Bourg-Argental

commune française du département de la Loire

Bourg-Argental
Bourg-Argental
Vue panoramique de Bourg-Argental.
Blason de Bourg-Argental
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Intercommunalité Communauté de communes des Monts du Pilat
(siège)
Maire
Mandat
Stéphane Heyraud
2020-2026
Code postal 42220
Code commune 42023
Démographie
Gentilé Bourguisans [1]
Population
municipale
2 930 hab. (2018 en diminution de 0,1 % par rapport à 2013)
Densité 145 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 50″ nord, 4° 33′ 38″ est
Altitude Min. 450 m
Max. 1 003 m
Superficie 20,15 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Bourg-Argental
(ville isolée)
Aire d'attraction Annonay
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pilat
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bourg-Argental
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Bourg-Argental
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourg-Argental
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourg-Argental
Liens
Site web bourgargental.fr

Bourg-Argental est une commune française située dans le département de la Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Bourg-Argental se trouve à 28 km de Saint-Étienne et à 15 km d'Annonay (Ardèche).

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Bourg-Argental est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bourg-Argental, une unité urbaine monocommunale[5] de 2 922 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Annonay, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 37 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (49,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (52 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (49,8 %), forêts (42,7 %), zones urbanisées (7,5 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

ToponymieModifier

Le village tire son nom de l'Argental, ruisseau de rive gauche de la Déôme qui conflue tout près du bourg. Le ruisseau lui-même tient son nom du hameau d'Argental, siège d'une ancienne seigneurie, qu'il arrose sur son parcours.

HistoireModifier

La seigneurie d'Argental[pas clair] est créée en 844 lorsque Archimbault, comte de Vienne, offre à l'un de ses vassaux les terres d'Argental. Un château fort sera construit à Argental tandis qu'à trois kilomètres de là se formait le bourg d'Argental, l'actuelle ville.

Au XVe siècle, Marguerite de Montchenu vend ses terres à Jean II de Bourbon, comte de Forez. Celui-ci décide alors d'élever Bourg-Argental au rang de bailli[12].

Son église est inhabituelle, car le cardinal Donnet l'a fait orienter à l'opposé de l'usage qui veut que le porche soit à l'ouest[pas clair], pour avoir une grande place devant l'entrée.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 2 500 et 3 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 23.

À la suite de l'élection municipale de 2014, le conseil municipal est composé de 6 adjoints et de 16 conseillers municipaux[13].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité

(décès)
André Jamet DVD Conseiller général (1971-1987)
Danielle Gambonnet    
Bernard Bonne UDF-PR puis DL
puis UMP
Médecin généraliste
Conseiller général (1992-2015)
En cours
(au 25 mai 2020)
Stéphane Heyraud[14],[15]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVG
Président de la communauté de communes des Monts du Pilat
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2018, la commune comptait 2 930 habitants[Note 3], en diminution de 0,1 % par rapport à 2013 (Loire : +0,89 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3561 0681 3821 9952 5022 6282 5292 5552 539
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 1073 5353 5743 4573 6644 9344 3844 5604 513
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 6734 5954 2263 5953 6323 6803 3703 1943 212
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
3 0353 0913 2393 1502 8772 7672 9262 9492 972
2013 2018 - - - - - - -
2 9332 930-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

Bourg-Argental dispose de deux ensembles scolaires dont deux écoles et deux collèges :

  • ensemble scolaire privé Sainte-Anne-Saint-Joseph :
    • école maternelle et élémentaire privée Sainte-Anne,
    • collège privé Saint-Joseph ;
  • école maternelle et élémentaire publique de Bourg-Argental ;
  • collège public du Pilat.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et MonumentsModifier

Les pépinières et roseraies Paul Croix ont obtenu le label Jardin remarquable sur le site d'une des plus anciennes pépinières de France.

Espaces verts et fleurissementModifier

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[20].

Édifices et sitesModifier

 
Façade de l'église Saint-André.
  • Église Saint-André et son portail roman classé du XIIe siècle.
  • Château en ruine à Argental.
  • La maison du châtelet : construit sur la base des anciennes fortifications de Bourg-Argental et notamment sur une ancienne tour de garde carrée, le bâtiment est modifié en habitation à deux reprises au cours des siècles. Au XVIe siècle tout d'abord avec l'ajout de plafond en fougère[21], puis au XVIIe siècle avec l'ajout d'une aile supplémentaire. Baptisé Maison du châtelet, l'ensemble abrite aujourd'hui l'Office de tourisme et des salles d'exposition[22].
  • Vestiges importants de la ligne de chemin de fer entre Firminy, Annonay et Saint-Rambert-d'Albon.

Personnalités liées à la communeModifier

 
Mairie.
  • Fleuri Zacharie Simon Palerne de Savy (1733-1835), avocat, premier maire de Lyon en 1790, mort à Bourg-Argental.
  • Jean-Louis Richard (1743-1812) député du Forez au Tiers état nait et décède à Bourg-Argental[Note 4]
  • Charles-François Richard (1772-1851), fils de Jean-Louis Richard, à l'origine de la fabrication industrielle des lacets, nait à Bourg-Argental.
  • Ferdinand-François-Auguste Donnet (1795-1882), archevêque et cardinal, sénateur au second Empire, est connu pour sa résistance face à l'Empereur. Né à Bourg-Argental.
  • Adrien Sénéclauze (1802-1871), horticulteur et botaniste français, fondateur de l’Établissement horticole Adrien Sénéclauze, aujourd'hui appelé pépinières et roseraies Paul Croix, né et mort dans la commune.
  • Henri Mathon de Fogères (1806-1864), homme politique et avocat, né à Bourg-Argental.
  • Émile Girodet (1849-1898), maire de Bourg-Argental puis de Saint-Étienne, député de la Loire.
  • Louis Vidon (1856-1925), conseiller général et député de la Loire, industriel et fabricant de soieries, maire de Bourg-Argental où il est né.
  • Henri Ménabréa (1882-1968), écrivain et historien de la Savoie, né à Bourg-Argental.
  • Jacques Esterel (1917-1974), couturier. Il réalisa la robe de mariée de Brigitte Bardot. Un complexe de salle de théâtre et de cinema (unique salle du village) associatif porte son nom dans cette commune.
  • Paul Croix (1924-1999), pépiniériste et rosiériste à Bourg-Argental, obtenteur de plus de 200 roses, dont de nombreuses ont été distinguées dans les concours internationaux.
  • Pierre Guyotat (1940-2020), écrivain. Dans son livre Formation (Gallimard, 2007) Pierre Guyotat raconte les premières années de sa vie à Bourg-Argental. Il y évoque entre autres choses les nombreux appels téléphoniques reçus par son père, médecin de campagne (une place de Bourg-Argental porte son nom et une rue le nom de son grand-père).

HéraldiqueModifier

  Blason
D'or au lion contourné d'azur, couronné d'or, lampassé de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. Son neveu, Jacques-Barthélémy Richard aussi dit « Richard neveu », procureur du bailliage, est le premier maire élu de Bourg-Argental le [23].

RéférencesModifier

  1. https://www.habitants.fr/loire-42
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Bourg-Argental », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. La seigneurie d'Argental au départ de l'Histoire ; La Tribune, le Progrès, édition du 26 juillet[réf. incomplète].
  13. « Le Conseil Municipal », sur le site de la mairie (consulté le ).
  14. « Bourg-Argental », sur le site de l'association des maires de France (consulté le ).
  15. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  21. http://vieux.saint.etienne.perso.sfr.fr/replaf01.html#chap3
  22. http://www.parc-naturel-pilat.fr/fr/un-parc-a-visiter/sites-et-visites/musees-et-maisons-thematiques/fiche-prestataire-la-maison-du-chatelet-objet-sitraPCU280735.html
  23. Étienne Brossard, Histoire du département de la Loire pendant la Révolution française (1789-1799) : Notices rédigées par É. Brossard […], publiées par Joseph de Fréminville […], à l'initiative et sous les auspices du Conseil général, vol. I : Les États généraux. L’assemblée constituante. L’assemblée législative, Saint-Étienne, Chevalier, , 523 p., 2 vol. in-8° (notice BnF no FRBNF34106541, lire en ligne), chap. III (« Élections municipales de 1790 »), p. 243 (vue 247/529).