Chronologie de l'esclavage

Il s'agit d'une chronologie sur le thème de l'esclavage.

IIe siècle av. J.-C.

modifier

Ier siècle av. J.-C.

modifier

Ier siècle

modifier

IIe siècle apr. J.-C.

modifier
  • 130 : une loi est promulguée à Rome interdisant d'exécuter sans jugement les esclaves.
  • 170 : Marc Aurèle ordonne de traiter humainement chrétiens et esclaves dans l'Empire romain.

IVe siècle

modifier
  • 316 : édit de Constantin en faveur des esclaves : il devient interdit de les punir par la crucifixion et de les marquer au fer rouge au visage (ils peuvent être marqués ailleurs ou porter un collier inamovible).
  • 319 : Constantin Ier interdit la séparation des familles d'esclaves lors d'un changement de propriétaire, disposition qui avait aussi existé dans le Code de Hammurabi.

Ve siècle

modifier

VIe siècle

modifier

VIIe siècle

modifier
  • 608-631 : Mohamed établit un statut aux esclaves.
    • Il est interdit de les battre sous peine de leur émancipation obligatoire[7].
    • Si on les tue ou les mutile le talion est appliqué[8].
    • Il faut les vêtir et nourrir comme soi-même[9].
    • Si on les charge lourdement il faut les aider[9].

En conséquence[pas clair], Afrique et Europe deviennent des bassins alimentant la traite arabe d'esclaves non musulmans[10],[11].

VIIIe siècle

modifier

IXe siècle

modifier

Xe siècle

modifier

XIe siècle

modifier

XIIe siècle

modifier

XIIIe siècle

modifier
  • 1206 : Qûtb ud-Dîn Aibak, alors esclave de Muhammad Ghûrî et gouverneur, à son service, de l'Inde du Nord, se rend indépendant et fonde la dynastie des Esclaves.
  • 1222 : La Charte du Manden est proclamé par Sundjata Keïta, premier empereur du Mali
  • à partir du XIIIe siècle, une activité méconnue et pourtant lucrative des ordres militaires (templiers et Hospitaliers principalement) était le commerce des esclaves blancs : des prisonniers de guerre, des enfants enlevés, voire achetés à leurs parents, étaient transportés en grand nombre de l'Orient vers l'Occident. Ils participaient au fonctionnement des Maisons du Temple, principalement en Italie et en Aragon. À la fin du siècle, la plaque tournante de ce commerce florissant était le port d'Ayas du royaume arménien de Cilicie. Les Templiers y ouvrirent un comptoir vers 1270, et y firent le commerce d'esclaves turcs, grecs, russes et circassiens[18]

XIVe siècle

modifier
  •  : Louis X le Hutin, roi de France, publie un édit qui affirme que « selon le droit de nature, chacun doit naître franc » ; officiellement, depuis cette date, « le sol de France affranchit l'esclave qui le touche ».
  • 1395 : la prise et destruction de la colonie vénitienne de La Tana par les Mongols, sous Tamerlan, marque une interruption considérable pour la traite d'esclaves de mer Noire par la république de Venise ; Gênes et sa colonie de Caffa continuent néanmoins ce trafic.

XVe siècle

modifier
  • 1435 : 13 janvier : le pape Eugène IV condamne la mise en esclavage des indigènes guanches des îles Canaries à travers l'encyclique « Sicut Dudum ».
  • 1453 : la prise de Constantinople et la fermeture des détroits aux marchands chrétiens met fin à la traite d'esclaves tatares et russes de la mer Noire vers l'Italie, l'Espagne et l'Égypte mamelouke.
  • 1454 : 8 janvier : le pape Nicolas V autorise dans la bulle Romanus pontifex le roi de Portugal à réduire en esclavage, les « Sarrasins, païens, et autres ennemis du Christ » (à la suite de la Chute de Constantinople en 1453), et partage les continents africains et américains entre l'Espagne et le Portugal, à la suite de la découverte de la Guinée.
  • 1462 : le pape Pie II qualifie l'esclavage de « crime énorme » (magnum scelus)[19].
  • 1490 : des missionnaires catholiques arrivèrent dans la région du royaume du Kongo, l'année suivante, le manikongo Nzinga Nkuwu fut baptisé et prit le nom de Ndo Nzuawu. Diogo Cão crut alors la voie libre pour se procurer des esclaves et le tenta. Cependant, Nzinga Nkuwu était décidé à ne pas faire de son royaume un lieu de traite. Il fit capturer en échange les missionnaires portugais et les fit tuer à chaque mois de retard dans le retour des captifs Kongo. Sous Nzinga Nkuwu les relations se refroidirent avec le Portugal et ne s'améliorèrent guère jusqu'à sa mort. Elles auraient certainement empiré n'eût été la mort de son fils, Mpanzu a Nzinga, qui était lui contre toute forme de relations avec le Portugal. Prétendant favori à la succession de son père (la succession se faisait par élection et il n'était pas systématique qu'un fils succède à son père), Mpanzu a Nzinga, soutenu par les représentants votants des clans et des corps de métiers du Kongo, désirait écourter au plus vite les relations avec le Portugal. Cela lui couta la vie lors d'un attentat, le jour de son accession au trône.
  • 1492 : premier voyage transatlantique de Christophe Colomb. Des Noirs sont embarqués dans les caravelles dès le troisième voyage (1498).
  • 1493 : traité de Tordesillas ligne de partage entre l'Espagne et le Portugal : bulles du pape Alexandre VI.
  • 1494 : au retour de son 2e voyage, Christophe Colomb vend 300 esclaves indiens 5 000 maravedis chacun.
  • 1498 : mise en place des repartimentos appelés aussi Encomienda. On attribuait aux colons espagnols des communautés indiennes qu'ils utilisaient comme force de travail et à condition de les nourrir et de les instruire dans la religion catholique.

XVIe siècle

modifier

XVIIe siècle

modifier

Les Néerlandais marginalisent les Portugais dans l'océan Indien et les Espagnols dans l'océan Atlantique. Les Anglais plantent massivement du sucre à la Barbade (années 1640) puis en Jamaïque (années 1660). La flambée des prix du sucre lors du blocus de la Barbade des années 1650 incite au défrichage des Antilles françaises. Alléchés, les rois de France et d'Angleterre développent la traite négrière dans les années 1670. Le conflit militaire des années 1690 freine leurs ardeurs, qui reprendront dans les années 1700, et seront décuplées dans les décennies suivantes (1720 et surtout 1740).

XVIIIe siècle

modifier

XIXe siècle

modifier

XXe siècle

modifier

XXIe siècle

modifier
  • 2001 : la loi Taubira reconnaît que la traite négrière transatlantique, la traite dans l'océan Indien et l'esclavage sont considérés un crime contre l'humanité en France.
  • 2003 : pénalisation de l'esclavage au Niger[44].
  • 2006 : choix du 10 mai comme date de commémoration de l'abolition de l'esclavage.
  • 2007 : la Mauritanie adopte le 8 août une nouvelle loi antiesclavagiste plus répressive qui vise à juguler ces pratiques persistantes[45].

Articles connexes

modifier

Notes et références

modifier
  1. [1] article de Simon Légasse
  2. L'Univers: histoire et description de tous les peuples, 1845, tome 12 Le concile d'Orange, année 441, canon 6, réprime la violence de ceux qui, pour se venger de l'asile accordé aux esclaves, s'emparent des biens de l'Église... canon 7, réprime toute tentative faite contre la liberté des esclaves affranchis par l'Église, ou qui lui ont été recommandés par testament.
  3. La liberté chrétienne : L'Église et les affranchissements « un canon du concile tenu à Agde en 506, qui permet aux évêques d'affranchir les esclaves appartenant à leur église et de leur donner certaines propriétés en dépendant, et avec la règle imposée à ses moines par un saint du même siècle, saint Ferréol, qui permet à l'abbé d'affranchir les esclaves d'un monastère si tous les religieux y consentent », mediterranee-antique, consulté le 03 mai 2022
  4. La liberté chrétienne : Clovis Le concile d'Orléans « Le concile défendit à l’autorité publique de pénétrer dans les cloîtres pour y chercher le coupable, que ce fût un homicide, un adultère, un voleur, un ravisseur ou un esclave fugitif », mediterranee-antique, consulté le 03 mai 2022
  5. [L'Univers: histoire et description de tous les peuples, page 458] Le concile d'Epaone (Abbon), année 517, canon 34, excommunie le maître qui, de son autorité privée, frappe de mort son esclave ; et dans son canon 39, il exempte de tout supplice corporel ou ignominieux l'esclave coupable qui s'est réfugié dans l'église. Le canon 34 du concile d'Epaone se trouve répété dans le canon 15 du dix-septième concile de Tolède, célébré en l'an 694.
  6. Histoire de France - Chapitre IV. — La royauté mérovingienne. Les institutions de l'époque mérovingienne. Ce concile « prononce une excommunication de deux ans contre celui qui a tué un esclave non condamné par le juge. L'Église déclare aussi légitimes les unions entre esclaves qu'elle a bénies. Elle recommande de ne pas séparer le mari de la femme, les parents des enfants, et de ne les vendre qu'ensemble. La condition du serf tendait ainsi à s'améliorer, et les mœurs étaient meilleures que les lois », , consulté le 03 mai 2022
  7. Adab'ul Mufrad, al-Bukhari.
  8. Voir dans Dârimî', diyât, Tirmidhî, diyât ; al-bulûgh'ul marâm d'ibn Hajar. Le hadith transmis chez Nisâî et abû Dawûd est authentique selon Hakim. Le hadith est : "Celui qui tue ou mutile l'esclave, nous le tuerons ou le mutilerons."
  9. a et b Adab'ul Mufrad, al-Bukhari. Sahîh-i Muslim.
  10. L'esclavage en terre d'islamLa loi islamique ou Charia, qui s'appuie sur le Coran et les dits du prophète (hadiths), considère qu'en pays d'islam, seuls sont esclaves les enfants d'esclaves et les prisonniers de guerre. Elle autorise d'autre part la réduction en esclavage de quiconque provient d'un pays non musulman (si un esclave vient à se convertir, il n'est pas affranchi pour autant).
  11. « L'esclavage des Noirs par les Arabo-Musulmans du VIIIe au XXe siècle »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ) À partir du VIIIe siècle, à la suite de la conquête arabe, les musulmans systématisent, organisent de nouvelles formes de traite négrière englobées sous l’appellation de traites orientales, ensemble à l’intérieur duquel on distingue la traite transsaharienne. Le Coran ne remet pas en cause l’esclavage, sous condition que l’esclave ne soit pas musulman.
  12. Sainte Bathilde moniale de Chelles et Reine de FranceSe souvenant de son propre esclavage, elle mit de côté des sommes immenses pour le rachat des captifs.
  13. Sainte Bathilde, une reine anti-esclavagiste Mais surtout elle lutta contre l'esclavage. Réprouvé par l'Église, ce système quasiment disparu des villes subsistait dans les grands domaines agricoles et chez les dignitaires. Elle-même ancienne captive esclave, elle en racheta un grand nombre sur ses propres deniers. Elle fit réduire les impôts (capitation calculée sur le nombre d'individus du foyer) des laboureurs pour empêcher que les familles pauvres ne vendent leurs enfants ! Elle rendit la vente et l'achat d'esclaves définitivement illégaux, sans toutefois obliger les propriétaires, souvent d'ancienne origine gallo-romaine, des grandes exploitations d'affranchir les leurs immédiatement. Le système finit par s'éteindre. Quant aux captifs venus de l'étranger, et proposés à la vente comme on dirait aujourd'hui, elle décréta qu'ils devenaient obligatoirement libres sur le sol franc !
  14. 7 septembre 869 : Les esclaves noirs se révoltent en Irak Le 7 septembre 869, se déclenche dans les marais du bas Irak la grande révolte des Zendj. Sous la conduite d'un meneur persan, Ali ben Mohamed, ces esclaves originaires d'Afrique noire vont mettre en péril le prestigieux empire arabo-persan de Bagdad, fondé par Saffah un siècle plus tôt.
  15. L’esclavage à travers les tempsAu Xe siècle, un Évêque de Crémone, Lintprand, condamnait « les profits énormes, proprement scandaleux, que réalisaient les marchands de Verdun. »
  16. Liutprand, évêque de Crémone (920-972), ne cessait de dénoncer et de condamner les profits énormes, proprement scandaleux, que réalisaient les marchands de Verdun.
  17. Lévi-Provençal (E.). L'Espagne musulmane au Xe siècle. Institutions et vie sociale
  18. Michael Haag, Les Templiers : de la légende à l'histoire, Ixelles Editions, , 384 p. (ISBN 978-2-87515-184-1), traduit de l'anglais par C. Billon, titre original the Templars, History & Myths, 2011. consulter en ligne chapitre les banquiers d'affaire, encart le commerce des esclaves blancs
  19. Les papes et l'esclavage des Noirs
  20. « Le miroir de la cruelle et horrible tyrannie espagnole perpétrée aux Pays-Bas par le tyran duc d'Albe et autres commandants du roi Philippe II », sur World Digital Library, (consulté le )
  21. a b c et d « Chronology on the History of Slavery 1619 to 1789 », sur innercity.org via Wikiwix (consulté le ).
  22. P. C. Emmer, Les Pays-Bas et la traite des Noirs, , 208 p. (ISBN 9782845866041, présentation en ligne, lire en ligne).
  23. a b et c Sir Robert Hermann Schomburgk, The History of Barbados, , 722 p. (lire en ligne).
  24. Frederick Clifton Pierce, Pierce Genealogy, , 446 p. (ISBN 9781110810079, lire en ligne).
  25. a et b George W. Williams, History of the Negro Race in America from 1619 to 1880, , 616 p. (ISBN 9781426488955, lire en ligne).
  26. a et b Harry S. Pariser, The Adventure Guide to Barbados, , 263 p. (ISBN 9781556502774, présentation en ligne, lire en ligne).
  27. John A. Holm et John Alexander Holm, Pidgins and Creoles: Volume 2, Reference Survey, , 476 p. (ISBN 9780521359405, présentation en ligne, lire en ligne).
  28. Le Ghana, par Patrick Puy-Denis, page 66
  29. Peter Linebaugh et Marcus Rediker, The Many-headed Hydra : Sailors, Slaves, Commoners, and the Hidden History of the Revolutionary Atlantic, , 433 p. (ISBN 9781859847985, présentation en ligne, lire en ligne).
  30. L'Art de vérifier les dates, , 554 p. (lire en ligne).
  31. (en) Robin Blackburn, The Making of New World Slavery : From the Baroque to the Modern, 1492-1800, , 602 p. (ISBN 978-1-85984-195-2, lire en ligne).
  32. Musée des familles : lectures du soir, , 400 p. (lire en ligne).
  33. David Marley, Historic Cities of the Americas : An Illustrated Encyclopedia, , 1010 p. (ISBN 9781576070277, présentation en ligne, lire en ligne).
  34. http://www.common-place.org/vol-03/no-01/reviews/hall.shtml
  35. a et b Robin Blackburn, The Making of New World Slavery : From the Baroque to the Modern, 1492-1800, , 602 p. (ISBN 9781859841952, présentation en ligne, lire en ligne).
  36. http://www.waywelivednc.com/before-1770/tuscarora-war.htm
  37. « http://www.historycooperative.org/cgi-bin/justtop.cgi?act=justtop&url=http://www.historycooperative.org/journals/jah/90.1/ramsey.html »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  38. Dictionnaire, Dictionnaire géographique universel, par une société de géographes, , 804 p. (lire en ligne), p. 543.
  39. La traite négrière nantaise au milieu du XVIIIe siècle (1748-1751) - Bernard Michon, Cahiers des Anneaux de la Mémoire, no 10 : « Les Ports et la traite négrière », Nantes, décembre 2007, p. 34-63 [PDF]
  40. Henri Joucla, Le conseil supérieur des colonies et ses antécédents : avec de nombreux documents inédits et notamment les procès-verbaux du comité colonial de l'assemblée constituante, Paris, du monde moderne, , p. 130 avec contenu de la lettre de Henry Dundas
  41. Henry Lémery, Martinique, terre française, G.P. Maisonneuve, , p. 32
  42. La déclaration du 5 juillet 1980 proclame la volonté du gouvernement d’en finir avec l’esclavage et l’ordonnance 81 234, du 9 novembre 1981, prononce son abolition définitive par le gouvernement de l'époque. (…)L’ordonnance de novembre 1981, proclame bien que « l’esclavage sous toutes ses formes est aboli définitivement sur toute l’étendue du territoire de la République Islamique de Mauritanie » (article 1er). L’article 2 précise : « Cette abolition donnera lieu à une compensation au profit des ayants droit ». Rapport 2001
  43. L’esclavage fut légalement aboli en 1981 sous la présidence de Mohammed Khouna Ould Haidalla, à la suite d’un mouvement de grande ampleur déclenché en signe de protestation contre la vente publique d’une femme, Mme B’Barka, en 1980. Après le renversement du Président Haidalla en décembre 1984, l’attitude du gouvernement a surtout été caractérisée par l’obstruction à la mise en œuvre de cette abolition officielle et par une certaine complaisance « L’esclavage en Mauritanie, une question politique et juridique, Amnesty Belgique »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  44. Roger Botte, «Le droit contre l'esclavage au Niger», Politique africaine, n°90,juin 2003, sur les persistance de l'esclavage aujourd'hui avec un rappel que le code pénal de ce pays ne criminalise l'esclavage que depuis 2003
  45. La vérité sur l'esclavage en Islam - Le Nouvel Observateur Nº2236 du 13 septembre 2007