Arman

artiste franco-américain, peintre, sculpteur et plasticien, renommé pour ses « accumulations »
Arman
Image dans Infobox.
Arman en 1969.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Formation
Activités
Conjoint
Enfant
Autres informations
Membre de
Mouvement
Représenté par
Artists Rights Society, Galerie Templon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Partenaire
Genre artistique
Influencé par
Distinction
Œuvres principales
signature d'Arman
Signature
Tombe d'Arman (15382988625).jpg
Vue de la sépulture.

Arman ou Armand Fernandez, né le à Nice et mort le à New York, est un artiste français, peintre, sculpteur et plasticien, connu pour ses « accumulations ».

Au travail, dans son atelier de Vence, 1989.

Il fut l'un des premiers à employer directement, comme matière picturale, les objets manufacturés, qui représentaient pour lui les prolongements multiples et infinis de la main de l'homme qui subissent un cycle continu de production, consommation, destruction.

BiographieModifier

 
Avalanch (1990), campus de l'université de Tel Aviv.
 
Arman en 1967 à Nice.

Fils unique d'Antonio Fernandez, marchand de meubles et d'antiquités, d'origine espagnole ayant vécu en Algérie, et de Marguerite Jacquet, issue d'une famille de fermiers de la Loire, le jeune Armand montre très tôt des dispositions pour le dessin et la peinture.

Après son baccalauréat, il étudie à l'École des arts décoratifs de Nice (aujourd'hui la villa Arson), puis à l'École du Louvre. Il rencontre Yves Klein et Claude Pascal à l'école de judo qu'ils fréquentent à Nice en 1947. Il embauche Elena Palumbo Mosca en tant que jeune fille au pair pour s'occuper de ses enfants[1]. Avec ces deux amis, il s'intéresse un temps aux philosophies orientales et à la théorie rosicrucienne.

Fin 1957, Arman, qui signe ses œuvres de son prénom en hommage à Van Gogh, décide d'abandonner le « d » d'Armand et officialise sa signature d'artiste, en 1958, à l'occasion d'une exposition chez Iris Clert.

En octobre 1960, il fait l'exposition « Le Plein » où il remplit la galerie d'Iris Clert d'objets de rebut et du contenu de poubelles sélectionnées. Cette exposition est le contrepoint de l'exposition « Le Vide » organisée deux ans plus tôt à la même galerie par son ami Yves Klein.

Toujours le même mois, sous la houlette du critique d'art Pierre Restany, Arman devient, avec Yves Klein, l'un des membres fondateurs du groupe des Nouveaux Réalistes (proclamés par Restany : « nouvelles approches perceptives du réel »), aux côtés notamment de François Dufrêne, Raymond Hains, Martial Raysse, Daniel Spoerri, Jean Tinguely et Jacques Villeglé, rejoints plus tard par César, Mimmo Rotella, Niki de Saint Phalle, Gerard Deschamps et, en 1963, Christo.

À partir de 1961, Arman développe sa carrière à New York, où il réside et travaille la moitié de son temps, en alternance avec sa vie à Nice jusqu'en 1967, puis à Vence jusqu'à sa mort. À New York, il séjourne d'abord à l'hôtel Chelsea jusqu'en 1970, puis dans un loft du quartier de SoHo et, à partir de 1985, dans son immeuble à TriBeCa.

Fin 1989, Arman reçoit la Légion d'honneur des mains du président François Mitterrand.

Trois ans après sa mort à New York, une partie de ses cendres fut ramenée à Paris en 2008 pour être enterrée au cimetière du Père-Lachaise (division 11, à quelques mètres de Frédéric Chopin)[2].

Toute sa vie, Arman fut aussi un collectionneur passionné d'objets usuels (montres, armes, stylos…) et d'objets d'art, en particulier d'art africain traditionnel dont il était un connaisseur, spécialiste apprécié et reconnu.

Il est représenté par la galerie Templon à Paris et à Bruxelles.

Vie privéeModifier

 
Arman et sa seconde femme en 1973, photographiés par Erling Mandelmann.

Arman fut d'abord marié, en 1953, à la musicienne Éliane Radigue dont il eut trois enfants, Marion (1951), Anne (1953) et Yves (1954-1989), puis, en 1971, à Corice Canton avec qui il eut deux enfants, Yasmine (1982) et Philippe (1987). En 1989, il a eu un sixième et dernier enfant, prénommé Yves, avec Carole César.

Arman possédait la double nationalité française et américaine, ayant acquis la seconde en 1972.

L'œuvreModifier

Arman s'est intéressé au statut de l'objet et au rapport que les sociétés modernes entretiennent avec celui-ci, entre sacralisation et surconsommation-destruction.

En 1955, la galerie du Haut-Pavé organise sa première exposition personnelle à Paris.

Ses premiers « Cachets » (traces d'objets encrés ou peints) à Paris datent de 1956.

En 1959, il commence la réalisation de la série des « Poubelles » : il expose des ordures ménagères, des détritus trouvés dans la rue et des déchets. Ses « accumulations » d'objets suivant une logique quantitative qui efface leur singularité renvoient une image de profusion, en même temps qu'elles soulignent le caractère périssable des produits de la société d'abondance[3].

En 1960, il utilise pour la première fois du plexiglas.

En 1961, il entame la série des « Colères » : destructions d'objets (les « Coupes » de violon, de piano - comme Chopin's Waterloo -, de contrebasse…) recollés sur piédestal ou sur supports muraux. Dans les « Combustions » (1963), ces mêmes objets sont brûlés.

En 1967, il entame une collaboration avec la Régie Renault dans le cadre d'une initiative Recherches Art et Industrie de son ami Claude-Louis Renard. Il sera le premier à bénéficier de cette initiative par laquelle la Régie Renault met à sa disposition des moyens techniques et du matériel industriel. Il réalisera ainsi plus de 110 œuvres de 1967 à 1974. Voir pour exemple Le Murex [4] au Musée d'Art Moderne de Paris

En 1976, il collabore au film de Yannick Bellon, Jamais plus toujours, et y fait apparaître plusieurs de ses objets[5].

Entre 1980 et 1999, l'éventail des œuvres et des techniques s'élargit. Arman décline et multiplie les diverses procédures d'exécution. À la fin des années 1990, l'œuvre se radicalise en une succession de gestes reliés à l'objet (Accumulations en Relation, Cascades, Sandwiches Combo). Il montre un intérêt renouvelé pour la peinture (par exemple dans les séries des Nuits étoilées et des émersions).

Une grande rétrospective a lieu à la galerie nationale du Jeu de Paume de janvier à avril 1998, exposition qui réunit plus de cent œuvres (de 1959 à 1997). La rétrospective voyage ensuite jusqu'en 2001 en Allemagne, Portugal, Israël, Brésil, Mexique, Taiwan, Espagne…

En 2000, il travaille sur des fragmentations sur panneau, des fragments (dessins et sculptures). Il présente une rétrospective thématique (« La Traversée des objets »), au château de Villeneuve, à Vence.

Ses sculptures en bronze participent d'un geste semblable : l'artiste se saisit des icônes de l'art occidental (Vénus de Milo, Hercule Farnèse, etc.), qu'il tronçonne pour ensuite les ressouder dans un désordre fouillé.

En 2002-2003, Arman renoue avec la peinture de chevalet en une série d'œuvres, Serious Paintings, qui allient la recomposition d'instruments de musique à leur « mise en scène » en peinture.

Œuvres dans les espaces publicsModifier

 
Accumulation musicale (1971), structure en béton et fer, Parco Sempione, Milan.[6] Photo : Paolo Monti.

Arman a investi les espaces publics de près d'une centaine de villes du monde en réalisant des commandes publiques sous forme d'œuvres monumentales.

Marché de l'artModifier

Les œuvres d'Arman sont collectionnées dans le monde entier.[réf. nécessaire]

  • Le Quintet Mozart, une sculpture de 153 cm × 300 cm × 13,5 cm est vendue, le 7 décembre 2005, chez Tajan à Paris pour 425 120 euros (avec les frais)[9].
  • Long Term Parking, une sculpture de 43,5 cm × 16 cm × 16 cm est vendue, le 30 octobre 2006, chez Tajan à Paris pour 59 200 euros[9].

Estampes et livres illustrésModifier

L'œuvre gravée et lithographiée d'Arman est très importante. Il a réalisé des livres illustrés, sérigraphies, gravures, lithographies et de nombreuses affiches. Les toutes premières essais de gravures de la main d'Arman sont des bois gravés réalisés en 1955, dont l'artiste n'a pas conservé de traces[10]. Sa carrière de graveur débute réellement avec la lithographie en 1959 à l'atelier Patrick où travaillent alors Corneille et Dubuffet. Arman revient ensuite à la lithographie en 1965 à l'atelier de Pietro Sarto en Suisse pour créer trois planches.

À partir de 1965 et son installation à New York, Arman se lance dans la sérigraphie. Il a en tête les sérigraphies de Jim Dine et Jasper Johns qu'il a découvertes en 1962, certainement par sa rencontre avec Andy Warhol[10].

Livres illustrés :

  • André Verdet, Ritournelle pour Saint-Michel l'Observatoire, 1965[11]

Expositions (sélection)Modifier

2017Modifier

Arman 1954-2005, Fondazione Terzo Pilastro, Rome, Italie[12].

2016Modifier

Arman accumulations 1960-1964, Galerie Templon, Paris, France[13].

2013Modifier

Cycles, Paul Kasmin Gallery, New York, États-Unis.

2011Modifier

Arman rétrospective, Musée Tinguely, Basel, Suisse[14].

2010Modifier

2008Modifier

  • The Flowers of Evil Still Bloom, Cueto Project Gallery, New York , États-Unis ;
  • Palazzo Bricherasio, Turin, Italie.

2006Modifier

Arman, Subida al cielo, MAMAC, musée d'Art moderne et d'Art contemporain, Nice, France.

2004Modifier

Arman Armé, Historial de la Grande Guerre, Péronne, France.

2003Modifier

Arman, Tehran Museum of Contemporary Art, Téhéran, Iran.

2002Modifier

Arman, Kunsthaus Grenchen, Grenchen, Suède.

2001Modifier

2000Modifier

1999Modifier

Arman, Museum of Art, Tel Aviv, Israël.

1997Modifier

Arman, Cascades, Ileana Sonnabend, New York, États-Unis.

1998Modifier

Arman, galerie nationale du Jeu de Paume, Paris, France.

1992Modifier

Arman, New Accumulations, Ileana Sonnabend Gallery, New York, États-Unis.

1989Modifier

  • Armang: Accumulations brisées, Galleri Tornvall, Stockholm, Suède ;
  • Arman "Shooting Colors", Galerie Beaubourg, Paris, France.

1985Modifier

Arman, The Seibu Museum of Art, Japon.

1984Modifier

  • Arman o l'oggetto come alfabeto: Retrospettiva 1955-1984, Museo Civico di Belle Arte Villa Cani, Lugano, Suisse ;
  • Arman : Tools and Instruments, Center for the Fine Arts, Miami, Florida, États-Unis.

1982Modifier

Arman : Parade der Objekte, Retropective 1955 bis 1982, Hannover mit Sammlung Sprengel, Hanover, Allemagne.

1981Modifier

Arman : Sculptures, Akira Ikeda Gallery, Nagoya, Japon.

1974Modifier

  • Arman, Poubelles organiques, galerie Daniel Templon, Paris, France[18] ;
  • Arman : Le juste poids d'un homme et d'une œuvre, salles romanes du cloître Saint-Trophime, Arles, France ;
  • Arman Selected Works (1958-1974), La Jolla Museum of Contemporary Art, La Jolla, États-Unis.

1969Modifier

1968Modifier

Arman (and Dewasne, Kowalski, Schoffer) XXXIV Biennale d'Arte di Venezia, Venise, Italie.

1967Modifier

Arman, galerie Ileana Sonnabend, Paris, France.

1966Modifier

Arman, palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Bruxelles, Belgique.

1959Modifier

Mostra Personale di Arman, Galleria Apollinaire, Milan, Italie.

1958Modifier

Arman : Les Olympiens, Galerie Iris Clert, Paris, France

Notes et référencesModifier

  1. La-Croix.com, « Elena Palumbo-Mosca, une vie en bleu Klein », sur La Croix, (consulté le )
  2. Collectif Sarka-SPIP, « ARMAN (Armand Pierre Fernandez : 1928-2005) - Cimetières de France et d'ailleurs », (consulté le )
  3. (en) « Arman Biography, Art, and Analysis of Works », sur The Art Story (consulté le )
  4. [https://www.parismuseescollections.paris.fr/de/node/204266#infos-principales présentation du Murex(Accumulation Renault n°103)
  5. Générique du film, Archives de production de Yannick Bellon.
  6. a et b (it) Gian Luca Margheriti, 101 tesori nascosti di Milano da vedere almeno una volta nella vita, Newton Compton Editori, , 384 p. (ISBN 978-88-541-8612-5, présentation en ligne)
  7. présentation de Divisionis Mechanica Fossilia sur le site atlasmuseum de wiki
  8. présentation de A la République sur le site atlasmuseum de wiki
  9. a et b Résultats de ventes aux enchères
  10. a et b Jane Otmezguine et Marc Moreau, Catalogue raisonné des estampes d'Arman, Paris, Marval, , p. 9
  11. (en) « Ritournelle Pour St Michel L'observatoire - AbeBooks », sur www.abebooks.com (consulté le )
  12. (en-US) algores, « Arman 1954-2005 », sur Fondazione terzo pilastro, (consulté le )
  13. Bourriaud, Nicolas, 1965- ... et Galerie Daniel Templon (Paris), Arman, Accumulations, 1960-1964 : [exposition, Paris], Galerie Daniel Templon, 27 février-6 avril 2016, Galerie Daniel Templon, [2016] (ISBN 978-2-917515-21-1 et 2-917515-21-X, OCLC 951172972, lire en ligne)
  14. « Arman - Museum Tinguely », sur www.tinguely.ch (consulté le )
  15. « Arman — Accumulations 1960-64 — Galerie Templon — Exposition », sur Slash Paris (consulté le )
  16. « Montrer Arman au Centre Pompidou, un défi », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Catherine Millet, Arman - Racine carrée de fragments, Paris, Galerie Daniel Templon, , 32 p.
  18. « Arman | Cnap », sur www.cnap.fr (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

FilmographieModifier

Liens externesModifier