Condé-sur-Vesgre

commune française du département des Yvelines

Condé-sur-Vesgre
Condé-sur-Vesgre
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Bonnières-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Houdanais
Maire
Mandat
Josette Jean
2014-2020
Code postal 78113
Code commune 78171
Démographie
Gentilé Condéens
Condéennes
Population
municipale
1 205 hab. (2017 en augmentation de 3,97 % par rapport à 2012)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 31″ nord, 1° 39′ 39″ est
Altitude Min. 105 m
Max. 175 m
Superficie 10,71 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Condé-sur-Vesgre
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Condé-sur-Vesgre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Condé-sur-Vesgre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Condé-sur-Vesgre
Liens
Site web Condé-sur-Vesgre.fr

Condé-sur-Vesgre est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

GéographieModifier

 
Position de Condé-sur-Vesgre dans les Yvelines.

SituationModifier

La commune de Condé-sur-Vesgre est située dans l'ouest médian du département, en limite ouest du massif forestier de Rambouillet, à l'est d'une plaine légèrement vallonnée et boisée qui confine le nord de la plaine de Beauce, le Pays houdanais.

HydrographieModifier

La commune est arrosée par la Vesgre, petite rivière affluente de l'Eure, qui coule selon un axe sud-nord, et reçoit juste au nord de la limite communale un petit ruisseau affluent sur sa droite.

Hameaux de la communeModifier

  • Le Breuil (Le Haut Breuil),
    • La Pillaiserie (ou la Piaiserie),
  • Le Tabor,
  • Le Gué Porcherel,
  • Le Hallier,
  • Houel,
  • Le Village,
  • La Christinière,
  • La Vallée Guérin,
  • Les Brières,
  • Poulampont.

Communes limitrophesModifier

Les communes limitrophes en sont Gambaiseuil au nord-est, Saint-Léger-en-Yvelines à l'est, La Boissière-École à l'extrême sud-est, Adainville au sud, Grandchamp à l'extrême sud-ouest, Boutigny-Prouais à l'ouest, sur environ 600 mètres, et Bourdonné au nord-ouest.

Transports et voies de communicationsModifier

Réseau routierModifier

Desserte ferroviaireModifier

La gare SNCF la plus proche est la gare de Houdan à neuf kilomètres au nord.

BusModifier

La commune est desservie par les lignes Express 60 et Houdan de l'établissement Transdev de Houdan et par la ligne 15 de l'établissement Transdev de Rambouillet.

ToponymieModifier

Le nom de la commune, attesté sous les formes Condatum, Condato en 768[1],[2] ou 771[3], condedum[3], Condeium v.1272 [4],[4], condetum v.1480[4],[3] et condate

Tous les noms de lieux issus du gaulois condate « confluent », et ils sont nombreux en Île-de-France, désignent des endroits situés près d'un confluent.(...). Avec Condé-sur-Vesgre, bien mentionné Condatum en 768, surgit cependant une difficulté: il n'y a pas là de confluent avec la Vesgre. Mais qu'en était-il jadis ? Tant de petits cours d'eau se sont asséchés à la suite de défrichements et d'urbanisation[2].

Bien qu'il n'y ait pas de confluent entre deux rivières distinctes, il est important de constater que six rus viennent se jeter de façon directe ou indirecte dans la Vesgre à proximité de Condé-sur-Vesgre.

HistoireModifier

Avant l'époque romaine, 1200-1400 av. J.-C., la région est habitée de peuplades carnutes. Une tribu gauloise est vraisemblablement établie autour de la butte du Pinson située à l'ouest du village où un tumulus a été découvert au XIXe siècle. Ce tumulus aurait été surmonté au Moyen Âge d'une motte castrale (fortification de terre et de bois). Le parcellaire étrange qui subsiste aux alentours de la motte de la butte de Montpinçon (Mont-Pinçon, «Pincione Monte»[5]) attesterait qu'il était le centre d'un habitat aujourd'hui déserté.

Le territoire de Condé est traversé par la voie romaine qui reliait autrefois Lutèce à Dreux et dont on voit trace à la Croix Vilpert près de Saint-Léger.

En 557, Saint Germain, évêque de Paris, catéchise les habitants de la forêt d'Yveline. L'église lui sera consacrée, il deviendra le saint patron de Condé. En 768, Pépin le Bref cède entre autres domaines[5], Condé «Condato» à l'abbaye de Saint-Denis. À l'époque carolingienne, une partie de Condé appartient au comté de Madrie. En 1168, Louis VII fait don aux moines de biens situés à Poulampont et au Planet pour encourager la création d'un nouveau monastère. Ils bâtissent la Christinière qui deviendra plus tard dépendance royale. En 1231, la Chesnaye était dépendance du manoir du Planet. En 1248, les seigneuries de Condé, de Montpinçon, du Breuil et de la Charmoye sont rattachées à la châtellenie de Gambais. En 1317, et jusqu'à la Révolution, Condé passera sous l'administration du comté de Montfort.

 
Le bâtiment principal de La Colonie, Condé-sur-Vesgre.

Condé-sur-Vesgre est, à partir de 1832, le lieu d'une importante tentative de mise en pratique de l'idée de phalanstère de Charles Fourier. Ce projet, désigné à présent sous le nom de La Colonie, fonctionne toujours suivant les règles de "ménage sociétaire" établies par les associés en 1850. Elle réunit de nos jours une douzaine de familles, pour la plupart les mêmes que lors du contrat de ménage sociétaire de 1850.

Le 1er octobre 1870, durant la guerre franco-prussienne, une patrouille du 16e hussards de Schleswig-Holstein tentait de se mettre en communication avec le général de Rheinbaben. Entre Saint-Léger-en-Yvelines et Condé-sur-Vesgre, au lieudit les Pins-du-Phalanstère, elle tomba dans une embuscade (l'embuscade des Pins-du-Phalanstère) dressée par des gardes nationaux des communes voisines et des francs-tireurs de Saint-Léger, et elle eut deux cavaliers tués et cinq blessés.
Dans ce pays, couvert de forêts, les paysans s'étaient organisés pour inquiéter l'ennemi, et chaque jour ses fourrageurs étaient reçus à coups de fusil.
Pour mettre fin à cette résistance, le duc de Mecklembourg donna l'ordre à un bataillon du 11e régiment d'infanterie bavarois, sous le commandement du général von der Tann, de faire une battue dans la forêt. Dans la matinée du 2 octobre, les Bavarois cernèrent la commune de Poigny-la-Forêt et se mirent en devoir de fouiller les bois.
Aux abords de l'étang de la Cerisaie, ils égorgèrent froidement deux bergers dans la hutte desquels ils avaient trouvé un vieux fusil, puis ils les suspendirent par les pieds aux arbres de la route, le corps labouré de coups de sabre et les entrailles pendantes.
A Saint-Léger-en-Yvelines, pour venger les pertes essuyées la veille par les hussards, ils pendirent le maire, monsieur Jouanne, par son écharpe à la porte de sa mairie, fusillèrent un garde national et emmenèrent 16 habitants comme otages. Deux de ces malheureux, effrayés, essayent de fuir ; ils sont impitoyablement massacrés[6],[7]

Appelée autrefois Condé-en-Pincerais

Le Grand Raid[8]. Partis le 26 juillet 1967 du Cap Nord à bord de voitures anciennes sorties du musée de l'automobile de Vatan, une Renault 1907 et une Delaunay-Belleville 1910. Pierre Tairraz, Olivier Turcat, André Guignard et Pierre François Degeorges gagnent Paris, après un voyage de 15 000 km, par Helsinski, Moscou, le Caucase, la Turquie, les Balkans, l'Italie, la France en passant par Condé-sur-Vesgre qu'il atteignent le 7 octobre. "A la sortie de Rambouillet, une escorte de voitures décorées de drapeaux nous prend en charge pour nous accompagner jusqu'à Condé. Le village est pavoisé. Des banderoles à la gloire des mousquetaires sont tendues en travers de la rue; c'est dans une ambiance de fête que nous arrivons. Accueil spontané et direct c'est-à-dire un accueil vrai. Tout le monde exprime sa joie"

HéraldiqueModifier

  Blason Palé d'or et de sinople; au chef d'azur semé de fleurs de lis d'or; à la barre ondée d'argent, chargée d'un' crosse de pourpre, brochant sur le tout et accompagnée d'une amphore de sable brochant en pointe.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2017, la commune comptait 1 205 habitants[Note 1], en augmentation de 3,97 % par rapport à 2012 (Yvelines : +1,83 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
280308342422369415389433441
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
438421451441425423417402405
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
401415346305301251254284239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2582614055258281 0381 0361 1391 155
2017 - - - - - - - -
1 205--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,3 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,6 %, 15 à 29 ans = 15,3 %, 30 à 44 ans = 26 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 13,7 %) ;
  • 48,7 % de femmes (0 à 14 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 12,5 %, 30 à 44 ans = 27,1 %, 45 à 59 ans = 25,5 %, plus de 60 ans = 13,5 %).
Pyramide des âges à Condé-sur-Vesgre en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
0,2 
2,8 
75 à 89 ans
3,6 
10,5 
60 à 74 ans
9,7 
22,4 
45 à 59 ans
25,5 
26,0 
30 à 44 ans
27,1 
15,3 
15 à 29 ans
12,5 
22,6 
0 à 14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Politique et administrationModifier

Les maires de Condé-sur-VesgreModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1795 Alexandre Arnaud CLAMANE (de)    
1795 1796 Louis GILLES    
1796 1797 Louis HUBERT    
1797 1799 Charles HUBERT    
1800 1806 Arnaud CLAMANE (de)    
1806 1806 Jacques PORTAS    
1807 1813 Pierre GOHARD    
1813 1817 Jean BREHANT    
1818 1831 Louis BAILLY    
1831 1837 N... ROUSSEAU    
1838 1851 Joseph DEVAY    
1851 1858 Noël MARTIN    
1858 1860 Jean Baptiste LEVEAU    
1860 1865 N... GOHARD    
1866 1879 Jacques Martin DAGRON    
1880 1888 Jules LANGEVIN    
1888 1908 Noël Ange FOSSE    
1908 1913 Albert AULET    
1913 1920 Aristide GOHARD    
1920 1925 Edmond GUILLIN    
1925 1929 Fertullien FOSSE    
1929 1954 Edouard LAHAYE    
1954 1976 Emile RAMAT    
1976 1991 André FRICKER    
1991 2001 Bernard JUNCK    
2001 Aujourd'hui Josette JEAN DVD Retraitée, conseillère départementale
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciairesModifier

La commune de Condé-sur-Vesgre appartient au canton de Houdan et est rattachée à la communauté de communes du pays Houdanais.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Sur le plan judiciaire, Condé-sur-Vesgre fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[15],[16].

ÉconomieModifier

Les ressources économiques de la commune sont essentiellement rurales.

Une fabrique de faience est fondée à Condé en 1654. Au XVIIIe siècle, la fabrication des poteries est florissante, le village est appelé Condé la poterie. Dans la plaine acqueuse de la Christinière on trouve une argile blanche qu'au XIXe siècle on a essayé d'utiliser pour faire de la porcelaine.

Fin IXe, début XXe siècle, fabrication de balais à Poulampont.

EnseignementModifier

La commune de Condé-sur-Vesgre possède une école primaire située à côté de la mairie. Elle complète les classes primaires avec l'école primaire d'Adainville et les classes maternelles avec l'école maternelle de Bourdonné.

SportsModifier

La commune de Condé-sur-Vesgre possède son club de football nommé la Vesgre AS Football. Le club s'entraine sur le stade communal de Condé-sur-Vesgre situé à côté de la salle polyvalente. L'accès au stade est désormais interdit au public en dehors des horaires d'entrainements et de rencontres. La VASF évolue dans le championnat départemental des Yvelines.

Lieux et monumentsModifier

  • L’église paroissiale, placée sous le vocable de Saint Germain, date du XIe siècle, mais a, semble-t-il, succédé à un édifice primitif remontant au VIIe siècle[5].
  • L'église Saint-Germain-de-Paris contient deux vitraux du XVIe siècle qui ont été classés monuments historiques, l'un en 1909, l'autre en 1975 après restauration. On y trouve une dalle funéraire avec inscription de 1559. La statue de saint Blaise en bois du XVIIe siècle a été volée en 1965.
  • Lavoir du XIXe siècle.
  • Le parc du domaine de la Christinière et le parc du château du Rouvray inscrits en 2003 à l'inventaire du ministère de la culture.

Personnalités liées à la communeModifier

 
BIM 1972 - Kijno


  • Ladislas Kijno, peintre et plasticien né en 1921, s'installe en 1960[17] au centre du village de Condé-sur-Vesgre où il résidera environ 20ans[18].
  • Édith Piaf (1915-1963), chanteuse, possédait une maison au hameau du Hallier[19].
  • Victor Considerant y fonde en 1832, avec un député de Seine-et-Oise, M. Baudet-Dulary, et un propriétaire rural, M. Devay, un phalanstère, actuellement nommé La Colonie.
  • Guy Kerner (1922-1984), acteur français, est inhumé au cimetière de Condé-sur-Vesgre.
  • Pierre-François Degeorges (1934-2003), ingénieur agronome, travaille d'abord au laboratoire de biologie du Centre d’Études Nucléaires de Saclay, puis abandonne la recherche scientifique en 1961 pour se consacrer exclusivement au journalisme. Il participe au grand raid en 1967.
  • Mohammed ben Salmane, prince héritier saoudien, est propriétaire du château du Rouvray, une résidence de 250 hectares située à Condé-sur-Vesgre (78)[20]

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. NEGRE (E.) Toponymie generale de la France (1990), t. 1, p. 111.
  2. a et b Noms de lieu d'Île-de-France – M. Mulon – 1997
  3. a b et c Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  4. a b et c LONGNON T4 Pouillés province de Sens (1904), p.118G, 214E.
  5. a b et c Jacques Charles (de Serquigny), « Les possessions de l’Abbaye de Saint-Denis dans le Mantois »
  6. La guerre dans l'ouest : campagne de 1870-1871 par Louis Paul Rollin pages 57 et 58
  7. Monographie communale de Saint-Léger-en-Yvelines page 10
  8. Pierre-François Degeorges, « Au rendez-vous des amitiés », dans Le grand raid, Robert Laffont, , 216 p. (lire en ligne), p. 208-209
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Évolution et structure de la population à Condé-sur-Vesgre en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011)
  14. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011)
  15. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 23 avril 2011).
  16. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 23 avril 2011).
  17. « Biographie de Ladislas KIJNO (1921 - 2012) », sur www.kijno.com (consulté le 22 décembre 2019)
  18. Ladislas Kijno.
  19. [PDF]Édith Piaf à Condé-sur-Vesgre
  20. Guillaume Errard, « Le prince héritier saoudien a un faible pour l’immobilier des Yvelines », sur immobilier.lefigaro.fr, (consulté le 22 décembre 2019)