Ouvrir le menu principal

Jacques de Juigné

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Clerc et Juigné.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Le Clerc de Juigné.
Jacques Le Clerc de Juigné
Jacques de Juigné (1874-1951) 2.jpg
Fonctions
Sénateur de la Loire-Atlantique
-
Député de la Loire-Atlantique
-
Conseiller général de la Loire-Atlantique
Canton de Bourgneuf-en-Retz
-
Maire de Juigné-sur-Sarthe (d)
-
Titre de noblesse
Marquis
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Château de Juigné (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Jacques Auguste Marie Le Clerc de JuignéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Fratrie
Madeleine Anne Marie Le Clerc de Juigné (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant
Colette Le Clerc de Juigné (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Religion
Partis politiques
Membre de
Conflit
Distinctions

Jacques Auguste Marie Le Clerc, 7e marquis de Juigné (Paris, – Château de Juigné-sur-Sarthe, ), est un homme politique français du XXe siècle.

Maire de Juigné-sur-Sarthe pendant plus de 40 ans, il fut également député de la Loire-Inférieure (1906-1936), puis sénateur (1936-1941).

Sommaire

BiographieModifier

« Jacques de Juigné entama très jeune une carrière politique dans laquelle il ne connut pas même le commencement d'un échec. »

— J. Jolly, Dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940

Le marquis était déjà maire de Juigné-sur-Sarthe lorsqu'il entra, en 1900, au Conseil général de la Loire-Inférieure comme conseiller général représentant le canton de Bourgneuf-en-Retz[1]. Il était entre-temps devenu propriétaire du château du Bois-Rouaud (Chéméré) que son oncle le comte de Juigné lui avait transmis[2]. Il est également propriétaire-éleveur de chevaux[3].

En ce début de XXe siècle, la population des départements du Finistère, du Morbihan et de la Loire-Inférieure est essentiellement rurale, ainsi, dans le pays de Retz, quatre habitants sur cinq vivaient dans des exploitations agricoles[4]. Dans ces départements, plus des deux tiers des postes d’élus[4] étaient occupés par la noblesse locale, laquelle, selon Michel Gautier[4], « appuyée sur l’église catholique romaine, exerçait sur tout le corps social une sorte d’autorité naturelle ». Avant la Grande Guerre, deux membres sur cinq de l'assemblée départementale sont de sang noble[4], parmi lesquels on peut citer :

DéputéModifier

Il entra à la Chambre des députés à 32 ans, élu au premier tour des élections législatives du [5], représentant de la circonscription de Paimbœuf, en remplacement de Jules Galot[6] de qui il a obtenu le retrait[7]. Ce fut pour y demeurer trente ans sans interruption et sans jamais s'y inscrire à aucun groupe, « ne voulant rien aliéner de sa liberté de défendre ses convictions résolument conservatrices[1] ». Dans sa profession de foi, après avoir rappelé aux électeurs sa parenté avec le comte de Juigné, le jeune marquis s'affirmait comme le principal défenseur de la liberté qu'il considérait menacée par la loi de séparation des Églises et de l'État [7].

Lorsque la dite-loi du , abrogea le Concordat de 1801, le marquis de Juigné s’empressa d’acheter l’abbaye de Solesmes afin d’en préserver l’intégrité[8]. Par l’encyclique Maximam gravissimamque du , Pie XI autorise la création d’associations cultuelles diocésaines (prévues par la loi de 1905) pour la possession des biens ecclésiastiques acquis depuis 1905. Le marquis de Juigné fit toutes les démarches administratives nécessaires et dès 1926 les moines purent réoccuper leur abbaye[8].

Au cours de ces trente années, il se fit connaître comme le champion de deux idées : d'une part la défense des familles nombreuses avec, pour corollaires, le relèvement de la natalité et la liberté religieuse de l'enseignement ; d'autre part la nécessité d'une politique toujours plus ferme à l'égard de l'Allemagne. « Il défendait des convictions conservatrices : c'était un royaliste et catholique convaincu[9] ».

Membre assidu de la commission de la famille, c'est pourtant de celle de l'armée qu'il devint surtout l'illustration.

Réélu en 1910[10], il entre dans une opposition décidée, votant contre à peu près tout ce qu'on propose :

Refusant successivement sa confiance à Briand, Monis et Caillaux.

« Voilà qui doit plaire à la Loire-Inférieure ; aux élections législatives du , c'est un triomphe qu'elle lui fait[1] » : 8 956 voix sur 10 213 suffrages exprimés.

Puis c'est la guerre : le marquis de Juigné qui n'est que sergent est promu lieutenant puis officier d'ordonnance à la 176e brigade (88e division d'infanterie territoriale). Dès le il est cité à l'ordre du jour de la division. Il demeure en première ligne jusqu'en 1917, ce qui lui fit mériter la Croix de guerre.

Réélu[11] député le (à la « Chambre bleu horizon »), car, bien que le scrutin de liste fut institué, il gardait l'avantage de la majorité absolue - et ce fut encore le cas en 1924[12], à la tête cette fois d'une liste d'union nationale et catholique - Jacques de Juigné acquiert du poids, sinon de la célébrité, en étant l'un des tout premiers à dénoncer les faiblesses du traité de Versailles. De même, toutes ces années-là il joue un rôle de premier plan à la commission des régions libérées.

 
Photographie de Jacques de Juigné.

Cependant, aux législatives du son succès semble moins net [13]. Au reste, Juigné paraît moins assidu à la Chambre, comme s'il se résignait à ne pas obtenir du pouvoir qu'il se montrât plus ferme à l'endroit des Allemands. Le résultat est qu'au renouvellement de 1932, non seulement il lui faut attendre le second tour, mais il ne sort que de justesse.

 
Intervention du marquis de Juigné au Congrès des jeunesses catholiques (Saint-Père-en-Retz, 1927).

SénateurModifier

Juigné, sollicité par toutes sortes d'activités (« homme de cheval » depuis toujours, il sera président de la Société hippique française) se présenta au Sénat : il fut élu le , « on ne peut mieux[1],[14] ».

« Sénateur discret[1] », il réservait le principal de ses soins à la commission de l'armée. Sa seule intervention marquante fut une adresse au ministre de la Défense nationale sur les services retenus pour les propositions de la Légion d'honneur.

En 1940, il vota les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Pendant l'occupation, Jacques de Juigné conserva son mandat de maire de Juigné (jusqu'en 1944, soit plus de 40 ans d'administration). Après la guerre, il abandonne ses différents mandats.

Le marquis de Juigné avait également hérité, de son oncle, du lac de Grand-Lieu, À son tour, au début du XXe siècle, il envisage des projets d'assèchement, fait face à une révolte des pêcheurs. La presse locale prend fait et cause pour ceux-ci, montrant du doigt le dernier « seigneur de Retz », disposant de droits venant d'un autre âge. Après la Première Guerre mondiale, le marquis commence à céder ses terres. Entre 1921 et 1924, il en vend 850 hectares dans la partie sud. Mais, en 1947, il parvient à devenir président du Syndicat du canal de Buzay. Il se lance de nouveau dans la promotion d'un projet d'assèchement. Un nouvel élément est apparu lors de la guerre récemment achevée : les tourbières du lac se sont révélées exploitables. De nouvelles perspectives économiques apparaissent également avec le projet de développer un parc floral en prenant exemple sur les Pays-Bas. Le projet se dessine, on prévoit une digue orientée nord-sud délimitant la partie à assécher, à l'ouest du lac, l'eau devant être évacuée par l'étier de Boiseau. Il était même prévu une prise en charge par l'État de 60 % du budget[15].

Le projet n'aboutissant toujours pas en 1947, environ 2 780 hectares sur 4 000 au total sont cédés par le marquis, pour trente millions de francs, à une société composée de 4 000 actionnaires dont Jean-Pierre Guerlain[15].

Il meurt le dans à Juigné-sur-Sarthe, à l'âge de 77 ans. Il était chevalier de la Légion d'honneur[réf. à confirmer][1].

DécorationsModifier

Ascendance et postéritéModifier

Jacques Le Clerc de Juigné était le seul fils né du mariage (1867) de Henry Anatole Christian (Paris Xe, 8 avril 1845 - Paris VIIIe, 11 avril 1893), 6e marquis de Juigné, capitaine au 33e régiment de marche (gardes mobiles de la Sarthe), chevalier de la Légion d'honneur[16] (30 décembre 1870) et Marie de Talhouët-Roy (1849-1934), fille d'Auguste, marquis de Talhouët-Roy (1819-1884).

Les Le Clerc éteints, les châteaux de Juigné et du Bois-Rouaud passent aux Durfort-Civrac de Lorges.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g Jolly 1960.
  2. H&R. Bourreau 1999, p. 159.
  3. H&R. Bourreau 1999, p. 311.
  4. a b c et d Gautier 2012.
  5. Par 8 674 voix sur 12 838 suffrages exprimés.
  6. H&R. Bourreau 1999, p. 334.
  7. a et b H&R. Bourreau 1999, p. 158.
  8. a b et c Pierrelée Allocution.
  9. Callu & Gillet 2008, p. 151.
  10. par 7 878 voix sur 12 300 suffrages
  11. Par 41 883 voix sur 70 053 votants.
  12. 48 185 voix sur 75 668 bulletins
  13. 6 881 voix sur 11 635 suffrages exprimés.
  14. 737 voix sur 993 votants.
  15. a et b Pierrelée 2004, p. 259.
  16. « Cote LH/1531/27 », base Léonore, ministère français de la Culture
  17. Les témoins sont René, marquis de Talhouët-Roy (1855-1948), conseiller général de la Sarthe, Eugène II Schneider (1868-1942), François Pierre, marquis de Chaponay (1851-1941).
  18. Della Sudda 2012.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Pour approfondir