Œuvres principales

Marc-Antoine Charpentier, né en Île-de-France[1] en 1643 et mort à Paris le , est un compositeur et chanteur baroque français.

BiographieModifier

 
Plaque posée en 2004 par le C.M.B.V sur l'hôtel de Clisson à Paris.

Il domine le XVIIe siècle musical français par l'ampleur de sa production, par la puissance émotive de ses compositions. Il a abordé tous les genres (voir ci-dessous son catalogue raisonné), mais il est surtout un compositeur de musique vocale pour qui les virtualités expressives du texte sont toujours au cœur de ses compositions, particulièrement celles au service de la liturgie. Marc-Antoine Charpentier est le musicien de l'effusion et du lyrisme, de l'intériorité, pratiquant dissonances, art du chromatisme et de la modulation avec une audace inégalée. Musique du contraste, traversée par le pathétique, la sensualité et les silences. Il est le musicien de tous les paradoxes. Dans son épitaphe, H 474, il nous dit vouloir « … guérir, purifier, sanctifier les oreilles des hommes pour qu'ils puissent entendre le concert sacré des anges ! ». Il a excellé également dans le domaine profane, où il laisse nombre de chefs-d'œuvre.

Marc-Antoine Charpentier commence sa carrière en se rendant en Italie (selon une légende, pour faire des études d'architecture), mais il tombe sous l'influence de Giacomo Carissimi, ainsi que d'autres compositeurs italiens, peut être Domenico Mazzochi. Il restera marqué par le style italien et sera le seul avec Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville en France à aborder l'oratorio[2].

À partir de 1670, il est maître de musique (compositeur et chanteur) au service de la duchesse de Guise.

En 1672, Jean-Baptiste Lully obtient un privilège qui fait défense à toutes personnes « de faire chanter aucune pièce entière en France, soit en vers françois ou autres langues, sans la permission par écrit dudit sieur Lully, à peine de dix mille livres d'amende, et de confiscation des théâtres, machines, décorations, habits…[3]. » Molière, qui avait collaboré avec Lully durant les huit années précédentes, doit trouver d'urgence un nouveau compositeur pour effectuer les intermèdes musicaux de ses comédies-ballets. Après avoir obtenu du roi un adoucissement du monopole de Lully, il s'adresse à Charpentier pour composer la musique des entractes de Circé et d'Andromède, ainsi que des scènes chantées pour les reprises du Mariage forcé, et enfin les pièces musicales du Malade imaginaire, qui occupent environ une heure du spectacle[4].

À la mort de Mademoiselle de Guise en 1688, sa protectrice pendant 18 ans, Charpentier fut employé par les jésuites dans leurs établissements parisiens. Il devient maître de musique du collège Louis-le-Grand, puis de l'église Saint-Louis, rue Saint-Antoine, près de la Bastille C'est à cette époque qu'il composa la majeure partie de son œuvre sacrée.

À la mort de Lully, en 1687, les compositeurs français peuvent enfin composer des opéras. En 1693-1694, Charpentier compose alors Médée, sur une pièce de Thomas Corneille. C'est un échec, qui sera déterminant dans sa carrière de compositeur : il se consacrera désormais à la musique religieuse.

En 1698, Charpentier fut nommé maître de musique des enfants de la Sainte-Chapelle du Palais.

Sa musique est issue d'un mélange des styles français et italien, auxquels elle emprunte de nombreux éléments.

Il a composé aussi bien des œuvres profanes, musique de scènes, opéras, cantates, sonates, symphonies, que des oeuvres de musique sacrée, motets (à grand ou petit effectif), oratorios, messes, psaumes, Magnificats, Litanies, leçons de ténèbres.

Sa sœur, Madame Jean Edouard, habitait rue Saint-André-des-Arts. Elle était paroissienne du père Mathieu, curé de l'Église Saint-André-des-Arts, italianiste qui donnait des concerts chez lui toutes les semaines, auxquels Marc-Antoine Charpentier participait volontiers[5].

RedécouverteModifier

Bien que Marc-Antoine Charpentier ait occupé des postes prestigieux durant toute sa carrière, l’homme reste étonnamment discret, pas de témoignages directs de ses contemporains. 18 ans passés au service de la Duchesse de Guise n'y changent rien. Bien que sa musique résonne dans tous les hauts lieux de la vie artistique et intellectuelle du royaume, à l'instar d'un Zelenka, sa biographie est difficile à établir. Pas de portrait officiel, seulement quelques dates et deux signatures, c'est peu et comme Shakespeare, il semble vouloir s'effacer derrière son œuvre. Crainte face à un surintendant de la musique tout puissant qui l'oblige à composer trois musiques de scène pour le Malade Imaginaire? A t'il voulu échapper à un exil certain tel un Robert Cambert fuyant à Londres les "défenses" de Lully? Le décès de ce dernier en 1687 n' y change rien, et Charpentier restera en France pendant 17 ans jusqu'à son dernier poste à la Sainte-Chapelle, un compositeur dont on ignore presque tout. Certains musicologues ont fait allusion à un manque d'ambition qui le caractériserait, l'argument ne tient pas en regard de la qualité et de l'ampleur de sa production et surtout sur son propre jugement : "Bon entre les bons et ignare parmi les ignares". Paradoxalement Charpentier a donné plus de renseignements sur lui que tous ses contemporains en composant son Épitaphe H 474, oeuvre capitale pour essayer d'éclaircir ce mystérieux génie. Profondément croyant, il se compare à une "ombre" de passage sur terre. Ses oeuvres peu publiées de son vivant, contribueront à son oubli complet jusqu'à la découverte en 1953 d'un de ses Te Deum, le H 146, dont le Prélude sert toujours d'indicatif à l'Eurovision[6].

C'est à Carl de Nys que l'on doit cette résurrection, qui va devenir également l'hymne du Tournoi des Six Nations. La firme naissante Erato va en assurer l'enregistrement.

Bien que Camille Saint-Saëns soit le premier compositeur à s'être penché sur l'oeuvre d'un de ses prédécesseurs (en 1894), ce n'est qu'a partir des années 1950, que l'œuvre de Charpentier va susciter un réel intérêt. Claude Crussard[7] (avec la publication de son livre Charpentier un musicien oublié), Guy Lambert, Louis Martini et Jean-François Paillard, puis dans les années 1970, Michel Corboz, Jean-Claude Malgoire, Louis Devos vont assurer à leur tour de nombreux enregistrements. La publication du catalogue raisonné de ses oeuvres en 1982 de H.W. Hitchcock est un élément décisif dans cette prise de conscience. À partir de 1981, la Société Mac-Antoine Charpentier (association de loi 1901) va apporter une contribution significative à la découverte des œuvres. De nombreux artistes vont alors programmer concerts et enregistrements, René Jacobs, William Christie, Philippe Herreweghe, Gérard Lesne, Jordi Savall, Christophe Rousset (concerts uniquement), Emanuel Mandrin, Martin Gester, Marc Minkowski, Ton Koopman, Olivier Vernet, Reinhard Goebel, Edward Higginbottom, György Vashegyi, Gaétan Jarry, Sébastien Dauçé. Aujourd'hui, la moitié du catalogue raisonné environ a été enregistrée. Catherine Cessac et Patricia M. Ranum sont reconnues mondialement pour leurs travaux de recherche et travaillent en collaboration avec le Centre de musique baroque de Versailles (CMBV). En 2004, lors du tricentenaire de sa mort, paraissent quatre DVD, dont "Un Automne musical à Versailles " (Armide classics). Dans le cadre de cette célébration, le ministère de la culture et de la communication ouvre sur Internet un site consacré à Marc-Antoine Charpentier[8].

L'œuvre complète de Charpentier à sa mort devait compter environ 800 numéros d'opus, il reste aujourd'hui 28 volumes autographes, soit plus de 500 pièces qu'il a pris soin de classer lui-même, ce sera son testament. Cette collection, appelée Mélanges, est l'un des plus beaux ensembles de manuscrits autographes musicaux de tous les temps. À sa mort, ses neveux Jacques Édouard et Jacques-François Mathas en héritèrent. En 1727, Jacques-Édouard vendit l'ensemble des manuscrits à la Bibliothèque Royale.

La collection complète des œuvres de Marc-Antoine Charpentier a donc intégré le fonds de la Bibliothèque nationale de France.

L'édition critique de l'œuvre de Marc-Antoine Charpentier est actuellement en cours de publication au Centre de musique baroque de Versailles, collection « Monumentales ». Marc-Antoine Charpentier est actuellement le compositeur baroque français le plus enregistré[9] et le plus joué au concert[réf. nécessaire].

 
Premier psaume (du mercredi Saint) des Leçons de Ténèbres

Œuvres vocales sacréesModifier

MessesModifier

Autres œuvres liturgiquesModifier

SéquencesModifier

AntiennesModifier

  • Antienne, H 16
  • Autre antienne, H 17
  • Salve Regina, H 18
  • Ave Regina coelorum, H 19
  • Sub tuum praesidium, H 20
  • Alma Redemptoris mater, H 21
  • Ave Regina, H 22
  • Salve Regina à 3 voix pareilles, H 23
  • Prélude pour Salve Regina à 3, H 23 a
  • Salve Regina à 3 choeurs, H 24
  • Antiphona in honorem Beatae Virginis, H 25
  • Antienne, H 26
  • Salve Regina des Jésuites, H 27
  • Antiphona sine organo ad Virginem, H 28
  • Antiphona in honorem beate Genovefae / voce sola, H 29
  • Antienne, H 30
  • Regina coeli voce sola cum (? flauti), H 31
  • Antienne à la vierge à 2 dessus, H 32
  • Regin coeli par Charpentier, H 32 a
  • Troisième Regina coeli à 2 dessus, H 32 b
  • 33-35 cycle d'Antiennes pour les vêpres d'un confesseur non pontife
  • Première antienne pour les vêpres d'un confesseur non pontife, H 33
  • Troisième antienne pour les vêpres d'un confesseur non pontife, H 34
  • Cinquième antienne pour les vêpres d'un confesseur non pontife, H 35
  • 36-43 Salut de la veille des O et les sept O suivant le romain
  • Salut pour la veille des O, H 36
  • Premier O, H 37
  • Second O, H 38
  • Troisième O, H 39
  • Quatrième O, H 40
  • Cinquième O, H 41
  • Sixième O, H 42
  • Septième O, H 43
  • 44-47 cycle d'Antiennes à la Vierge Marie pour l'année liturgique
  • Antienne à la Vierge depuis les vêpres du samedi de devant le premier dimanche de l'Avant jusqu'aux complies du jour de la Purification inclusivement / Alma Redemptoris à Quatre voix et deux violons, H 44
  • Antienne à la Vierge depuis le lendemain de la purification jusqu'aux vêpres du Jeudi saint exclusivement / Ave regina coelorum à quatre voix et deux dessus de violon, H 45
  • Antienne à la Vierge depuis les complies du samedi saint jusqu'à none inclusivement du premier samedi d'après la Pentecôte / Regina coeli à quatre voix et deux dessus de violon, H 46
  • Antienne à la Vierge depuis les vêpres de la veille de la Trinité jusqu'à none du samedi devant le premier dimanche de l'Avant/ Salve regina à quatre voix et deux violons, H 47
  • Antienne à la Vierge pour toutes les saisons de l'année / Inviolata reformé, H 48
  • Antienne à 3 voix pareilles pour la veille des O, H 49
  • 50-52 Antienne pour les vêpres de l'Assomption de la Vierge:
  • Après Dixit Dominus, H 50
  • Pour les mêmes vêpres / Antienne après Laetatus sum, H 51
  • Antienne pour les mêmes vêpres après Lauda Jerusalem Dominum, H 52

HymnesModifier

  • Jesu corona Virginum: hymne au commun des vierges à deux dessus et une flûte, H 53
  • Hymne du Saint Esprit à trois voix pareilles avec symphonie et choeur si l'on veut, H 54
  • 55-57 In Sanctum Nicasium Rothomagensem Archie piscopum et Martyrem
  • Hymnus ad Vesperas, H 55
  • Hymnus in eundem at matutinem, H 56
  • In eundem ad laudes, H 57
  • Pange lingua, H 58
  • Gaudia Virginis Mariae, H 59
  • Hymne pour toutes les fêtes de la Vierge, H 60
  • Pour un reposoir / Pange flingua, H 61
  • Pange flingua pour des religieuses / Pour le Port Royal, H 62
  • Hymne à la Vierge, H 63
  • Hymne du Saint Sacrement, H 64
  • Ave maris stella, H 65
  • Hymne du Saint Esprit / Veni Creator, H 66
  • Ave maris stella, H 67
  • Pange lingua à 4 voix pour le Jeudi saint, H 68
  • Veni Creator pour un dessus seul au catéchisme, H 69
  • Veni Creator Spiritus pour un dessus seul pour le catéchisme, H 70
  • Iste Confessor, H 71

MagnificatModifier

  • Magnificat, H 72
  • Magnificat, H 73
  • Magnificat à 8 voix et 8 instruments, H 74
  • Magnificat à 3 dessus, H 75
  • Canticum B.V.M. H 76
  • Prélude pour le premier Magnificat à 4 voix sans instruments, H 76 a
  • Magnificat, H 77
  • Magnificat, H 78
  • Troisième Magnificat à 4 voix avec instruments, H 79
  • Magnificat, H 80
  • Magnificat pour le Port Royal, H 81

Litanies de LoretteModifier

  • Litanies de la Vierge à 3 voix pareilles, H 82
  • Litanies de la Vierge à 6 voix et deux dessus de viole, H 83
  • Litanies de la Vierge à 3 voix pareilles avec instruments, H 84
  • Litanies de la Vierge, H 85
  • Litanies de la Vierge à deux dessus et une basse chantante, H 86
  • Litanies de la vierge à 4 voix, H 87
  • Litanis de la Vierge à 4 voix, H 88
  • Litanies de la Vierge, H 89
  • Courtes Litanies de la Vierge à 4 voix, H 90

Leçons et répons de TénèbresModifier

  • Leçon de ténèbres, H 91
  • Autre leçon de ténèbres / Troisième du Mercredi saint, H 92
  • Autre leçon de ténèbres / 3ème du Jeudi saint, H 93
  • Autre Jerusalem pour les leçons de ténèbres à 2 voix / pour la la seconde du Jeudi saint, H 94
  • Troisième leçon du Vendredi Saint, H 95
  • 96-110 Les neuf leçons de ténèbres
  • Première leçon du Mercredi saint, H 96
  • Seconde leçon du Mercredi saint, H 97
  • Troisième leçon de Mercredi saint, H 98
  • Lettres hébraïques de la première leçon de ténèbres du Vendredi saint, H 99
  • Première lettre, H 99 a
  • Seconde lettre, H 99 b
  • Troisième lettre, H 99 c
  • Ritornelles pour la première leçon de ténèbres du Vendredi saint, H 100
  • Prélude devant De lamentatione pour le Jeudi et le Vendredi saint, H 100 a
  • Misericordiae Domini tacet / Ritornelle après miserationes jus, H 100 b
  • Les violes / Novi dilucolo tacet / Ritornelle après fides tua, H 100 c
  • Prélude pour la première leçon de ténèbres du Mercredi saint, H 101
  • Première leçon de ténèbres du Jeudi saint, H 102
  • Seconde leçon du Jeudi Saint, H 103
  • Troisième leçon du Jeudi saint, H 104
  • Première leçon du Vendredi saint, H 105
  • Seconde leçon du Vendredi saint, H 106
  • Seconde leçon du Jeudi saint à voix seule, H 107
  • Troisième leçon du Mercredi à trois parties, H 108
  • Troisième leçon du Jeudi saint à 3 voix, H 109
  • Troisième leçon du Vendredi saint, H 110
  • 111-119 Les neuf répons de chaque jour / Les neuf répons du Mercredi saint
  • Premier répons après la première leçon du premier nocturne, H 111
  • Second répons après le seconde leçon du premier nocturne, H 112
  • Troisième répons après la troisième leçon du premier nocturne, H 113
  • Quatrième répons après la première leçon du second nocturne, H 114
  • Cinquième répons après la seconde leçon du second nocturne, H 115
  • Sixième répons après la troisième leçon du second nocturne, H 116
  • Septième répons après la première leçon du troisième nocturne, H 117
  • Huitième répons après la seconde leçon du troisième nocturne, H 118
  • Neuvième répons après la troisième leçon du troisième nocturne du Mercredi saint, H 119
  • 120-122 Leçons de ténèbres
  • Première leçon de ténèbres du Mercredi saint pour une basse, H120
  • Première leçon de ténèbres du Jeudi saint pour une basse, H 121
  • Première leçon de ténèbres du Vendredi saint pour une basse, H 122
  • 123-125 Leçons de ténèbres
  • Troisième leçon de ténèbres du Mercredi saint pour une basse taille avec 2 flûtes et deux violons, H 123
  • Troisième leçon de ténèbres du Jeudi saint pour une basse taille avec 2 flûtes et 2 violons, H 124
  • Troisième leçon de ténèbres du Vendredi saint pour une basse taille avec 2 flûtes et deux violons, H 125
  • ... Second répons après la seconde leçon du premier nocturne du Mercredi saint, H 126
  • Premier répons après la première leçon du second nocturne du Jeudi saint, H 127
  • ... Second répons après la seconde leçon du premier nocturne du Jeudi saint, H 128
  • Second répons après la seconde leçon du second nocturne du Jeudi Saint, H 129
  • ... Second répons après la seconde leçon du premier nocturne de Vendredi saint, H 130
  • Troisième répons après la 3ème leçon du second nocturne du Vendredi saint, H 131
  • Troisième répons après la troisième leçon du second nocturne du Mercredi saint, H 132
  • Premier répons après la première leçon du second nocturne du Jeudi saint, H 133
  • Second répons après la seconde leçon du second nocturne du Vendredi saint, H 134
  • 135-137 Leçons de ténèbres
  • Troisième leçon de ténèbres du Mercredi saint, H 135
  • Troisième leçon de ténèbres du Jeudi saint, H 136
  • Troisième leçon de ténèbres du Vendredi saint, H 137
  • 138-140 Leçons de ténèbres
  • Seconde leçon de ténèbres du Mercredi saint, H 138
  • Seconde leçon de ténèbres du Jeudi saint, H 139
  • Seconde leçon de ténèbres du Vendredi saint, H 140
  • 141-143 Leçons de ténèbres
  • Troisième leçon de ténèbres du Mercredi saint pour une basse, H 141
  • Troisième leçon de ténèbres du Jeudi saint pour une basse, 142
  • Troisième leçon de ténèbres du Vendredi saint pour une basse, H 143
  • Répons après la première leçon de ténèbres du Jeudi saint pour une haute taille et 2 flûtes, H 144

Te DeumModifier

Les huit premières mesures du prélude ont servi au générique de l'Eurovision[10], mais aussi d'indicatif aux États-Unis à une émission télévisée Masterpiece Theatre.

  • Te Deum à 8 voix avec flûtes et violons, H 145 (1670)
  • Te Deum, H 146 (1690)
  • Te Deum à 4 voix, H 147 (1690)
  • Te Deum à 4 voix, H 148 (1698-99)

PsaumesModifier

  • Psaume 112, H 149
  • Paume 126, H 150
  • Confitebor à 4 voix et 2 violons, H 151
  • Psaume 116, H 152
  • Psaume 109, H 153
  • Psaume 111, H 154
  • Psaume 131, H 155
  • De profundis, H 156
  • Miserere à 2 dessus, 2 flûtes, et basse continue, H 157
  • Psalmus David, H 158
  • Psaume 116, H 159
  • Psalmus 2 us 6 us supra centisium à 4 voix, H 160
  • Prélude pour Nisi Dominum à 4 voix sans instruments, H 160 a
  • Psalmus David vigesimus primus post centesimum, H 161
  • Exaudiat à 8 voix, flûtes et violons, H 162
  • Psalmus David VIII, H 163
  • Prière pour le Roi, H 164
  • Precacio pro Rege, H 165
  • Precacio pro Filio Regis, H 166
  • Quam dilecta: Psalmus David octogésimus tertius, H 167
  • Psalmus David 5 us (recte 2 us) in tempore belli pro Rege, H 168
  • Prélude pour quatre fremuerunt ventes à 8 voix, H 168 a
  • Psalmus David 125 us, H 169
  • Psalmus David centesimus trigesimus sextus: Super flumina Babylonis, H 170
  • Super flumina / Psalmus 136 octo vocibus cum instrumentis, H 171
  • Prélude pour Super flumina, H 171 a
  • Psalmus 3 us, H 172
  • Miserere à deux voix , une haute-contre et basse continue, H 173
  • Psaume 41, H 174
  • Psaume 1, H 175
  • Psaume 97, H 176
  • Psaume 148, H 177
  • Psalmus Davidis centisemus vigesimus septimus, H 178
  • Psalmus David septuagesimus quints, H 179
  • Exaudiat pour le Roi à 4, H 180
  • Premier prélude pour l'Exaudiat à 4 voix sans instruments D la re sol à 2 violons, H 180 a
  • Second prélude à 4 violons pour le même Exaudiat, H 180 b
  • Psalmus David octogesimus quartus, H 181
  • Psalmus David centesimus sexdecimus sine organo, H 182
  • Psalmus David 107, H 183
  • Psalmus David, 5 us (recte 2 dus), H 184
  • Psalmus David nonagesimus primus, H 185
  • Psalmus David octogesimus tertius, H 186
  • Psalmus 86, H 187
  • Psalmus 62, H 188
  • De profundis, H 189
  • Psalmus 109 us: Dixit Dominus à 8 vocibus et todidem instrumentis, H 190
  • Psalmus 147, H 191
  • Psaume 46, H 192
  • Psalmus David 50 mus / Miserere des Jésuites, H 193
  • Prélude pour le Miserere à 6 voix et instruments, H 193 a
  • Psalmus David nonagesimus 9 nus, H 194
  • Bonum est confiteri Domino / Psalmus David 91 us, H 195
  • Psalmus David 12 us, H 196
  • Psalmus David 109 us, H 197
  • Prélude pour le premier Dixit Dominus en petit en G re sol bémol, H 197 a
  • Psalmus David 4 us, H 198
  • Psalmus David Centesimus Undecimus, H 199
  • Prélude pour le premier Beatus vir à 4 voix, H 199 a
  • Psaume 110 e: Confitebor, H 200
  • Prélude pour le premier Confitebor à 4 voix sans instruments, H 200 a
  • Psalmus David 34 us, H 201
  • Dixit Dominus: Psalmus David 109 us, H 202
  • Dixit Dominus: Psalmus David 109 / Prélude, H 202 a
  • Psalmus supra centesimum duodecimus, H 203
  • Prélude pour Laudate pueri Dominum à 4 voix sans instruments en G re sol naturel, H 203 a
  • Psaume 109, H 204
  • Gloria Patri pour le De profundis en C sol ut bémol à quatre voix, 4 violons et flûtes, H 205
  • Psalmus David 5 us post septuagesimum, H 206
  • Psalmus Davidis post octogesimum septimus, H 207
  • Psalmus undecimus Davidis post centesimum: Beatus vir qui timet Dominum 4 vocibus cum symphonia, H 208
  • Palmus David 115 us, H 209
  • Prélude pour Credidi à 4 voix sans instruments en sol ut, H 209 a
  • Lauda Jerusalem: Psalmus David 147 us, H 210
  • Psalmus Davidis vigesimus nonus super centesimum / De profundis à quatre voix, H 211
  • Psalmus David 120 us quatuor vocibus, H 212
  • De profundis, H 213
  • De profundis, H 213 a
  • Psalmus Davidis decimus sextus post centesimum, H 214
  • Psalmus David 67 us, H 215
  • Psalmus Davidis CXXI us, H 216
  • Psalmus 123 us, H 217
  • Psalmus David 45 us, H 218
  • Miserere Psalmus 50 à 4 voix et 4 instruments, H 219
  • Psalmus David 110 us à 4 voix, H 220
  • Psalmus David 111 à 4 voix, H 221
  • Court De profundis à 4 voix, H 222
  • Laudate Dominum omnes gentes octo vocibus et totidem instrumentis, H 223
  • Beatus vir qui timet Dominum 8 vocibus et totidem instrumentis, H 224
  • Confitebor à 4 voix et instruments, H 225
  • Dixit Dominus pour le Port Royal, H 226
  • Laudate Dominum omnes gentes pour le Port Royal, H 227
  • Psalmus David LXX: 3e psaume (sic) du 1er nocturne du Mercredi saint, H 228
  • Psalmus David 26 tus: 3e Psaume (sic) du 1er nocturne du Jeudi saint, H 229
  • Psalmus David 15 us: 3e psaume (sic) du 1er nocturne du Vendredi saint, H 230
  • Psaume 126, H 231
  • De profundis, H 232

MotetsModifier

ElévationModifier

  • Elévation, H 233 (? 1670)
  • Elévation, H 234 (? 1670)
  • O sacrum convivium à 3 dessus: Elevatio, H 235 (? 1670)
  • Elévation, H 236 (? 1670)
  • Elévation pour la paix, H 237 (?1670)
  • Prélude en A pour O Bone Jesu à 3 voix pareilles pour la paix, H 237 a
  • Elévation, H 238 (? 1670)
  • O sacrum à trois, H 239
  • O sacrum convivium de Charpentier pars, H 239 a (1670)
  • O sacrum pour trois religieuses, H 240
  • Elévatio, H 241
  • Ecce panis voce sola / Elévation, H 242
  • Panis angelicus voce sola / Elévation, H 243
  • Elévation à 2 dessus et une basse chantante, H 244
  • Elévation, H 245
  • Elévation, H 246
  • Elévation, H 247
  • Elévation, H 248
  • Elévation, H 249
  • Elévatio, H 250
  • Elévation à 5 dessus sans violon, H 251
  • Elévation, H 252
  • O amor: Elévation à 2 dessus et une basse chantante ou pour une haute contre, taille et basse chantante en le transposant un ton plus haut, H253
  • Prélude pour O amor à 3 violons, H 253 a
  • Elévation, H 254
  • Elévation, H 255
  • Elévation à 3 dessus, H 256
  • Elevatio, H 257
  • Elevatio, H 258
  • Elévation, H 259
  • Elevatio. H 260
  • O salutaris à 3 dessus, H 261
  • O salutaire, H 262
  • Elévation, H 263
  • Elévation au Saint Sacrement, H 264
  • Elévation à 3 voix pareilles, H 264 a
  • Elévation, H 265
  • Elévation, H 266
  • Elévation, H 267
  • Elévation à voix seule pour une taille, H 268
  • A l'elévation de la sainte hostie, H 269
  • Pour le Saint Sacrement à 3 voix pareilles, H 270
  • Pour le Saint Sacrement à 3 voix pareille, H 271
  • Elévation à 2 dessus et une basse, H 272
  • Elévation, H 273
  • Elévation, H 274
  • Elévation, H 275
  • Elévation, H 276
  • Elévation, H 277
  • Motet du Saint Sacrement à 4 / Charpentier, H 278
  • Motet à voix seule pour une Elévation, H 279
  • Motet du Saint Sacrement, H 280

Domine salvumModifier

  • Domine salvum, H 281
  • Domine salvum, H 282
  • ...Domine salvum de la messe à 8, H 283
  • Domine salvum à 3 voix pareilles avec orgue, H 284
  • Domine salvum, H 285
  • Domine Salvum, H 286
  • Domine salvum, H 287
  • Domine salvum pour trois religieuses, H 288
  • Domine salvum, H 289
  • Domine salvum sine organo en C sol ut, H 290
  • Domine salvum, H 291
  • Domine salvum, H 292
  • Domine salvum, H 293
  • Domine salvum, H 294
  • Domine salvum, H 295
  • Domine salvum, H 296
  • Domine salvum pour un haut et un bas dessus, H 297
  • Domine salvum, H 298
  • Domine salvum, H 299
  • Domine salvum à 3 dessus, H 300
  • Domine salvum à 3 voix pareilles, H 301
  • Domine salvum à 3 voix pareilles, H 302
  • Domine salvum, H 303
  • Domine salvum, H 304
  • Motet, H 305

Motets de circonstanceModifier

Oratorios / Histoires sacrées (34)Modifier

MiscellanéesModifier

  • (Sans titre), H 426
  • Pie Jesu, H 427
  • (Sans titre), H 428, H 429, H 430
  • Gratitudinis erga Deum canticum, H 431
  • Offertoire pour le sacre d'un évêque à 4 parties de voix et d'instruments, H 432
  • Domine non secundum pour une basse taille avec 2 violons, H 433
  • Motet pour une longue offrande / Motet pour l'offertoire de la Messe Rouge, H 434
  • (Sans titre), H 435, H 436, H 437, H 438
  • Bone Pastor, H 439

Œuvres vocales profanesModifier

Airs sérieux et à boireModifier

  • "A ta haute valeur", H 440
  • "Ah! laissez moi rêver", H 441
  • "Ah! qu'ils sont courts les beaux jours", H 442
  • "Ah! qu'on est malheureux d'avoir eu des désirs", H 443
  • "Au bord d'une fontaine", H 443 bis
  • "Allons sous ce vert feuillage", H 444
  • "Amour vous avez beau redoubler mes alarmes", H 445
  • "Auprès du feu l'on fait l'amour", H 446
  • "Ayant bu du vin clairet", H 447
  • "Beaux petits yeux d'écarlate", H 448
  • "Brillantes fleurs naissez", H 449 (Jean de La Fontaine)
  • "Feuillages verts naissez", H 449 a
  • "Charmantes fleurs naissez", H 449 b
  • "Printemps, vous renaissez", H 449 c
  • "Aimables fleurs naissez", H 449 d
  • "Climène sur ses bords", H 449 e
  • "Celle qui fait tout mon tourment", H 450
  • "Consolez vous, chers enfants de Bacchus", H 451
  • "En vain rivaux assidus", H 452
  • "Faites trêve à vos chansonnettes", H 453
  • "Fenchon, la gentille Fenchon", H 454
  • "Il faut aimer, c'est un mal nécessaire", H 454 bis
  • "Non, non je ne l'aime plus", H 455
  • "Oiseaux de ces bocages", H 456
  • 457-459 Airs sur les stances du Cid, (Pierre Corneille)
  • "Percé jusqu'au fond du coeur", H 457
  • "Père, maitresse, honneur, amour", H 458
  • "Que je sens de rudes combats", H 459
  • "Que Louis par sa vaillance", H 459 bis
  • "Qu'il est doux, charmante Climène", H 460
  • "Deux beaux yeux un teint de jaunisse", H 460 a
  • "Le beau jour dit une bergère", H 460 b
  • "Un flambeau, Jeannette, Isabelle", H 460 c (Emile Blamont)
  • "Quoi je ne verrai plus", H 461
  • "Quoi rien ne peut vous arrêter?", H 462
  • "Rendez moi mes plaisirs", H 463
  • "Rentrez, trop indiscrets soupirs", H 464
  • "Retirons nous, fuyons", H 465
  • "Ruisseau qui nourrit dans ce bois", H 466
  • "Sans frayeur dans ce bois", H 467
  • "Tout renait, tout fleurit", H 468
  • "Tristes déserts, sombre retraite", H 469
  • "Veux tu, compère Grégoire", H 470
  • "Si Claudine ma voisine", H 499 b
  • Airs italiens et français, perdus

CantatesModifier

Œuvres de théâtreModifier

Pastorales, divertissements et opérasModifier

Intermèdes et musiques de scèneModifier

Œuvres instrumentalesModifier

SacréesModifier

  • Symphonies pour un reposoir, H 508
  • Symphonie devant Regina coeli, H 509
  • Sans titre (préludes ?), H 510, H 512
  • Prélude pour O filii et filiae, H 511
  • Messe pour plusieurs instruments au lieu des orgues, H 513
  • Offerte pour l'orgue et pour les violons, flûtes et hautbois, H 514
  • Symphonies pour un reposoir, H 515
  • Après Confitebor: antienne en D la re sol bécarre, H 516
  • Après Beati omnes: antienne en G re sol bécarre, H 517
  • Pour le sacre d'un évêque, H 518
  • Symphonies pour le Jugement de Salomon, H 519
  • Prélude, menuet et passe-pied pour les flûtes et hautbois devant l'ouverture, H 520
  • Prélude pour ce que l'on voudra non encore employé, H 521
  • Offerte non encore exécutée, H 522
  • Pour un reposoir: Ouverture dès que la procession parait, H 523
  • Ouverture pour l'église, H 524
  • Antienne, H 525
  • Antienne, H 526
  • Prélude pour Sub tuum praesidium à trois violons, H 527
  • Prélude en G re sol bemol à 4 pour les violons et flûtes, H 528
  • Symphonie en G re sol bemol à 3 flûtes ou violons, H 529
  • Prélude en C sol ut bécarre à quatre parties de violons avec flûtes, H 530
  • Noël pour les instruments, H 531
  • Antienne pour les violons, flûtes et hautbois à quatre parties, H 532
  • Prélude pour le second Magnificat à 4 voix sans instruments en D la re bécarre, H 533
  • Noël sur les instruments, H 534
  • Prélude pour le Domine salvum en F ut fa à 4 voix, H 535
  • Ouverture pour le sacre d'un évêque, H 536
  • Ouverture pour le sacre d'un évêque pour les violons, flûtes et hautbois, H 537
  • Prélude pour..., H 538
  • Prélude pour les second Dixit Dominus à 4 voix sans instruments en F ut fa, H 539

ProfanesModifier

  • Ouverture pour quelque belle entreprise à cinq, H 540
  • Deux menuets, H 541
  • Caprice pour trois violons, H 542
  • Sans titre, H 543, H 544
  • Concert pour quatre parties de violes, H 545
  • Commencement d'ouverture pour ce que l'on voudra, en la rectifiant un peu, H 546
  • Deux airs de trompette, H 547
  • Sonate pour 2 flûtes allemandes, 2 dessus de violon, une basse de viole, une basse de violon à 5 cordes, un clavecin et un théorbe, H 548
  • Trio de Mr Charpentier, H 548 bis
  • Menuets, H 548 ter
  • Menuet de Strasbourg, H 549 bis
  • Symphonies... de Charpentier... (Collection Philidor vol. XXV), perdu

Écrits théoriquesModifier

  • Remarques sur les messes à 16 parties d'Italie, H 549
  • Règles de composition par Mr Charpentier, H550
  • Abrégé des règles de l'accompagnement de Mr Charpentier, H 551

Reconstitutions récentes de VêpresModifier

  • Vêpres solennelles, H 540, H 190, H 50, H 149, H 52, H 150, H 51, H 161, H 191, H 65, H 77, reconstitution Jean Claude Malgoire (1987)
  • Vêpres aux jésuites, H 536, H 204, H 361, H 203-203a, H 225, H 32, H 208, H 35, H 160-160a, H 67, H 78, reconstitution Catherine Cessac (1993)
  • Vêpres pour saint Louis, H 33, H 197, H 375, H 220, H 34, H 221, H 376, H 203, H35, H 214, H 323, H 76, H 292, reconstitution Catherine Cessac (2003)

Discographie sélectiveModifier

Le premier disque entièrement consacré à Charpentier en France a été le Te Deum H146, avec la Troisième leçon du Vendredi Saint, H 110, la Marche de triomphe, air de trompette, H 547 et Oculi omnium, H 346, enregistrés du 20 au 23 janvier 1953 par André Charlin à la demande de Philippe Loury qui créa à cette occasion le label Erato. Ce disque, premier 33 tours a été réalisé à l'église Saint-Roch à Paris avec la Chorale des Jeunesses Musicales de France et l'Orchestre de Chambre des Concerts Pasdeloup dirigés par Louis Martini. Il est ressorti en CD en 2014 toujours chez Erato, (label repris par Warner classics).

Dix ans plus tard, Jean-François Paillard signa une nouvelle version comprenant le Magnificat à 8 voix et 8 instruments H 74 qui reçut le grand prix du disque, où participaient des instrumentistes de pointure internationale : Maurice André, Marie-Claire Alain, le tromboniste Maurice Suzan et le percussionniste Jacques Rémy. Ce disque a été écoulé à plus de 200 000 exemplaires. Après la découverte du Te Deum (de l'Eurovision), le deuxième choc vient en 1984 avec la parution de l'enregistrement de Médée, par William Christie et les Arts florissants chez Harmonia Mundi, première mondiale, dont Paul Meunier dans un article de Télérama résume parfaitement l'importance capitale à ses "oreilles". Comment un tel « chef-d'œuvre » n'a pu trouver preneur pendant trois siècles ? Cette découverte va susciter l'enthousiasme de la critique nationale et internationale qui lui décernent ses plus hautes récompenses. Le succès est tel que William Christie 9 ans plus tard va enregistrer l'œuvre une seconde fois chez Erato.

Ces deux évènements vont éveiller la curiosité à l'égard du compositeur et permettre ainsi la découverte progressive de l'œuvre immense. De nombreux enregistrements vont être réalisés, en voici quelques uns :

  • Médée H 491 (extraits), Ensemble Vocal & Instrumental, direction Nadia Boulanger, 1953, réédition CD Idis Istituto Discografico italiano 2006
  • Messe pour les trépassés à 8, H 2, Dies irae, H 12, Élèvation, H 234, Motet pour les trépassés à 8, H 311, Miserere des Jésuites, H 193, Choeur Symphonique et l'Orchestre de la Fondation Gulbenkian de Lisbonne, dir Michel Corboz 2 LP Erato 1973. Report 1 CD Erato, sans H 193
  • Le Jugement dernier H 401, Beatus vir, H 224, Choeur et Orchestre de la fondation Gulbenkian de Lisbonne, dir. Michel Corboz, LP Erato 1978, report CD avec le Miserere des jésuites H 193
  • Troisième leçon de ténèbres du Mercredy Sainct H 98, Troisième répons après la Troisième leçon du premier nocturne H 113, Première leçon de ténèbres du Jeudy Sainct H 102, Second répons après la seconde leçon du premier nocturne H 112 - LP Harmonia Mundi 1006 (08/1977/01/1978).
  • Seconde leçon de ténèbres du Jeudy Sainct H 103, Troisième leçon de ténèbres du Jeudy sainct H 104 - LP Harmonia Mundi 1007 (08/1977/01/1978).
  • Première leçon de ténèbres du Vendredy Sainct H 105, Seconde leçon de ténèbres du Vendredy Sainct H 106,LP Harmonia Mundi 1008 (08/1977/01/1978).
  • Troisième leçon de ténèbres du Vendredy Sainct H 110, Quatrième répons après la première leçon du second nocturne H 114, Cinquième répons après la seconde leçon du second nocturne H 115, Sixième répons après la troisième leçon du second nocturne H 116, Septième répons après la première leçon du troisième nocturne H 117, Huitième répons après la seconde leçon du troisième nocturne H 118, Neuvième répons après la troisième leçon du troisième nocturne du Mercredy Sainct H 119 - LP Harmonia Mundi HM 1009 (01/1978/01/1979) - - Concerto Vocale, René Jacobs, haute-contre, Judith Nelson, soprano, Anne Verkinderen, soprano, William Christie, clavecin et orgue, Konrad Junghänel, théorbe, Wieland Kuijken, Adelheid Glatt, basse de viole. Report partiel en CD Leçons et Répons de ténèbres du Mercredi Sainct, H 96, H 111, H 97, H 112, H 98, H 113 (HMC 901005 1978) - Leçons de ténèbres du Jeudy Sainct, H 102, H 103, H 104 (HMC 901006 1978) - Leçons de ténèbres du Vendredy Sainct, H 105, H 106, H 110 (HMC 901007 1979).
  • Messe des morts H 7 et Messe des morts à 4 voix et symphonie, H 10, De profundis, H 213, Westvlaams Ensemble, Musica Polyphonica, Louis Devos, LP Erato, 1980
  • Motets à voix seule et à 2 voix, (H 21, H 22, H 27, H 127, H 134, H 245, H 273, H 280, H 343, H 349, H 350, H 373, H 423), Concerto vocale, René Jacobs, alto, Judith Nelson, soprano, William Christie, orgue, Konrad Junghänel, théorbe, Jaap ter Linden, violoncelle, Trix Landolf, Kathrin Bopp, violon- 1 CD - Harmonia Mundi (HMC 901149 07/1984)
  • David et Jonathas H 490, Maitrise de l'Opéra de Lyon, Enfants de la Cigale de Lyon et du lycée musical, English Bach Festival Orchestra, dir. Michel Corboz, 3 LP Erato, report 3 CD Erato 1981
  • Mors Saülis et Jonathae, H 403, In honorem Sancti Ludovici regis Galliae canticum, H 365, Gents Madrigaalkoor, Cantabile Gent, Musica Polyphonica, dir. Louis Devos LP Erato, 1981
  • Actéon H 481, opéra de chasse, Intermède pour Le Mariage forcé H 494, Les Arts florissants, William Christie, CD Harmonia Mundi, 1982
  • Antiennes « Ô » de l'Avent H 36-43, Noëls sur les instruments H 534, In Nativitatem D.N.J.C. Canticum H 414, Les Arts florissants, William Christie, LP Harmonia Mundi, 1982, report CD 1990. Prix de l'Académie Charles Cros
  • Médée H 491, Les Arts florissants, dir. William Christie, 3 LP ou 3 CD Harmonia Mundi, 1984, report 3 CD 2019 Diapason d'or. 4 ffff Telerama. Choc de Classica.
  • Te Deum H 146 , Laudate Dominum H 223, Troisième Magnificat H 79, Musica Polyphonica, Louis Devos, (Premier enregistrement sur instruments anciens). LP Erato 1984 report CD
  • Neuf leçons de Ténèbres H 120, H 121, H 122, H 123, H 124, H 125, H 135, H 136, H 137 - Howard Crook, Luc De Meulenaere, haute-contres ; Jan Caals, Harry Ruyl, ténors ; Michel Verschaeve, basse taille ; Kurt Widmer, basse ; Musica Polyphonica, dir. Louis Devos (1984,2 LP Erato NUM 75215) (OCLC 15656400), report CD
  • Caecilia virgo et martyr octo vocibus H 397, De profundis, H 189, Gents Madrigaalkoor, Cantabile Gent, Musica Polyphonica, dir. Louis Devos LP Erato 1985 report CD
  • Motet pour l’Offertoire de la Messe Rouge H 434, Miserere H 219, Pour le Saint Sacrement au Reposoir H 346, Pour la seconde fois que le Saint Sacrement vient au mesme reposoir H 372, Chœur et Orchestre de La Chapelle Royale, dir. Philippe Herreweghe, CD Harmonia Mundi 1985. 4 clefs de Télérama. Diapason d’or.
  • Vêpres solennelles, La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, dir Jean Claude Malgoire, 2 CD CBS 1987.
  • In obitum augustissimae nec non piissime Gallorum regina lamentum, H 409, Élèvation, H 408, Luctus de morte augustissimae Mariae Theresiae reginae Galliae, H 331, Choeur de Chambre de Namur, Musica Polyphonica, Louis Devos CD Erato 1988
  • David et Jonathas H 490, Les Arts florissants, William Christie, 3 CD Harmonia Mundi, 1988, Diapason d'or.
  • Canticum ad Beatam Virginem Mariam H 400, H 509, H 313, H 309, H 23, H 23 a, H 395, H533, H 80, H 15, H 83, Le Concert des Nations, dir Jordi Saval. CD Astrée Auvidis 1989. Diapason d'or.
  • Les Plaisirs de Versailles H 480, Amor vince ogni cosa / Pastoraletta H 492, Airs sur des stances du Cid H 457 - 459, Les Arts florissants, William Christie, CD Erato 1990. 4 clefs de Télérama, Diapason d’or.
  • Messe à quatre chœurs H 4, La Grande Écurie et la Chambre du Roy, Jean-Claude Malgoire, CD Erato, 1991.
  • Médée H 491, Les Arts florissants, dir. William Christie, 3 CD Erato, 1993, Diapason d'or, Choc du Monde de la musique, 10 de Répertoire.
  • Leçons de Ténèbres, Office du Vendredi Saint, Il Seminario Musicale, Gérard Lesne, CD Virgin classics 1993. Diapason d’Or.
  • Leçons de Ténèbres, Office du Mercredi Saint, Il Seminario Musicale, Gérard Lesne, CD Virgin classics 1995. Diapason d’or.
  • Leçons de Ténèbres, Office du Jeudi Saint, Il Seminario Musicale, Gérard Lesne, CD Virgin classics 1995. Diapason d’or.
  • Messe des morts à 4 voix H 7, Litanies à la Vierge H 89, Confitebor tibi H 220, Nisi Dominus H 160, Élévation à 5 sans dessus de violon Transfige dulcissime Jesu H 251, Laudate pueri Dominum H 203, Le Concert Spirituel, Hervé Niquet, CD Naxos 1994. Diapason d’or.
  • Vêpres à la Vierge, Le Concert Spirituel, Hervé Niquet, CD Naxos 1995
  • La descente d'Orphée aux Enfers H 488, Les Arts florissants, William Christie, CD Erato, 1995
  • Jean de La Fontaine, Un portrait musical, Les Amours d'Acis et de Galatée H 499, La Symphonie du Marais, dir Hugo Reyne, CD Virgin veritas 1996
  • Messe pour le Port-Royal H 5, Les demoiselles de Saint-Cyr, dir Emmanuel Mandrin, orgue Michel Chapuis, CD Astrée, 1997. Choc du Monde de la musique.
  • Te deum H 146, Messe de Minuit H 9 ; Nuit H 416 N° 4, Les Musiciens du Louvre, Marc Minkowski, CD Archiv Produktion, Octobre 1997
  • Te Deum H 146, Le Parlement de musique, Maîtrise de Bretagne, dir Martin Gester Opus 111 2000, Diapason d'or
  • Leçons de Ténèbres H 135 - 137 et 5 Méditations pour le Carême H 380, H 381, H 386, H 387, H 388, Le Concert Spirituel, Hervé Niquet, CD Glossa, 2002
  • Vêpres pour Saint-Louis, Les Pages et les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles, Olivier Schneebeli CD Alpha, 2003
  • Méditations pour le Carême, Ensemble Pierre Robert, Frédéric Desenclos, CD Alpha, 2005
  • Messe pour le Port-Royal H 5, Ensemble Arianna, Marie-Paule Nounou, CD Arion, 2005
  • Grands motets à double chœur, Les Pages et les Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles, Olivier Schneebeli, CD K 617, 2005
  • Airs sérieux et à boire (18) -Tristes Déserts : H 445, H 467, H 466, H 455, H 469, H 463, H 456, H 461, H 474, H 457, H 459, H 458, H 450, H 446, H 470, H 448, H 466, H 471, G. Lesne (hc), Il Seminario musicale, CD Zig Zag Territoires, 2006
  • Le Jugement de Salomon H 422, Motet pour une longue offrande H 434, Les Arts florissants, William Christie, CD Virgin classics 2006
  • Motets pour le Grand Dauphin, Ensemble Pierre Robert, Frédéric Desenclos, CD Alpha 2008
  • Missa assumpta est Maria H 11, Le Concert Spirituel, Hervé Niquet, CD Glossa 2009
  • Beata est Maria, motets à trois voix d'hommes, Les Passions, Jean-Marc Andrieu, CD Lygia Digital, 2011
  • Motets pour une princesse, H 523, H 329, H 163, H 330, H 186, H 232, H 196, Ensemble Marguerite Louise, dir Gaétan Jarry, CD L'Encelade, 2015
  • Concert pour quatre parties de Violes H 545, Musica Nova, Harmonie des nations, Hesperion XXI, dir Jordi Savall CD AliaVox 2018
  • Les Arts florissants, H 487, La Couronne de fleurs, H 486 (extraits), Ensemble Marguerite Louise, dir Gaétan Jarry; CD Chateau de Versailles Spectacles, 2018
  • Histoires Sacrées, Pestis Mediolanensis H 398, Mors Saülis et Jonathae H 403, Caecilia virgo et martyr octo vocibus H 397, Dialogus inter Magdalena et Jesum H 423, Dialogus inter Christum et peccatores H 425 H 425a, Dialogus inter Christum et homines H 417, Judith sive Bethula Liberata H 391, Elévation H 408, Motet pour les trépassés à 8 H 311, O sacramentum Pietatis H 274, Magdalena Lugens H 343, Sub tuum praesidium H 28, Ensemble Correspondances, dir. Sébastien Daucé, 2 CD (+ 1 DVD, mise en scène Vincent Huguet, réalisation Benjamin Bleton) Harmonia Mundi 2019. Gramophone classical music award 2018. ffff Télérama. Choc de Classica, Diapason d'or. Diamant d'Opéra Magazine. ***** Limeligt Magazine.

FilmographieModifier

  • Médée H 491, Stéphanie d'Oustrac (Médée), François-Nicolas Geslot ( Jason), Gaëlle Méchaly ( Créuse), Bertrand Chuberre (Oronte), Le Concert Spirituel, Hervé Niquet, mise en espace, Olivier Simonnet. Réalisation Olivier Simonnet, Armide Classics / Vox Lucida ARM 002, 2004
  • Les Plaisirs de Versailles H 480, Idylle sur le retour de la santé du Roi H 489, Sonate à 8 H 548, Les Folies Françoises, Patrick Cohen-Akenine. Réalisation Olivier Simonet, Armide Classics / Vox Lucida ARM 003, 2004.
  • Te deum et Psaumes des Ténèbres : Tristis est anima mea H 126, In te Domine speravi H 228, Velum templi scissium H 128, Conserva me Domine H 230,Tenebrae facta sunt H 129, Notis in judaea Deus H 206, Te deum H 146. Le Parlement de Musique, Maitrise de Bretagne,, Martin Gester. Réalisation Olivier Simonet, Armide Classics / Vox Lucida, ARM 004, 2004.
  • Le Tombeau de Marc-Antoine Charpentier : In honorem Sancti Ludovici Regis Galliae H 332, Miserere H 173, Élévation Ave verum corpus H 266, Élévation O caelestis Jerusalem H 252, Dialogus inter Magdalenam et Jesum H 423, Élévation O dulce, o ineffabile convivium H 270, Élévation pour la paix O bone Jesu dulcis H 237, Epitaphium Carpentarii H 474, Mors Saülis et Jonathae H 403, extraits. Il Seminario musicale, Gérard Lesne. Réalisation Olivier Simonet, Armide Classics / Vox Lucida, 2004.
  • Marc-Antoine Charpentier, Un automne musical à Versailles, film d'Olivier Simonet, Armide Classics / Vox Lucida ARM 006, 2005.
  • La Pastorale de Noël H 483, H 483 a, H 483 b, Le Studio Vocal, dir, Martin Gester, mise en scène Benjamin Lazar, réalisation Olivier Simonet, Armide Classics / Vox Lucida ARM 007, 2005
  • Festus Latinatas Dies e 50° certamen Vaticanum, Filius prodigus H 399, Extremum Dei Judicium H 401, Mario Bassani (ct), Alberto Allegrezza, Danièle Pellegrini (t), Massimo di Stephano (b), choeur et orchestre Paolo Taglia pietra, 2007. Fondazione "Latinas" "Cita" del Vaticano & Associzione Culturale Music Theatre International-M.T.I. Comitatus Henricus Card Stuart Dux Eboracencis 2007.
  • David et Jonathas, H 490, Pascal Charbonneau, David, Ana Quitans, Jonathas, Neal Davies, Saül, Andreas Homoki, mise en scène, Stéphane Metge, réalisateur, Les Arts Florissants, dir William Christie. Festival d'Aix en Provence, Juillet 2012, DVD BeLair classiques.

PostéritéModifier

  • « J'étais musicien, considéré comme bon parmi les bons, ignare parmi les ignares. Et comme le nombre de ceux qui me méprisaient était beaucoup plus grand que le nombre de ceux qui me louaient, la musique me fut de peu d'honneur mais de grande charge… […] guéris, purifie, sanctifie les oreilles de ces hommes pour qu'ils puissent entendre le concert sacré des anges ! » — Textes de Charpentier, extrait de son Epitaphium Carpentarij H 474 pour 6 voix et basse continue.
  • Création de la Société Marc-Antoine Charpentier en 1983.
  • Le Tombeau de Marc-Antoine Charpentier, de Thierry Pécou (1995), livret de Pierre Essartier d'après L'Epitaphium Carpentarij, pour 3 chœurs à voix égales, voix mixtes, orgue baroque, basse de viole, positif et cloches. Création le 19 novembre 1995 à la Chapelle du château de Versailles. Interprété par la Maitrise de Radio France, Les Pages de la Chapelle Royale, Les Petits Chanteurs de Versailles ; Olivier Latry, orgue ; Elisabeth Matiffa, basse de viole ; Frédéric Désenclos, orgue positif ; dir. Denis Dupays.
  • Le Cantique des 3 enfants dans la fournaise de Philippe Hersant, pour trois voix d'enfants solistes, quadruple chœur, 2 hautbois, 2 bassons, 2 cornets, sacqueboute, serpent, 2 théorbes et orgue positif ; œuvre miroir de La Messe à 4 Chœurs H 4, avec effectif vocal, instrumental et spatial identique. Création le 17 mai 2015 à Abbeville. Interprétation, Maitrise de Radio France, Les Pages, les Chantres et les Symphonistes du Centre de Musique Baroque de Versailles, dir. Olivier Schneebeli. Enregistrement en 2019, à paraitre fin d'année.
  • « On croise parfois des compositeurs sans y prêter beaucoup d’attention; avec d’autres, il arrive qu’on puisse échanger un moment, avant de passer son chemin. Charpentier fait partie d’une catégorie plus rare: il est de ceux qu’on rencontre pour ne plus jamais les quitter, et on le sait dès la première note. Pour les Histoires sacrées, nous avons travaillé certaines œuvres spécialement en vue de l’enregIstrement, d’autres nous ont accompagné depuis quelques années - comme cette Peste de Milan pourtant inédite au disque! Certaines figuraient déjà dans notre tout premier programme de concert, il y a dix ans. Plusieurs de ces histoires ont même passé l’épreuve de la scène, avec Vincent Huguet pour guide, renouvelant complètement notre manière de les envisager: ces musiques intenses aux paroles lointaines ont pris une nouvelle dimension ou le texte et la puissance de ce qu’il raconte ont tout à coup retrouvé la première place, comme un miroir du monde d’aujourd’hui. A côté de l’harmonie prodigieuse, du contrepoint sublime, des formes expérimentales, le bonheur de la musique de Charpentier réside certainement aussi dans sa renaissance perpétuelle et inépuisable. » Sébastien Daucé, Diapason Juillet 2019 P. 7

Notes et référencesModifier

  1. « Marc-Antoine Charpentier est né en 1643, dans le diocèse de Paris, ce qui correspond à la région de l'actuelle Île-de-France […] ». Biographie sur le site du ministère français de la Culture.
  2. Diapason - octobre 2004.
  3. Despois-Mesnard, t.9, p. 211.
  4. Mazouer 1989, p. 146-148.
  5. Cessac 2005, p. 86.
  6. Thierry Geffrotin, Les 100 mots de la musique classique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » (no 3930), , 1re éd., 127 p., 11,5 × 17,6 cm (ISBN 2-13-058907-3 et 978-2-13-058907-5, notice BnF no FRBNF42539593, SUDOC 155576003, présentation en ligne), entrée « Eurovision » [lire en ligne (page consultée le 6 janvier 2016)].
  7. Cessac 2007, p. 202.
  8. http://www.culture.gouv.fr/culture/celebrations/charpentier/fr/index2.htm
  9. Davitt Moroney, « Review of recent studies on Charpentier and Couperin », Journal of the American Musicological Society 61 (2008), p. 666.
  10. https://www.francetvpro.fr/france-2/communiques-de-presse/te-deum-motets-pour-le-roy-26992717

BibliographieModifier

CatalogueModifier

  • Hugh Wiley Hitchcock a dressé un catalogue thématique de l'œuvre de Marc-Antoine Charpentier (H. Wiley Hitchcock, Les Œuvres de Marc-Antoine Charpentier : Catalogue raisonné, Paris, Picard 1982), élément essentiel de la (re)découverte du plus grand compositeur français du XVIIe siècle. Les références dans ce catalogue sont préfixées par la lettre H (comme le montre la liste ci-dessus). Il y a 551 œuvres recensées.
  • Après la parution de ce catalogue, les Éditions Minkoff décident de publier les œuvres de Charpentier en fac-similé (Meslanges autographes, 28 tomes, Minkoff France, Paris 1990-2004).
  • Catalogue complet des éditions modernes par Catherine Cessac, d'après le catalogue de H. W. Hitchcock [[ lire en ligne]][PDF].

OuvragesModifier

  • Camille Saint-Saëns, Au courant de la vie , Un contemporain de Lully, chapitre 1, édition Dorbon-Ainé 1914, report édition Wentworth Press, Scholar sélect 2018.
  • Claude Crussard (1893-1947), Un musicien français oublié, Marc-Antoine Charpentier, 1634-1704, Paris, Librairie Floury, 1945.
  • Robert W. Lowe, Marc-Antoine Charpentier et l'opéra de collège, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1966, 195 p.
  • Catherine Cessac, Marc-Antoine Charpentier, Paris, Fayard, , 604 p. (ISBN 2-213-02136-8, OCLC 906579047) — rééd. 1998 et éd. augmentée 2004.
  • (en) H. Wiley Hitchcock, Marc-Antoine Charpentier ; Oxford, New York, Oxford University Press, 1990 (Oxford Studies of Composers, 23).
  • Patricia M. Ranum, Portraits around Marc-Antoine Charpentier, Baltimore, auteur, 2004, 640 p.
  • Catherine Cessac (textes réunis par), Marc-Antoine Charpentier, un musicien retrouvé, Sprimont, Mardaga, coll. « Études du Centre de musique baroque de Versailles / Musique, musicologie », , 414 p. (ISBN 2-87009-887-1, OCLC 424332203, notice BnF no FRBNF39942557)
  • Catherine Cessac (éd.), Les manuscrits autographes de Marc-Antoine Charpentier, Wavre, Mardaga, coll. « Études du Centre de musique baroque de Versailles / Musique, musicologie », , 312 p. (ISBN 2-87009-941-X, OCLC 85335569, notice BnF no FRBNF40988745, lire en ligne)
  • (en) Shirley Thompson (dir.), New perspectives on Marc-Antoine Charpentier, New York, Routledge, 2010/2016, 600 p. (ISBN 978-0-7546-6579-3, OCLC 994220863)
  • Catherine Cessac (éd.), Les Histoires sacrées de Marc-Antoine Charpentier. Origines, contextes, langage, interprétation, Brepols 2016, 280 p.

Articles et chapitresModifier

  • Denise Launay, « Les motets à double chœur en France au début du XVIIe siècle », Revue de musicologie 40 (1957), p. 173-195.
  • Jean Duron, « L'orchestre de Marc-Antoine Charpentier », Revue de musicologie 72/2 (1986), p. 23-65.
  • Charles Mazouer, « Molière et Marc-Antoine Charpentier », Cahiers de l'Association internationale des études françaises, no 41,‎ , pages 146, 147 et 148 (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2017).
  • « Sébastien de Brossard admirateur et défenseur de Charpentier », Bulletin de La Société Marc-Antoine Charpentier 16 (1999), p. 1-2.
  • Société Marc-Antoine Charpentier, Bulletin Charpentier N° 1 à 20 (1989-2003).
  • CMBV, Bulletin Charpentier nos 1 à 5 (publication numérique) (2008-2015).
  • (en) H. Wiley Hitchcock, « Marc-Antoine Charpentier », dans Grove Music Online, Oxford University Press, (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  • Pascal Quignard, Les Ombres errantes, Grasset 2002, chapitre LII, p. 172
  • Pierre Boulez, Entretiens avec Michel Archimbaud, Folio, février 2016, p. 109
  • Jean Lionnet, « Charpentier à Rome », Parve che Sirio... rimembrasse una florida primavera : Scritti sulla musica a Roma nel Seicento con un inedito, Bari, Florestano Edizioni Nuova slrs, 2018, p. 349-361.
  • Georges Forestier, Molière et Marc-Antoine Charpentier, Gallimard, 09/ 2018, p. 462, 463, 465, 467, 469, 471

Liens externesModifier