Concile d'Épaone

Le concile d'Épaone s'est tenu « le 17 des calendes d'octobre, sous le consulat d'Agapit », soit le , sur proposition de l'évêque métropolitain de Vienne, Avit.

ContexteModifier

 
Sigismond (peinture du XVe siècle)

Avit, évêque métropolitain de Vienne, propose en 517 à tous les évêques du royaume des Burgondes un concile pour réfléchir à la situation religieuse nouvelle créée par l'accession au trône en 516 de Sigismond, converti au catholicisme entre 502 et 506 sous l'influence de l'évêque[1]. Ce dernier s'ouvre probablement le 6[2] et se conclue le 15 septembre[3],[4] — Thomas Mermet entre autres indiquait les 8 au 17 octobre[5] —, pas moins de 25 prélats en un concile à Épaone qui comporte 40 canons[3].

On devait y discuter d'un certain nombre de règles morales et de l'attitude à adopter à l'égard des ariens. Avit comprit qu’il ne fallait pas bousculer une population qui restait importante dans le royaume. Les évêques refusèrent ainsi, au motif de la souillure des lieux, de pratiquer le culte catholique dans les églises ariennes. Avit craignait de provoquer la colère des ariens, encore puissants en Italie et en Provence sous domination ostrogothe ainsi qu'en Espagne. Il redoutait aussi qu’un arien ne succédât à Sigismond.

Localisation du site d'ÉpaoneModifier

Le lieu n'est pas certifié. Des fouilles archéologiques menées par Jean-Michel Poisson, de 1994 à 1995 sur le site d'Albon :

« datant de l'époque gallo-romaine dans un grand domaine avec vaste villa qui, au VIe siècle, fait partie des possessions de l'Église de Vienne, témoignent de la découverte d'un bâtiment à caractère monumental, construit sur un éperon naturel, qui a été par la suite emmotté et surélevé lors de la constitution de la plate-forme artificielle, sur laquelle a été construite dans un troisième temps la motte et la tour de pierre qui la surmonte. La chronologie relative et la céramique permettent de proposer pour ce bâtiment une datation sans doute non postérieure au XIe siècle. Il s'agit d'une découverte de très grande importance pour l'étude de la genèse des premières fortifications médiévales d'un centre domanial attesté à l'époque mérovingienne (Épaone) appelé à jouer un rôle important régional (comté d'Albon puis Dauphiné) »[6]

C'est également l'opinion de Nicolas Payraud pour qui, en 1009, le comte d'Albon possède déjà la partie occidentale de ce domaine, autour d'Albon, qui s'étend jusqu'à Anneyron et est probablement la villa Epaonis citée en 890[7].

Certains auteurs plus anciens avaient supposé l'hypothèse de Crezantien, près de la cité de Vienne, de Saint-Maurice, en Valais, ou encore en Chablais sur les rives du Léman, et correspondant probablement Évian, voire la ville savoyarde de Yenne[8]. Le hameau de Ponas — à l'époque, il s'agit d'une paroisse indépendante —, situé sur le territoire de la commune de Bonnefamille, entre Vienne et Bourgoin, est également donné[9]. Hypothèse reprenant l'analyse de l'historien dauphinois du XVIIe siècle Nicolas Chorier[10].

Une décision et un premier désaccordModifier

Ce fut le premier concile vraiment hostile aux juifs, le XVe canon dont l'évêque de Vienne fut l’âme, sinon le principal rédacteur des quarante et un canons, interdit aux laïcs de prendre leurs repas avec les juifs[11] et, pour montrer jusqu’où devait aller leur horreur et leur rejet, il défend aux clercs de manger avec un laïc qui se serait souillé en mangeant à la table d'un juif[12].

Au concile d’Épaone, les évêques avaient aussi établi certaines règles disciplinaires. Par exemple : en interdisant à un veuf ou une veuve d’épouser un beau parent, sous peine d’excommunication. Ils condamnaient comme incestueuse de telles unions. Cette règle conduisit à l'excommunication un an plus tard du prévôt du fisc Étienne, qui avait épousé sa belle-sœur[13].

Le concile d'Épaone, en 517, prononce une excommunication de deux ans contre celui qui a tué un esclave non condamné par le juge. L'Église déclare aussi légitimes les unions entre esclaves qu'elle a bénies. Elle recommande de ne pas séparer le mari de la femme, les parents des enfants, et de ne les vendre qu'ensemble. La condition du serf tendait ainsi à s'améliorer, et les mœurs étaient meilleures que les lois[14].

Diocèses présentsModifier

Dominique Roget de Belloguet (1848) présente une analyse des 25 signatures de prélats présents lors du concile, permettant d'indiquer une géographie du royaume burgonde. Louis Duchesne donne certains noms d'évêques signataires.

BibliographieModifier

  • Thomas Mermet, Histoire de la ville de Vienne, tome 2 p 67, imprimerie Louis Perrin, Lyon, 1833.
  • Dominique Roget de Belloguet, « Commentaire sur l'étendue et les frontières du premier royaume de Bourgogne, d'après les vingt-cinq signatures épiscopales du concile d'Épaone, en 517 », Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon,‎ , p. 325 et suivantes (lire en ligne);
  • Louis Duchesne, Fastes épiscopaux de l'ancienne Gaule. Provinces du Sud-Est (tome premier), Paris, Albert Fontemoing. Anc. Thorin et fils, , 2e éd. (lire en ligne).
  • Jean Gaudemet et Brigitte Basdevant, Les Canons des Conciles mérovingiens (VIe – VIIe siècles), Cerf, coll. « Sources chrétiennes »,

Notes et référencesModifier

  1. Michel Rouche, Bruno Dumézil, Le Bréviaire d'Alaric : aux origines du code civil, Presses Paris Sorbonne, (ISBN 2840506068, lire en ligne).
  2. Karl Joseph von Hefele, Histoire des conciles d'après les documents originaux (volume 2, n°2), G. Olmos, 1973, 751 pages, p. 1033.
  3. a et b Ulysse Chevalier (acte 303), Regeste dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l'histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l'année 1349 (T1, fascicules 1-3), vol. 1, Valence, Imp. valentinoise, (lire en ligne), p. 53
  4. Jean Gaudemet et Brigitte Basdevant, Les Canons des Conciles mérovingiens (VIe – VIIe siècles), Cerf, coll. « Sources chrétiennes », , 636 p., p. 93
  5. Thomas Mermet, Histoire de la ville de Vienne : Dauphiné, (lire en ligne)
  6. Jean-Michel Poisson, Albon (Drôme). « La Tour », t. XXVI, Archéologie médiévale, (lire en ligne), p. 268-269
  7. Nicolas Payraud, Châteaux, espace et société en Dauphiné et en Savoie du milieu du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle, Lyon, Université Lumière Lyon-2. École doctorale : Sciences Sociales. Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, , 460 p..
  8. Léon Ménabréa, La Marche des études historiques en Savoie et en Piémont depuis le XIVe siècle jusqu'à nos jours et des développements dont ces études sont encore susceptibles, 1839, page 48-49, note 99 (présentation en ligne).
  9. Étienne-Joseph Poullin de Lumina, Histoire de l'Église de Lyon, depuis son établissement par saint Pothin, dans le second siècle de l'Église, jusqu'à nos jours, chez Joseph-Louis Berthoud, 1770, 580 pages, page 77 (présentation en ligne, consulté le ).
  10. citation dans Le grand dictionnaire historique, ou le mélange curieux de l'Histoire sacrée et profane, 1759, volume 4, page 121 (présentation en ligne, consulté le ).
  11. Auguste Prudhomme, Les juifs en Dauphiné aux XIVe et XVe siècles, , 110 p. (lire en ligne).
  12. Roger L. Dufroid, « Les Juifs à Vienne : 1 000 ans sous la domination temporelle des archevêques de Vienne », Bulletin de la Société des amis de Vienne, n°2, 1985, p. 5-11.
  13. Justin Favrod, Les Burgondes : un royaume oublié au cœur de l'Europe, vol. 4, Lausanne/Paris, Presses polytechniques et universitaires romandes, , 142 p. (ISBN 2-88074-596-9, lire en ligne), p. 106-108.
  14. C. Bayet, C. Pfister et A. Kleinclausz, « Histoire de France. Le Christianisme, Les Barbares - Mérovingiens et Carolingiens : Chapitre IV. La Royauté Mérovingienne. Les Institutions de l'époque Mérovingienne. La condition des personnes et la recommandation ».
  15. Duchesne, 1907, p. 262 (présentation en ligne).
  16. Duchesne, 1907, p. 223 (présentation en ligne).
  17. Duchesne, 1907, p. 288 (présentation en ligne).
  18. Duchesne, 1907, p. 231 (présentation en ligne).
  19. Duchesne, 1907, p. 246 (présentation en ligne).
  20. Duchesne, 1907, p. 291 (présentation en ligne).
  21. Duchesne, 1907, p. 244 (présentation en ligne).
  22. Duchesne, 1907, p. 228 (présentation en ligne).
  23. Duchesne, 1907, p. 234 (présentation en ligne).
  24. Duchesne, 1907, p. 272 (présentation en ligne).
  25. Duchesne, 1907, p. 286-287 (présentation en ligne).
  26. Duchesne, 1907, p. 266 (présentation en ligne).
  27. Duchesne, 1907, p. 264 (présentation en ligne).
  28. Duchesne, 1907, p. 271 (présentation en ligne).
  29. Duchesne, 1907, p. 238 (présentation en ligne).
  30. Duchesne, 1907, p. 282 (présentation en ligne).
  31. Duchesne, 1907, p. 267 (présentation en ligne).