Ouvrir le menu principal

Freneuse (Yvelines)

commune française du département des Yvelines
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Freneuse.

Freneuse
Freneuse (Yvelines)
Mairie de Freneuse
Blason de Freneuse
Blason
Freneuse (Yvelines)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Bonnières-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes Les Portes de l'Ile de France
(siège)
Maire
Mandat
Didier Jouy
2014-2020
Code postal 78840
Code commune 78255
Démographie
Gentilé Freneusiens
Population
municipale
4 483 hab. (2016 en augmentation de 13,98 % par rapport à 2011)
Densité 434 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 53″ nord, 1° 36′ 06″ est
Altitude Min. 14 m
Max. 114 m
Superficie 10,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Freneuse

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Freneuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Freneuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Freneuse
Liens
Site web freneuse78.fr

Freneuse (prononcé [fʁə.nøz]) est une commune située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Freneusiens.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Localisation de Freneuse dans les Yvelines.

Freneuse est situé à 10 km au nord-ouest de Mantes-la-Jolie, à 47 km de Versailles et à 58 km de Paris[1].

La partie nord-est de la commune est boisée, tandis que la partie urbanisée au sud-ouest, contiguë avec Bonnières, forme avec celle-ci une seule agglomération.

 
Carte de la commune de Freneuse.

Relief et géologieModifier

La superficie de la commune est de 1 032 hectares ; l’altitude minimale à Freneuse est de 14 m au bord de Seine au nord-ouest de la commune et l’altitude maximale est de 114 m au domaine du Galicet à la limite avec Rolleboise[2].

Le sol au bord de la Seine est fait d’alluvions modernes (sables, limons, argiles et marne). En s’éloignant de la Seine, le sol est fait d’alluvions anciennes de bas niveau (sables, galets et blocs) et au centre la boucle de Moisson, le sol est fait d’alluvions anciennes mais de moyen niveau et à la limite avec Méricourt, il est fait d’alluvions mais de haut niveau (galets de silex et meulières). Du dessus de l’église à la limite avec Rolleboise en passant par le bas des Belles-Côtes, le sol est fait de craie blanche et dolomitique datant du Coniacien et du Santonien. Des Belles-Côtes à Rolleboise en longeant la route nationale 13, le sol est fait de dépôts de pente à silex ou à meulière. Entre deux, le domaine du Galicet est sur des alluvions datant du Lutétien.

HydrographieModifier

Freneuse est traversé par la Seine au nord-ouest de la commune à la limite avec d’autres communes. Un petit ruisseau nommé la Ravine passe dans sa totalité dans la commune.

ClimatModifier

Le climat à Freneuse est un climat tempéré de type océanique dégradé caractéristique de celui de l'Île-de-France. Les températures moyennes s'échelonnent entre 2 et 5 °C en hiver (janvier) et 14 et 25 °C en été (juillet)[3]. La pluviométrie moyenne, relativement basse, s'établit à environ 600 mm par an. Les mois les plus pluvieux vont d'octobre à janvier.


Voies de communication et transportsModifier

Transports en communModifier

 
La sortie du tunnel de Rolleboise du côté de Freneuse.

Il n’y a pas de gare à Freneuse, la gare de Bonnières est la plus proche même si le train passe sur le territoire freneusien en sortant du tunnel de Rolleboise.

Le réseau de bus passant dans la commune est le réseau de Com’bus.

Transports routiersModifier

Une route nationale et trois routes départementales desservent Freneuse : la RN 13 qui la traverse d’ouest en est ; la RD 37 qui relie Moisson à la RN 13 en longeant la Seine pour quelques kilomètres. Ainsi que la RD 124 qui relie la boucle de Moisson à la RD 37 puis la RN 13.

La commune se trouve à proximité de l’autoroute A13 dont la sortie la plus proche est à Bonnières-sur-Seine.

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Il y a six principaux secteurs à Freneuse :

  • Le centre-ville ;
  • La cité Les Belles Côtes, cité HLM avec entre 200 et 300 logements sociaux construits depuis les années 1960;
  • La Zone Industrielle qui contient le quartier d'HLM Les Plantines et le quartier pavillonnaire Les Balloches à la limite avec la commune de Bonnières-sur-Seine
  • Les Bastiannes, qui chevauche le centre ville au sud-est de la ville ;
  • Le Hameau de la Vallée (Marronniers) au nord de la ville qui est un grand quartier pavillonnaire ;
  • Le Grand Val-Curie (Le Grand Val), cité pavillonnaire et HLM, construite récemment, comprenant 4 quartiers : Rue Grands Champs (Quatre Chemins), Les Vergers, Kauffmann et les Ventines.

LogementModifier

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 1 581, alors qu'il était de 1 338 en 1999[insee 1].

Parmi ces logements, 90,4 % étaient des résidences principales, 6,5 % des résidences secondaires et 3,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 73,0 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 21,4 % des appartements[insee 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 72,8 %, en hausse par rapport à 1999 (67,8 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était en baisse : 18,5 % contre 21,0 % en 1999, leur nombre ayant diminué de 721 à 705[insee 3].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Freneuse au XIIIe siècle[4], Fresneuse vers 1272, Fraxinosa au XVe siècle[5].

Freneuse dérive du latin, fraxinus, frêne, et désigne un lieu planté de frênes, une "frênaie"[6], et du suffixe -osa, ce qui fait que Freneuse a pour origine latine "Fraxinosa".

HistoireModifier

AntiquitéModifier

Le territoire de Freneuse est habité dès le Paléolithique.

Des quantités de silex, des époques chelléenne et moustérienne ont été trouvées à l’extrimité du territoire de Freneuse, sur la limite de celui de Rolleboise.

Dans une partie du bourg, on a découvert des sépultures. Un camp romain a existé sur le monticule de Galicet[7].

Moyen ÂgeModifier

Selon la tradition, la plaine de Freneuse, en 946, aurait été le théâtre d’une bataille gagnée par Louis IV d’Outremer contre Richard Ier, duc de Normandie.

Un monument situé sur la route allant de Bonnières à Freneuse, à droite, à l’angle du chemin qui rejoint la route nationale, porte une inscription qui indique qu’à cet endroit, Richard Ier rendit au roi de France, les clefs de ville prises. Il existe d’ailleurs un lieu-dit de la commune qui s’appelle les Clédevilles. Cette remise des clefs, ainsi que la tradition ci-dessus dont elle découle est mise à mal par Albert Anne, qui met en avant la jeunesse de Richard Ier, le calendrier de Louis IV qui ne laissait que très difficilement la place à un tel événement, l’absence de textes d’époque à ce sujet, le fait que Freneuse n’était pas une ville fortifiée (donc pas de clefs) ou encore l’étymologie du lieu-dit Clédeville (les barrières de la villa : *cleta(s)-villae → clée de ville) et montre comment la légende s’est construite[8].

La paroisse, d’après le pouillé de Chartres du XVIIIe siècle comptait 45 familles.

Le fief de Freneuse, qui appartenait à la maison de Mauvoisin fut donné en 1394, à Jean de Sacquainville, seigneur de Blaru, chambellan du roi et du duc d’Orléans, et à sa femme Ide de Beausart, nièce d’Amaury Mauvoisin de Rosny.

En janvier 1400, Guy, seigneur de la Roche-Guyon, acheta à Jean de Sacquainville, la terre de Freneuse pour le prix de 40 000 livres tournois. Cette seigneurie restera dans cette famille jusqu’à la Révolution.

Renaissance et Révolution françaiseModifier

L’île de Freneuse appartenait, sous Louis XV, à Pierre Ceilbert de Voisin, qui avait épousé Françoise Dongois, petite nièce de Boileau.

La commune fut régie par la coutume de Senlis et après 1556 par celle de Mantes. Avant la révolution, Freneuse dépendait de la généralité de Rouen et relevait du bailliage de la Roche-Guyon.

Époque contemporaineModifier

Durant le Directoire, un arrêté du 6 nivose an VII indique : « Ouï le rapport du ministre de la police générale et vu les renseignements produits sur le compte des nommés Hodanger, curé de Rolleboise[9], Benjamin Fouet vicaire de Freneuse, Roi ex-curé d'Amenucourt et Dégouville ex-curé de Vétheuil. Considérant que la présence de ces ecclésiastiques est un sujet de troubles dans le canton de La Roche-Guyon, qu'ils fanatisent les habitants de leur résidence, que par leurs manœuvres et leurs discours séditieux, ils portent le peuple à s'éloigner des institutions républicaines et qu'ils prêtent leur appui aux royalistes et aux anarchistes qui s'agitent dans le canton de La Roche-Guyon, il est ordonné qu'ils seront déportés. »

  • Hodanger, le curé de Rolleboise sera déporté le 6 nivôse an VII pour « vouer aux enfers un prêtre célébrant le culte le décadi et s'agitant pour les prochaines élections. »[9]
  • Benjamin Fouet, le vicaire de Freneuse sera déporté le 6 nivôse an VII pour « vouer aux enfers un prêtre célébrant le culte le décadi et s'agitant pour diriger les prochaines élections. »[9]
  • Roi, le curé d'Amenucourt sera déporté le 6 nivôse an VII pour « vouer aux enfers un prêtre célébrant le culte le décadi et s'agitant pour diriger les prochaines élections. »[9]
  • Degouville, le curé de Vétheuil sera déporté le 6 nivôse an VII pour « vouer aux enfers un prêtre célébrant le culte le décadi et s'agitant pour les prochaines élections. »[9]

Le rapport au fleuveModifier

Lors de la crue de 1910, la partie de Freneuse qui se trouve proche de la Seine fut inondée

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Cinq maires se sont succédé depuis 1944 :

Liste des maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
Léon Lengage    
Henri Bertrand    
Jean Tissier    
Colette Lamaison   Présidente de la CC des Portes de l’Île-de-France (1993 → 1995)
En cours Didier Jouy RPR puis
UMP-LR
Agriculteur retraité
Conseiller général (2001 → 2015) puis départemental du canton de Bonnières-sur-Seine (2015 → )

Tendances politiques et résultatsModifier

Le vote à Freneuse favorise le plus souvent la droite. Cette tendance ne semble pas vraiment confirmée par la plupart des consultations électorales récentes, locales et nationales, même si les élections régionales de 2010 ont placé la liste conduite par Jean-Paul Huchon en tête à Freneuse, avec 53,82 % des suffrages exprimés[10]. En 2012, le premier tour voit Nicolas Sarkozy (UMP) arriver en tête avec 27,35 % des suffrages exprimés, suivi de Marine Le Pen (FN) crédité de 25,18 % et de François Hollande (PS) avec 23,43 % ; la participation a été de 79,20 %[11].

Au second tour de l'élection présidentielle de 2002[12], les électeurs ont voté à 72,79 % pour Jacques Chirac (RPR) et à 27,21 % pour Jean-Marie Le Pen (FN), avec une participation de 82,14 % ; celle-ci est un peu supérieure au second tour de l'élection présidentielle de 2007[13] : 84,02 % de participation parmi laquelle 59,18 % des électeurs ont voté pour Nicolas Sarkozy (UMP) et 40,82 % pour Ségolène Royal (PS).

Au deuxième tour des élections législatives de 2002[14], 57,69 % des électeurs de Freneuse ont voté pour Henri Cuq (UMP) et 42,31 % pour Albert Bischerour (Les Verts), avec un taux de participation de 55,18 %. Au premier tour, Henri Cuq était arrivé en tête avec 39,16 % des suffrages exprimés. Il améliore d'ailleurs ce score du premier tour à Freneuse, en 2007, élection à laquelle il obtient 50,18 % au premier tour[15].

Aux élections européennes de 2009[16], les deux meilleurs scores à Freneuse étaient ceux de la liste de la majorité présidentielle conduite par Michel Barnier, qui a obtenu 235 suffrages soit 27,42 % des suffrages exprimés et du Parti socialiste conduite par Harlem Désir, qui a obtenu 125 suffrages soit 14,59 % des suffrages exprimés, pour un taux de participation de 32,71 %.

À l'issue du scrutin municipal de 2008, le conseil municipal réélit Didier Jouy comme maire.

Politique environnementaleModifier

Prévention des inondationsModifier

Soumise aux risques majeurs de crues de la Seine, le bord du fleuve est désigné comme inconstructible par le PPRI. Tout de même, certains terrains urbanisés sont exposés à un risque d’inondation.

Gestion des déchetsModifier

Appartenant à la communauté de communes des Portes de l’Île-de-France, la commune de Freneuse participe au fonctionnement de la déchèterie communautaire, située sur son territoire, sur la zone d'aménagement concerté des Portes d’Île-de-France.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2016, la commune comptait 4 483 habitants[Note 1], en augmentation de 13,98 % par rapport à 2011 (Yvelines : +1,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900858885895861848831806759
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
662629632559554533543555552
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5435285887107207607981 0041 193
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 1292 5143 4143 3543 6943 5923 6233 9244 281
2016 - - - - - - - -
4 483--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,8 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 20,7 %, plus de 60 ans = 18,6 %) ;
  • 51,7 % de femmes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 16,8 %, 30 à 44 ans = 20,6 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 20,9 %).
Pyramide des âges à Freneuse en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90  ans ou +
0,1 
4,7 
75 à 89 ans
6,3 
13,8 
60 à 74 ans
14,5 
20,7 
45 à 59 ans
20,1 
19,8 
30 à 44 ans
20,6 
16,1 
15 à 29 ans
16,8 
24,8 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

EnseignementModifier

 
L'école Victor-Hugo.

Freneuse est située dans l'académie de Versailles.

Elle administre deux écoles maternelles (Paul-Éluard et Langevin-Wallon) et deux écoles élémentaires (Paul-Éluard et Victor-Hugo)[23].

Pour l'enseignement secondaire, Freneuse est rattachée au collège Sully de Rosny-sur-Seine ; le lycée le plus proche est le lycée Saint-Exupéry, à Mantes-la-Jolie.

SantéModifier

En 2013, deux médecins généralistes sont installés dans la commune.

Toujours en 2013, la pharmacie la plus proche se situe dans la ville-même. Les dentistes et autres professionnels de santé se situent à Bonnières-sur-Seine ou à une dizaine de kilomètres à Vernon et Mantes-la-Jolie.

Le service d'urgences le plus proche est également à l’hôpital François-Quesnay de Mantes-la-Jolie.

Sports et associationsModifier

La commune dispose d’une multitude d’associations : sportives et culturelles. Son club de football, le FC Bonnières Freneuse fondé en 2010, à la suite d'une fusion des clubs de deux villes voisines l'AS Bonnières et l'US Freneusienne.

MédiasModifier

Le journal Le Parisien propose une édition quotidienne dédiée au département des Yvelines. L'hebdomadaire Le Courrier de Mantes propose des informations locales pour l’arrondissement de Mantes-la-Jolie. Enfin, la mairie édite Vivre à Freneuse, bulletin trimestriel d'information locale[24].

CultesModifier

Culte catholiqueModifier

Au sein du diocèse de Versailles dans l'archidiocèse de Paris[25], la commune dépend du groupement paroissial de Rosny-Bonnières[26] qui dispose d'un lieu de culte à Freneuse : l'église Saint-Martin de Freneuse. Au sein de ce groupe paroissial, se trouvent également : Bonnières-sur-Seine, Rosny-sur-Seine, le Lommoye, Jouy-Mauvoisin et Cravent c'est-à-dire la plus grande partie des paroisses se trouvant dans le canton de Bonnières-sur-Seine.

Culte musulmanModifier

Sept mosquées et salles de prière du culte musulman sont situées à Mantes-la-Jolie, à proximité de Freneuse.

L'Association Étienne-Dinet à Freneuse, donne des cours d'arabe et de civilisation arabo-musulmane.

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2009, 62,7 % des foyers fiscaux de la commune étaient imposables[insee 4].

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 35 212 €, ce qui plaçait Freneuse au 6 341e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[27].

EmploiModifier

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 2 467 personnes, parmi lesquelles on comptait 72,2 % d'actifs dont 65,3 % ayant un emploi et 6,8 % de chômeurs[insee 5].

On comptait 864 emplois dans la zone d'emploi, contre 605 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 1623, l’indicateur de concentration d'emploi est de 53,2 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre moins d'un emploi pour deux habitants actifs[insee 6].

Entreprises et commercesModifier

Au 31 décembre 2010, Freneuse comptait 194 établissements : sept dans l’agriculture-sylviculture-pêche, seize dans l'industrie, 34 dans la construction, 117 dans le commerce-transports-services divers et 20 étaient relatifs au secteur administratif[insee 7].

En 2011, 25 entreprises ont été créées à Freneuse[insee 8], dont 15 par des autoentrepreneurs[insee 9].

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

La commune ne contient ni monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques ni lieu ou monument répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[28]. On peut toutefois citer quelques édifices datant des XVIIe et XVIIIe siècles.

L'égliseModifier

 
L'église Saint-Martin.

L’ancienne église, entourée d’un cimetière, située au milieu des champs, à un demi kilomètre de la commune, était placée sous le vocable de Saint-Martin. Elle dépendait du prieuré de la Roche-Guyon. Construite en 1537, son clocher n’avait été bâti qu’en 1579.

Elle subit d’importantes modifications au XVIIe siècle et dut être démolie vers 1910. On la remplaça par un nouveau temple, construit à l’entrée sud du village, qui fut inauguré le 18 avril 1926. L'église est vouée à saint Martin.

Monument commémoratifModifier

Un monument en forme de croix est situé au rond-points des Clédevilles. Une inscription est gravée en 1920 sur ordre de madame Lemarié : "Ici, en 946 Richard I duc de Normandie remit au roi de France Louis IV d’Outremer les clefs des villes prises"[29].

L’ancienne « mairie-école »Modifier

La mairie-école fut achetée en 1867. En 1983, l’école emménage un peu plus loin, baptisée groupe scolaire Victor-Hugo. La mairie s’agrandit. En 1997, nouvelle extension et réfection. En 2000, la bibliothèque Jean-Tissier et la salle du conseil sont construites[29].

La vieille horlogeModifier

La vieille horloge, fut construite à la fin du XIXe siècle, vers 1890, grâce à une dotation de Julie Guénard, dont le nom fut donné à la place du village qui fut établie en 1897. Cette grande horloge fut détruite dans les années 1960[29].

Personnalités liées à la communeModifier

Héraldique et logotypeModifier

Les armes de Freneuse se blasonnent ainsi :

d'hermine à une aigle au vol abaissé de gueules, mantelé d'azur chargé de quatre bandes d'or, à la bordure réduite de gueules.

Modifier

Logo de Freneuse :

Le logo utilise ici les couleurs jaune et bleu. Cette dernière représente la lettre F du nom de la commune. La fin de la lettre forme un point qui situe la mairie de Freneuse dans la boucle de Moisson, aussi dessinée

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

InseeModifier

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres référencesModifier

  1. « Distances entre communes », sur le site lion1906.com de David Malescourt (consulté le 7 août 2013).
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  3. Climat des Yvelines sur le site de Météo-France
  4. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois
  5. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1246 (ISBN 2600001336).
  6. Claude Guizard, Lexique toponymique de l’arrondissement de Mantes-la-Jolie, page 7.
  7. « Son histoire », sur le site de la mairie (consulté le 30 août 2013).
  8. Albert Anne, La légende des clés de ville à Freneuse, Le Mantois : Bulletin de la Société des amis du Mantois, n°20 (nouvelle série), Mantes-la-Jolie, 1969.
  9. a b c d et e Index du tome VII des Procès Verbaux du Directoire (P-Z)
  10. « Résultats des élections régionales 2010 à Freneuse », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 9 août 2013).
  11. « Résultats du 1er tour - 22 avril 2012 à Freneuse », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 9 août 2013).
  12. « Résultats de l’élection présidentielle 2002 à Freneuse », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 9 août 2013).
  13. « Résultats de l’élection présidentielle 2007 à Freneuse », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 août 2013).
  14. « Les résultats des élections législatives 2002 à Freneuse », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 août 2013).
  15. « Les résultats des élections législatives 2007 à Freneuse », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 août 2013).
  16. « Résultats de l’élection européenne de 2009 à Freneuse », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 11 août 2013).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. « Évolution et structure de la population à Freneuse en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011).
  22. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011).
  23. « Yvelines (78), Freneuse, écoles », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 30 août 2013).
  24. « Vivre à Freneuse », sur [freneuse78.fr le site de la mairie] (consulté le 9 août 2013).
  25. « Groupement paroissial de Rosny - Bonnières », sur le site du diocèse de Versailles (consulté le 30 août 2013).
  26. « page d'accueil », sur le site des paroisse de Bonnières et des environs (consulté le 30 août 2013).
  27. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  28. « Freneuse », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. a b et c « Son patrimoine », sur le site de la mairie (consulté le 9 août 2013).