Ouvrir le menu principal

Bréhémont

commune française du département d'Indre-et-Loire

Bréhémont
Bréhémont
L'église Sainte-Marie-Madeleine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Chinon
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre
Maire
Mandat
Daniel Durand
2014-2020
Code postal 37130
Code commune 37038
Démographie
Gentilé Bréhémontais
Population
municipale
773 hab. (2016 en diminution de 1,9 % par rapport à 2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 45″ nord, 0° 21′ 23″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 40 m
Superficie 12,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Bréhémont

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Bréhémont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bréhémont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bréhémont

Bréhémont est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Sur le coteau droit du fleuve, face à Bréhémont, se trouvent les communes de Coteaux-sur-Loire (Saint-Michel-sur-Loire, Saint Patrice et Ingrandes-de-Touraine) et Langeais. La commune de Bréhémont est délimitée au Sud-Ouest par Rigny-Ussé, au Sud par Rivarennes ainsi que La-Chapelle-aux-Naux et Lignières-de-Touraine à l'Est.

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique de Bréhémont.

La commune est bordée par la Loire (5,058 km) sur son flanc nord et l'Indre (4,422 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 39,54 km, comprend un autre cours d'eau notable, le Vieux Cher (6,812 km), et six petits cours d'eau dont le Turpenay (0,01 km)[1],[2].

Le cours de la Loire, qui présente plusieurs îlots sur le territoire communal, s’insère dans une large vallée qu’elle a façonnée peu à peu depuis des milliers d’années. Elle traverse d'est en ouest le département d'Indre-et-Loire depuis Mosnes jusqu'à Candes-Saint-Martin, avec un cours large et lent. La Loire présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon de la Loire tourangelle, qui court entre la sortie de Nazelles-Négron et la confluence de la Vienne[3], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Langeais. Le val endigué de Bréhémont correspond à un tronçon de Loire moyenne où les risques d'inondation sont importants. Le Cher confluait avec la Loire au lieu-dit Rupuanne, à Bréhémont, fut enfermé à son extrémité et barré à Villandry à la fin du XVIIIe siècle pour protéger les habitants des crues d'eau. Le débit mensuel moyen (calculé sur 34 ans pour cette station) varie de 142 m3/s au mois d'août à 753 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 3 060 m3/s et s'est produit le , la hauteur maximale relevée a été de 4,89 m le [4],[5]. La hauteur maximale historique a été atteinte le 27 septembre 1856 avec 6,80 m[6]. Sur le plan piscicole, la Loire est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[7].

L'Indre, d'une longueur totale de 279,4 km, prend sa source à une altitude de 453 m sur le territoire de Saint-Priest-la-Marche dans le département du Cher et se jette dans la Loire à Avoine, après avoir traversé 58 communes[8]. Les crues de l'Indre sont le plus souvent de type inondation de plaine[Note 1]. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon de l'Indre tourangelle[3], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Monts. Le débit mensuel moyen (calculé sur 14 ans pour cette station) varie de 4,51 m3/s au mois de septembre à 34 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 236 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 5,56 m ce même jour[4],[10]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 2] et 2[Note 3] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [11],[12]. Sur le plan piscicole, l'Indre est également classée en deuxième catégorie piscicole[7].

Le Vieux Cher, d'une longueur totale de 24,4 km, prend sa source dans la commune de Druye et se jette en rive gauche de la Loire à l'extrémité sud-ouest du territoire communal, après avoir traversé 8 communes[13]. Sur le plan piscicole, le Vieux Cher est également classé en deuxième catégorie piscicole[7].

En 2019, la commune est membre de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre qui est elle-même adhérente au syndicat d'aménagement de la vallée de l'Indre. Créé par arrêté préfectoral du suite aux crues historiques de décembre 1982 et janvier 1983, ce syndicat a pour vocation d'une part l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau par des actions de restauration de zones humides et des cours d'eau, et d'autre part de participer à la lutte contre les inondations par des opérations de sensibilisation de la population ou de restauration et d'entretien sur le lit mineur, et sur les fossés situés dans le lit majeur de l'Indre appelés localement « boires », et de l'ensemble des cours d'eau du bassin versant de l'Indre[14].

Trois zones humides[Note 4] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le Conseil départemental d'Indre-et-Loire : « Le Vieux Cher », « la vallée de l'Indre : du Moulin du Roi à la Grande Pièce », « la vallée de la Loire de Mosnes à Candes-Saint-Martin »[15],[16].

ToponymieModifier

Bréhémont tire son nom de Bruhemmun.

HistoireModifier

Au milieu du XVIIIe siècle, la paroisse de Rivarennes, qui bénéficie d'une partie du plateau de la forêt de Chinon et la paroisse de Bréhémont se disputent un petit commun situé entre leurs deux territoires. En 1752, l'Assemblée de Rivarennes poursuit ainsi Bréhémont en justice et la propriété du commun du Vinet lui est finalement reconnu par le tribunal des Eaux et Forêts. Néanmoins, l'affaire, relancée par un appel de Bréhémont dura plus de vingt ans[17]. En 1793, la municipalité de Bréhémont appartient au canton de Rigny, dans le district de Chinon, puis elle passe dans celui de Azay-le-Rideau (Chinon) en 1801[18]. À l'instauration des départements, après la Révolution française, Bréhémont devient une municipalité d'Indre-et-Loire. Une ordonnance du roi de 1819 décrète la séparation des communes de Lignières et Bréhémont. En 1871, les Prussiens occupent Bréhémont.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Truissart    
mars 2008 en cours Daniel Durand PS Retraité de l'enseignement
1790   René Blottin   - Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20].

En 2016, la commune comptait 773 habitants[Note 5], en diminution de 1,9 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1581 1601 3111 4131 5831 6701 7061 7301 664
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5941 6771 7091 6861 6251 5431 5631 4141 259
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2071 1871 073875890824768744787
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
767771672678685716802797779
2016 - - - - - - - -
773--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Bréhémont se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Langeais. L'école primaire publique accueille les élèves de la commune.

ÉconomieModifier

Les habitants de Bréhémont cultivaient le chanvre pour la fabrication des cordes.

Culture locale et patrimoineModifier

Arts et sciencesModifier

Dans son œuvre Le Lys dans la vallée (1836), Honoré de Balzac, qui est originaire de Touraine, décrit Bréhémont.

Lieux et monumentsModifier

Le port, reconstruit jusqu'en 1869 grâce au financement du département, et la grève de Bréhémont sont parmi les derniers en activité sur la Loire. La politique de développement local à Bréhémont s'appuie aujourd'hui sur la valorisation du caractère inondable de la commune et de la batellerie. La batellerie et les aménagements portuaires entrent dans la constitution de paysages du val de Loire et font l'objet d'actions patrimoniales spécifiques[23]. Plusieurs images du film documentaire Les Saisons, réalisé par Jacques Perrin (2015), ont été tournées au port de Bréhémont.

Le bateau présenté comme un chaland est en réalité un "bateau cabane" pour la pêche au filet barrage afin de capturer les poissons migrateurs : saumons et aloses.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Me François Herpin (1701-1860), huissier royal, procureur et notaire à la justice d'Ussé
  • Me François Herpin, procureur et huissier royal à Langeais
  • Me Pierre-Louis Herpin  huissier audiencier au bailliage de Tours, premier brigadier de la gendarmerie et maréchaussée de France à Tours
  • Me Charles Herpin (1733-1825), notaire royal et procureur fiscal de Bray puis administrateur du département d’Indre-et-Loire
  • Albert Quantin (1850-1933), fondateur de la maison d'édition Maison Quantin.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Une inondation de plaine se produit lorsque le niveau d'un cours d'eau, généralement à la suite de fortes précipitations, monte progressivement jusqu'à l'envahissement du lit moyen, voire du lit majeur, pendant une période plus ou moins longue[9].
  2. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  3. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  4. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 2 février 2019)
  2. « Carte hydrologique de Bréhémont », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 2 février 2019)
  3. a et b Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19
  4. a et b « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 2 février 2019)
  5. « Station hydrométrique K6830020, la Loire à Langeais », sur le site de la banque Hydro (consulté le 2 février 2019)
  6. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 52
  7. a b et c (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 2 février 2019)
  8. « Fiche Sandre - l'Indre », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 2 février 2019)
  9. « Les inondations lentes », sur Observatoire régional de Risques majeurs en Provence-Alpes Côte d'Azur (consulté le 5 septembre 2017).
  10. « Station hydrométrique K7522620, l'Indre à Monts », sur le site de la banque Hydro (consulté le 2 février 2019)
  11. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 2 février 2019)
  12. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 2 février 2019)
  13. « Fiche Sandre - le Vieux Cher », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 2 février 2019)
  14. « Objectifs du SAVI », sur http://www.savi37.fr/ (consulté le 2 février 2019)
  15. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 2 février 2019)
  16. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 2 février 2019)
  17. Brigitte Maillard, Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle: Structures agraires et économie rurale, Presses Universitaires de Rennes, , 508 p., p. 47
  18. « Bréhémont - Notice Communale », sur cassini.ehess.fr (consulté le 29 novembre 2017)
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  23. Benoît Pin, Jean-Baptiste Rigot, Sylvie Servain, « Amenagements portuaires et batellerie traditionnelle, composantes de ressources territoriales en Val de Loire », Norois,‎ , p. 53-63 (lire en ligne)