Daniel Pommereulle

peintre, sculpteur, cinéaste et poète français

Daniel Pommereulle, né le à Sceaux, ayant vécu au 49, rue Boissonade dans le 14e arrondissement de Paris et mort le à Paris, est un peintre, sculpteur, lithographe, cinéaste et poète français.

Daniel Pommereulle
Pommereulle.png
Daniel Pommereulle en 1995.
Naissance
Décès
(à 66 ans)
Flag of France.svg Paris
Nationalité
Française
Activité
Mouvement
« Objecteurs »[1]
Œuvres principales
Objet Hors Saisie (1965), Objets de Tentation (1966); Vite (1969); Objets de Prémonition (1974-1975); Mur de Couteaux (1975); Flüchtig (1998)

BiographieModifier

Dès les années 1950, Daniel Pommereulle se forme à Paris, à l'Académie Julian et dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés.

Mobilisé en 1957 pour son service militaire, il est de retour de la Guerre d'Algérie à Paris en 1959. Daniel Pommereulle peint ses premiers tableaux (Nuages, Spirales) et participe en 1961 à l'« Anti-Procès III » à Milan, organisé conjointement par Jean-Jacques Lebel et Alain Jouffroy. Il réalise à partir de 1963 des assemblages d’objets (Objets oubliés, Objet hors saisie). En 1966, associé aux «Objecteurs» par le critique Alain Jouffroy, Daniel Pommereulle expose un Pêcher en fleurs au Salon de mai puis les Objets de tentation à la Galerie Mathias Fels à Paris. Il travaille aux plans des sculptures des Urgences (1967) puis à la série des Objets de prémonition (1974-1975) qu'il présente dans l'exposition « Fin de siècle » au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou en 1975[2]. À partir des années 1980, il sculpte le verre, la pierre et l’acier, sans cesser de dessiner (notamment les séries des Fatigues du Ciel, des Passants luisants ou encore des Flüchtig). Pour Alain Jouffroy, « la beauté éthique de la démarche supplante la beauté esthétique, qui n'est pas négligée, mais subordonnée à un projet poétique de grande ampleur »[2].

Daniel Pommereulle reste connu pour son rôle de dandy dans La Collectionneuse d'Éric Rohmer en 1967 et apparaît dans une dizaine de films, dont La mariée était en noir de François Truffaut, Week-end de Jean-Luc Godard et Les Idoles de Marc'O. En 1972, il tourne dans La Cicatrice intérieure de Philippe Garrel (et vingt-sept ans plus tard dans Le Vent de la nuit).

Il réalise deux films: One More Time (1968) pour lequel il conçoit une « machine à suicide » et Vite (1969), avec des plans-séquences filmés à l'aide d'un télescope, apologie du désert et de la planète Saturne.

Proche notamment du galeriste Claude Givaudan qui l'exposa à ses débuts, son travail est montré dans les années 1990 à la Galerie Di Meo[3]. Une importante rétrospective lui est consacrée aux Musées de Dole et de Belfort en 1991. Depuis 2012, l’œuvre de Daniel Pommereulle est représentée par la Galerie Christophe Gaillard[4] à Paris.

Daniel Pommereulle décède des suites d'un cancer le 30 décembre 2003[5],[6],[7]. Le long métrage Les Amants réguliers de Philippe Garrel, sorti en 2005, lui est dédié (source : générique).

ŒuvreModifier

BibliophilieModifier

  • Au voleur ! , suite de onze lithographies rassemblées en un livre-objet en miroirs, 20 exemplaires numérotés, miroiterie Lossignol, Paris, 1981[8].

ÉcritsModifier

  • Daniel Pommereulle, Serge Bard, Patrick Deval et Philippe Garrel, « Quatre manifestes pour un cinéma violent », Opus international, avril 1968.
  • Daniel Pommereulle, Café sanglant, Editions Claude Givaudan, Genève, 1978.
  • Daniel Pommereulle et Jacques Monory, Rien ne bouge assez vite au bord de la mort, collection « Cent quatre-vingt degrés », Pierre Bordas et Fils, 1996.
  • Daniel Pommereulle, Il n'y a pas d'ombre dans les grands rassemblements, Christian Bourgeois, 2003.

Expositions personnellesModifier

Expositions personnellesModifier

  • Daniel Pommereulle, Galerie Antichita, Ravenne (première exposition personnelle), 1962.
  • Galerie Daniel Cordier, Paris, 1963.
  • American Center, Paris, 1964.
  • Les Objets de tentation, Galerie Mathias Fels, Paris, 1966.
  • L'Abolition de l'art, Galerie Claude Givaudan, Paris, 1968.
  • Huitièmement, qu'est-ce que la cruauté ? - Objet de prémonition, Galerie Beaubourg, Paris, 1975.
  • Fin de siècle, Centre National d'Art et de Culture Georges Pompidou, Paris.
  • L'étoile polaire est toujours baroque, Galerie Jean Larcade, Paris, 1976.
  • Plus un éclair vers l'est, Galerie Vallois, Paris, 1976.
  • La Brûlure du ciel, Galerie Claude Givaudan, Genève, 1978.
  • Les objets du couchant, Galerie Trigano, Paris, 1980.
  • Au Voleur, Galerie Frank Bordas, Paris, 1981.
  • La Fatigue du ciel, Galerie Le Dessin, Paris, 1981.
  • Ici même l'on respire, Galerie de Séoul, Séoul, 1983.
  • Le je non satisfait du moi, Hara Contemporary Art Museum, Tokyo, 1983.
  • Passant luisant, Galerie Christian Cheneau, Paris, 1986.
  • Daniel Pommereulle – Sculptures, Chevet de la cathédrale, Reims, 1986.
  • Daniel Pommereulle, Galerie des Arènes, Nîmes.
  • La Serrure de la Terre, Art & Space Gallery, Tokyo, 1988.
  • Daniel Pommereulle, sculpteur, Musée-Château d’Annecy.
  • Projets, Galerie Rocca, Paris, 1990.
  • Rétrospective Daniel Pommereule - L'utopie des voyageurs, musée des beaux-arts de Dole et musée d'art et d'histoire de Belfort, 1991.
  • Le pire énerve, Galerie Franck Bordas, Paris, 1992.
  • Les égorgeurs d'épaisseur, Galerie Di Meo, Paris, 1993[3].
  • Daniel Pommereulle : Dessins,Galerie municipale Fernand-Léger, Ivry-sur-Seine, 1997.
  • Flüchtig, Galerie Di Meo, Paris — Espace Riquet, Béziers, 1998[9].
  • Hommage à Daniel Pommereulle, Centre Georges Pompidou, Musée national d'art moderne, Paris, 2004-2005.
  • Daniel Pommereulle - Signes et objets hors-saisie, Musée de l'objet, Blois, 2006.
  • Hommage, chapelle des Capucins, Aigues-Mortes, 2006.
  • Daniel Pommereulle, Galerie Christophe Gaillard et galerie Di Meo, Paris, 2012[10],[11],[12],[13].
  • Daniel Pommereulle, entre l’archer ou la cible, Musée des Beaux-Arts, Valenciennes, 2014.
  • Daniel Pommereulle - L'expérience intérieure.1960-1962, Galerie Christophe Gaillard, 2016[14],
  • Daniel Pommereulle, Je traverse, et nous restons..., Galerie Christophe Gaillard, 2018. (Je traverse, et nous restons...)[15],[16].

Expositions collectivesModifier

Réception critiqueModifier

  • « Provocants, voire sadiques, les objets de Pommereulle sont là pour déranger, pour interroger. En d'autres temps, on aurait peut-être considéré son activité comme surréaliste, et il y a sans doute une certaine parenté entre les fêtes surréalistes et les rituels de Pommereulle. Fondé sur l'expressivité de l'objet et le langage de l'association, son œuvre un plus un questionnement du rêve qu'un langage chiffré. Moins apparent que chez les autres objecteurs, Kudo ou Raynaud, le propos de Pommereulle est plus insidieux, plus déroutant, plus compromettant aussi. » - Jacques Busse[17]
  • « Par la radicalité de sa démarche, Pommereulle s'oppose notamment à l'art décoratif, à l'objet d'art en tant que tel et s'intéresse passionnément à l'intériorité de la pensée à travers ses objets, mélange de subjectivité et d'objectivité cruelle. » - Fanny Drugeon[32]
  • « Daniel Pommereulle était un homme passionné par le vivant, par les vivants. Il les recherchait désespérément dans l'époque "refroidie" qui était la nôtre. Sa pensée, son art, ses écrits créent encore aujourd'hui les courts-circuits nécessaires aux dérèglements des schémas et des programmes. Cela sentait le brûlé et l'électricité, ce qui nous permettait de retrouver l'usage de nos sens avec les peurs, les rêves, les désirs qui portent vers le réel. » - Olivier Kaeppelin[33]
  • « Chez Pommereulle, la recherche d'extase fut une manière d'intensifier la vie. Ses objets sculpturaux dardés de lames de rasoirs et d'hameçons disent cette fascination et cette mise à distance, dès lors qu'il s'agit de sentir par la blessure, quand le ciel et sa promesse d'élévation se font chute dans le vide. » - Tom Laurent[31]

Collections publiquesModifier

BelgiqueModifier

EspagneModifier

FranceModifier

Espaces publicsModifier

FilmographieModifier

ActeurModifier

RéalisateurModifier

  • 1968 : One More Time, avec Deborah Dixon - 8 min[52]. Projeté à la galerie Claude Givaudan en 1968.
  • 1969 : Vite, avec Mustapha Louriga, Charlie Urvois et Daniel Pommereulle - 37min[52],[53].

RéférencesModifier

  1. Avec Raynaud, Arman, Spoerri, Kudo (cité par Éric Rohmer dans Six contes moraux, La Collectionneuse, Ramsay poche cinéma, 1987, p. 125).
  2. a et b Alain Jouffroy, « Daniel Pommereulle », Encyclopædia Universalis
  3. a et b Galerie Di Meo; Daniel Pommereulle
  4. Galerie Christophe Gaillard, Daniel Pommereulle
  5. Antoine de Baecque, « Mort de Daniel Pommereulle », Libération, 31 décembre 2003
  6. « Daniel Pommereulle, artiste plasticien », Le Monde, 1er janvier 2004
  7. Erro, Gérard Fromanger, Alain Jouffroy, Jacques Monory, Michel Onfray et Antonio Recalcati, « À Daniel Pommereulle », Libération, 7 janvier 2004
  8. Centre de la gravure et de l'image imprimée; Daniel Pommereulle
  9. « La galaxie Pommereulle », L'Œil, 1er novembre 1998
  10. Galerie Christophe Gaillard, Daniel Pommereulle, dossier de presse, 2012
  11. Christophe Donner, « Quand ça déchire », M le magazine du Monde,15 juin 2012]
  12. Christine Siméone, « Daniel Pommereulle : pour faire mal », France-Inter, 17 juin 2012
  13. Roxana Azimi, « Hommage à Pommereulle », Le Quotidien de l'art, n°178, 27 juin 2012
  14. Galerie Christophe Gaillard, Daniel Pommereulle - L'expérience intérieure, présentation de l'exposition
  15. Éric Simon, « Exposition solo-show : Daniel Pommereulle, "Je traverse et nous restons" », Actuart, mars 2018
  16. Philippe Dagen, « Sélection galerie : Daniel Pommereulle chez Christophe Gaillard », Le Monde, 6 avril 2018
  17. a b c d e et f Jacques Busse, Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.11, pages 119-120.
  18. Francis Parent et Raymond Perrot, Le Salon de la Jeune Peinture - Une histoire, 1950-1983, Éditions Jeune Peinture / Imprimeurs libres, 1983, page 58.
  19. Sous la direction de Jean-Louis Ferrier, L'aventure de l'art au XXe siècle, Éditions du Chêne, 1999.
  20. a b c et d Artprice, Daniel Pommereulle, biographie
  21. a et b Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz, estampes et libres d'artistes, B.N.F., 1992, page 334.
  22. Dominique Widemann, « Un inventaire à la Jouffroy », L'Humanité, 25 janvier 2000
  23. a et b Carré d'art, La collection - Nouvel accrochage, présentation de l'exposition, 2007
  24. Musée de l'Hospice Saint-Roch, Tilt - Panorama de la sculpture contemporaine, présentation de l'exposition, 2009
  25. Claude Guibert, « Les prémonitions de Daniel Pommereulle », Chronique du chapeau noir, 19 mars 2014
  26. Lieu d'art et action contemporaine de Dunkerque, Poétique d'objets, présentation de l'exposition, 2013
  27. Palais de Tokyo, L'usage des formes, présentation de l'exposition, 2015
  28. Musée Singer-Polignac, Psilocybine : les années 60 à Sainte-Anne, présentation de l'exposition, 2015
  29. Marie de La Fresnaye, « Les murs dans l'histoire de la modernité, par Emmanuelle Delapierre », Fear of missing out, 31 mai 2018
  30. Yannick Haenel, « J'attends tout d'une œuvre d'art », Charlie Hebdo, 19 septembre 2018
  31. a et b Tom Laurent, « Vertiges, chutes dans le ciel », Art Absolument, n°86, 22 novembre 2018
  32. Fanny Drugeon, « Daniel Pommereulle » dans ouvrage collectif sous la direction de Sophie Duplaix, Collection art contemporain - La collection du Centre Pompidou, musée national d'art moderne, Centre Pompidou, Paris, 2007.
  33. Olivier Kaeppelin, Courts-circuits, éditions Galerie Christophe Gaillard, 2012.
  34. Centre de la gravure et de l'image imprimée, Daniel Pommereulle dans les collections
  35. Fondation Stämpfli, Daniel Pommereulle dans les collections
  36. Musée d'Art contemporain de Barcelone, Daniel Pommereulle dans les collections
  37. Musée-château d'Annecy, Daniel Pommereulle dans les collections
  38. GAC artothèque, Daniel Pommereulle dans les collections
  39. Musée des Beaux-Arts de Belfort, Collections et acquisitions
  40. FRAC Auvergne, Daniel Pommereulle dans les collections
  41. Ville d'Ivry-sur-Seine, Séance du conseil municipal - Acquisition de l'œuvre d'art de Monsieur Pommereulle, 23 juin 2005
  42. École des Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire, Daniel Pommereulle dans les collections
  43. Médiathèque François-Mitterrand, Daniel Pommereulle dans les collections
  44. Fonds national d'art contemporain, Daniel Pommereulle dans les collections
  45. Musée d'Art et d'Archéologie de Valence, Daniel Pommereulle dans les collections
  46. Musée d'Art contemporain du Val-de-Marne, Daniel Pommereulle dans les collections
  47. Parc du Tremblay, "1793, virgule à suivre" par Daniel Pommereulle
  48. Ville de Drusenheim, Ganiel Pommereulle, "Là / Doh"
  49. Tisséo collectivités, La plus grande galerie d'art contemporain est à Toulouse : 48 œuvres d'art, 27 kilomètres de métro, 16 kilomètres de tramway
  50. Romane Fraysse, « Revoir "La Collectionneuse" sous l'esthétique du tranchant », Art critique, 6 mars 2019
  51. Yannick Haenel, « Quelle est l'arme de celui qui se refuse à être armé ? », Charlie Hebdo, 2 mars 2016
  52. a et b Sous la direction de Gisèle Breteau, Abécédaire des films sur l'art moderne et contemporain, 1905-1984, Centre national des arts plastiques/Centre Georges-Pompidou, 1985, page 185.
  53. Nicole Brenez, « Flux, flash et prisme - Vitesses critiques dans l'histoire du cinéma - Cinéma et domestication à la vitesse », Le Genre humain, n°49, 2010, pages 125-138 (voir § 9 et 10)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Armance Léger-Franceschi, « Daniel Pommereulle - Rien d'aussi beau ni d'aussi dangereux que le ciel », Art Press, 21 août 2018 (lire en ligne).
  • Armance Léger-Franceschi, Daniel Pommereulle, thèse en esthétique, histoire et théorie des arts, sous la direction de Philippe Dagen et François-René Martin, École normale supérieure / Université Paris Sciences et Lettres (présentation en ligne).
  • Ferdinand Gouzon, Daniel Pommereulle. Huitièmement qu'est ce que la cruauté ?, Paris : Éditions Multiple, 2016 (entretien avec Ferdinand Gouzon en ligne).
  • Sous la direction de Lucas Hees (textes de Philippe Sergeant, Christian Bouillé, Al Martin, Henri-Alexis Baatsch, Alain Jouffroy, Jackie Raynal, Éric Rohmer, Jacques Monory, Patrice Trigano, Jacques Dyck, Jean-Philippe Domecq, Michel Bulteau, Jean-Christophe Bailly, Anne Tronche et Malek Abbou), Pour Daniel Pommereulle, collection « Essais et documents », Falaise : éditions Impeccables, 2013 (texte de Philippe Sergeant en ligne).
  • G. Yoshimasu, Daniel Pommereulle, C. Mouchard, M. Ono, Antique observatoire, Paris : Avant post, 2001.
  • Ouvrage collectif, Val-de-Marne, la collection - L'art contemporain en France depuis les années 50, Éditions Cercle d'art, Paris, 2001.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.
  • Emmanuel Bénézit (article de Jacques Busse), Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Alain Jouffroy et al., Objecteurs/Artmakers : exposition "Autour d'Alain Jouffroy, Objecteurs/Artmakers", dans les galeries du théâtre de Cherbourg (14 janvier-15 mars 2000), au musée des beaux-arts de Dole et au Frac Franche-Comté (15 avril-12 juin 2000), Nantes : éditions Joca seria, 2000.
  • Daniel Pommereulle : Les Égorgeurs d'épaisseurs, exposition du 1er octobre au 27 novembre 1993, préface d'Olivier Kaeppelin, Paris : Galerie Di Meo, 1993.
  • Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz - Estampes et livres d'artistes, B.N.F., 1992.
  • Daniel Pommereulle : L'Utopie des voyageurs, musée des beaux-arts de Dole, musée d'art et d'histoire de Belfort, catalogue d'exposition, 1991.
  • Ivry 4 + 4, Arezki Aoun, Henri Bassmadjian, Carmen Charpin, Pierre Aquin, Michel Dambrine, Keiichi Tahara, Daniel Pommereulle, Peter Stampfli, Ivry-sur-Seine : Crédac/Galerie Fernand-Léger, mars-avril 1986.
  • Sous la direction de Gisèle Breteau, Abécédaire des films sur l'art moderne et contemporain, 1905-1984, Centre national des arts plastiques/Centre Geeorges-Pompidou, 1985.
  • Francis Parent et Raymond Perrot, Le Salon de la Jeune Peinture - Une histoire, 1950-1983, Éditions Jeune Peinture / Imprimeurs libres, 1983.
  • Alain Jouffroy (préface), Pommereulle - Fin de siècle : 6 mai au 1er juin 1975, Paris : Centre Georges-Pompidou, catalogue d'exposition, 1975.
  • Europalia 75 France, Société des expositions du Palais des beaux-arts de Bruxelles, 12 X 1 [Douze X Un] : une certaine actualité de l'art contemporain en France, catalogue d'exposition, Bruxelles : 1975.
  • Dictionnaire des artistes contemporains, La Connaissance S.A., Bruxelles, 1972.
  • Pommereulle - Raynaud : psycho-objet, Paris : galerie Mathias Fels, 1966.
  • Alain Jouffroy, Les Objecteurs : Jean-Pierre Raynaud, Daniel Pommereulle, Arman, Spoerri, Kudo, Paris VIe, décembre 1965-janvier 1966, Paris : Quadrum, 1965.

FilmographieModifier

  • Daniel Pommereulle, vidéo réalisée par David Carr Brown, Ghislaine Bardet, Anne Papillault, et Jean-François Dars, série « Les peintres cinéastes », production Cellule d'animation audiovisuelle du Ministère des relations extérieures, diffusion Médiathèque centrale, - 52 min.

Liens externesModifier