Emilio Estevez

cinéaste américain
Emilio Estevez
Description de cette image, également commentée ci-après
Le réalisateur à la première de The Way, la route ensemble, au TIFF 2010.
Naissance (58 ans)
New York, Drapeau de l'État de New York New York, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur, réalisateur, scénariste, producteur
Films notables Outsiders
The Breakfast Club
Bobby
Les Petits Champions (série)

Emilio Estevez est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur américain né le à New York.

Il connait une carrière de jeune acteur populaire durant les années 1980, participant aux films culte : Outsiders (1983), Repo Man (1984), The Breakfast Club (1985) ou encore Étroite Surveillance (1987), ou à deux franchises à succès avec les films Young Guns (1988) et Les Petits Champions (1992), mais après plusieurs échecs, il disparait des écrans.

Il opère un retour remarqué comme scénariste/réalisateur au début des années 2000 en présentant le drame historique choral Bobby à la Mostra de Venise 2006. Depuis, il a signé deux autres films indépendants : The Way, la route ensemble (2010) et The Public (2018).

BiographieModifier

Jeunesse et familleModifier

Il est le fils de l'artiste Janet Templeton et de l'acteur Martin Sheen. Il est le frère des acteurs Charlie Sheen, Ramon Estevez et Renée Estevez.

Contrairement à son père et son frère Charlie, Emilio a voulu conserver leur nom de famille, espérant se démarquer de la notoriété de son père[1]. Son oncle Joe Estevez est également acteur.

Il est membre du Brat Pack.

Emilio Estevez a été membre de l'Église de Scientologie qu'il a quittée depuis[réf. nécessaire].

Il a eu une liaison avec Demi Moore en 1987. Il a été marié à Paula Abdul de 1992 à 1994[2].

Débuts et révélation (années 1980)Modifier

Il apparaît d'abord dans quelques téléfilms, le premier étant Seventeen Going on Nowhere en 1980, et dans des séries télévisées comme Insight ou Making the Grade.

En 1982, il fait ses grands débuts sur grand écran dans le drame indépendant Tex de Tim Hunter, aux côtés de Matt Dillon et Jim Metzler. Il retrouver Matt Dillon l'année suivante dans un autre film indépendant, Outsiders de Francis Ford Coppola. Dans ce film, il cottoie plusieurs futures vedettes comme Tom Cruise, Patrick Swayze, et à nouveau Matt Dillon.

En 1984, le jeune acteur est propulsé tête d'affiche pour La Mort en prime (Repo Man), écrit et réalisé par Alex Cox. Le rôle du jeune punk Otto Maddox l'impose comme un acteur à suivre.

L'année suivante va lui permettre de confirmer : à l'origine sélectionné pour jouer le « criminel » John Bender dans le nouveau film de John Hughes, The Breakfast Club, Emilio Estevez obtient finalement le premier rôle du « sportif » Andy Clark, car John Hughes n'avait trouvé personne d'autre. Toujours en 1985, l'acteur fait partie de la distribution chorale d'un autre teen movie, St. Elmo's Fire, de Joel Schumacher. Le tournage lui permet aussi de rencontrer la jeune actrice Demi Moore — ils entretiendront une relation en 1987.

Toujours en 1985, il fait ses débuts de scénariste en adaptant un roman de S. E. Hinton pour That Was Then... This Is Now de Christopher Cain. Il est aussi la tête d'affiche de ce thriller, aux côtés de Morgan Freeman.

En 1986, il est au générique d'un autre thriller, plus orienté action/fantastique, Maximum Overdrive, écrit et réalisé par le romancier Stephen King. Le film est cependant un échec. La même année, la jeune vedette connait une seconde déconvenue avec sa première réalisation, le polar Wisdom, dont il partage l'affiche avec Demi Moore. Le film passe inaperçu au box-office.

Les deux années suivantes permettent cependant à l'acteur de rebondir : en 1987, il partage l'affiche du buddy movie Étroite Surveillance avec Richard Dreyfuss, puis en 1988, il fait partie du casting choral du western Young Guns. Il y incarne Billy the Kid, aux côtés de Kiefer Sutherland, Lou Diamond Phillips, Dermot Mulroney ou encore son frère Charlie Sheen. Le succès de ces deux longs-métrages conduiront à la mise en chantier de deux suites : Young Guns 2, qui sort en 1990, puis Indiscrétion assurée, dévoilé en 1993.

En 1990, il révèle aussi son deuxième film comme réalisateur, le buddy movie Men At Work, dans lequel il partage la vedette avec son frère Charlie Sheen.

Passage progressif au second plan (années 1990)Modifier

 
L'acteur aux cotés de David Librace, sur le tournage de Freejack, en 1991.

En 1992, il trouve l'un de ses rôles les plus célèbres : celui de l'entraineur de hockey sur glace Gordon Bombay dans la comédie dramatique familiale Les Petits Champions. Le film produit par Walt Disney Pictures devient énormément populaire et engendre des suites, une série télévisée, de nombreux produits dérivés et même la création d'une équipe NHL en 1993 les Mighty Ducks d'Anaheim[3].

En 1993, Emilio Estevez est à l'affiche d'Alarme fatale, parodie de L'Arme Fatale avec Samuel L. Jackson, William Shatner, F. Murray Abraham, Bruce Willis, Whoopi Goldberg, Charlie Sheen et Denise Richards.

L'année suivante, il reprend son rôle de Gordon Bombay pour Les Petits Champions 2, puis consent à faire une brève apparition dans Les Petits Champions 3, sorti en 1996, en demandant en contrepartie à Disney de financer et distribuer son troisième long métrage comme réalisateur, le drame historique The War at Home (1996). Malgré des bonnes critiques[4], le film reçoit une distribution minimale et passe inaperçu. Dévasté, il envisage de quitter le métier, mais réalise finalement pour la télévision la satire Classé X (2000), avec Charlie Sheen. Le téléfilm est sélectionné au festival du film de Sundance.

Grand ami de Jon Bon Jovi, il fait une apparition dans le clip musical de Say It Isn't So (2000) du groupe Bon Jovi, aux côtés de Matt LeBlanc, Claudia Schiffer et Arnold Schwarzenegger.

Scénariste/réalisateur indépendant (années 2000-2010)Modifier

 
L'acteur aux côtés de son père, Martin Sheen, à la première londonienne de The Way, la route ensemble, en février 2011.

Durant les années 2000, il se concentre sur la réalisation : il travaille d'abord pour la télévision, filmant des épisodes des séries télévisées Le Protecteur (2003-2004), Cold Case : Affaires classées (2004-2005), Les Experts : Manhattan ou encore Close to Home : Juste Cause (2005). En 2003, comme acteur cette fois, il participe à un épisode de la série À la Maison-Blanche, où son père Martin Sheen incarne le président des États-Unis.

Mais en 2006, il dévoile son cinquième long métrage, qu'il a écrit et réalisé : Bobby, film choral qui revient sur l'assassinat du sénateur Robert F. Kennedy en ). Il y rassemble une distribution impressionnante : Freddy Rodríguez, Harry Belafonte, Laurence Fishburne, Heather Graham, Anthony Hopkins, Helen Hunt, Joshua Jackson, Ashton Kutcher, Shia LaBeouf, Lindsay Lohan, William H. Macy, Christian Slater, Demi Moore, Martin Sheen, Elijah Wood, Sharon Stone et Mary Elizabeth Winstead. Présenté en avant-première à la Mostra de Venise, ce film indépendant reçoit une ovation debout de sept minutes.

Cependant, malgré ce retour, il revient aux séries : signant la mise en scène de deux épisodes de la série policière Numb3rs, diffusés entre 2008 et 2009. Parallèlement, il participe à un épisode de la sitcom à succès de son frère Charlie Sheen : Mon oncle Charlie.

En 2010, il sort son sixième long métrage, le The Way, la route ensemble, qu'il a écrit et réalisé. Il dirige aussi son père, Martin Sheen, à qui il a confié le rôle principal, celui d'un père partant chercher le corps de son fils mort lors d'une randonnée. Il joue aussi dans le film. Les critiques sont excellentes[5], mais le film échoue commercialement. Le réalisateur ne présente ainsi son septième long comme scénariste/réalisateur qu'en 2018 : The Public marque son retour au film choral, en racontant l'occupation d'une bibliothèque par des sans-abris suite à une vague de froid. Les critiques sont positives[6].

FilmographieModifier

En tant qu’acteurModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

Séries téléviséesModifier
TéléfilmsModifier

En tant que réalisateurModifier

En tant que scénaristeModifier

En tant que producteurModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

  • 2006 : Casting de l'année au Hollywood Film Festival pour l'ensemble des acteurs de Bobby[7]
  • 2006 : Meilleure performance de l'année derrière la caméra aux Phoenix Film Critics Society Awards pour Bobby
  • 2006 : Biografilm Award à la Mostra de Venise pour Bobby

NominationsModifier

Voix françaisesModifier

et aussi :

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :