Ouvrir le menu principal
Madeleine Le Clerc de Juigné
Madeleine Shneider, marquise Leclerc de Juigné (1879-1969).jpg
La marquise Leclerc de Juigné, 1927
Fonction
Vice-présidente
Ligue féminine d'Action catholique française (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Château de Juigné (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Fratrie
Conjoint
Enfant
Colette Le Clerc de Juigné (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

La marquise Madeleine Leclerc de Juigné (, Le Creusot - [1], château de Juigné-sur-Sarthe) est une militante catholique et monarchiste française.

Sommaire

BiographieModifier

Vie familialeModifier

Marie Madeleine Emma Eudoxa Schneider est née en 1879 au Creusot (Saône-et-Loire). Issue de la famille Schneider, elle est la fille du député Henri Schneider et d'Eudoxie Asselin. Son grand-père est le patron et homme politique Eugène Schneider (1805-1875).

Madeleine Schneider épouse le à Paris VIIIe Jacques Marie Auguste Leclerc, marquis de Juigné[2], et ensemble ils eurent :

MilitantismeModifier

Madeleine Schneider est élue conseillère du Conseil central de la Ligue patriotique des Françaises (LPDF) en 1911. Elle est trésorière générale jusqu'en 1927. Elle appartient aussi à un comité de Dames royalistes.

En 1927, après la condamnation de l'Action française par le pape Pie XI, elle est la seule membre du bureau à refuser de signer l'adresse au pape envoyée par les dirigeantes de la LPDF en signe d'obéissance de la Ligue et de « docilité totale » à l'égard du Vatican.

En 1933, elle est vice-présidente générale du bureau central de la Ligue féminine d'Action catholique française, fusion de la LPDF et de la Ligue des femmes françaises (LFF). Elle reste au bureau de l'association durant toute la guerre. Elle décède en 1969 au château de Juigné-sur-Sarthe (Sarthe).

RéférencesModifier

SourcesModifier

Voir aussiModifier