Compagnie de Saint-Domingue

La Compagnie royale de Saint-Domingue est créée en 1698 par Louis XIV, à la suite du traité de Ryswick de 1697 par lequel l’Espagne reconnaît l'occupation par la France de l’ouest de Saint-Domingue, pour y développer la culture du sucre[1]. C'est la plus grande réussite française parmi les Compagnies européennes fondées au XVIIe siècle.

Compagnie de Saint-Domingue
Histoire
Fondation
Dissolution
Cadre
Type
Compagnie colonialeVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social
Pays
Organisation
Fondateur

HistoriqueModifier

L'un de ses directeur fut Legendre Armini, beau-frère d'Antoine Crozat, qui c'était fait construire en 1726 un hôtel particulier, l'« hôtel Legendre Armini », qui serait situé aux nos 37 à 43 du boulevard des Capucines.

La même année est passée une convention entre la Compagnie de Saint-Domingue et la Compagnie de Guinée pour activer la traite et apporter davantage de Noirs à Saint-Domingue. Grâce à ses liens étroits avec le ministre de la Marine Pontchartrain, la Compagnie de Saint-Domingue fut autorisée à commercer avec le Mexique espagnol. Les colons de Saint-Domingue réglaient leurs comptes en escudos et en reales.

Sa création a débouché sur une forte augmentation de la population noire à Saint-Domingue, où le nombre d'esclaves est passé de 9 000 en 1700 à 24 000 en 1713, l'année où l'administration de l'île est séparée de celle des autres îles à sucre françaises.

À Saint-Domingue, la Compagnie installe ses bâtiments et entrepôts à Saint-Louis-du-Sud et à Jacmel.

Une partie des esclaves importés est revendue directement aux Espagnols qui occupent la partie orientale de l'île.

EN 1720, la Compagnie de Saint-Domingue perd son privilège au profit de la Compagnie des Indes. Le commerce sur l'île est déclaré libre quatre ans plus tard.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier