Ouvrir le menu principal

Brie (Charente)

commune française du département de la Charente
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brie.

Brie
Brie (Charente)
La mairie.
Blason de Brie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Touvre-et-Braconne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Angoulême
Maire
Mandat
Michel Buisson
2014-2020
Code postal 16590
Code commune 16061
Démographie
Gentilé Briauds
Population
municipale
4 241 hab. (2016 en augmentation de 2,79 % par rapport à 2011)
Densité 125 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 18″ nord, 0° 14′ 29″ est
Altitude Min. 68 m
Max. 167 m
Superficie 34,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Brie

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brie

Brie, appelé autrefois Brie-la-Rochefoucauld, est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Elle fait partie du Grand Angoulême. Ses habitants sont appelés les Briauds et les Briaudes[1].

Sommaire

GéographieModifier

Localisation et accèsModifier

Brie est une commune située à 12 km au nord-est d'Angoulême, faisant partie de son aire urbaine.

Brie est aussi situé à 3,7 km au nord de Champniers, 6,7 km de Ruelle, 11 km à l'ouest de La Rochefoucauld, le chef-lieu de son canton.

La commune est traversée par la D 12, route d'Angoulême à Chasseneuil, qui passe légèrement à l'est du bourg. Le bourg est desservi par la D 91 qui se dirige au nord-est vers Jauldes. La D 105 traverse le sud de la commune et relie Champniers à la N 141 direction Limoges (les Frotards et les Frauds). La D 113, à l'est, relie Anais aux Frauds et la N 141. La D 388 part du bourg de Brie vers les Favrauds et le Puy de Nanteuil.

La N 141, route de Saintes à Limoges par Angoulême et maillon de la route Centre-Europe Atlantique limite la commune au sud-est.

La N 10 entre Angoulême et Poitiers passe à l'ouest de la commune, à 4 km du bourg ; on y accède par l'échangeur de la Touche d'Anais (D 11) au nord ou de Champniers-les Chauvauds au sud[2].

L'aéroport international Angoulême-Cognac, appelé aussi aéroport d'Angoulême-Brie-Champniers[2], occupe une partie sud de la commune.

Hameaux et lieux-ditsModifier

Brie compte de nombreux hameaux importants, d'autant plus qu'ils se sont étendus à cause de l'urbanisation d'Angoulême ces 20 dernières années. On peut citer, du sud au nord, les Rassats, les Frauds, les Frotards, la Prévôterie, la Simarde (à cheval sur Champniers), la Jauvigère, le Temple, etc.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

Le sol de la commune est constitué de calcaire datant du Jurassique supérieur (Oxfordien dans une petite partie nord-est et Kimméridgien ailleurs), et fait partie du karst de La Rochefoucauld. Quelques zones de grèzes et colluvions datant du Quaternaire parsèment aussi le territoire, comme à la Jauvigère à l'est ou au bois de Fontfaye à l'ouest[3],[4],[5],[6].

La Grande Fosse, remarquable gouffre profond de 50 m et d'un diamètre de 120 m, est situé en limite de commune avec Jauldes au nord.

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau légèrement incliné vers l'ouest, d'une altitude moyenne de 130 m, avec une crête nord-sud entre les Frauds et la Jauvigère dominant la forêt de la Braconne à l'est. Le point culminant est à une altitude de 167 m, situé à l'est du bourg sur cette crête près de la Jauvigère (château d'eau). De nombreuses combes parcourent ce plateau et se dirigent vers l'ouest. Le point le plus bas est à 68 m, situé à la Grande Fosse. Le bourg, tapis dans un vallon, est à environ 110 m d'altitude[2].

HydrographieModifier

À cause de la nature karstique du sol, aucun cours d'eau traverse la commune. L'Étang est un ruisseau temporaire qui passe au bourg et occupe le fond d'une combe, se dirigeant vers l'ouest et alimentant les modestes sources de l'Argence près de Churet[2].

ClimatModifier

Article connexe : Climat de la Charente.

Le climat est océanique aquitain et semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

Données climatiques
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,8 3,8 6,2 9,4 12,4 14,4 14 12,1 8,9 4,7 2,6 7,8
Température moyenne (°C) 5,4 6,7 8,5 11,1 14,4 17,8 20,2 19,7 17,6 13,7 8,6 5,9 12,5
Température maximale moyenne (°C) 8,7 10,5 13,1 15,9 19,5 23,1 26,1 25,4 23,1 18,5 12,4 9,2 17,7
Ensoleillement (h) 80 103,9 153,3 184,5 204,9 239,6 276,4 248,3 199,4 159 96,8 78,8 2 024,9
Précipitations (mm) 80,4 67,3 65,9 68,3 71,6 46,6 45,1 50,2 59,2 68,6 79,8 80 783,6
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Cognac de 1961 à 1990[7].


VégétationModifier

La forêt de la Braconne occupe la partie orientale de la commune, avec le camp militaire du 515e régiment du train.

Limite dialectaleModifier

La commune est dans la langue d'oïl, et marque la limite avec le domaine occitan (à l'est)[8].

Article connexe : Langues de la Charente.

ToponymieModifier

Une forme ancienne est Bria en 1110[9].

D'après Dauzat, l'origine du nom de Brie, comme ceux des autres communes du même nom dans la région, remonterait au gaulois briga signifiant « hauteur »[10]. Mais ce n'est pas évident car le bourg de Brie n'est pas sur une hauteur.

Au cours des XIXe et XXe siècles, Brie s'est appelée informellement Brie-la-Rochefoucauld, du nom de son canton, pour la distinguer des autres communes du même nom en Charente[11],[12].

HistoireModifier

Les registres de l'état civil remontent à 1665.

La famille de Nesmond, illustre famille de l'Angoumois, a longtemps résidé dans la commune et possédé deux logis, au bourg et à la Jauvigère[13].

Au XIXe siècle, l'administration de la guerre a implanté le champ de tir (appelé alors polygone de tir) dans la forêt de la Braconne, sur près de deux lieues[Note 1]. Il était pourvu en eau potable grâce à une canalisation amenant l'eau des sources de la Touvre. Il était occupé au début du XXe siècle par les différents régiments du 12e corps d'armée[13].

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la ligne Angoulême à Saint-Angeau des Chemins de fer économiques des Charentes appelée le petit Mairat, à voie métrique, et un arrêt était situé au pied du bourg.

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
Écartelé : au 1er d’or à trois huchets contournés de sinople liés de gueules, au 2e de gueules à la fleur de tournesol au naturel, au 3e de gueules à l’arbre au naturel, au 4e de sinople à l’ancre d’or chargée en pointe de nombre « 515 » de sable et à la gazelle bondissante d’argent brochante.
Commentaires : Blason de Brie.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2014 Guy Branchut PS Conseiller général
2014 En cours Michel Buisson[14] DVG Professeur des écoles
Suppléant du député Jérôme Lambert
Conseiller départemental depuis juillet 2016

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2016, la commune comptait 4 241 habitants[Note 2], en augmentation de 2,79 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856 1861
1 7421 5091 7282 0541 8681 9602 1181 9521 754
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 7331 6651 6161 7181 5571 3701 2871 2281 224
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 1701 0241 0121 0301 0681 0061 0281 2421 034
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 -
1 2761 9312 7282 9803 6163 6524 2494 241-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Brie en 2009 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,2 
3,3 
75 à 89 ans
4,7 
8,5 
60 à 74 ans
9,2 
23,4 
45 à 59 ans
25,5 
21,2 
30 à 44 ans
25,6 
24,3 
15 à 29 ans
15,6 
19,3 
0 à 14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2009 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,6 
75 à 89 ans
12,3 
15,8 
60 à 74 ans
16,2 
22,2 
45 à 59 ans
21,5 
19,2 
30 à 44 ans
18,5 
16,4 
15 à 29 ans
14,4 
17,3 
0 à 14 ans
15,5 

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

L'agriculture est principalement céréalière. La viticulture occupe une partie de l'activité agricole. La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[20].

Commerce et industrieModifier

 
Bâtiment d'accueil de l'aéroport Angoulême-Cognac

L'aéroport d'Angoulême se trouve en partie sur la commune.

Équipements, services et vie localeModifier

EnseignementModifier

Brie accueille deux écoles élémentaires : l'école du bourg, six classes, et l'école de la Prévôterie, cinq classes, ainsi qu'une école maternelle, six classes.

Le secteur du collège est Ruelle (collège Norbert-Casteret)[21].

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine religieuxModifier

Église Saint-MédardModifier

L'église paroissiale Saint-Médard romane date des XIIe et XIIIe siècles. Selon certains elle était attribuée au chapitre cathédral d'Angoulême, selon d'autres c'était un prieuré-cure de l'abbaye Saint-Ausone. Deux enfeux sont situés près de l'entrée au sud, dont l'un décoré de coquilles Saint-Jacques. Le plafond de la nef a été refait dans la seconde moitié du XIXe siècle. L'église a été restaurée dans les années 2000[22].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Chapelle Notre-Dame de La BraconneModifier

Située au village des Frauds, cette chapelle de style néo-gothique fut construite en 1905 par une souscription et bénie en 1907. Deux vitraux représentent sainte Barbe, patronne des artilleurs, et saint Hubert, patron des chasseurs. Elle fut vendue en 2005 à un particulier, qui y organise parfois des expositions[22].

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Environ huit kilomètres.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 5 avril 2014)
  2. a b c d et e Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mansle », sur Infoterre, (consulté le 13 novembre 2011)
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille d'Angoulême », sur Infoterre, (consulté le 17 novembre 2011)
  7. « Cognac, Charente(16), 30m - [1961-1990] », sur infoclimat.fr (consulté le 1er janvier 2013)
  8. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  9. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne), p. 125
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 116.
  11. J.B.A. Basque, Dictionnaire des communes du département de la Charente, , 166 p. (lire en ligne), p. 15
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 96
  14. http://www.brie2020.fr/michel-buisson/
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Evolution et structure de la population à Brie en 2009 », sur [1] (consulté le 5 octobre 2012)
  19. « Evolution et structure de la population de la Charente en 2009 », sur [2] (consulté le 5 octobre 2012)
  20. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes », (consulté le 6 décembre 2015)
  21. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 15 janvier 2015)
  22. a et b Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 86-87

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier