Ouvrir le menu principal

La Balade sauvage

film sorti en 1973
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Badlands.
La Balade sauvage
Titre original Badlands
Réalisation Terrence Malick
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame, Thriller
Durée 94 min
Sortie 1973

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Balade sauvage (Badlands) est un film américain, le premier réalisé par Terrence Malick. Il est sorti en 1973.

SynopsisModifier

Quand Kit Carruthers, 25 ans, et Holly, 15 ans, se rencontrent, elle s’exerce avec son bâton de majorette et lui vient d’envoyer balader son job d’éboueur.

Avant ce garçon qui ressemble à James Dean, la gamine, nouvelle venue dans ce bled endormi du Dakota du Sud, n’avait jamais attiré l’attention de personne. Bientôt, les voilà amoureux, à la grande fureur du père de Holly, qui tue le chien de sa fille pour lui apprendre à mieux choisir ses fréquentations.

Comme il leur interdit de partir ensemble, Kit le tue à son tour.

Lors de leur folle cavale sur les routes, le jeune homme révèle bien vite un caractère sociopathe en laissant de nombreux cadavres derrière lui... jusqu'aux Badlands (titre original du film) du Montana.

Avec un décalage irréel, la voix rêveuse de Holly, celle d’une petite fille qui aurait lu trop de romans à l’eau de rose, retrace en off cette histoire d’amour et de mort : « Il voulait mourir avec moi et je rêvais de me perdre pour toujours dans ses bras… »

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Bande originaleModifier

La bande originale du film utilise à de nombreuses reprises la courte composition Gassenhauer extraite du Orff-Schulwerk de Carl Orff. On y retrouve aussi le premier mouvement Manière de commencement de Trois morceaux en forme de poire du compositeur Erik Satie.

La musique du film inspira largement une partie de la bande originale, composée par Hans Zimmer, du film True Romance réalisé par Tony Scott sur un scénario de Quentin Tarantino.

ProductionModifier

La courte apparition de Malick, d'habitude très discret, est imprévue, il devait remplacer un acteur dans l'urgence[1].

Autour du filmModifier

Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », « Autour de... » , etc., peuvent être inopportunes dans les articles (mai 2019).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
  • Le scénario est inspiré d'une histoire vraie : en 1957, deux amants du Midwest effectuèrent une « balade sauvage » qui coûta la vie à onze personnes. Le jeune homme, Charles Starkweather, finit sur la chaise électrique, et sa compagne, Caril Ann Fugate, fut condamnée à la réclusion criminelle à perpétuité.
  • Le jeune tueur en série dont s'est inspiré Malick pour écrire son scénario, Charles Starkweather, se prenait pour James Dean. Les références à cet acteur dans le film sont nombreuses et flagrantes, notamment avec certaines positions « christiques » de Martin Sheen empruntés au film Géant.

RéférencesModifier

  1. « Terrence Malick Interview: a fascinating chat with the elusive director », sur LA Filmaker,  : « Malick also tells us that Badlands features his one and only appearance as an actor. "This actor was supposed to show up at 9:30 in the morning for a small scene. We waited, the hours passed, and he didn't show up. In the end we couldn't afford to keep waiting, so I put on the cowboy's hat and performed the part myself." "I prefer working behind the camera," he added with a smile. »

Liens externesModifier