Anais (Charente)

commune française du département de la Charente

Anais
Anais (Charente)
La mairie d'Anais.
Blason de Anais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Charente
Maire
Mandat
Éric Giraud-Bernard
2020-2026
Code postal 16560
Code commune 16011
Démographie
Population
municipale
574 hab. (2018 en diminution de 2,88 % par rapport à 2013)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 30″ nord, 0° 12′ 35″ est
Altitude Min. 60 m
Max. 139 m
Superficie 9,87 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Angoulême
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Boixe-et-Manslois
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Anais
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Anais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Anais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Anais

Anais est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

GéographieModifier

Localisation et accèsModifier

Anais est une commune située à 14 km au nord d'Angoulême. Elle est traversée du sud au nord par la route nationale 10 entre Angoulême et Poitiers, qui passe à 1,5 km à l'ouest du bourg et est aménagée en voie express 2x2 voies.

Anais est aussi à 4 km de Jauldes, 6 km de Saint-Amant-de-Boixe, chef-lieu de son canton, 7 km de Vars, 11 km de Mansle, 5 km de Brie[1].

La commune est aussi traversée d'est en ouest par la D 11, route de Chasseneuil à Rouillac par Vars, route qui traverse le bourg, et la N 10 par un échangeur. La D 45, route de Churet à Chasseneuil par Coulgens traverse aussi le bourg, ainsi que la D 113 des Frauds (commune de Brie) à Montignac[2].

Anais est à 5 km au nord de l'aéroport d'Angoulême. La gare la plus proche est celle d'Angoulême.

Lieux-dits et hameauxModifier

La commune compte deux gros hameaux ou villages, aussi gros que le bourg : le Breuil d'Anais, situé au sud-est, et Churet, situé au sud sur l'ancienne route nationale 10 près de la Chignolle (commune de Champniers).

À l'ouest du bourg, la Touche s'est développé grâce à l'échangeur sur la N 10. La commune compte aussi de nombreux hameaux plus petits et fermes : la Clavière, Puymenier, les Nomblières, Puyfrançais, les Rivauds, Romefort, la Poutardière, etc.[2]

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes d’Anais
Tourriers
Vars   Jauldes
Champniers Brie

Géologie et reliefModifier

Le sol de la commune est constitué de calcaire datant du Jurassique supérieur (Kimméridgien). La vallée de l'Argence est occupée par des alluvions du quaternaire (argile sableuse et tourbe)[3],[4],[5].

Le relief de la commune est celui d'un plateau d'une altitude moyenne de 100 m, traversé du nord au sud par une petite vallée, celle de l'Argence qui y prend sa source, ainsi que par des combes y descendant. Le point culminant de la commune est à une altitude de 139 m, situé en limite ouest à la Vieille Touche (au Puy Delan). Le point le plus bas est à 60 m, situé le long de l'Argence en limite sud à Churet. Le bourg est à 80 m d'altitude[2].

HydrographieModifier

 
L'Argence à Churet.

La commune est traversée par l'Argence, affluent en rive droite de la Charente à Balzac. L'Argence ne prend son nom qu'en aval du bourg, et elle est formée de deux petits affluents, le ruisseau du Moulin des Rivauds qui prend sa source à l'est et l'Étang qui prend sa source au nord. La Fontaine de Maillou, en limite sud près de Churet, alimente aussi l'Argence[2].

ClimatModifier

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Anais est une commune rurale[Note 1],[6]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Angoulême, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 95 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[9],[10].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73,9 %), zones agricoles hétérogènes (10,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,7 %), forêts (5,1 %), prairies (2,7 %), zones urbanisées (0,9 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Les formes anciennes sont Aunesio au XIIe siècle[12], ou Aneso en 1110[13].

Anais serait issu du latin Annacum ou villa Anni ce qui signifie que le village aurait été construit autour de la propriété d'un riche gallo-romain nommé Annus[14],[15].

Le hameau du Breuil d'Anais tire son nom du bas latin brogilum, d'origine gauloise brogilos qui désigne un petit bois[16] entouré d'un mur ou d'une haie[17].

HistoireModifier

Au sud-ouest de la commune, à Churet, l'ancienne voie romaine Périgueux-Montignac-Rom, orientée sud-est - nord-ouest, sert de limite communale. Elle s'appelle Chemin chaussé sur l'ancien cadastre[18].

À Fongibaud, les vestiges d'une construction gallo-romaine ont été découverts vers 1900, avec fûts de colonnes et un antoninianus de Claude II. Une statue romaine de Jupiter chevelu et barbu du IIe ou IIIe siècle, a été trouvée en 1811 près du hameau de la Clavière, hélas détruite vers 1846[18].

En 1568, l'église fut détruite par les protestants, et ne fut reconstruite qu'en 1630 après une épidémie de peste noire qui décima les habitants[19].

Les premiers registres de l'état civil remontent à 1627[19].

La route nationale 10, d'abord chemin royal, traversait l'Argence à Churet. Elle a été aménagée en 2 x 2 voies entre les années 1980 et 2000.

Politique et administrationModifier

Anais était de 1793 à 1801 dans le canton de Jandes puis est passée dans le canton de Saint-Amant-de-Boixe[20],[Note 3].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2014 Jacky Bertrand RPR puis UMP Professeur, conseiller général (1992-2004)
2014 En cours Eric Giraud-Bernard SE Employé
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2018, la commune comptait 574 habitants[Note 4], en diminution de 2,88 % par rapport à 2013 (Charente : −0,48 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856 1861
501530644660739735738677669
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
687658637655570509493459433
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
451385399419430377406423374
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 -
420439446466506565587574-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Anais en 2007 en pourcentage[24].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
0,3 
6,1 
75 à 89 ans
6,3 
15,1 
60 à 74 ans
12,6 
21,1 
45 à 59 ans
20,6 
23,7 
30 à 44 ans
20,3 
16,8 
15 à 29 ans
16,8 
16,8 
0 à 14 ans
23,1 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[25].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

RemarquesModifier

Durant tout le vingtième siècle, Anais a présenté une grande stabilité de sa population, mais la population augmente de manière significative depuis les années 1970.

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

L'agriculture est principalement céréalière. La viticulture occupe une partie de l'activité agricole. La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[26].

CommercesModifier

La zone d'activité de la Touche d'Anais se trouve en bordure de la N 10 et comporte une base d'Intermarché (100 à 249 salariés), des transporteurs, un hôtel restaurant et diverses entreprises dont Aluplast, AMS, Crousti'charente, Inomould, chaudronnerie industrielle Guerin, SOMC et des négoces, de matériaux, de pneus, de produits pétroliers.

Sur le bourg se trouve une boulangerie, et une autre à La Touche ainsi qu'une société de boulangerie.

Les entreprises artisanales sont une maçonnerie, une entreprise générale de bâtiment, une entreprise agricole et un garage.

Équipements, services et vie localeModifier

 
La poste.

EnseignementModifier

L'école est un RPI entre Anais, Aussac-Vadalle et Tourriers. Anais accueille l'école maternelle et l'école primaire, Aussac-Vadalle et Tourriers des écoles élémentaires[27].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Saint-Pierre.

L'église paroissiale Saint-Pierre date initialement du XIe siècle et était le siège d'une cure. Elle fut presque totalement détruite par les protestants en 1568, et reconstruite en 1630. Entre-temps, le culte était célébré dans une grange. L'église a été restaurée à la fin du XIXe siècle ; le clocher et la façade datent de cette époque. De l'édifice d'origine subsistent le chœur en hémicycle, puis le latéral et le croisillon nord[28].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Anais
  Blason
Écartelé : au 1er d'azur à la croix ancrée d'argent, au 2e d'argent au rameau de gui au naturel, au 3e de gueules à trois trèfles d'or, au 4e d'or à deux chevrons de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Il s'agit probablement d'une faute de frappe : canton de Jaudes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mansle », sur Infoterre, (consulté le )
  6. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 281
  13. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne), p. 125
  14. Jean-Marie Cassagne et Stéphane Seguin, Origine des noms de villes et villages de Charente, Saint-Jean-d'Angély, Jean-Michel Bordessoules, , 311 p. (ISBN 2-913471-06-4), p. 14
  15. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 15.
  16. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris (éditions Errance) 2001. (ISBN 978-2-87772-198-1), p. 91.
  17. A.Dauzat, op.cit., p.112
  18. a et b Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 191
  19. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 42
  20. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. « Evolution et structure de la population à Anais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  25. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  26. « Décret n° 2009-1146 relatif à l'AOC Cognac », sur legifrance, (consulté le )
  27. Site de l'inspection d'académie de la Charente
  28. Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 18

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier