Ouvrir le menu principal

Túpac Amaru

(Redirigé depuis Tupac Amaru)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Túpac.
Ne doit pas être confondu avec Túpac Amaru II ou Tupac Shakur.
Túpac Amaru
TupacamaruI.JPG
Túpac Amaru, le dernier inca de Vilcabamba.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
Fratrie

Túpac Amaru (u Thupa Amaro (quechua : Thupaq Amaru), 1545 – ) est le dernier inca[1] quechua de la dynastie de Manco Inca.

Il succède à son frère Titu Kusi Yupanqui, mort d'une étrange maladie. Il est le fils de Manco Inca. Son nom signifie « serpent brillant » en quechua. Il a été exécuté par les Espagnols.

Sommaire

AdhésionModifier

Après la conquête espagnole de l'Empire inca dans les années 1530, quelques membres de la famille royale ont créé le petit indépendant État néo-inca (en) de Vilcabamba, qui était situé dans la relativement inaccessible Haute-Amazonie au nord-est de Cusco. Le fondateur de cet État était Manco Inca Yupanqui (également connu sous le nom Manco Capac II), qui s'était d'abord allié avec les Espagnols, puis avait conduit une guerre malheureuse contre eux avant de s'établir à Vilcabamba en 1540. Après une attaque espagnole en 1544 , au cours de laquelle Manco Inca Yupanqui fut tué, son fils Sayri Tupac prit le titre de Sapa Inca (empereur, littéralement « seulement Inca »), puis accepta l'autorité espagnole en 1558 et le retour à Cuzco. Il mourut, peut-être empoisonné, en 1561. Il fut remplacé à Vilcabamba par son frère Titu Cusi, qui lui-même mourut en 1571. Túpac Amaru, un autre frère des deux empereurs précédents, succéda alors au titre à Vilcabamba.

Guerre finale et capture par les EspagnolsModifier

Bien que jeune et inexpérimenté, il est un ennemi implacable pour les conquistadors, un esprit rebelle, en opposition avec le caractère faible de son frère. Les Espagnols décident sa capture et envoient une troupe de près de 300 soldats dirigés par Martin Hurtado de Arbieto et Martin Garcia Oñez de Loyola (es). Ils arrivent à Vilcabamba, mais l'Inca s'est enfui dans la jungle avec sa famille. Il y mène une guérilla longue et féroce contre les Espagnols. Finalement ces derniers le capturent avec ses partisans et l’emmènent à Cuzco.

 
La capture de Túpac Amaru, par Felipe Guaman Poma de Ayala.

Il est par la suite condamné à mort sous l'autorité du vice-roi Francisco de Toledo et exécuté à Cuzco le , avec sa femme, ses enfants ainsi que ses principaux partisans.

Il s'ensuivit l'extermination de sa postérité jusqu'au quatrième degré[2].

Sa nièce, Beatriz Coya (es), héritière du Marquis de la Oropesa, épouse Martin Garcia Oñez de Loyola.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Chef civil, religieux et militaire d'un empire comprenant le Pérou actuel, la Bolivie actuelle et une région allant des hauts plateaux andins aux côtes du Pacifique au moment de la conquête espagnole », Cnrtl.
  2. Eduardo Galeano, Les veines ouvertes de l'Amérique Latine, 1re partie – « la nostalgie combative de Tupac Amaru », p. 68.