Ouvrir le menu principal

Poêle (chauffage)

appareil de chauffage
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poêle.
Poêle
Fouday-Poêle.jpg
Un poêle De Dietrich à l'église de Fouday (Alsace)
Type
Utilisation
Usage

Un poêle (prononciation /pwal/ ou /pwèl/) est un appareil de chauffage comprenant une chambre de combustion pour du bois ou du charbon. Généralement utilisé pour le chauffage direct par rayonnement thermique et/ou par convection, le poêle peut aussi permettre de produire de l'eau chaude.

Sommaire

HistoriqueModifier

 
Poêle à bois moderne dit « poêle bouilleur » (producteur d'eau chaude)

Employé depuis la nuit des temps, il est aussi appelé poêle à inertie lorsqu'il est très massif. Un de ces ancêtres est surement l'hypocauste, le poêle russe ou encore plus récemment le poêle alsacien en faïence.

En 1619, paraît le premier ouvrage complet sur les poêles publié par Franz Kessler (en)[1]. Son curieux travail indique dès cette époque tous les principes du chauffage usités en Allemagne et très peu perfectionnés par la suite jusqu'au XIXe siècle.

L'apparition au XIXe siècle des premiers poêles en fonte et leur diffusion à grande échelle contribue fortement à l'amélioration des conditions de vie des populations. Grâce à la production en série, qui en fait l'un des produits phare de l'industrialisation, il devient accessible au plus grand nombre et remplace rapidement le feu ouvert, offrant de meilleur rendement, efficacité et autonomie, et diminuant le risque d'incendie. Le poêle, installé dans la pièce commune, est souvent le point de ralliement de la famille, contrairement au chauffage central qui plus tard renforcera l'individualisation. Bien qu'il demande de l'entretien et produise de la poussière, il améliore le confort par le chauffage continu, qui permet également de chauffer l'eau et les aliments, ainsi que les conditions sanitaires et de santé, dont l'effet est notamment de réduire la mortalité infantile. Les grandes entreprises industrielles (telle que Jøtul, Chaboche, Nestor Martin, Godin et bien d'autres), rivalisent d'innovations techniques et de qualités esthétiques, ce qui fait de certains poêles anciens des objets très recherchés de nos jours, témoins des débuts du design industriel. Bien avant le développement de l'électroménager, la réclame, au moyen d'affiches publicitaires, vante les mérites des différents modèles. Les défis actuels que représentent la raréfaction et la hausse des prix des énergies fossiles, ainsi que la pollution et la recherche d'un développement durable, incitent les industriels à rechercher de nouvelles solutions pour augmenter l'efficacité de leurs produits.

Plusieurs modèles sont développés en Suède, en Allemagne, Hollande et au Canada, où des organisations de constructeurs réalisent régulièrement des tests afin de faire évoluer l'efficacité du système. Les poêles modernes atteignent un rendement supérieur à 60 %. Le chauffage au poêle à bois est plutôt écologique car il utilise la biomasse. L'augmentation du prix du pétrole le rend assez économique dans les pays boisés.

PrincipeModifier

  • C'est un appareil de chauffage clos, dans lequel on enferme le combustible, avec évacuation des gaz par un tuyau, et qui chauffe la pièce par rayonnement de son enveloppe.
  • Les combustibles sont le bois, le charbon et les granulés de bois.
  • La combustion est réglée par une clé sur le conduit de fumée ou, mieux, en diminuant l'arrivée d'air par fermeture des arrivées d'air primaires ou secondaires de l'appareil.

Types de poêlesModifier

Les poêles peuvent être caractérisés par :

le combustible utilisé 
pellet, charbon, bois et tous autres combustibles, en particulier végétaux ;
les caractéristiques techniques 
la puissance en kW et le rendement en %
le type de combustion 
poêles à combustion simple, peu optimisés, ils présentent des rendements faibles et s'utilisent comme chauffage d'appoint , poêles à double combustion ou post combustion qui associent à l'arrivée d'air primaire, une arrivée d'air secondaire permettant une bonne combustion des gaz quand le poêle monte en température, assurant ainsi de bons rendements (jusqu'à 80 %) et poêles à bois Turbo avec un système proche de la double combustion, utilisé par des appareils en général plus imposants, montant plus rapidement en température avec des rendements légèrement moins élevés
les matériaux de construction du poêle 
les poêles en fonte avec enveloppe métallique et foyer muni d'une grille sur un cendrier indépendant de l'enveloppe, ceux en acier, faïence, pierre, céramique ou terre cuite à chauffage plus lent mais plus stable dans le temps. tôle à intérieur recouvert de briques réfractaires
l'usage 
certains poêles sont dits « bouilleurs » ou « hydro » car ils peuvent chauffer l'eau du chauffage central alors que d'autres disposent de four et de plaques chauffantes, on parle de cuisinière bois quand ils s'intègrent dans une cuisine
le style 
les poêles traditionnels ou scandinaves, de forme rectangulaire, sur 4 pieds, taille basse, des poêles dits « modernes » avec des formes plus verticales et arrondies souvent adaptées à de bonnes performances et des poêles dits cheminée qui rappellent la forme rectangulaire d'une cheminée classique car leur vocation est de favoriser le spectacle des flammes.

Poêle à bancModifier

Certains poêles sont équipés de banquettes sur une de leurs faces, chauffées par le même foyer. On peut s'y assoir voire plus rarement y dormir. Une niche y est souvent ménagée, servant à chauffer des bouilloires ou des sacs de noyaux de cerises, que les habitants de la maison prenaient dans leur lit. Ils servaient aussi à sécher les fruits. Dans les fermes et habitations modestes, le four ou la cuisinière de cuisson, installés dans la cuisine, chauffaient aussi le banc adjacent au poêle dans la belle pièce dite la « Stube » . Ce dispositif économe en combustible est appelé « Kunscht » au nord des Alpes (Suisse du nord-est, sud de la Forêt-Noire, sud de l'Alsace), ainsi nommé de « Holzsparkunst » ou art d'épargner le bois.

Notes et référencesModifier

  1. Franz Kessler. Espargne-bois, c'est-à-dire Nouvelle et par ci-devant non commune, ni mise en lumière, invention de certains et divers fourneaux artificiels, escrite premièrement en allemand par François Keslar, maintenant publiée en françois. J. T. de Bry, 1619

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier