Isidore Hedde

industriel et historien français

Jean-Claude Philippe Isidore Hedde né au Puy-en Velay le et mort à Lyon le , est un industriel et historien français. Il fut membre de la mission de Chine de 1844 en tant que délégué du gouvernement.

Isidore Hedde
Isidore Hedde.jpg
Biographie
Naissance
Décès

Lyon (Rhône)
Nationalité
Activité
Industriel
Historien
Délégué du gouvernement
Autres informations
Membre de
Société des amis des sciences, de l’industrie et des arts de la Haute-Loire (d)
Société linnéenne de Lyon
Académie de Nîmes
Société de géographie de Lyon (d)
Société botanique de Lyon (d)
Société d'agriculture de Lyon (d)
Société d'histoire de Lyon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

BiographieModifier

FamilleModifier

Descendant d'une ancienne famille originaire du Puy-en Velay, où ses membres furent longtemps consuls, banquiers et maires, il est le fils de Philippe Hedde, négociant et maire du Puy-en Velay, et de Marguerite Peyret. Il est le petit-fils de Jean Claude Peyret, maire de Saint-Étienne.

Il épouse Caroline Marcoux d'Entremont en 1837 avec qui il eut quatre enfants. Il est le grand-père de Maurice Hedde, évêque de Lạng Sơn, et est le beau-père de Léon Olphe-Galliard. Son frère Philippe fut directeur du musée d'art et d'industrie de Saint-Étienne.

Mission de ChineModifier

Négociant à Saint-Étienne, il est mandaté en 1843 par les chambres de commerce de Lyon et de Saint-Étienne pour participer comme délégué du commerce auprès de l’ambassade de M. Théodore de Lagrené, envoyé par Louis-Philippe Ier de 1843 à 1846, afin de négocier "un traité commercial de dix mille ans entre la Chine et la France ", le traité de Huangpu[1].

La délégation comprenait Auguste Haussmann, Natalis Rondot, Jules Itier, et Edouard Renard, représentant les grandes industries de l'époque. Il doit en particulier s'informer de la place du commerce des soies et soieries, des techniques de la sériciculture en Chine, et de l'importance générale du commerce afin d'étudier les gouts des populations.

À son retour de Chine, il s'installe à Lyon, organise plusieurs expositions pour valoriser le résultat des collectes faites pendant la mission, et se consacre aux études concernant son voyage.

Il était membre correspondant de l'académie du Gard, membre de la société linnéenne, de l'association lyonnaise des amis des sciences naturelles, de la société botanique de Lyon, de la société d'agriculture de Lyon, de la société de géographie de Lyon, et de la société historique de Lyon.

Il a donné sa bibliothèque à la Société de géographie de Lyon. Les nombreux objets, peintures, et échantillons recueillis durant sa mission sont aujourd'hui dispersés entre le Musée des arts et métiers, la Bibliothèque nationale de France, le Musée des Tissus et des Arts décoratifs, et le Musée d'art et d'industrie de Saint-Étienne.

Publications[2]Modifier

  • Aperçu sur l'histoire de la ville de St-Étienne. F.Gonin, 1840.
  • Saint-Étienne ancien et moderne. Gourdon, 1841.
  • Mission commerciale en Chine. Industrie des soies et soieries. Catalogue des produits de l'Inde et de la Chine. Barret, 1847.
  • Chambre de commerce de Saint-Étienne : description méthodique des produits divers recueillis dans un voyage en Chine. Théolier aîné, 1848.
  • Étude pratique du commerce d'exportation de la Chine. (Avec Auguste Haussmann et Natalis Rondot). Paris : Renard, 1848
  • Description de l'agriculture et du tissage, Tsong-nong-sang-i-tsou-i-shi. Agriculture de la Chine. Bouchard-Huzard. 1850.
  • De l'Industrie sérigène en Algérie. Lyon : Barret, 1851. (Extrait des "Annales de la Société nationale d'agriculture de Lyon").
  • Le Lori disparu. Lyon : Pitrat, 1868. (Extrait des "Comptes rendus de la Société impériale d'agriculture, sciences naturelles et arts utiles de Lyon", no 2, séance du ).
  • Souvenirs de Grandrieu (Lozère). M-P Marchessou, 1869.
  • Excursion en Suisse. Inscription cryptographique, Lyon : Vingtrinier, 1873.
  • Études séritechniques sur Jacques Vaucanson. E.Lacroix, 1876.
  • Géographie chinoise et française. Paul Dupont, 1876.
  • Hoa-fa-ti-li-tchi. Dictionnaire géographique chinois-français. Lyon : Pitrat aîné, 1877 (Extrait du "Bulletin de la Société de géographie de Lyon").
  • Paléographie des tissus. Impr. Nationale, 1874. (Extrait de la Revue des sociétés savantes, 3e série, T. VI).
  • Répertoire séritechnique et éphémérides de la production de la soie tant de la Chine et de Japon que des autres pays sérifères. Lyon: Le moniteur des soies, 1880.
  • Monographie de Ronzon. H. Souchon, 1885.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • La mission de Théodose de Lagrené et les enquêtes sur les textiles d'Insuline (1844-1846), Claudine Salmon. Archipel, année 2008 volume 75, numéro 1, p. 167-197.
  • Jean-François Klein, Soyeux en mer de Chine. Stratégies des réseaux lyonnais en Extrême-Orient (1843-1906), Thèse d'Histoire contemporaine, tapuscrit, sous la dir. de Claude Prudhomme, Université Lyon-2, 2002, 1 1200 p.

Liens externesModifier