Graves-Saint-Amant

commune française du département de la Charente

Graves-Saint-Amant est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente, en région Nouvelle-Aquitaine.

Graves-Saint-Amant
Graves-Saint-Amant
L'église Saint-Martin de Graves.
Blason de Graves-Saint-Amant
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Christian Jobit
2020-2026
Code postal 16120
Code commune 16297
Démographie
Gentilé Gravois
Population
municipale
325 hab. (2021 en diminution de 3,85 % par rapport à 2015)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 40″ nord, 0° 05′ 34″ ouest
Altitude Min. 14 m
Max. 97 m
Superficie 8,99 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Charente-Champagne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Graves-Saint-Amant
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Graves-Saint-Amant
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
Graves-Saint-Amant
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Graves-Saint-Amant

Ses habitants sont appelés les Gravois[1].

Géographie

modifier

Localisation et accès

modifier

Graves-Saint-Amant est une commune de l'ouest de la Charente située à 6 km au nord-ouest de Châteauneuf-sur-Charente, le chef-lieu de son canton, et 7 km au sud-est de Jarnac, sur la rive gauche de la Charente.

Elle est aussi à 4 km à l'est de Saint-Même-les-Carrières, 8 km au sud-ouest d'Hiersac, 19 km à l'est de Cognac, et 20 km à l'ouest d'Angoulême[2].

La route principale de la commune est la D 10 qui va de Jarnac à Châteauneuf et qui passe à 1,5 km au sud du bourg de Saint-Amant. Un réseau de routes départementales secondaires irrigue la commune ; la D 54 qui longe la Charente et la D 155 qui la traverse se croisent près du bourg de Saint-Amant[3].

La ligne Angoulême - Saintes traverse la commune, et la gare la plus proche est celle de Châteauneuf ou celle de Jarnac, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Cognac, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits

modifier

Les villages qui ont donné leur nom à la commune sont Saint-Amant-de-Graves, qui en est le bourg principal, et Graves, situé plus à l'ouest et ne comprenant quasiment qu'une église.

La commune comporte par ailleurs des hameaux : les Aireaux, la Natrie à l'ouest, chez Texier, la Groie, chez Brisson au sud, chez Jean Millaud à l'est, ainsi que de nombreuses fermes[3].

Communes limitrophes

modifier
Communes limitrophes de Graves-Saint-Amant
Bassac Saint-Simon
Saint-Même-les-Carrières   Angeac-Charente
Bouteville

Géologie et relief

modifier

La commune occupe le calcaire datant du Crétacé, comme les zones situées au sud et sur la rive gauche de la Charente entre Angoulême et Cognac.

Le Jurassique supérieur occupe toutefois une étroite bande (de moins de 200 m) en bordure de la vallée de la Charente, entre la Natrie et chez Brisson. Il s'agit du Purbeckien, marne riche en argile et en gypse de la fin du Jurassique mordant sur la période du Crétacé inférieur, et composant la zone du Pays-Bas située plus au nord-ouest.

Le Crétacé supérieur s'étage entre le Cénomanien dans les parties basses, le Turonien (ou Angoumien) au centre et le Coniacien sur les hauteurs au sud-ouest de la commune. Une cuesta, faiblement marquée dans la commune, sépare le Turonien inférieur du Turonien supérieur (calcaire plus dur, à rudistes), à la Garenne d'Anqueville. On retrouve cet escarpement plus nettement vers l'est en direction de Châteauneuf, La Couronne et le plateau d'Angoulême, et vers l'ouest en direction de Saint-Même.

L'Angoumien a été exploité par des carrières de pierre de taille souterraines, souvent reconverties en champignonnières, ou à ciel ouvert (la Garenne d'Anqueville).

La vallée de la Charente est occupée par des alluvions du Quaternaire. Ces alluvions sont récentes pour la partie inondable, et plus anciennes sur une basse terrasse large d'un kilomètre. Ces dernières ont été exploitées pour leur sable[4],[5],[6].

Le relief de la commune est constitué en trois niveaux. Du nord au sud, le niveau le plus bas est constitué par la vallée de la Charente, d'une altitude de 20 m environ et où sont situés les bourgs de Saint-Amant et Graves, puis la cuesta délimite un palier d'une altitude de 60 m, couvert de vignobles; enfin, plus au sud, les hauteurs boisées culminent à 97 m. Le point le plus bas est à 14 m, situé dans la partie inondable de la Charente (la Prée)[3].

Hydrographie

modifier

Réseau hydrographique

modifier
 
Réseaux hydrographique et routier de Graves-Saint-Amant.

La commune est située dans le bassin versant de la Charente au sein du Bassin Adour-Garonne[7]. Elle est drainée par la Charente, le ruisseau d'Anqueville, le ruisseau des Moulins-d'Angeac, canal de terre-neuve, qui constituent un réseau hydrographique de 7 km de longueur totale[8],[Carte 1].

La Charente borde la commune au nord. Le ruisseau des Moulins d'Angeac et le canal de Terre-Neuve sont des bras de la Charente et délimite la prairie de Saint-Amant.

Le ruisseau d'Anqueville traverse l'ouest de la commune. Des étangs occupent d'anciennes sablières entre Bois-Charente et le bourg de Saint-Amant, le long de la voie ferrée[3].

Gestion des eaux

modifier

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Charente ». Ce document de planification, dont le territoire correspond au bassin de la Charente, d'une superficie de 9 300 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin Charente[9]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [10].

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Au , Graves-Saint-Amant est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[11]. Elle est située hors unité urbaine[12] et hors attraction des villes[13],[14].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (74,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (36,5 %), zones agricoles hétérogènes (26,2 %), forêts (20,8 %), terres arables (11,5 %), mines, décharges et chantiers (2,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,2 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeurs

modifier

Le territoire de la commune de Graves-Saint-Amant est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations et séisme (sismicité modérée)[16]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[17].

La commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation (TRI) Saintes-Cognac-Angoulême, regroupant 46 communes concernées par un risque de débordement du fleuve Charente (34 en Charente et 12 en Charente-Maritime), un des 18 TRI qui ont été arrêtés fin 2012 sur le bassin Adour-Garonne[18]. Les événements antérieurs à 2014 les plus significatifs sont les crues de l'hiver 1779, de 1842, de 1859, du du , du , de mars-avril 1962, du et du . Des cartes des surfaces inondables ont été établies pour trois scénarios : fréquent (crue de temps de retour de 10 ans à 30 ans), moyen (temps de retour de 100 ans à 300 ans) et extrême (temps de retour de l'ordre de 1 000 ans, qui met en défaut tout système de protection)[19]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1987, 1993, 1999 et 2021[20],[16].

 
Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Graves-Saint-Amant.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 93,9 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 206 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 206 sont en aléa moyen ou fort, soit 100 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[21],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[22].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 2003 et par des mouvements de terrain en 1999[16].

Toponymie

modifier

Les formes anciennes pour Graves sont Gravia, Graverio en 1220[23], et pour Saint-Amant-de-Graves, Sanctus Amantius de Gravia (non daté, mais vers le XVe siècle)[24].

Le bas latin gravia, issu du pré-latin grava (petite pierre), désigne un terrain plat couvert de sables et de graviers[25],[26].

En Charente, les Saint-Amant se répartissent entre deux origines : Amandius était évêque de Bordeaux au Ve siècle. Amantius était aussi un saint, mais du VIIe siècle, né à Bordeaux puis ermite, célébré dans le diocèse d'Angoulême. D'après A.Dauzat, Saint-Amant-de-Graves ferait partie de la première catégorie, ce qu'infirme la forme ancienne qu'il ne mentionne pas, peut-être parce que cette paroisse était dans l'ancien diocèse de Saintes[27],[Note 1].

Histoire

modifier

Les Giraud d'Anqueville, seigneurs de Bois-Charente, ont construit le château au XVIe siècle.

En 1680, le château passe par mariage à François Goulard, seigneur de la Faye, et il devient la propriété de Jean Thioulet, gentilhomme du roi, au début du XVIIIe siècle[28]. Bois-Charente a appartenu au début du XXe siècle à Jean Fougerat dit Élie, riche propriétaire et bienfaiteur, mort en 1932.

Les plus anciens registres paroissiaux de Graves remontent à 1633[29].

Comme sa voisine Angeac, la paroisse de Saint-Amant-de-Graves était une dépendance de la seigneurie de Vibrac.

L'église de Saint-Amant avait été donnée en 1124 par l'évêque d'Angoulême, Girard II, à l'abbaye de Savigny, qui l'avait remise au prieuré de Bouteville. Ce dernier conserva la paroisse jusque vers la fin du XVe siècle. En 1460, Saint-Amant fut le siège d'un prieuré en propre. Hélas les guerres de religion lui furent préjudiciables, et il fut supprimé en 1580[30],[31].

Plusieurs moulins ont existé mais ils avaient déjà disparu au XVIIe siècle; il ne restait au début du XXe siècle que le moulin de Courpeteau construit au XVIIIe siècle, sur le ruisseau d'Anqueville (sur Saint-Amant)[32].

Pendant la Révolution, la commune de Saint-Amant-de-Graves s'est appelée provisoirement Amant-Charente[33].

Au , la commune de Graves fusionne avec celle de Saint-Amant-de-Graves qui prend alors le nom de Graves-Saint-Amant[34].

Administration

modifier
 
La mairie, dans l'ancienne gare SNCF.

Graves-Saint-Amant est une commune très jeune. Elle existe officiellement depuis l'article A17-12-1996 du journal officiel du .

La commune est née de la fusion entre Saint-Amant-de-Graves (de code commune 16297) et de Graves (de code commune 16159), qui a été absorbée, aussi Graves-Saint-Amant conserve le code 16297.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 2014 Jean-Louis Brillet SE Viticulteur négociant
2014 En cours Christian Jobit   Viticulteur

Démographie

modifier

Évolution démographique

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[36].

En 2021, la commune comptait 325 habitants[Note 2], en diminution de 3,85 % par rapport à 2015 (Charente : −0,78 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
361348386357347322316336332
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
328300299287298305285250268
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
278267246227232147228244214
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
227217203259338326313337338
2020 2021 - - - - - - -
327325-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[38].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

modifier

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 23,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 38,8 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 167 hommes pour 165 femmes, soit un taux de 50,3 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,41 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[39]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,2 
90 ou +
1,8 
7,9 
75-89 ans
9,8 
26,2 
60-74 ans
30,7 
23,8 
45-59 ans
18,4 
15,9 
30-44 ans
16,6 
8,5 
15-29 ans
10,4 
16,5 
0-14 ans
12,3 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2021 en pourcentage[40]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,7 
9,2 
75-89 ans
12 
20,6 
60-74 ans
21,3 
20,7 
45-59 ans
20,3 
16,8 
30-44 ans
16 
15,6 
15-29 ans
13,4 
16,1 
0-14 ans
14,3 

Remarques

modifier

Saint-Amant-de-Graves a absorbé Graves en 1996[37].

Évolution démographique de Graves entre 1800 et 1990
1800 1851 1901 1936 1962 1968
267262201230196171
1975 1982 1990 - - -
141127111[37]---

Économie

modifier

Agriculture

modifier

La viticulture est une activité importante de Graves-Saint-Amant, qui est située en Petite Champagne, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[41].

Certains producteurs vendent cognac, pineau des Charentes et vin de pays à la propriété.

Industrie

modifier

La carrière de pierre de Bois-Catineau, ouverte au XXe siècle employait 18 personnes en 1988[42].

Équipements, services et vie locale

modifier

Culture locale et patrimoine

modifier

Lieux et monuments

modifier

Patrimoine religieux

modifier

Le bourg de Graves abrite une église paroissiale, l'église Saint-Martin, construite aux XIIe et XVe siècles. Cette dernière contient notamment une peinture murale (teintes principales rouge et jaune) datée approximativement du XVe siècle représentant apparemment une scène biblique (restaurée en 1977), qui est classée monument historique à titre objet[43]. L'église est classée monument historique depuis 1986[44].

L'église paroissiale Saint-Amant, située au bourg de Saint-Amant-de-Graves, a été le siège d'un prieuré. Elle fut détruite par les protestants, puis reconstruite au XVIIe siècle[31].

Patrimoine civil

modifier

Le logis de Bois-Charente a été construit au XVIe siècle et sur la tourelle d'escalier, on peut lire 15xx, une date dont les dizaines et les unités sont effacées. La tour hexagonale et la tourelle d'escalier, au centre de la façade antérieure, seraient donc du XVIe siècle alors que l'élévation serait postérieure et qu'il y a eu des restaurations au XIXe siècle[45]. Il a été au début du XXe siècle la propriété de Jean Fougerat dont il est toujours le siège de sa fondation[46] et qui y est enterré. Son mausolée de marbre rouge exécuté par les sculpteurs Raoul Lamourdedieu et Émile Peyronnet reproduit des scènes de la viticulture charentaise[47],[48].

Le logis de Courpeteau daterait du XVIIe siècle[49] mais le moulin de Courpeteau (ruiné), sur le ruisseau d'Anqueville, ne daterait lui que du XVIIIe siècle[32].

Il reste deux lavoirs, à la Natrie[50] et chez Renouard[51].

Patrimoine environnemental

modifier

La commune est bordée par la Charente et se trouve en zone Natura 2000 Charente amont.

Près de l'écluse de Juac, le hameau de Juac (commune de Saint-Simon) est animé par le tourisme fluvial.

Le fleuve offre aussi une halte fluviale à Graves.

Le GR 4 qui va de Royan à Grasse passe au sud de la commune.

Personnalités liées à la commune

modifier
  • Jean Fougerat (1863-1932). Pharmacien, viticulteur à Bois-Charente et bienfaiteur. Il a donné son nom à une rue d'Angoulême et une fondation est à son nom depuis 1965[46].

Héraldique

modifier
  Blason
De gueules à trois aigles d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références

modifier

Notes et cartes

modifier
  • Notes
  1. La terminaison actuelle de Amant en t n'est pas non plus significative. D'après A.Dauzat, dériveraient de Amandius, évêque de Bordeaux : Saint-Amant-de-Montmoreau, Saint-Amant-de-Graves, Saint-Amant-de-Nouère. Dériveraient de saint Amant de Boixe : Saint-Amant-de-Boixe, Saint-Amant-de-Bonnieure. Mais Saint-Amant-de-Graves n'a aucune forme ancienne en Amandus.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Graves-Saint-Amant » sur Géoportail (consulté le 22 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le ).
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Cognac », sur Infoterre (consulté le ).
  7. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le ).
  8. « Fiche communale de Graves-Saint-Amant », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le ).
  9. « SAGE Charente », sur gesteau.fr (consulté le ).
  10. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  11. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  12. Insee, « Métadonnées de la commune ».
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Graves-Saint-Amant », sur Géorisques (consulté le ).
  17. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  18. « Liste des territoires à risque important d'inondation (TRI) de 2012 sur le bassin Adour-Garonne »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  19. « cartographie des risques d'inondations du TRI Saintes-Cognac-Angoulême », sur nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur charente.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  21. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  22. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Graves-Saint-Amant », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  23. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 352
  24. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. II, Angoulême, imprimerie Roux et Despujols, , 588 p., p. 137
  25. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  26. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 330.
  27. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 584.
  28. Association Promotion Patrimoine, Philippe Floris (dir.) et Pascal Talon (dir.), Châteaux, manoirs et logis : La Charente, Éditions Patrimoines & Médias, , 499 p. (ISBN 978-2-910137-05-2 et 2-910137-05-8, présentation en ligne), p. 193
  29. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 194-195
  30. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 315
  31. a et b « Église Saint-Amant », notice no IA00041805, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. a et b « Moulin de Courpeteau », notice no IA00041804, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. Jacques Baudet et Jacques Chauveaud, « Toponymie révolutionnaire en Charente », Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente,‎ 4e trimestre 1986, p. 272-278 (lire en ligne [PDF] sur andre.j.balout.free.fr, consulté en )
  34. Code officiel géographique de Graves-Saint-Amant sur le site de l'Insee, consulté le 22 octobre 2014.
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  37. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  39. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Graves-Saint-Amant (16297) », (consulté le ).
  40. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  41. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le ).
  42. « Carrière Robert Naudin », notice no IA00066374, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  43. « Graves-Saint-Amant », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture
  44. « Église Saint-Martin de Graves », notice no IA00041727, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  45. « Château de Bois-Charente », notice no IA00041721, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  46. a et b « Fondation Fougerat », sur verif.com, (consulté le ).
  47. « Monument Jean Fougerat à Graves », sur petit-patrimoine.com, (consulté le ).
  48. « Mausolée de Jean Fougerat », notice no IA00041720, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  49. « Logis de Courpeteau », notice no IA00041803, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  50. « Lavoir », notice no IA00041726, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  51. « Lavoir », notice no IA00041725, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :