Firmin Didot

imprimeur français

Firmin Didot, né le à Paris et mort le à Mesnil-sur-l'Estrée, est un imprimeur, éditeur, créateur de caractères typographiques et homme politique français.

Firmin Didot
Image dans Infobox.
Portrait de Firmin Didot par Charles Alexandre Debacq, 1823.
Fonctions
Député
Troisième collège d'Eure-et-Loir (Dreux) (d)
-
Député
Troisième collège d'Eure-et-Loir (Dreux) (d)
-
Député
Eure-et-Loir
-
Député
Eure-et-Loir
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Famille
Père
Fratrie
Enfants
Autres informations
Membre de
Distinction
Archives conservées par
Père-Lachaise - Division 7 - Hyacinthe Firmin Didot 02.jpg
Vue de la sépulture.

Il est le membre le plus célèbre de la famille Didot, qui commence au début du XVIIIe siècle et se poursuit de nos jours.

BiographieModifier

Firmin Didot est le deuxième fils de François-Ambroise Didot. Il travailla, de concert avec son frère Pierre Didot, à perfectionner son art et se distingua surtout comme graveur et fondeur ; il fit, le premier, des éditions stéréotypes, en 1797. Néanmoins, ce procédé avait été auparavant développé pour l'impression des assignats : Firmin Didot fut d’ailleurs chargé de la typographie des émissions à partir d', aux côtés de son frère[1].

Parmi les éditions des deux frères, on distingue : le Camoêns, en portugais (1817) ; La Henriade (1819), in-4o, et les Tables de logarithmes, de Callet, dont la correction est devenue irréprochable.

Firmin Didot cultivait les lettres : on lui doit de bonnes traductions en vers des Bucoliques de Virgile (1806), des Idylles de Théocrite (1833) et une tragédie en trois actes Annibal. Il cultivait aussi les arts : au décès de Francesco Piranesi en 1810, il procéda à l'acquisition de la totalité de l'œuvre gravé et en réalisa une édition de quarante exemplaires en 1835.

Le nom d'une des deux unités typographiques (ou point typographique), porte son nom, le point Didot.

Élu député d'Eure-et-Loir, de 1827 à 1836, il siège dans la majorité soutenant les ministères de la monarchie de Juillet et défend les intérêts de la librairie et de la presse.

La maison où Firmin Didot et frères habitaient était auparavant l'Hôtel d'York, où fut signé le traité de Paris de 1783, qui mit un terme à la guerre d'indépendance des États-Unis[2].

Aujourd'hui, l'imprimerie Firmin Didot est toujours en activité, sous le contrôle du groupe CPI.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

RéférencesModifier

  1. Détails techniques rapportés par Jeanne Veyrin-Forrer, Rapport sur les conférences des années 1987-1988, livret 5, Paris, École pratique des hautes-études, 1994, p. 99-100.
  2. « Lieux de mémoire américains à Paris », sur usembassy.gov (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier